Médecins sans frontières : pour une décentralisation de l’aide humanitaire

Campagne de vaccination de Médecins sans frontières à Niamey

Après cinquante ans d’existence, l’ONG s’emploie à changer de modèle, notamment en Afrique. Elle veut se rapprocher du terrain, diversifier ses recrutements et être plus à l’écoute des populations.

Au cours des cinquante années de son existence, le parcours de Médecins Sans Frontières (MSF) a été marqué par l’évolution et le changement. Mais son modèle est aujourd’hui jugé trop eurocentrique. Un processus progressif de décentralisation a donc été enclenché vers des lieux clés tels que Dakar et Abidjan pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale, Nairobi pour l’Afrique de l’Est, Johannesburg pour l’Afrique australe, mais aussi vers Dubaï, Amman et Beyrouth pour la région du Moyen-Orient, ainsi que Mexico pour l’Amérique centrale. Objectif : parvenir à une plus grande autonomie de l’organisation hors des capitales européennes et ainsi améliorer la qualité et la réactivité de nos interventions dans la région.

Échange d’expertise

La base régionale de Dakar nous permet d’ores et déjà d’être plus proches de l’information, entourés d’un réseau humanitaire et médiatique dynamique, ainsi que d’instituts de référence dans le domaine de la recherche médicale et de la formation. Depuis la création du bureau, en 2013, ces échanges d’expertise permettent de contribuer à des discussions régionales sur l’épidémie d’Ebola, la recherche sur l’hépatite E ou sur la drépanocytose.

IL NOUS FAUT MIEUX COMPRENDRE L’ENVIRONNEMENT PARFOIS TRÈS VOLATILE DANS LESQUELS NOUS OPÉRONS

De plus, de nombreuses initiatives sont aujourd’hui prises sur le continent. En 2017 à Dakar, et virtuellement en 2020, des chercheurs et professionnels d’une cinquantaine de pays ont échangé sur les modèles de soins et les pratiques innovantes lors des Journées pédiatriques. Très récemment, nous nous sommes aussi associés à la Société sénégalaise de pédiatrie (Soseped) à l’hôpital de Fann et au Centre d’excellence africain pour la santé de la mère et de l’enfant de l’Université Cheikh-Anta-Diop (Ucad) de Dakar pour renforcer la formation médicale et réduire la mortalité néonatale et pédiatrique.

Il est également primordial de mieux comprendre l’environnement et les contextes très volatiles dans lesquels nous opérons, comme au Sahel, où apporter l’aide humanitaire implique des menaces constantes, telles que des attaques, des arrestations ou des enlèvements. Les patients en sont d’ailleurs les premières victimes.

Plus de parité

En quelques années, notre hub de Dakar est devenu le troisième recruteur de Médecins sans frontières (MSF) après Paris et Bruxelles. En 2021, 119 professionnels, résidents sénégalais ou candidats de la région ont ainsi rejoint nos rangs, intégrant davantage de positions de coordination.

Pour mieux nous déployer dans certaines zones moins accessibles, notamment au Sahel, nous avons dû recourir à la pratique du « profilage », qui prend en compte des critères tels que la nationalité, le genre, la langue, etc. Mais ce système soulève des préoccupations et des questions éthiques et ne diminue pas l’exposition aux risques. Nous l’avons vu tout récemment au Mali, en Centrafrique ou dans les régions Nord-Ouest et Sud-Ouest du Cameroun, où des collègues travaillant dans leur propre pays ont fait l’objet d’attaques.

Un autre défi majeur à relever est l’équité entre les sexes, dans une région où de grandes inégalités subsistent en matière d’accès à l’éducation et aux opportunités professionnelles. Les hommes représentent 80 % de nos effectifs sur le terrain et sont majoritairement présents dans les postes de direction. Il est urgent que nous fassions des progrès sur cette question.

L’ANCIEN MODÈLE NE PRENAIT PAS SUFFISAMMENT EN COMPTE LES EXPÉRIENCES DES COMMUNAUTÉS LOCALES

Relation de confiance

Sur des aspects plus médico-opérationnels, nous avons beaucoup à partager avec les communautés locales sur les approches de soins. Dans plusieurs zones contrôlées par des groupes armés, nous essayons de développer une relation de confiance avec elles pour aider les personnes dans le besoin. Grâce à ces échanges constants, nous espérons être plus réactifs et faire en sorte que nos valeurs et notre façon de travailler soient mieux comprises. Mais nous devons parfois faire des choix difficiles et partir lorsque la sécurité de nos équipes n’est pas assurée ou lorsque notre neutralité n’est pas garantie.

Afin de rendre les soins plus accessibles aux populations isolées, nous avons travaillé à la mise en place de soins en dehors des établissements de santé, en faisant appel à des bénévoles et des familles. Ceux-ci jouent un rôle important dans la détection précoce de cas tels que le paludisme, la malnutrition, la pneumonie et la diarrhée des enfants de moins de cinq ans. Dans les zones nomades du Sahel, ils nous aident à suivre les routes de transhumance, ce qui nous permet d’intervenir au bon endroit et au bon moment. Cependant, nous devons impliquer les communautés de manière équilibrée et équitable, sans faire peser sur eux des responsabilités qui ne sont pas les leurs.

Nous avons vu les limites de l’ancien modèle d’aide humanitaire médicale, qui ne prenait pas suffisamment en compte les opinions et expériences des communautés ni de nos équipes du terrain. Nous devons mieux comprendre les dynamiques de pouvoir, mieux écouter nos patients et mieux expliquer ce que nous faisons. Un parent doit pouvoir comprendre l’acte médical pratiqué sur son enfant et apporter sa contribution lorsque cela est possible.

Il reste beaucoup à faire pour être à la hauteur de nos ambitions vers la décentralisation des soins et l’amélioration de notre approche centrée sur l’humain. Mais nous avançons un peu plus chaque jour dans cette direction. Et la somme de nos expériences deviendra une véritable force.

Avec Jeune Afrique par  Abdoul-Aziz Mohammed

Responsable exécutif du bureau régional MSF International à Dakar

Étiquettes : , , ,

Une Réponse to “Médecins sans frontières : pour une décentralisation de l’aide humanitaire”

  1. Bouesso Says:

    Une décentralisation qui allège la logistique !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :