Canada: Au moins un millier de manifestants à Québec demandent « plus de liberté »

Des centaines de manifestants circulent dans les rues du centre-ville de Québec.

Des centaines de manifestants circulent dans les rues du centre-ville de Québec. Photo : Radio-Canada/Guillaume Croteau-Langevin

Des convois de camionneurs et automobilistes, ainsi que de nombreux marcheurs, encerclent le secteur de l’Assemblée nationale à Québec. Plus d’un millier de manifestants demandent de retrouver leur liberté et exigent la fin des mesures sanitaires.

Les manifestants se font entendre depuis ce matin au centre-ville. Le bruit des klaxons des automobiles résonne près de l’Assemblée nationale. Les manifestants côtoient les familles, d’autant plus que le Carnaval de Québec est en cours.

En plus des convois venus entre autres de la Côte-Nord, du Saguenay-Lac-Saint-Jean et de la Beauce, s’ajoute un mouvement dit plus familial, organisé par Isabelle Villeneuve.

Tous se partagent les espaces près de l’édifice de l’Assemblée nationale depuis ce matin pour demander le retour à la vie comme elle était avant la pandémie.

C’est la liberté qu’on veut. On veut que ça bouge, s’exclame un camionneur de la Beauce au volant de son poids lourd. Un autre camionneur dit : Je me sens comme si j’ai des menottes. C’est le code QR qui m’a fait exploser. 

Stratégie différente du SPVQ

Les policiers de Québec ont une approche différente que celle de leurs collègues d’Ottawa, où depuis plus d’une semaine, des camions sont stationnés sur la colline Parlementaire.Une carte de la congestion routière près de l'Assemblée nationale à Québec

L’état du réseau routier au centre-ville de Québec un peu avant 13 h, samedi. Photo : Carte Congestion Québec

Pour le moment, le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) interdit aux véhicules et aux poids lourds de se stationner sur les artères principales. Seuls les piétons ont accès aux espaces de stationnement face à l’édifice de l’Assemblée nationale, près de la fontaine de Tourny.

En guise de symbole, les policiers ont permis à quelques camions de s’immobiliser près de l’édifice de l’Assemblée nationale.

La présence des manifestants cause néanmoins beaucoup de congestion routière dans les rues du centre-ville.

Cette manifestante se dit vaccinée et tannée des mesures sanitaires.

Un manifestant avec une affiche représentant François Legault en dictateur.

Caricature de François Legault ressemblant au leader Nord-Coréen

Depuis jeudi soir

Des manifestants sont installés au centre-ville de Québec depuis jeudi soir.

Dans la journée de vendredi, le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) a remis six constats d’infraction d’un règlement municipal et 34 constats d’infraction routière. Les policiers ont précisé que la manifestation s’est déroulée sans débordement.

Samedi matin, le SPVQ a communiqué un message aux manifestants en faisant appel au calme et à la bonne collaboration.

Le SPVQ rappelle que manifester est un exercice démocratique. Nous serons sur le terrain pour assurer la sécurité de tous. Violence, vandalisme ou infraction criminelle ne seront pas tolérés, écrit la police sur Twitter.

Un mouvement contre les manifestations

Par ailleurs, un mouvement pour s’opposer aux manifestations est né au cours des derniers jours. Des membres de l’Observatoire des délires conspirationnistes se sont déplacés vers Québec en matinée pour se faire entendre.

Selon l’administrateur du groupe et organisateur de l’événement Faisons bloc au convoi, les manifestations sont importantes pour la démocratie, mais pas lorsqu’elles accaparent une ville durant une semaine comme c’est le cas à Ottawa.Une image illustrée d'un camion avec un arc-en-ciel au-dessus. Il est écrit : Soyons solidaires avec nous.

L’action de visibilité Faisons bloc au convoi sert à affirmer qu’il est possible de critiquer la gestion de la pandémie, sans nuire à l’effort collectif pour éliminer le virus. Photo : Faceboo

En période de pandémie, ce n’est pas le temps de manifester aussi longtemps et d’accaparer une ville, de terroriser les populations locales, croit Jean-Sébastien Ménard.

Il précise être lui aussi tanné des mesures sanitaires, mais comprend qu’il faille effectuer des efforts collectifs pour s’en sortir.

Je me pose la question sur qui instrumentalise ce mouvement-là, celui des convois de camionneurs contre le vaccin… Bernard Gauthier, La Meute, des partis sécessionnistes de l’Alberta, je me demande leur agenda caché et qui les finance, s’interroge-t-il.

L’événement Faisons bloc au convoi était prévu à 10 h près du parlement. Le groupe sera peu nombreux. Moi, à la limite, j’ai dit aux gens d’aller dans les restaurants, d’aller au Carnaval, nous on sera là pour faire entendre leur voix.

Des annulations

Les manifestations ont engendré plusieurs annulations dans les restaurants et hôtels de Québec. Selon le directeur général de la Société de développement commercial du Vieux-Québec, 65 % de ses membres ont observé des annulations pour le week-end.

Parmi les restaurants qui voient des annulations, on retrouve un taux de 10 à 40 % d’annulation, précise Donald Gilbert.

Le Carnaval de Québec n’a pas modifié sa programmation en raison des manifestations. Par contre, la sécurité a été renforcée. Les sites du festival d’hiver sont bien délimités puisque les visiteurs doivent présenter leur passeport vaccinal et leur billet pour entrer.

Radio-Canada par Audrey Paris avec la collaboration de nos journalistes sur le terrain : Hadi Hassin, Pascal Poinlane, Camille Carpentier et Pierre-Alexandre Bolduc

Étiquettes : , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :