Violences en marge du concert de Fally Ipupa : deux Congolais condamnés par la justice française

Fally Ipupa, de son vrai nom Fally Ipupa Nsimba, est né le 14 décembre 1977, à Kinshasa, est chanteur, danseur, auteur-compositeur-interprète, et producteur congolais. © FRANCOIS GRIVELET pour JA

La justice française a condamné, mercredi 9 mars, deux Congolais impliqués dans les violentes manifestations qui avaient eu lieu, en février 2020, en amont d’un concert donné à Paris par la star congolaise Fally Ipupa.

Le 28 février 2020, l’alliage explosif de la rumba et de la politique congolaises s’était invité au coeur de la capitale française. Malgré l’interdiction de manifester, de multiples incidents avaient éclaté en amont du concert donné à Bercy par Fally Ipupa.

Issus de la diaspora, les manifestants accusaient la star de 44 ans, qui mêle harmonies traditionnelles africaines et musiques urbaines, d’être proche de l’ancien président de la RDC, Joseph Kabila, mais aussi de son successeur Félix Tshisekedi.

Deux hommes étaient convoqués au tribunal correctionnel de Paris pour avoir, au cours de ces violences, brûlé leur propre voiture. Mais seul l’un d’eux, le propriétaire du véhicule, s’est présenté à l’audience. Conformément aux réquisitions, il a été condamné à 150 jours-amende à 10 euros. « On voulait coûte que coûte faire annuler ce concert, a déclaré à la barre ce technicien de maintenance de 31 ans. On est dans un mouvement qui manifeste pacifiquement, on avait demandé l’autorisation au préfet de police mais qui nous l’a refusée. »

Les images de vidéosurveillance montrent plusieurs hommes arrivant à bord d’une Peugeot 106, en sortir, dévisser les plaques d’immatriculation avant d’y mettre le feu.

Mais pourquoi donc brûler sa propre voiture ? s’interroge le tribunal, perplexe devant cette « revendication ». « C’était un acte de passion, pas du tout un acte prémédité », soutient le prévenu, grand, longiligne et cintré dans un caban. « C’est une soirée qui coûte cher… », a ironisé le procureur, qui a également requis huit mois de prison ferme contre le prévenu absent.

Ce dernier a été condamné par défaut à cinq mois de prison ferme. Dans sa plaidoirie, l’avocat du propriétaire de la voiture, Me Félix Alfonsi, a mis en avant l’histoire personnelle de son client, qui a fui la RDC à l’âge de 15 ans. En ne prenant pas position politiquement, le chanteur Fally Ipupa est de fait « une arme du régime autoritaire congolais, de soft power, a-t-il soutenu. C’est la perception qu’en a la diaspora congolaise qui vit ici, exilée. »

Une cinquantaine de personnes avaient été placées en garde à vue à la suite de ces violences. Mais dans la plupart des cas, l’affaire avait été classée sans suite.

Avec Jeune Afrique par AFP

Étiquettes : , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :