Canada-Québec: Des graffiti pour encourager à dénoncer les agresseurs à Trois-Rivières

Au moins cinq graffiti dont l’inscription « Confronte ton pote violeur » incite à dénoncer un agresseur tapissent le pavé d’aires publiques trifluviennes depuis quelques semaines. Ils sont notamment apparus dans le parc linéaire et au centre-ville.

Cette phrase a été inscrite à quelques endroits sur la piste cyclable du parc linéaire ainsi que sur différents trottoirs du centre-ville de Trois-Rivières.

© Daniel Ricard/Radio-Canada Cette phrase a été inscrite à quelques endroits sur la piste cyclable du parc linéaire ainsi que sur différents trottoirs du centre-ville de Trois-Rivières.

En 2020, ce mouvement de dénonciations des crimes sexuels avait pris une importante proportion en France avec des manifestations qui s’étaient disséminées dans ce pays.

Avec les derniers mouvements qu’on a connus, il y a une conscience sociale, plus claire, plus éveillée par rapport à la problématique. On est en train de mettre des mots et des visages sur les statistiques qui parlent d’une femme sur trois qui au cours de sa vie sera victime d’une forme d’agression à caractère sexue. La population réalise de plus en plus que ces statistiques-là, c’est ma voisine, ma mère, ma sœur», affirme Marie-Soleil Desrosiers, intervenante au Centre d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) de Trois-Rivières, un organisme qui accompagne les victimes et leur offre de l’aide psychosociale.

Celles qui veulent ouvrir la porte du processus judiciaire, si elles veulent qu’on les accompagne, on va le faire avec une expertise et une bienveillance. Si une femme ne désire pas porter plainte, c’est correct aussi. On va respecter son choix. Il y a d’autres façons de traiter les conséquences des agressions», assure-t-elle.

La direction de la police de la Ville de Trois-Rivières estime toutefois que la tribune est mal choisie malgré l’importance et la pertinence du message véhiculé. Son porte-parole rappelle que le graffiti s’agit d’un acte criminel.

Quiconque se fait prendre à faire un graffiti sur un bien de la ville va se voir imposer une accusation de méfaits. Sinon, il y a aussi l’émission d’un constat d’infraction si le méfait a lieu dans une aire écologique. L’amende est de 100 $ plus les frais», prévient Luc Mongrain.

Des employés municipaux vont effacer ces graffiti, indique la Ville de Trois-Rivières.

Par CBC/Radio-Canada avec les informations de Jonathan Roberge

Étiquettes : , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :