RDC-Dépolitisation de la Céni : le bloc patriotique présente un autre calendrier des manifestations

La plate-forme des forces politiques et sociales du pays annonce une deuxième démonstration de force par des expressions publiques à Kinshasa et dans les provinces.

Les manifestations lors de la marche du 13 novembre/DR

Le Conseil de l’apostolat des laïcs catholiques du Congo (CALCC) et le ministère des laïcs protestants (Milapro) annoncent, au nom des forces politiques et sociales, d’autres manifestations publiques à travers Kinshasa et les provinces du pays. Ces manifestations, qui partent du sit-in aux marches, visent à obtenir la dépolitisation de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) et la suppression de la taxe sur le Registre d’appareils mobiles (RAM).

Dans un message nommé « Bâtissons des institutions légitimes pour un Congo fort meilleur », le bloc patriotique prévoit, pour une deuxième démonstration de force, deux grandes manifestations annoncées avant la fin de ce mois. Il s’agit, selon cette source, d’un sit-in devant le bureau de la Centrale électorale, à Kinshasa, et dans toutes ses représentations en provinces, ainsi que d’une autre marche pacifique annoncée pour le 27 novembre sur toute l’étendue du territoire national. Pour la capitale congolaise, le point de chute de cette marche sera le Palais du peuple. « Il est urgent de construire un véritable consensus national autour des questions primordiales reprises dans le cahier de charges des forces sociales et politiques de la nation notamment autour des animateurs de la Céni, à travers une loi consensuelle dépolitisant son organisation et son fonctionnement », peut-on lire dans le communiqué livré par le coordonnateur du CALCC, Jean-Bosco Lalo, lors d’une conférence de presse tenue le 16 novembre à Kinshasa au cours de laquelle il a été fait le point sur la marche du 13 novembre dernier.

Le bloc patriotique, rappelle-t-on, réunit les forces sociales et politiques du pays dont le Milapro, le CALCC, la coalition Lamuka et le Front commun pour le Congo. Dans ses dernières actions, ce regroupement exige la dépolitisation de la Centrale électorale ainsi que la suppression de la taxe sur le RAM.

Pour le coordonnateur du CALCC, par leurs actions, ces forces sociales et politiques luttent pour obtenir la tenue des élections en 2023, contre les « fraudes planifiées » et exigent les réformes électorales consensuelles.

Il est noté que des milliers de personnes avaient pris part à la première manifestation organisée le 13 novembre dernier. Celle-ci, sous la pluie qui s’était abbatue ce jour-là sur Kinshasa et les provinces voisines, encadrée par la police, s’était terminée sans incident. On a compté parmi les manifestants plusieurs caciques de l’ancien régime dont Ramazani Shadary, Bruno Tshibala, Raymond Tshibanda, Félix Kabange Numbi, etc. Les deux leaders de Lamuka, Adolphe Muzito et Martin Fayulu, n’y avaient pas pris part. Ils y avaient été, selon leur regroupement politique, représentés en vue d’éviter de donner une coloration politique à cette manifestation. Leurs militants, eux, avaient, cependant, positivement répondu à l’appel.

Avec Adiac-Congo par Lucien Dianzenza

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :