Ukraine-Tchernobyl : l’AIEA minimise les risques de fuites de substances radioactives

Un employé dans la salle de contrôle de la centrale nucléaire de Tchernobyl.

L’AIEA minimise les risques de fuites de substances radioactives à la suite de la coupure totale d’électricité de la centrale nucléaire de Tchernobyl, affirmant que la charge thermique de la piscine de stockage et le volume d’eau de refroidissement sont suffisants pour évacuer efficacement la chaleur sans alimentation électrique. Photo: Reuters/Gleb Garanich

La coupure d’électricité à la centrale de Tchernobyl en Ukraine pourrait entraîner des fuites radioactives, selon la compagnie nucléaire publique ukrainienne Energoatom. Selon elle, le manque d’électricité empêcherait le refroidissement du combustible nucléaire usagé.

Mais l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a minimisé mercredi les risques de fuites radioactives.

L’Agence internationale de l’énergie atomiqueAIEA affirme dans un communiqué que la perte d’électricité sur le site n’a pas de conséquence importante pour la centrale. La charge thermique de la piscine de stockage de combustible usagé et le volume d’eau de refroidissement sont suffisants pour évacuer efficacement la chaleur sans avoir besoin d’une alimentation électrique, indique l’Agence internationale de l’énergie atomiqueAIEA.

Cependant, les travaux pour réparer la ligne à haute tension qui alimente le site en électricité sont impossibles à effectuer, puisque les combats entre l’armée russe et les forces ukrainiennes se poursuivent toujours.

L’alimentation électrique permet aussi le fonctionnement des systèmes de ventilation. Sans eux, le personnel s’expose à des doses dangereuses d’irradiation, dit Energoatom.

Selon Energoatom, environ 20 000 barres de combustible usagé ne peuvent être refroidies, ce qui pourrait provoquer la libération de substances radioactives dans l’environnement, et le nuage radioactif pourrait affecter d’autres régions d’Ukraine, mais aussi de la Russie et de l’Europe.

Zaporijia occupée par les forces russes

À la centrale nucléaire de Zaporijia, les niveaux de radiation sont quant à eux redevenus normaux, alors que les réparations sont effectuées sur le bâtiment qui avait été endommagé par les combats entre les troupes russes et ukrainiennes. La centrale de Zaporijia, la plus grande de ce type en Europe, a été capturée par l’armée russe la semaine dernière.

Nous sommes en train d’éclaircir ces informations en lien avec l’Agence internationale de l’énergie atomiqueAIEA et avec les autorités ukrainiennes pour mesurer la situation sur place, combien de lignes électriques sont concernées, quelles sont les alternatives possibles en termes de générateurs diesel. […] Nous demandons à la Russie de coopérer pleinement avec l’Agence internationale de l’énergie atomiqueAIEA pour garantir la sécurité des sites nucléaires en Ukraine, a déclaré le porte-parole du gouvernement français, Gabriel Attal.

L’Agence internationale de l’énergie atomiqueAIEA avait demandé plus tôt à la Russie d’autoriser le personnel de Tchernobyl à effectuer des rotations pour assurer la sécurité du site. Plus de 200 techniciens et gardes sont toujours bloqués sur le site de la centrale nucléaire, qui est surveillée par l’armée russe depuis maintenant 13 jours.

En avril 1986, le réacteur numéro 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl avait explosé durant un test de sécurité. Le site est situé à une centaine de kilomètres au nord de Kiev.

Par Radio-Canada avec les informations de Agence France-Presse et Reuters

Étiquettes : , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :