Peut-on laver ses masques chirurgicaux?

Les masques chirurgicaux sont considérés comme des dispositifs médicaux à usage unique. Pourtant, ils conservent leur propriété filtrante et leur respirabilité même après 10 lavages. C’est du moins ce que conclut une étude française publiée en octobre dans la revue scientifique Chemosphere. Devriez-vous mettre vos masques dans votre prochaine brassée? Pas si vite…

© Shutterstock.com

Une équipe de chercheurs démontre que les masques de propylène lavés jusqu’à 10 fois à l’eau chaude avec détergent respectent toujours les normes européennes de filtration bactérienne et de respirabilité. Plus précisément, ils conservent une capacité de filtration supérieure à 98 % des particules d’une taille de 3 microns.

Une fois lavés, ils demeurent même plus performants que les masques de tissu les plus filtrants, soit ceux certifiés de catégorie 1. Ces couvre-visages, qui sont notamment faits de coton et qui comportent généralement trois couches, doivent assurer une efficacité de filtration supérieure à 90 % pour la même taille de particules.

Pour cette raison, les auteurs de l’étude prônent la réutilisation du masque chirurgical dans les situations de contact prolongé, comme au cinéma ou dans les transports en commun.

Cette mesure aurait non seulement un avantage sanitaire et économique, mais aussi écologique. Selon les chercheurs, la réutilisation des masques chirurgicaux permettrait de diviser par 10 leur consommation.

Les propriétés perdues au lavage

Les auteurs de l’étude ne recommandent toutefois pas le lavage du masque au personnel médical travaillant en salle d’opération, puisque le matériau, une fois lavé, perd de ses propriétés de protection contre les projections de gouttelettes (de sang, par exemple). Cela ne l’empêche pas de demeurer efficace pour la population générale, d’après eux.

Par ailleurs, les résultats révèlent que, une fois lavé, le masque chirurgical perd drastiquement de son efficacité à filtrer les plus fines particules, à savoir les aérosols d’une taille inférieure à 1 micron, qui pourrait correspondre à la taille du virus.

Quand les jeter?

Si leur étude a porté sur 10 lavages, «il est possible que le masque tienne plus longtemps», expliquait au journal Le Monde Philippe Cinquin, coordinateur scientifique du Centre d’investigation clinique du CHU de Grenoble et coauteur de l’étude. Mais comment savoir quand le jeter? «La réponse est probablement “lorsqu’il ne s’adapte pas bien au visage”», écrivent les chercheurs, puisque l’ajustement est essentiel au bon fonctionnement du masque.

Ils conseillent aussi de se fier à son aspect: quand il est abîmé et présente, par exemple, des peluches, il vaut mieux le jeter. «Ce boulochage entraîne une usure inconfortable et peut définir la fin de vie du masque même si les propriétés de filtration restent efficaces», poursuivent-ils.

L’efficacité et la durée de vie du masque sont, d’après eux, surtout liées à ses points les plus fragiles, soit la barrette d’ajustement nasale et les élastiques et leurs points de soudure, des endroits que l’utilisateur doit vérifier pour déterminer si le masque peut encore être porté.

Le lavage ne passe pas la norme nord-américaine

Que penser de ces résultats? Nous avons posé la question à Loïc Wingert, spécialiste en aérosols et en filtration à l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST). Bien qu’il juge cette étude de qualité, il constate que les conclusions peuvent difficilement s’appliquer au Québec en raison de la norme de qualité nord-américaine (ASTM). Cette dernière diffère des standards européens auxquels les fabricants doivent se conformer pour mettre en marché leurs masques.

«Les normes européennes et nord-américaines ont les mêmes exigences d’efficacité de filtration bactérienne à 3 microns, de respirabilité du masque et de projection aux fluides. Mais, contrairement à l’Europe, la norme nord-américaine exige un test supplémentaire: le masque doit filtrer efficacement les particules ultrafines de 0,1 micron (ou 100 nanomètres)», explique Loïc Wingert.

Or, si l’étude montre que le lavage n’a pas d’impact sur la capacité à filtrer les particules d’une taille de 1 à 3 microns, il en est autrement pour les plus fines particules. Ces dernières ne sont plus filtrées efficacement après un seul lavage. Résultat: votre masque passé à la laveuse ne serait plus conforme à la norme ASTM exigée au Québec, comme le fait remarquer l’expert de l’IRSST.

D’autres études moins convaincantes

D’autres études récentes se sont aussi penchées sur la question du lavage des masques chirurgicaux. L’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) en fait la recension dans cette revue de littérature. Il conclut que les études sont peu nombreuses, et leurs résultats, variables.

«La plupart des études tendent davantage à montrer qu’il y a une perte d’efficacité et de capacité de filtration [des particules ultrafines] après le lavage. Quand on regarde l’ensemble des données, et pas uniquement l’étude européenne, on constate qu’il est encore un peu tôt pour dire à la population qu’elle serait protégée si elle lavait ses masques», résume la Dre Chantal Sauvageau, médecin spécialiste à l’INSPQ.

Recherchez les masques réutilisables certifiés BNQ

Pour l’instant, les recommandations restent donc les mêmes: optez pour un masque de qualité, c’est-à-dire un masque chirurgical qui répond à la norme ASTM. Une fois souillé ou mouillé, ce masque doit être jeté, ou recyclé lorsque c’est possible, comme le rappelle la Dre Sauvageau.

Les masques de tissu certifiés BNQ sont aussi considérés de qualité par l’INSPQ, puisqu’ils répondent à des standards de qualité. Bien qu’encore peu répandus sur le marché, ils attestent d’une meilleure protection qu’un masque chirurgical lavé ou un couvre-visage en tissu non certifié, selon Loïc Wingert, de l’IRSST.

Par Mathilde Roy 

Étiquettes : , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :