La Russie compte intensifier ses frappes sur Kiev

De nouvelles attaques ont été lancées sur la capitale ukrainienne à la suite du naufrage du Moskva.

Des frappes russes ont détruit un atelier de production de missiles sol-air dans l’usine Vizar, en banlieue de Kiev. Photo : AFP via Getty Images/Fadel Senna

Au lendemain du naufrage de son vaisseau amiral dans la mer Noire, la Russie a annoncé vendredi sa volonté d’intensifier ses attaques sur Kiev après avoir accusé l’Ukraine de bombarder des villages sur son territoire.

Le nombre et l’ampleur des frappes de missiles sur des sites de Kiev vont augmenter en riposte à toutes les attaques terroristes et aux sabotages menés en territoire russe par le régime nationaliste de Kiev, a indiqué le ministère russe de la Défense.

Ce ministère a déjà annoncé la destruction d’un atelier de production de missiles sol-air dans l’usine Vizar, en banlieue de Kiev. Cette usine fabriquait des missiles Neptune comme ceux que l’armée ukrainienne dit avoir utilisés pour détruire le croiseur russe Moskva.

Un peu plus tôt, les autorités régionales ukrainiennes ont fait état d’explosions survenues au cours de la nuit au sud-ouest de Kiev, dans le district de Vassylkiv.

Nous sommes parfaitement conscients qu’on ne nous pardonnera pas l’attaque du Moskva, a déclaré Natalia Goumeniouk, porte-parole du commandement militaire de la région sud de l’Ukraine.

Le croiseur russe Moskva lors d’une répétition en vue de la parade du jour de la Marine russe dans le port de Sébastopol, en Crimée, en juillet 2017. Photo: Reuters/ Pavel Rebrov

Nous sommes conscients que les attaques contre nous vont s’intensifier, que l’ennemi va se venger, qu’il y aura des attaques de missiles et des bombardements d’artillerie. Nous sommes prêts à les contrer.

Selon Mme Goumeniouk, aucun membre de l’équipage du croiseur russe n’a pu être sauvé.

Ce navire lance-missiles de 186 mètres de longueur, qui comptait plus de 500 personnes à son bord, a coulé dans la mer Noire après avoir été touché par un missile ukrainien, selon Kiev. Moscou indique que le naufrage du Moskva serait plutôt dû à un incendie accidentel.

Nous avons observé les bateaux qui essayaient de lui venir en aide, mais même les forces de la nature ont été du côté de l’Ukraine, car une tempête a empêché de sauver le bateau et d’évacuer l’équipage, a affirmé Natalia Goumeniouk.

La perte de ce navire est un coup dur porté à la flotte russe dans la région, a déclaré le porte-parole du Pentagone, John Kirby. Elle aura des conséquences sur les capacités de combat de la marine de guerre russe, le Moskva étant un élément clé de ses efforts pour établir une domination navale en mer Noire.

Il s’agit d’un des plus importants revers de la Russie depuis le début de son opération militaire spéciale en Ukraine.

La frappe « n’a pas seulement touché le bateau », selon Mme Goumeniouk, « elle a touché les ambitions impériales de l’ennemi ».

Le président Volodymyr Zelensky a enfoncé le clou en affirmant, dans un message vidéo, que les navires russes ne peuvent qu’aller au fond.

Villages russes bombardés

Par ailleurs, la Russie affirme que l’Ukraine a bombardé des villages russes frontaliers, des accusations balayées par le camp adverse. Selon les Ukrainiens, ce sont les services secrets russes qui mènent des attaques terroristes dans la région frontalière pour alimenter l’hystérie anti-ukrainienne.

Le Comité d’enquête russe a affirmé que deux hélicoptères ukrainiens équipés d’armes lourdes étaient entrés en Russie et avaient procédé à au moins six frappes sur des immeubles d’habitation dans le village de Klimovo, dans la région de Briansk.

Sept personnes, dont un bébé, ont été blessées à des degrés divers, selon ces accusations russes, dont le bien-fondé est impossible à vérifier de manière indépendante.

La Russie a également affirmé vendredi avoir tué une trentaine de mercenaires polonais dans une frappe menée dans le nord-est de l’Ukraine dans un contexte de vives tensions entre Moscou et Varsovie.

En conséquence de cette frappe, un détachement de mercenaires d’une compagnie militaire privée polonaise […] a été liquidé dans le village d’Izioumske, dans la région de Kharkiv. Jusqu’à 30 mercenaires polonais ont été éliminés, a déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov.

Les combats se poursuivent au Donbass

Dans la plus grande région du Donbass, celle de Donetsk, où des combats se déroulent sur toute la ligne de front, trois personnes ont été tuées et sept blessées, selon la présidence ukrainienne.

La conquête de cette ville permettrait aux Russes de consolider leurs gains territoriaux en reliant la région du Donbass, en partie contrôlée par des séparatistes prorusses depuis 2014, à la Crimée, annexée la même année.

L’autre région de ce bassin minier, celle de Lougansk, a été le théâtre de 24 bombardements qui ont fait deux morts et deux blessés, selon M. Zelensky.

Un militaire ukrainien prépare des tirs de roquettes à Louhansk, dans la région du Donbass. Photo : AFP via Getty Images/Anatolii Stepanov

La Russie, dont l’offensive massive annoncée dans le Donbass n’a toujours pas commencé, peine à prendre le contrôle total de Marioupol, un port stratégique de la mer d’Azov.

Des analystes estiment que le président russe Vladimir Poutine, embourbé en raison de la résistance acharnée des Ukrainiens, veut obtenir une victoire dans le Donbass avant le défilé militaire du 9 mai sur la place Rouge, qui marque la victoire soviétique sur les nazis en 1945.

À Borova, dans la région de Kharkiv, sept civils ont été tués et 27 blessés jeudi dans une attaque russe contre des autobus d’évacuation, selon le gouvernement ukrainien.

Une enquête a été ouverte pour violation des lois et coutumes de guerre, associée au meurtre avec préméditation, ont précisé les autorités du pays.

Nouvel échange de prisonniers

À Kherson, une région du sud de l’Ukraine qui est partiellement contrôlée par les Russes, un nouvel échange de prisonniers de guerre a eu lieu entre les deux camps.

Après des négociations tendues, nous avons réussi à conclure des accords sur un échange de prisonniers dans la région du village de Possad-Pokrovské, où quatre prisonniers de l’armée russe ont été échangés contre cinq des nôtres, a indiqué le commandement Sud de l’armée ukrainienne sur sa page Facebook.

Plusieurs échanges de militaires et de civils ont déjà eu lieu entre Ukrainiens et Russes depuis le début de l’invasion, le 24 février, sans être systématiquement confirmés par les deux parties.

Kiev a d’ailleurs annoncé jeudi que 30 Ukrainiens avaient été libérés lors d’un échange de détenus, sans préciser le nombre de soldats russes libérés en retour.

Parmi les prisonniers, le Britannique Aiden Aslin, qui est membre de l’armée ukrainienne, suscite une attention particulière. La télévision publique russe a diffusé jeudi soir des images du jeune homme, menotté et présentant une coupure au front.

Dans une entrevue accordée au Daily Telegraph, sa mère a demandé aux Russes de respecter la convention de Genève sur les prisonniers de guerre et de traiter son fils avec humanité.

Il semble déjà qu’il ait été battu. Il est temps pour le gouvernement britannique de s’impliquer pour assurer la libération d’Aiden, a-t-elle ajouté.

Selon la dernière mise à jour du Haut-Commissariat pour les réfugiés de l’ONU (HCR), plus de cinq millions de personnes ont fui l’Ukraine depuis le début de l’invasion russe.

Les gens continuent de fuir massivement l’Ukraine. Photo: Getty Images/Joe Raedle

Avec Radio-Canada avec Agence France-Presse

Étiquettes : , , , ,

Une Réponse to “La Russie compte intensifier ses frappes sur Kiev”

  1. Bouesso Says:

    Un combat sans arrêt !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :