Passeport vaccinal dans les grandes surfaces au Québec : le décret est publié

L'intérieur d'un grand magasin

La mesure s’applique aux commerces dont la superficie est supérieure à 1500 mètres carrés, à l’exception des épiceries et des pharmacies. Photo: Radio-Canada/Jonathan Lamothe

Le passeport vaccinal sera obligatoire à compter de lundi dans certains magasins à grande surface. Toutefois, les pharmacies des grands magasins sont exemptées si les personnes non vaccinées sont accompagnées par un employé. Les stations-service n’auront pas non plus à vérifier le statut vaccinal de leurs clients.

Ce décret qui détaille les contours juridiques de la mesure a été publié dimanche en soirée(Nouvelle fenêtre).

Cette mesure s’applique aux commerces dont la superficie est supérieure à 1500 mètres carrés (16 000 pieds carrés), à l’exception des épiceries et des pharmacies, qui offrent des services jugés essentiels.

Les stations-service et les aires communes des centres commerciaux sont toutefois exemptées, de même que les pharmacies situées dans ces magasins à grande surface, mais à plusieurs conditions.

Dans ces pharmacies, une personne non vaccinée devra être accompagnée en tout temps lors de ses déplacements par un employé de ce commerce, de cette pharmacie ou de toute autre personne mandatée par eux à cet effet et ne pourra pas y acheter d’autres produits que ceux liés au service, précise le décret.

Des pharmaciens propriétaires intégrés à des chaînes de magasins à grande surface telles que Walmart ou Costco craignaient de ne plus pouvoir contribuer à la vaccination des Québécois ou de recevoir des clients non vaccinés, notamment les toxicomanes qui y reçoivent un traitement de substitution aux opiacés.

Pour toutes ces raisons, nous vous demandons de vous assurer d’exclure nos pharmacies, comme l’ensemble de celles de nos confrères, des mesures d’exigence de la preuve vaccinale dans les grandes surfaces, demandaient-ils dans une lettre écrite au gouvernement et dont Radio-Canada a obtenu copie.Quelqu'un tient un téléphone intelligent. On aperçoit la preuve vaccinale sur l'écran.

La preuve vaccinale de COVID-19 du gouvernement du Québec, sous forme de code QR Photo: Radio-Canada/Olivia Laperrière-Roy

Pas d’exemptions dans les quincailleries

L’annonce faite il y a 10 jours par le gouvernement avait provoqué des réactions, notamment auprès de certaines enseignes et de l’Association québécoise de la quincaillerie et des matériaux de construction (AQMAT), qui espérait que les entrepreneurs en construction en soient exemptés.

Ce ne sera visiblement pas le cas.

Est-ce qu’on est en train d’enquiquiner 92 % de la population pour quelques-uns qui ne sont pas en phase avec les mesures et qui pourront continuer de faire leurs achats comme si de rien n’était, puisque 80 % des commerces ne sont pas concernés par les mesures? se demandait en matinée Richard Darveau, président de l’AQMAT.

Plus globalement, M. Darveau se questionne sur l’utilité de ces mesures de contrôle qui vont occuper une partie des employés dans un contexte de pénurie de personnel.Richard Darveau en entrevue avec Patrice Roy

Richard Darveau, président de l’Association québécoise de la quincaillerie et des matériaux de construction Photo : Radio-Canada

Soutien de la rue avec quelques bémols

La majorité des gens interrogés dimanche ont dit approuver l’imposition du passeport vaccinal dans certains magasins à grande surface. Il faut enrayer la pandémie et aider ceux qui sont au front dans les hôpitaux, a notamment mentionné une cliente à la sortie d’un grand magasin.

Des personnes vaccinées ont cependant manifesté une certaine forme de soutien aux personnes non vaccinées et ont exprimé des questionnements quant à l’utilité de cette mesure. Le variant Omicron est moins fort, alors ce n’est peut-être pas plus mal si les gens l’attrapent et s’immunisent ainsi naturellement, a lancé un père de famille adéquatement vacciné, mais irrité par les nombreuses fermetures.

Si le gouvernement durcit les règles d’un côté, il les allège toutefois de l’autre. En effet, c’est dimanche qu’a pris fin l’obligation pour les commerces de fermer le dimanche. Afin de contribuer à limiter la hausse fulgurante du nombre d’hospitalisations liées à la COVID-19, ils avaient dû fermer leurs portes les dimanches 2, 9 et 16 janvier.

Par Radio-Canada avec Gabrielle Proulx, Thomas Gerbet, Colin Côté-Paulette et La Presse canadienne

Étiquettes : , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :