La Russie intensifie son offensive en Ukraine et avance dans le sud-est

Un centre-ville dévasté.

L’administration régionale de Kharkiv a notamment été la cible d’intenses bombardements, le 1er mars 2022. Photo HOTO : via Reuters/Services d’urgence ukrainiens

L’armée ukrainienne se trouve face à des offensives majeures sur Kiev et Kharkiv – où les cibles civiles n’ont pas été épargnées –, mais aussi sur le port de Marioupol, où les forces russes auraient rejoint mardi celles des séparatistes le long de la côte sud-est.

Après une offensive sur le port de Marioupol, le ministère russe de la Défense a affirmé que ses troupes qui progressaient le long de la côte de la mer d’Azov, depuis la Crimée, et celles venues du territoire séparatiste prorusse de Donetsk avaient réussi à faire leur jonction.

L’information n’était pas immédiatement vérifiable. Peu de temps auparavant, l’armée ukrainienne avait même affirmé avoir fait échouer cette tentative.

Cette ville de près de 500 000 habitants était à tout le moins sans électricité mardi matin, selon le gouverneur de la région de Donetsk, qui a précisé sur sa page Facebook que la ville de Volnovakha (20 000 habitants) est quant à elle largement détruite.

Marioupol et Volnovakha sont à nous! Les deux villes subissent la pression de l’ennemi, mais elles tiennent, a toutefois indiqué Pavlo Kirilenko.

La prise de Marioupol et Volnovakha permettrait de faciliter la jonction de la Crimée annexée avec les forces du territoire séparatiste prorusse de Donetsk, et donc avec la frontière avec la Russie. Un tel corridor bloquerait aussi l’accès à la mer d’Azov à l’Ukraine sans tout l’est du pays.

Marioupol sera entièrement encerclée dès mardi, avait promis plus tôt Edouard Bassourine, commandant des forces séparatistes du territoire prorusse de Donetsk à la chaîne d’État russe.

À Kherson, à l’ouest de Marioupol, il semble que des troupes russes patrouillent désormais à l’intérieur de la ville.

Aux entrées de Kherson, l’armée russe a installé des checkpoints. Il est difficile de dire comment la situation va se développer, a écrit sur sa page Facebook Igor Kolikhaïev, maire de cette ville de 290 000 habitants située près de la Crimée. Kherson est et reste ukrainienne […] Kherson résiste!, a-t-il ajouté.

Les civils ciblés à Kharkiv

Le centre de Kharkiv, ville d’environ 1,4 million d’habitants située non loin de la frontière russe, a été la cible de bombardements intenses par l’armée russe, a annoncé mardi sur Telegram le gouverneur de la région, Oleg Sinegoubov.

L’occupant russe continue d’user d’armes lourdes contre la population civile, a-t-il écrit, publiant des images d’une énorme explosion sur la place centrale de la ville, où se trouve le siège de l’administration locale. Des images d’un missile s’abattant sur cet édifice avaient aussi commencé à circuler sur Twitter tôt mardi matin.

Au moins 10 personnes ont été tuées, plus de 20 blessées. Les secouristes et les volontaires ont sauvé des décombres 10 personnes, selon un bilan préliminaire, a indiqué de son côté le service ukrainien des situations d’urgence.

Des pompiers soulèvent une civière dans des ruines.

Les services d’urgence sortent un corps de l’hôtel de ville de Kharkiv après un bombardement russe, le 1er mars 2022. Photo: AFP via Getty Images/Sergey Bobok

De son côté, la Russie continue d’affirmer qu’elle ne vise pas les zones et les infrastructures civiles, malgré les bombes qui tombent sur des quartiers résidentiels. Le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, a de nouveau accusé l’Ukraine d’utiliser les civils comme boucliers humains.

Des lance-roquettes multiples, des mortiers de gros calibre sont installés dans les cours d’immeubles près d’écoles et de jardins d’enfants, a soutenu M. Choïgou, mardi. Les forces armées de la Fédération de Russie continueront l’opération militaire spéciale jusqu’à ce que les objectifs fixés soient atteints.

Lundi, la haute-commissaire aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, indiquait que la guerre a tué, au bas mot, 102 civils, dont 7 enfants, un bilan qui pourrait être considérablement plus élevé. Le ministère de la Santé ukrainien dénombre pour sa part au moins 353 civils tués depuis le début de l’invasion.

Dans un tweet publié mardi matin, le ministre de la Défense de l’Ukraine a affirmé que plus de 5700 soldats russes avaient perdu la vie depuis le début de l’invasion. Il s’agit d’un estimé des pertes russes et non d’un bilan exhaustif, a précisé Oleksii Reznikov.

Des kilomètres de chars aux portes de Kiev

Les forces du Kremlin sont aussi en mouvement dans le nord du pays, Kiev étant l’une des cibles principales de Vladimir Poutine.

Après une fin de semaine de bombardements et d’escarmouches dans la capitale et ses environs, un important convoi de l’armée russe s’en approche. Il se trouverait à environ 25 kilomètres de la ville, selon un responsable de la Défense américaine.

Des images satellites publiées tard lundi montraient des colonnes de véhicules militaires s’étirant sur une soixantaine de kilomètres au nord-ouest de Kiev.

Les résidents de la ville toujours sur place ont commencé à préparer le terrain pour l’arrivée des forces motorisées et blindées. Tranchées et barricades routières de fortune se sont multipliées dans les derniers jours.

Des habitants demeurés sur place produisent aussi des cocktails Molotov à la chaîne. L’armée ukrainienne a publié des graphiques leur montrant sur quelles parties des chars russes les lancer afin de causer le plus de dommage.Un homme en complet pose avec une mitraillette.

Svyatoslav Yurash, 26 ans, législateur au sein du gouvernement de Volodymyr Zelensky, pose avec son fusil d’assaut en attendant les soldats russes à Kiev. Photo : AFP via Getty Images/Aris Messinis

Mardi, l’armée russe a demandé aux civils de Kiev vivant près d’infrastructures du renseignement ukrainien d’évacuer.

Afin d’arrêter les attaques informatiques contre la Russie, des frappes avec des armes de haute précision vont être menées contre des infrastructures technologiques du service de sécurité et du centre principal de l’Unité des opérations psychologiques à Kiev, a prévenu le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov.

Nous appelons […] les habitants de Kiev vivant à proximité des noeuds de retransmissions à quitter leur domicile.Une personne se tient dans le cratère d'un obus près d'un bâtiment détruit.

Une base militaire de Bovary, au nord-est de Kiev, détruite par des bombardements, le 1er mars 2022 Photo: AFP via Getty Images/Genya Savilov

À Okhtyrka, à l’est de Kiev, non loin de la frontière russe, plus de 70 soldats ukrainiens sont morts après des bombardements visant une base militaire, a annoncé le gouverneur de la région de Soumy dans une publication Facebook.

Le président du Bélarus a par ailleurs annoncé mardi qu’il allait déployer plus de troupes à sa frontière avec l’Ukraine, selon le service de presse de l’État Belta. Le pays d’Alexandre Loukachenko sert déjà d’arrière-base aux troupes russes qui descendent vers Kiev.

Radio-Canada avec les informations de Reuters et Agence France-Presse

Étiquettes : , , ,

Une Réponse to “La Russie intensifie son offensive en Ukraine et avance dans le sud-est”

  1. Bouesso Says:

    Sale guerre sans raison ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :