Canada: « La seule façon de traiter la COVID, c’est de ne pas l’attraper »

Le Dr Mathieu Simon, de l'IUCPQ

Dr Mathieu Simon, chef des soins intensifs de l’IUCPQ Photo: Radio-Canada

Des patients qui meurent par dizaines, des malades non vaccinés qui submergent les services de soins intensifs et des gens qui agissent comme si la pandémie n’existait pas.

C’est dans ce contexte que le chef des soins intensifs de l’Institut de cardiologie et de pneumologie de Québec travaille. Mathieu Simon est au front depuis le début de la pandémie.

Depuis l’arrivée d’Omicron, il soigne de plus en plus de jeunes très malades et surtout non vaccinés. Ces jeunes-là ont des séjours très, très durs et très, très longs. On parle de 10 à 14 jours de ventilation. Ce n’est pas quelque chose que l’on ne souhaite à personne.

Aux soins intensifs, on retrouve surtout les plus jeunes malades alors qu’aux étages de soins réguliers contre la COVID, le docteur Simon voit surtout des patients plus âgés qui doivent se battre pour leur vie. Ce sont des gens plus fragiles qui sont vaccinés et qui devant l’Omicron, leur système immunitaire se retrouvent débalancé. Ça ressemble à une très mauvaise saison d’influenza.

« Malgré l’acharnement du personnel soignant, il y a des gens qui meurent. Cette semaine j’ai perdu cinq patients. La COVID ne se traite pas bien. La seule façon de traiter la COVID c’est de ne pas l’attraper. »— Une citation de  Mathieu Simon, de l’IUCPQ

Les quarts de travail prolongés, la fatigue et le stress de sauver des vies finissent par briser le moral des troupes. Et quand on demande au docteur Simon ce qu’il pense des non-vaccinés et de la disproportion de leur présence aux soins intensifs, il fait preuve de bienveillance. Le système de santé traite les gens, peu importe les choix qu’ils font. Ça ressemble beaucoup à quelqu’un qui a un cancer du poumon et qui refuse d’arrêter de fumer. Il faut respecter les choix de l’individu.

Il rappelle seulement de manière objective que :si vous n’êtes pas vacciné, vous êtes extrêmement vulnérable.

Le système de santé réussit, malgré tout, à maintenir les services à un niveau acceptable. On n’est pas dans un mode de protocole de triage et d’attribution des lits et on ne veut surtout pas se rendre là.

Avec Radio-Canada

Étiquettes : , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :