La majorité des migrants noyés dans la Manche à la fin de novembre est désormais identifiée

Ce naufrage est le plus meurtrier depuis que les migrants tentent de rejoindre l’Angleterre par la mer. Quatre arrestations avaient été annoncées par les autorités françaises à la suite de ce drame.

Elles s’étaient noyées dans la Manche la nuit du 24 novembre alors qu’elles tentaient de rejoindre les côtes anglaises. Vingt-six des vingt-sept personnes mortes cette nuit-là ont été « formellement identifiées », a annoncé la procureure de Paris dans un communiqué, mardi 14 décembre.

La commission d’identification des victimes, tenue lundi, a confirmé « l’identité de seize personnes kurdes d’Irak, dont quatre femmes âgées de 22 à 46 ans, un adolescent de 16 ans, une enfant de 7 ans et dix hommes âgés de 19 à 37 ans, ainsi que celle d’un homme kurde d’Iran de 23 ans », rapporte le communiqué. « Ont également été identifiés trois Ethiopiens, dont deux femmes de 22 et 25 ans et un homme de 46 ans, une femme somalienne de 33 ans, quatre hommes afghans âgés de 24 à 40 ans et un homme égyptien de 20 ans. » Un dernier corps reste encore à identifier.

Multiplication des tentatives de traversée

Ce naufrage est le « pire accident », selon la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord, depuis l’augmentation importante, en 2018, des traversées migratoires en raison du verrouillage croissant du port de Calais et d’Eurotunnel, emprunté jusque-là par les migrants tentant de rallier l’Angleterre.

Les tentatives de traversée migratoire de la Manche à bord de petites embarcations ont doublé ces trois derniers mois, avait mis en garde, le 19 novembre, le préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord, Philippe Dutrieux. Au 20 novembre, 31 500 migrants avaient quitté les côtes depuis le début de l’année et 7 800 migrants avaient été sauvés, avait-il affirmé. Selon Londres, 22 000 migrants ont réussi la traversée sur les dix premiers mois de l’année. L’agence britannique Press Association (PA) a estimé ce chiffre à plus de 25 700, soit trois fois plus que sur toute l’année 2020.

M. Dutrieux expliquait notamment ce phénomène par « le cynisme des organisations qui sont derrière ces passages, qui jettent à l’eau des migrants parce que c’est une entreprise qui rapporte bien ». Quatre arrestations avaient été annoncées par les autorités françaises dans la foulée du naufrage pour leur implication présumée dans l’incident.

Par Le Monde avec AFP et Reuters

Étiquettes : , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :