Le Camerounais John Nkengasong, de l’Union africaine à l’administration Biden

John Nkengasong à Addis-Abeba, en 2019

Encore inconnu il y a deux ans, le virologue camerounais a acquis une renommée internationale en devenant l’un des piliers de la lutte contre le Covid en Afrique. Au point que Washington l’a choisi pour prendre la tête du programme américain de lutte contre le VIH.

Fin 2019, peu de gens connaissaient le docteur John Nkengasong en dehors de son Cameroun natal et des milieux médicaux américains. Né à Douala en 1959, ce diplômé en virologie de l’université de Yaoundé s’est spécialisé en médecine tropicale à Anvers avant de rejoindre, en 1993, l’OMS puis, rapidement, d’entrer dans le réseau américain des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), ce qui l’a amené à vivre de nombreuses années aux États-Unis mais aussi à travailler en Afrique, et en particulier à Abidjan. Avec, parmi ses spécialités, la lutte contre l’épidémie de VIH.

« Héros africain des temps modernes »

C’est donc un scientifique camerounais au profil très « américain » qui, en 2016, est appelé par l’Union africaine à prendre la direction de la toute nouvelle structure mise en place pour lutter à l’échelle continentale contre les grandes épidémies : l’Africa CDC. À Addis-Abeba, où siège la nouvelle institution, beaucoup louent le calme et le sens de la pédagogie du brillant scientifique. Mais s’il fait la fierté des Camerounais, John Nkengasong n’est pas encore une célébrité internationale.

Tout change début 2020, avec l’apparition du Covid-19. Si Tedros Adhanom Ghebreyesus, le patron de l’OMS et Matshidiso Moeti, la directrice du bureau africain de l’organisation, occupent la scène médiatique dès l’identification du virus en Chine, John Nkengasong et l’Africa CDC ne vont pas tarder à devenir familier aux oreilles de ceux qui s’intéressent au mystérieux coronavirus, avant même qu’il n’atteigne l’Afrique. Dès la fin février, le médecin camerounais évoque dans le Lancet une « menace imminente » qui pourrait avoir « un effet dévastateur » sur le continent. C’est d’ailleurs sans doute grâce à son insistance que l’UA parvient à réunir, le 22 février, les ministres africains de la Santé afin d’évoquer le problème et de commencer à discuter des moyens de protection et de riposte.

IL N’HÉSITE PAS À CONDAMNER L’ÉGOÏSME DES PAYS RICHES AU SUJET DE LA RÉPARTITION DES VACCINS

Aujourd’hui, le Dr Nkengasong fait partie des quatre ou cinq noms qui reviennent systématiquement lorsqu’on évoque la riposte africaine au Covid-19. Il figure dans la plupart des listes et classements de personnes les plus influentes du continent, y compris celui du Time, paru tout récemment, dans lequel Ngozi Okonjo-Iweala, également distinguée, le qualifie de « héros africain des temps modernes ». Le patron de l’Africa CDC est souvent la voix la plus audible, au point d’éclipser parfois celle des dirigeants de l’OMS, avec lesquels il prend toujours soin de préciser qu’il travaille main dans la main.

Débauché par Washington

Partisan de la fabrication en Afrique de matériel médical et de médicaments, favorable à la levée des brevets sur les vaccins – comme il le déclarait dans une interview à Jeune Afrique en janvier 2021 –, il ne mâche pas non plus ses mots pour condamner l’égoïsme des pays riches en ce qui concerne la répartition des vaccins et appelle à une remise à plat complète de la politique internationale en la matière.

C’est donc cet homme que, selon une indiscrétion du New York Times publiée le 21 septembre, l’administration américaine s’apprête à débaucher pour le mettre à la tête du PEPFAR, le programme gouvernemental américain de lutte contre le VIH (actif dans 50 pays, notamment en Afrique). La nomination n’a pas été officialisée à ce jour mais devrait intervenir très vite. Au Cameroun, la presse a d’ailleurs déjà salué « le premier Africain de l’administration Biden ».

L’AFRICA CDC PERD UN PATRON EFFICACE ET CHARISMATIQUE

Pour John Nkengasong, cette évolution de carrière est logique. Spécialiste du VIH, il a longtemps travaillé avec les Américains, y compris au sein du PEPFAR lorsque celui-ci a été créé, en 2003. Il y bénéficiera de moyens colossaux – le programme a déjà investi 85 milliards de dollars depuis sa création et son budget annuel avoisine les 7 milliards – et aura fort à faire, la lutte contre le sida ayant beaucoup pâti des contraintes imposées par la pandémie de Covid depuis deux ans. Le nombre de personnes dépistées aurait ainsi baissé de 22 % en 2020.

L’UA en quête de leaders

Le revers de la médaille concerne l’Africa CDC. L’agence perd un patron efficace et charismatique alors même que le continent reste confronté à de nombreux défis sanitaires, au premier rang desquels la pandémie de Covid-19, qui sévit toujours. Nul ne songe à critiquer le choix de John Nkengasong d’aller faire profiter une autre organisation de ses talents, mais beaucoup, y compris au sein de l’UA, craignent une « perte de leadership » au moins temporaire et se demandent où trouver une personnalité capable de succéder au médiatique virologue camerounais.

La pandémie de Covid a toutefois permis de faire émerger les noms de grands spécialistes africains des virus et de la santé publique, du Maroc à l’Afrique du Sud. C’est dans cette liste que l’UA va maintenant devoir choisir. Et le plus tôt sera le mieux.

Avec Jeune Afrique par John Nkengasong

Étiquettes : , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :