Canada-Québec: Des enseignants soulagés et les restaurateurs résignés en Outaouais

Les nouvelles mesures annoncées par le gouvernement Legault pour faire face à la flambée des cas de COVID-19 sont accueillies par certains avec résignation et pour d’autres avec soulagement en Outaouais.

Le milieu de l’enseignement pousse un soupir de soulagement face à la décision du Québec de repousser au 17 janvier prochain la rentrée des classes d’après les Fêtes en présentiel pour les élèves du primaire et du secondaire.

On s’y attendait. Ce n’est jamais une décision facile. Nous ne sommes jamais contents de savoir qu’on ne pourra pas enseigner, avoir nos élèves avec nous dans notre classe, mais à ce stade-ci, je pense que tout le monde est un peu soulagé parce que le nombre de cas est important», a réagi Suzanne Tremblay, présidente du Syndicat de l’enseignement de l’Outaouais (SEO).Suzanne Tremblay, présidente du Syndicat de l'enseignement de l'Outaouais (SEO).

© Simon Lasalle/Radio-Canada Suzanne Tremblay, présidente du Syndicat de l’enseignement de l’Outaouais (SEO).

Déception et résignation des restaurateurs

L’accueil des nouvelles mesures sanitaires n’est toutefois pas le même du côté des restaurateurs en Outaouais, qui devront, à partir de vendredi, fermer leur salle à manger pour une durée indéterminée.

Le 16 décembre, la province avait ordonné le plafonnement à 50 % de la capacité d’accueil dans les restaurants. Ce nouveau tour de vis portera un dur coup pour plusieurs restaurateurs de la région qui ont déjà un genou par terre, selon Joe Rego, copropriétaire du groupe Portobella, qui gère plusieurs restaurants en Outaouais.

Pour les restaurateurs, je pense que le mal a été fait quand [le gouvernement] a fait l’annonce le 16 décembre. C’était le clou dans le cercueil de tous les restaurateurs quand [le gouvernement] a coupé toutes les salles à manger à 50 %. À partir de cette journée, Noël était fini pour nous», a-t-il commenté.Joe Rego est copropriétaire du groupe Portobella, qui gère plusieurs restaurants en Outaouais.

© Radio-Canada Joe Rego est copropriétaire du groupe Portobella, qui gère plusieurs restaurants en Outaouais.

Pas de couvre-feu nécessaire en Ontario, selon un expert

Par ailleurs, le gouvernement du Québec a aussi annoncé l’imposition du couvre-feu de 22 h à 5 h à partir de vendredi.

Le Québec est la seule province au pays à avoir imposé le couvre-feu durant la pandémie et selon le Dr Hugues Loemba, virologue, chercheur à l’Hôpital Montfort et professeur agrégé de médecine à l’Université d’Ottawa, une telle mesure n’est pas nécessaire en Ontario pour l’instant.

Le couvre-feu ne sera pas utilisé en Ontario. Le virus n’attend pas la nuit. Il peut circuler dans la journée. […] Je ne suis pas sûr que le gouvernement Ford va changer sa décision», a-t-il indiqué.Le Dr Hugues Loemba, virologue et chercheur à l'Hôpital Montfort et professeur agrégé de médecine à l'Université d'Ottawa.

© /Radio-Canada Le Dr Hugues Loemba, virologue et chercheur à l’Hôpital Montfort et professeur agrégé de médecine à l’Université d’Ottawa.

Par CBC/Radio-Canada avec les informations de Marie-Jeanne Dubreuil et de Rémi Authier

Étiquettes : , , , ,

Une Réponse to “Canada-Québec: Des enseignants soulagés et les restaurateurs résignés en Outaouais”

  1. Bouesso Says:

    Une solution qui arrange et dérange !?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :