France: Jean-Pierre Pernaut, star du « 13 heures » de TF1 pendant trente-deux ans, est mort

De 1988 à 2020, il a présenté le journal de la mi-journée, réunissant chaque jour 5 millions de téléspectateurs. Le journaliste, qui promouvait la proximité et les terroirs, s’est éteint mercredi, à l’âge de 71 ans.

Jean-Pierre Pernaut posant sur un plateau de la chaîne de télévision française TF1 à Paris, le 22 février 1988.
Jean-Pierre Pernaut posant sur un plateau de la chaîne de télévision française TF1 à Paris, le 22 février 1988. GEORGES BENDRIHEM / AFP

« J’appréhende mon dernier “13 heures” », confiait-il au Parisien à la veille de présenter son ultime journal sur TF1, le 18 décembre 2020, alors que 5 millions de téléspectateurs en moyenne le suivaient chaque jour depuis trente-deux ans. Un déchirement pour le présentateur du JT de la mi-journée le plus regardé d’Europe, dicté déjà par le cancer. Jean-Pierre Pernaut est mort mercredi 2 mars, à l’âge de 71 ans, a annoncé mercredi à l’Agence France-Presse l’agent de son épouse Nathalie Marquay-Pernaut.

« Le père de Tom, Lou, Olivier et Julia est décédé des suites de son cancer du poumon », a-t-elle déclaré, quelques minutes avant que TF1 confirme la disparition du journaliste.

Surtout ne pas parler de « longue maladie », expression qu’il abhorrait depuis sa rencontre avec Nathalie Marquay, Miss France 1987 qui avait vaincu une leucémie. Mariés en 2007, ils avaient eu deux enfants, Tom et Lou, qui avaient rejoint les deux aînés, nés de sa première union avec Dominique Bonnet : Julia et Olivier. Avec ce dernier, team manageur, ils partageaient la même passion pour l’automobile.

Opéré d’un cancer de la prostate en 2018, Jean-Pierre Pernaut était revenu sept mois plus tard, jusqu’au confinement, reclus pendant quatre-vingt-trois jours chez lui, à Louveciennes (Yvelines). Il avait été opéré du cancer d’un poumon en juillet 2021, le second était touché en novembre, inopérable. Depuis, ce catholique pratiquant tenait à partager son combat, comme dans La Vie d’après, sur C8, le 9 décembre 2021, sa première infidélité à TF1 en quarante-cinq ans de carrière.

Une proximité non feinte

Diplômé de l’Ecole supérieure de journalisme de Lille (ESJ) en 1975, puis stagiaire au Courrier picard, le futur « JPP » apparaît ainsi pour la première fois à l’écran en août 1972, à 22 ans, au temps de l’ORTF. Avant d’être contacté par TF1 et d’intégrer la chaîne le 6 janvier 1975, jour de sa création.

Ce n’est que le 22 février 1988, à 13 heures, qu’il prend la suite d’Yves Mourousi, jugé trop parisianiste. Alors que le patron de TF1 Patrick Le Lay lui demande de jouer la proximité, Jean-Pierre Pernaut a l’idée de créer un réseau de correspondants (aujourd’hui composé de 19 bureaux et 150 journalistes). Résultat, cinq mois après son arrivée, son « 13 heures » passe devant celui d’Antenne 2, pour ne plus quitter la première place – même depuis que Marie-Sophie Lacarrau lui a succédé, en janvier 2021.

Cette proximité, qui assure son succès, n’est pas feinte. Comme les gens qui le regardent, Jean-Pierre Pernaut parle sans prompteur, conduit sa voiture, peste contre les « bouchons », pousse des coups de gueule, fait ses courses… en dépit d’un bon salaire, qu’il assume. Il ose même parler d’argent dans « Combien ça coûte? » (de juillet 1991 à mai 2010).

Parallèlement, il a le soutien de sa hiérarchie : « Jamais, en trente-trois ans, un patron de TF1 ne m’a téléphoné pour me dire “il faut faire ça” », assure-t-il dans « Focus » du 25 septembre 2020.

Pourtant les critiques fusent. On lui reproche d’exacerber la rivalité province-Paris, alors que, né à Amiens le 8 avril 1950 et ayant grandi à Quevauvillers (Somme), il cible régulièrement les journalistes parisiens ; on l’accuse surtout d’être populiste. « Si s’intéresser aux gens, c’est être populiste, alors je le suis », répond-il dans Aujourd’hui en France, le 6 février 2015. Pas réac mais « conservateur » ; il s’enorgueillit d’avoir « senti la crise des “gilets jaunes” deux ans avant tout le monde » (Focus, 25 septembre 2020). « Le trait de génie de Pernaut avait été de comprendre qu’après les années 1980 fric et frime, le public avait soif d’écologie, d’authenticité, de vraies valeurs », note l’écrivain Michel Houellebecq dans La Carte et le Territoire (Flammarion, 2010)

La marque de fabrique de « JPP » restera les reportages de proximité, du savetier au boulanger. Même s’il a été, aussi, un des premiers Occidentaux à pénétrer dans la zone interdite de Tchernobyl, le 22 avril 1990. Et s’il a interviewé quatre chefs d’Etat : François Mitterrand, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron (François Hollande ayant refusé).

Depuis son départ du JT, le journaliste avait lancé JPPTV.fr, plate-forme sur le patrimoine des régions, et animé « Jean-Pierre et vous », le vendredi sur LCI. En plus de ses activités d’auteur (L’Almanach des régions33 ans avec vous…, aux éditions Michel Lafond) et de sa passion pour le théâtre (il a coécrit Piège à Matignon et Régime présidentiel).

Jean-Pierre Pernaut en quelques dates

8 avril 1950 Naissance à Amiens (Somme)

1988-2020 Présentateur du « 13 heures » de TF1

2 mars 2022 Mort à l’âge de 71 ans

Avec Le Monde par Catherine Pacary

Étiquettes : , , , ,

Une Réponse to “France: Jean-Pierre Pernaut, star du « 13 heures » de TF1 pendant trente-deux ans, est mort”

  1. Bouesso Says:

    Grand journaliste repose en paix !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :