Le régulateur russe resserre son emprise sur les médias sociaux et d’information

Le siège moscovite du groupe médiatique d'État russe Rossiya Segodnya, qui gère l'agence de presse Sputnik.

Le siège moscovite du groupe médiatique d’État russe Rossiya Segodnya, qui gère l’agence de presse Sputnik. (archives) Photo : Getty Images/Kiril Kurdryavtsev

Le régulateur russe des médias a ordonné aux médias nationaux de supprimer certains termes de leurs contenus et a limité l’accès à plusieurs réseaux sociaux.

Il a notamment interdit samedi toute référence à des civils tués par l’armée russe en Ukraine ainsi que les termes « invasion », « offensive » ou « déclaration de guerre ».

Nous soulignons que seules les sources officielles russes disposent d’informations actuelles et fiables, a indiqué Roskomnadzor dans un communiqué, alors qu’officiellement, Moscou appelle son intervention en Ukraine une opération militaire spéciale destinée au maintien de la paix.

Cette mise en demeure a été adressée à une série de médias, la plupart critiques du pouvoir russe, comme le journal Novaïa Gazeta – dont le rédacteur en chef est le Prix Nobel de la paix 2021 –, la chaîne en ligne Dojd ou le site Mediazona, qui sont déjà classés agents de l’étranger en Russie.

Selon le régulateur, ces médias se sont rendus coupables d’avoir diffusé de fausses informations affirmant que les forces armées russes tirent sur des villes ukrainiennes. Il leur reproche aussi des contenus où l’opération menée est qualifiée d’offensive, d’invasion ou de déclaration de guerre.

En cas de refus d’effacer des contenus, l’accès à ces médias sera restreint, prévient Roskomnadzor, qui évoque aussi de lourdes amendes.

Le ministère russe de la Défense a quant à lui appelé dans un communiqué toutes les rédactions des médias à être vigilantes et à ne pas devenir des victimes aveugles des tuteurs occidentaux chargés d’organiser des pressions dans le champ informationnel contre la Russie.

Il a dénoncé une désinformation flagrante diffusée, selon lui, par l’Ukraine sur les réseaux sociaux, et orchestrée par Washington et l’Organisation du traité de l’Atlantique nordOTAN.

La Russie a donné un tour de vis considérable depuis un an pour museler ou gêner le travail de médias indépendants et de mouvements d’opposition.

Des médias sociaux visés, certains ripostent

En parallèle, le gendarme des communications russe a dit vendredi limiter l’accès et ralentir le fonctionnement de Facebook, accusant le réseau social américain de censurer des médias russes et de violer les droits de la personne et des citoyens russes.

En conformité avec la décision du procureur général à l’égard du réseau social Facebook, à compter du 25 février, Roskomnadzor adopte des mesures pour limiter son accès, a indiqué l’agence Roskomnadzor, sans préciser la nature des limitations.

Quelques heures plus tard, le gendarme russe a annoncé restreindre partiellement l’accès sous forme de ralentissement du trafic de Facebook en Russie.Les symboles de Facebook et de Meta.

« Les autorités russes nous ont ordonné de stopper la vérification des faits et le signalement de contenu posté par quatre médias contrôlés par l’État russe », a écrit le vice-président de Meta, Nick Clegg, dans un communiqué. Photo : Dado Ruvic/Reuters

Le régulateur russe reproche au géant américain d’avoir restreint les comptes officiels sur sa plateforme de la chaîne russe Zvezda, liée au ministère de la Défense, de l’agence de presse publique Ria Novosti et des médias russes en ligne Lenta.ru et Gazeta.ru.

Roskomnadzor a demandé à l’administration de Meta [maison mère de Facebook] de lever les restrictions imposées par Facebook aux médias russes et d’expliquer la raison de leur imposition. Les demandes ont été ignorées par les propriétaires du réseau social, a-t-il poursuivi.

Twitter, de son côté, a indiqué samedi que ses services étaient limités pour certaines personnes en Russie. Nous nous affairons à maintenir la sécurité et l’accès de nos services, peut-on lire dans un tweet de la plateforme. La correspondante en Russie de Radio-Canada, Tamara Alteresco, a réussi à publier un tweet à cet effet pour prévenir les internautes de la situation.

Blocage des revenus publicitaires

Facebook a indiqué vendredi avoir empêché les médias d’État russes de gagner de l’argent sur sa plateforme.

Nous interdisons désormais aux médias d’État russes de diffuser des publicités ou de monétiser sur notre plateforme partout dans le monde, a déclaré sur Twitter Nathaniel Gleicher, responsable de la politique de sécurité de Facebook, ajoutant que cette mesure était sur le point d’être mise en œuvre.

Plus tard samedi, YouTube a bloqué la monétisation de plusieurs chaînes russes, dont le média d’État RT, emboîtant le pas à la société Meta.

En raison des circonstances exceptionnelles en Ukraine […], nous suspendons pour un certain nombre de chaînes la possibilité de monétiser sur YouTube, a déclaré le réseau de partage vidéo exploité par Google, du groupe Alphabet.

YouTube a également annoncé que l’accès à RT et à d’autres chaînes russes avait été limité en Ukraine, pays faisant face à une invasion par la Russie depuis trois jours.

Les revenus sur YouTube sont générés grâce à la diffusion de publicités s’affichant au cours du visionnage des vidéos hébergées.

À la lumière des circonstances exceptionnelles en Ukraine, nous prenons un certain nombre d’actions, a déclaré un porte-parole de YouTube.

La plateforme de vidéos a également précisé que les recommandations, redirigeant les utilisateurs vers ces chaînes, seraient grandement limitées.

Et en réponse à la demande d’un gouvernement, nous avons restreint l’accès à RT et à un certain nombre d’autres chaînes en Ukraine, a indiqué YouTube.

La plateforme a par ailleurs dit avoir supprimé des centaines de chaînes et des milliers de vidéos ces derniers jours, dont certaines pour pratiques trompeuses, conformément à son règlement.

Radio-Canada avec des informations de l’Agence France-Presse et de Reuters

Étiquettes : , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :