L’Abbé Mesmin Massengo appelle les catholiques congolais à se soumettre au frère Sassou-NGuesso, le bienfaiteur de l’église catholique congolaise.

Dans sa parution n°4087 du Mardi 14 Septembre, le Journal « La Semaine Africaine » a publié une interview de Mesmin Massengo (Voir intégralité de l’interview ci-dessous).

A première vue, cet entretien dépeint l’état d’âme d’un homme frustré, aigri, plein d’amertume, de hargne et de colère, et donc prêt à en découdre avec ses supérieurs…et surtout, d’un esclave et serviteur du dictateur Dénis Sassou-NGuesso.

Nous vous proposons ci-dessous, les extraits d’un droit de réponse d’un évêque qui a requis l’anonymat

La Rédaction

******************************

1 /Abbé Mesmin Massengo « Avec la compréhension d’un Grand homme, Denis Sassous Nguesso, Président de la République, nous avons bâti le siège de l’ACERAC… »

Réponse à Abbé Mesmin Massengo : M. « l’Abbé », vous êtes vraiment prétentieux et3arrogant. Vous parlez du siège des Evêques comme si c’était un don de Mesmin Massengo à l’Eglise… Vous ne mentionnez même pas la volonté et la contribution des Evêques, qui ont travaillé énormément pour la réalisation de cette œuvre, surtout Monseigneur Anatole Milandou qui a cédé ce terrain, en plus, c’est lui qui a fait de vous, ce que vous êtes devenu. Vous ne l’avez même pas remercié, quelle ingratitude ! Vous voulez nous faire croire qu’avec le tyran Sassou vous avez cotisé 9 milliards et six cent cinquante millions pour construire le palais des Evêques de l’Afrique Centrale? De plus, vous appelez Sassou Nguesso Grand Homme pendant que vous manquez de respect à vos Evêques en les traitant d’hypocrites, de ceux-là qui le jour critiquent le pouvoir et à la nuit tombée vont mendier. Monsieur l’abbé vous êtes très impoli.

2/ Abbé Mesmin Massengo Parlant des relations entre l’Eglise et l’Etat. Tu t’en prends aux Évêques qui le jour critiquent le pouvoir, mais à la nuit tombée vont faire « la politique de la main tendue« .

Réponse à Abbé Mesmin : l’argent ou les dons que le pouvoir donne aux Evêques, est l’argent du contribuable congolais, c’est l’argent des salaires impayés des fonctionnaires, c’est l’argent des bourses de nos étudiants, c’est l’argent de nos chrétiens et donc l’argent de nous tous. Ce ne sont pas leurs salaires que ces hommes politiques remettent aux Evêques. En Occident les prêtres sont payés par l’Etat. Ce n’est pour autant pas que ces Eglises doivent se taire devant les erreurs et les égarements de leurs gouvernements.

3/ Abbé Mesmin Massengo « …nous avons la chance d’avoir un Président qui est catholique et qui nous a fait beaucoup de largesses… »

Réponse à Abbé Mesmin : Mesmin, voilà le sommet de votre blasphème. Un Président qui a tué le Cardinal Biayenda, a empoisonné Mgr Kombo, a assassiné Mgr Benoît Gassongo, a fusillé les hommes de Dieu envoyés en mission à Mindouli ; un Président qui a massacré vos parents et nos parents du Pool, a empoissonné leurs rivières, coupé leurs arbres fruitiers ; un Président qui a violé nos mamans, nos sœurs, filles et fillettes ; un Président qui a tué tous les cadres politiques et militaires du Pool dont les derniers en date sont Brice Kolélas et Philippe Bikinkita. C’est cet homme que vous, prêtre que vous appelez une chance ? Est- ce que par hasard à votre naissance vous n’êtes pas tombé du berceau ? Quelle méchanceté ! En plus vous vous dites être du Pool ?  Non réellement vous êtes un traitre de l’Eglise et de votre Région. Si j’étais votre Evêque, j’allais vous donner un siècle d’années sabbatique au pôle nord.

4/ Abbé Mesmin Massengo « … Il ne faudrait pas qu’on soit toujours là à faire des médecins après la mort. Nous devons les dénoncer dès maintenant. » Cette phrase est la conclusion à la première question du journaliste sur votre bilan comme vicaire judiciaire.

Réponse à Abbé Mesmin : M. « l’Abbé », qu’allez-vous dénoncer ? Est-ce tout ce que vous avez appris et entendu pendant 19 ans d’exercice de votre fonction comme vicaire judiciaire ? Devrais-je vous apprendre que le secret de confession n’est pas lié à une quelconque fonction dans l’Eglise, mais plutôt à la nature et à l’état du prêtre. J’ai bien l’impression que vous avez besoin de reprendre vos cours d’ecclésiologie. Profitez-en pendant votre année sabbatique. En vérité, cher confrère, vous êtes très dangereux pour l’Eglise. Vous vous êtes fait prêtre pour détruire l’Eglise catholique du Congo de l’intérieur, et la mettre au service de votre maître dont vous vantez les mérites tout au long de votre interview. En plus, vous vous êtes servi de l’Eglise pour l’appauvrir et vous enrichir immensément, jusqu’à fêter vos millions à Paris….où est passé l’argent de la cause du Cardinal Emile Biayenda ? Les biens de l’Eglise vendus comme des petits pains, où avez-vous planqué cet argent ?

5/ Abbé Mesmin Massengo « … Mais je vais partir. Je suis l’unique prêtre congolais enseignant à l’Université de Kinshasa ».

Réponse à Abbé Mesmin : Ah pauvre vicaire judiciaire ! Quelle arrogance ! Dans l’Eglise personne n’est indispensable même pas le Pape lui-même. Seul le Christ est indispensable. Parlons de ces cours à Kinshasa : je croyais que vous dispensez des cours à la Sorbonne et à Harvard ou à l’Université Catholique de l’Afrique Centrale. D’ailleurs l’Abbé Luc Augustin Samba, alors qu’il n’était pas encore Docteur, enseignait dans la même université. Les intellectuels dans l’Eglise « ce n’est pas ce qui manque ! ». Pour t’en citer quelques-uns : les Abbés Paulin Pouckouta , Minkala, Pépin, Hervé, Malanda, Luc Augustin, etc. Vous ne pourrez même pas les atteindre par la cheville. Ils sont un million de fois plus intelligents que vous. Par jalousie vous les avez combattus pour que vous puissiez régner en maître. Le seul et unique prêtre qui reconnaisse votre intelligence, c’est le morveux de compère Abbé Mabanza qui manque de personnalité et de caractère et vous suit comme un idiot. Votre seule œuvre, c’est le torchon de 20 pages bourré de fautes, que vous avez écrit sur Monseigneur Barthélémy Batantu.

6/ Abbé Mesmin Massengo « … Je suis héritier parmi tant d’autres de Monseigneur Barthémy Batantu qui ne paniquait jamais devant les événements… »

Réponse à Abbé Mesmin : Parce qu’il a séjourné dans l’eau, le crapaud se croit devenir caïman. Vous êtes vraiment audacieux, votre narcissisme vous conduira dans les abîmes. L’abbé Mesmin, vous « héritier de Batantu » ? Je comprends ! Voilà pourquoi vous êtes parti vous faire curé à Notre Dame pour attendre l’épiscopat. Vous dites bien que lui ne paniquait pas. Mais vous ? Une simple affection vous plonge dans tous les états. Cela prouve à suffisance que vous manquez de sagesse. Vous êtes un prêtre immature, normalement votre place se trouve en prison avec votre complice de faux gestionnaire, je cite l’abbé Mabanza. Comme vous avez peur d’être au cachot, voilà pourquoi vous faites les éloges du dictateur Sassou afin qu’il vous sauve.

By Congo-Liberty

Interview de Mesmin Massengo (La semaine africaine N°4087 du 14 septembre 2021Télécharger

Étiquettes : , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :