Les livraisons d’armes occidentales feront-elles pencher la balance en Ukraine?

L’arsenal de missiles antichars occidentaux livré aux Ukrainiens permet de détruire des blindés. Des soldats ukrainiens tirent ici un Javelin de fabrication américaine lors d’un exercice, en décembre dernier. Photo : AP

Depuis un mois, les forces terrestres russes se butent à une résistance acharnée des Ukrainiens sur le champ de bataille où les missiles portatifs occidentaux comme le Javelin, le NLAW ou le Stinger infligent de lourds dégâts à leurs colonnes de blindés et à leurs hélicoptères de combat.

Mais en dépit de ce succès incontestable contre le fer de lance des forces d’invasion russes, ces armes légères peuvent-elles vraiment changer la donne durablement en Ukraine?

La question ne laisse aucun doute dans mon esprit. Oui, ces armes-là ont un effet important, estime Charles-Philippe David, fondateur de la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques de l’UQAM.

Il est clair, poursuit-il, que l’état-major russe a largement sous-estimé le potentiel que les Ukrainiens allaient tirer de ces missiles sur le terrain.

Fabriqués par Lockheed Martin, Raytheon et SAAB, ces petits missiles, dont le prix varie de 30 000 $ à 80 000 $ pièce, se transportent en bandoulière et permettent à un soldat, seul, de détruire à peu près n’importe quel véhicule blindé, bâtiment ou position ennemie jusqu’à une distance de 2 à 3,5 kilomètres, selon le modèle.

Même les récents chars russes T90, dotés des blindages les plus sophistiqués, n’y résistent pas.

Au début de mars, le département américain de la Défense estimait que la Russie perdait en moyenne une cinquantaine de véhicules par jour en Ukraine.

La puissance de feu que confèrent les armes antichars occidentales et l’agilité des unités ukrainiennes semblent avoir pris les forces russes par surprise. Photo: AFP via Getty Images/Anatolii Stepanov

Auparavant, détruire un char de combat moderne nécessitait la forte puissance de feu qu’apportent les canons, les bombardements aériens ou encore les mines terrestres. Les soldats au sol n’avaient que peu de chances de détruire un char d’assaut sauf, peut-être, lors d’embuscades en combat rapproché. Et encore, les risques étaient très importants pour ceux qui se lançaient dans une telle entreprise.

Au fil de leur évolution technologique, les armes antichars occidentales sont devenues de plus en plus précises et faciles à transporter.

Si, au début des années 2000, il fallait en général trois hommes pour tirer un missile antichar TOW sur le champ de bataille, un soldat suffit aujourd’hui pour lancer un Javelin ou un NLAW et obtenir le même résultat.

Dans un bilan publié mercredi, l’état-major ukrainien affirme avoir détruit 517 chars d’assaut, 1578 blindés, 267 pièces d’artillerie et une cinquantaine de lanceurs de missiles antiaériens. Depuis le début de l’invasion, Moscou n’a reconnu de son côté que la perte de 1351 soldats et 3825 blessés. Selon les dernières estimations de l’Organisation du traité de l’Atlantique nordOTAN, entre 30 000 et 40 000 soldats russes ne seraient plus en état de combattre. Des données à traiter avec prudence, bien entendu.

Mobiles, discrètes et précises

Tout le succès de ces armes intelligentes, livrées par milliers en Ukraine, repose sur le fait qu’elles touchent leur cible à la verticale, frappant le dessus des véhicules, là où leur blindage est le plus faible.

Une fois la cible verrouillée et le tir effectué, le missile de type autonome après tir (fire and forget) trouve lui-même son chemin jusqu’au blindé sans que l’opérateur ait à rester sur place pour le guider, au risque de devenir une cible à son tour.

Une unité de soldats munie de missiles antichars NLAW en déploiement près de Lviv, dans l’ouest de l’Ukraine. Photo: AP/Pavlo Palamarchuk

Avec de telles armes, il est désormais possible pour une petite unité de combattants à pied de détruire des mastodontes blindés de plusieurs millions de dollars sans trop s’exposer à leur tir meurtrier.

Faciles à cacher et à transporter dans des coffres de voitures, ces lance-missiles d’à peine 1,2 mètre de longueur peuvent aussi être utilisés depuis l’intérieur d’un bâtiment, ce qui les rend redoutables dans les combats urbains.

Les images relayées sur les réseaux sociaux et les télévisions occidentales qui montrent la destruction de chars et de blindés russes lors d’embuscades ukrainiennes parlent d’elles-mêmes.

Je pense que ça constitue vraiment un game changer, insiste Charles-Philippe David. La preuve est dans le résultat. Les Russes n’ont pas conquis de villes, outre Marioupol [qui résiste encore], et peut-être Kherson et quelques autres dans le sud.

Outre les Javelin, les drones Bayraktar TB2 fournis à l’Ukraine par la Turquie – de petits engins volants commandés à distance, dotés de caméras et de missiles – causent aussi beaucoup de maux de tête aux forces mécanisées russes, pourtant cinq fois supérieures à celles des Ukrainiens.

Ces drones ont connu un tel succès que Vladimir Poutine en a même commandé à la Chine, ironise Charles-Philippe David.

La Turquie, qui est membre de l’OTAN, a livré en 2019 aux Ukrainiens plusieurs exemplaires de ses drones de combat Bayraktar TB2 qui se sont particulièrement illustrés contre les colonnes de blindés russes. Photo : The AP

Pas assez pour gagner la guerre

Moins catégorique que son collègue, le major canadien à la retraite Michael Boire, professeur adjoint au Collège militaire royal du Canada à Kingston, reconnaît l’apport indéniable de ces missiles, mais il n’est pas certain que les conditions soient réunies sur le terrain pour qu’ils changent définitivement la donne face à une invasion aussi puissante et coordonnée.

On ne peut pas se contenter de dire : « Ces armes vont arriver, elles seront déployées par les Ukrainiens et il y aura aussitôt des effets positifs. » Les Ukrainiens peuvent créer des conditions très difficiles pour les Russes, poursuit-il, et on espère que ça arrivera, mais il y a beaucoup de conditions à remplir.

Et il n’est pas sûr que ce soit le cas pour l’instant, selon les informations accessibles.

Malgré ce qu’on peut entendre et voir à la télévision, les Russes, jusqu’à maintenant, n’ont pas arrêté. Ils ont été stoppés à plusieurs reprises, mais ils sont toujours en mouvement, soutient Michael Boire.

Selon l’ancien officier qui a servi plusieurs années au quartier général de l’Organisation du traité de l’Atlantique nordOTAN, où il étudiait la stratégie militaire russe, les cargaisons de Javelin, de NLAW et de Stinger doivent pouvoir continuer à se rendre jusqu’aux champs de bataille.

Or, cela est de moins en moins évident, dans la mesure où les Russes bombardent les lignes d’approvisionnement ukrainiennes près des frontières roumaines et polonaises.

De plus, une fois livrées, les armes doivent être protégées et distribuées aux unités de combat dans tout le pays, surtout aux endroits où elles joueront un rôle déterminant, ce qui n’est pas gagné d’avance quand les lignes de communication sont coupées et les villes assiégées. Ça demande de la logistique et de l’information terrain.

Une autre condition à remplir, précise Michael Boire, est la formation des soldats appelés à utiliser ces armes. En effet, dans la mesure où les forces ukrainiennes sont composées d’une part importante de réservistes et de volontaires, il faut leur apprendre à les manier, et à le faire de concert avec l’artillerie et le reste des forces ukrainiennes.

L’ex-officier émet également des réserves quant à l’efficacité réelle de ces armes de haute technologie en situation de combat, avec tout le stress et les imprévus que cela implique.Des soldats apprennent à un volontaire ukrainien comment utiliser un lance-missile NLAW.

Malgré la simplicité et l’efficacité de ces armes, leur maniement doit être appris aux combattants pour qu’elles soient pleinement efficaces sur le champ de bataille. Photo: AP/Efrem Lukatsky

« Quand on parle de 85 % ou 90 % d’efficacité, on parle d’un soldat qui tire un missile sur une cible qui ne se déplace pas dans une ambiance où il peut se concentrer sur son tir. »— Une citation de  Michael Boire, professeur adjoint au Collège militaire royal du Canada à Kingston

Il en va autrement lorsqu’on est sous le feu de l’ennemi sur un champ de bataille où les cibles sont en mouvement, souligne-t-il. En tant que chef, si mes missiles frappaient une fois sur deux, je serais content.

Et les Russes vont s’adapter… Face à ce problème, ils vont commencer à faire des tirs spéculatifs pour trouver les missiles en engageant les meilleures positions de tir. Sans compter le nettoyage des sites de tir ukrainiens les plus probables avec des barrages d’artillerie.

Mais Charles-Philippe David n’en démord pas : l’aide militaire occidentale et la combativité des Ukrainiens, déterminés à défendre leur pays coûte que coûte, ont profondément ébranlé la confiance et les plans de l’état-major russe.

C’est vraiment une défaite pour Poutine, avance-t-il, dans l’optique où le Kremlin croyait prendre le contrôle de l’Ukraine probablement en moins d’une semaine. Ce qui constitue d’autant plus une erreur, selon lui, que Moscou savait qu’il devrait affronter ce type d’armes occidentales sur le terrain.

Les Javelin, les NLAW et autres missiles du genre ne sont pas une nouveauté pour les Ukrainiens, rappelle-t-il. Kiev s’était déjà dotée de stocks de missiles antichars modernes et de drones turcs après l’annexion de la Crimée par la Russie, en 2014.

Plusieurs pays de l’Organisation du traité de l’Atlantique nordOTAN, dont le Canada, ont également fourni des instructeurs militaires à l’Ukraine pendant près de huit ans pour leur apprendre à utiliser ces armes, rappelle le fondateur de la Chaire Raoul-Dandurand.

Les Russes ont agi en amateurs en envahissant l’Ukraine, analyse Charles-Philippe David.

C’est bizarre à dire, Poutine va tuer énormément de civils, mais il va peut-être perdre plus de soldats que l’Ukraine perd de civils, souligne le chercheur. Pour l’instant, on n’a pas de chiffres exacts et on ne peut pas vérifier. On parle de presque 10 000 soldats russes qui auraient peut-être péri jusqu’ici.

Le défi des grandes villes

Les bombes et les missiles pleuvent sur les grandes villes ukrainiennes depuis le tout début de l’invasion russe. Photo : (Mstylav Chernov/The AP)

S’il est un point sur lequel les deux experts se rejoignent, c’est sur l’efficacité redoutable qu’auront ces missiles portatifs contre les Russes dans les grandes villes, en raison du coût élevé en hommes et en matériel que représente une telle campagne pour l’armée russe.

Ces missiles antichars peuvent être super efficaces dans une agglomération urbaine, assure le major Boire, qui souligne que, depuis la Tchétchénie, les forces russes ont renoncé aux combats urbains à la faveur d’une stratégie de siège et de bombardements à distance.

Pourquoi perdre des soldats inutilement quand on peut prendre des semaines pour bombarder et assiéger les villes sans menace aérienne? souligne le major à la retraite.

Kiev, les Russes ne vont pas la conquérir. Ils vont peut-être la détruire, mais ils ne vont pas la conquérir, renchérit Charles-Philippe David.

Ils n’ont pas assez de troupes, ils n’ont pas assez d’équipement et ils n’ont pas la maîtrise complète du ciel, poursuit-il, rappelant qu’après un mois de bataille, aucun grand centre urbain d’Ukraine n’est encore sous contrôle russe.

Depuis des jours maintenant, les troupes russes assiègent et bombardent Marioupol, dans le sud de l’Ukraine, sans toutefois en détenir le contrôle. Photo : AP/Evgeniy Malolekta

Tout ce qui reste à Vladimir Poutine, c’est de bombarder et tirer sur les civils jusqu’à ce qu’il y ait assez d’Ukrainiens qui soient morts pour que [le président] Zelensky plie. C’est ce qu’il a fait à Grozny, c’est ce qu’il a fait à Alep [en Syrie]. Pourquoi penser que ce serait différent cette fois? Allez demander aux Syriens qui vivaient à Alep comment ils voient leur ville. C’est pareil aux photos qui nous viennent de Marioupol.

Le Canada, qui est membre de l’Organisation du traité de l’Atlantique nordOTAN, a annoncé récemment l’envoi en Ukraine de 4500 roquettes antichars M72 LAW ainsi que d’une centaine de canons antichars sans recul Carl Gutav M2 et de 2000 projectiles de 84 millimètres pour les alimenter. Le tout provient de l’arsenal des Forces canadiennes. Malgré leur efficacité démontrée, ces armes accusent un certain retard face aux nouvelles générations de véhicules blindés.

Le problème du ciel demeure entier

La Pologne a proposé de céder sa flotte de chasseurs Mig-29 aux pilotes ukrainiens qui sont formés pour combattre dans ce type d’appareil. Photo: Reuters/Peters Andrews

En dépit de l’efficacité démontrée des armes légères livrées par l’Organisation du traité de l’Atlantique nordOTAN et de la ténacité avérée des combattants ukrainiens depuis un mois maintenant, les villes ukrainiennes ne pourront tenir longtemps encore sous les bombes et les missiles de croisière russes sans une défense aérienne adéquate.

Conscient de cet état de fait depuis le premier jour de l’invasion, le président ukrainien Volodymyr Zelensky ne cesse de réclamer à ses alliés une zone d’exclusion aérienne que l’Organisation du traité de l’Atlantique nordOTAN n’ose pas instaurer, de peur d’aggraver ce conflit avec la première puissance nucléaire du monde.

Une position qui irrite de plus en plus d’observateurs pour qui un affrontement avec la Russie deviendrait de toute façon inévitable si le conflit s’enlisait et, surtout, si Vladimir Poutine décidait de recourir à des armes non conventionnelles (chimiques ou nucléaires) pour avoir le dernier mot en Ukraine.

Comment, en effet, protéger le ciel des villes ukrainiennes sans y déployer des armes plus lourdes ou des forces aériennes que seule l’Organisation du traité de l’Atlantique nordOTAN pourrait fournir, sans entrer automatiquement en guerre contre la Russie? Cette question, tous les membres de l’Alliance atlantique se la posent. Et certains, voisins de l’Ukraine, sont déjà prêts à en faire plus.

Après la Pologne qui a récemment essuyé un refus catégorique de Washington d’offrir sa flotte de 27 chasseurs Mig-29 à l’Ukraine, la Slovaquie a proposé le 17 mars dernier de fournir des missiles antiaériens S300 à l’Ukraine. De conception russe, ces systèmes de missiles lourds peuvent abattre des cibles en vol jusqu’à une distance de 120 kilomètres.

Le déploiement de telles armes autour des grandes villes d’Ukraine – que les soldats ukrainiens connaissent bien – serait en effet efficace, croit Charles-Philippe David. Mais il en faudrait, selon lui, beaucoup, et le gros problème serait bien entendu d’acheminer ces volumineux systèmes sur le terrain sans que les Russes les détruisent.

La Slovaquie s’est récemment dite prête à fournir aux Ukrainiens ses missiles S300 pour les aider à se défendre contre les missiles de croisière et les bombardiers russes. Photo: AFP via Getty Images/AFP

Pour le major à la retraite Michael Boire, on marcherait carrément sur la ligne rouge tracée par les Russes si l’Organisation du traité de l’Atlantique nordOTAN devait entreprendre de déployer de telles batteries antiaériennes en Ukraine.

C’est un casus belli [un acte de nature à motiver une déclaration de guerre]. C’est une autre version de la zone d’exclusion aérienne. Les Russes ne l’accepteront pas.

Réunis jeudi à Bruxelles, en Belgique, les membres de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord semblent arriver aux mêmes conclusions.

L’Organisation du traité de l’Atlantique nordOTAN garde ses distances

Se disant déterminée à tout faire ce qu’elle peut pour aider l’Ukraine, l’Alliance atlantique a répété qu’elle veillera à éviter toute escalade susceptible d’entraîner les alliés dans une guerre totale contre la Russie.

L’Organisation du traité de l’Atlantique nordOTAN s’engage, au mieux, pour l’instant, à continuer de fournir des armes antichars, des systèmes de défense antiaériens, des drones et de l’aide humanitaire.

Traçant à son tour une ligne rouge, le président des États-Unis, Joe Biden, a cependant clairement prévenu que l’Organisation du traité de l’Atlantique nordOTAN répliquerait si la Russie s’avisait de recourir à des armes chimiques en Ukraine.

Tous ces palabres et ces mises en garde de dernière minute pour défendre l’Ukraine arrivent bien tard, déplorent en conclusion Charles-Philippe David et Michael Boire. D’autant plus, souligne ce dernier, que la stratégie de sécurité nationale de la Russie sur la question ukrainienne était bien connue de l’Organisation du traité de l’Atlantique nordOTAN et accessible depuis au moins cinq ans sur Internet.

C’est à cette époque qu’il fallait selon lui déployer de réelles mesures dissuasives en Ukraine.

Que tout cet imbroglio soit aujourd’hui une surprise, ça m’échappe, conclut-il, dubitatif.

Avec Radio-Canada par Stéphane Bordeleau

Étiquettes : , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :