Le gouvernement Legault refuse de faire du 30 septembre un congé férié au Québec

Les partis d’opposition à Québec se sont heurtés au refus du gouvernement Legault en tentant de faire du 30 septembre la «Journée québécoise de la vérité et de la réconciliation». 

© Fournis par La Presse Canadienne

La motion, mise de l’avant par Québec solidaire (QS) et appuyée par le Parti libéral du Québec et le Parti québécois, demandait à ce que le Québec instaure à cette date un jour férié afin de rendre hommage aux survivants des pensionnats autochtones et à leurs familles ainsi que de commémorer la mémoire des enfants qui sont décédés dans ces établissements. 

Le chef parlementaire de QS, Gabriel Nadeau-Dubois, a souligné que «l’établissement d’un jour férié permet de marquer l’imaginaire collectif et permet de démontrer l’importance des enjeux», tels la réconciliation et le racisme. 

Le leader parlementaire du gouvernement, Simon Jolin-Barrette, a refusé d’accorder le consentement à l’adoption de cette motion.

Plus tôt en journée, le premier ministre du Québec, François Legault, avait lâché un «non» lorsque les journalistes lui ont demandé s’il comptait suivre les traces du gouvernement fédéral et instaurer un jour férié le 30 septembre en l’honneur des peuples autochtones. «Nous avons besoin de plus de productivité», avait-il ajouté, en anglais, en guise d’explication pour son refus.

«Quelle triste réponse. Quelle vision dépassée de la productivité. Les peuples autochtones ont droit à une journée de commémoration. Et les gens travaillent mieux quand ils peuvent se reposer», a réagi M. Nadeau-Dubois sur Twitter. 

Le gouvernement fédéral a créé ce jour férié, en suivant l’un des appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation. Certains territoires et provinces, comme la Colombie-Britannique, le Manitoba et les Territoires du Nord-Ouest, ont emboîté le pas. D’autres, comme le Québec et l’Ontario résistent toujours à cette idée. 

Dans un communiqué de presse, l’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) s’est désolée que cette journée ne soit pas reconnue comme un jour férié de manière égale partout au Canada, ce qui en fait une «courtepointe de reconnaissance officielle» au pays.

«L’appel à l’action numéro 80 vise le gouvernement fédéral, mais c’était manifestement l’intention de la Commission de vérité et réconciliation que toute la population du Canada réfléchisse aux séquelles des pensionnats et à la relation entre les peuples autochtones et le reste du Canada. Ils devraient avoir le temps de le faire», a dit la présidente de l’AFAC, Lorraine Whitman.

Le gouvernement fédéral, de son côté, espère que la Journée nationale de vérité et de réconciliation sera l’occasion pour toutes les provinces et les territoires d’offrir des activités d’éducation et de sensibilisation sur le thème de la réconciliation partout au pays. 

«On voit qu’il y a beaucoup de provinces et de municipalités qui ont décidé d’organiser des activités dans le cadre de la journée, mais pas toutes les provinces. Je ne m’attendais pas à ce que la première année, tout le monde soit au rendez-vous, mais j’espère qu’à terme, tout le monde sera au rendez-vous», a soutenu le ministre du Patrimoine canadien, Steven Guilbeault, en entrevue.

Avec Catherine Lévesque, La Presse Canadienne

Étiquettes : , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :