Pour les demandeurs d’asile au Royaume-Uni, l’escale à Kigali

Moyennant 145 millions d’euros, le Rwanda s’est engagé à accueillir sur son territoire les migrants refusés par le pays de Boris Johnson.

© GLEZ

La mesure ressemble à une règle du jeu de Monopoly, où l’obtention de certains scores aux dés peut vous propulser vers des cases bien plus éloignées que ne le suggère le nombre de points obtenus. Pour avoir tenté une traversée de la Manche d’une quarantaine de kilomètres, des demandeurs d’asile partis de France pourraient se retrouver à 6 592 kilomètres de la destination souhaitée. C’est en effet au Rwanda que le gouvernement britannique pourrait expédier certains demandeurs d’asile. Kigali deviendrait alors une sorte de zone de transit.

La mesure peut paraître surréaliste. Mais depuis 2019, en accord avec l’Union européenne et l’ONU, le Rwanda accueille déjà près de 1 000 demandeurs d’asile qui, eux, n’ont pas réussi à quitter le continent africain. Bloqués en Libye, ceux-ci sont « téléportés » au camp de transit de Gashora où ils sont notamment pris en charge par l’agence des Nations unies pour les réfugiés, dans l’attente du traitement de leurs demandes d’émigration en Europe.

PAUL KAGAME MÉNAGE LA CHÈVRE DE LA FRANCOPHONIE ET LE CHOU DU COMMONWEALTH

Soucieux de ménager la chèvre de la Francophonie et le chou du Commonwealth, Paul Kagame entend décliner le principe, cette fois, avec le Royaume-Uni « brexité ». Si certains observateurs pensent irréalisable le transfert massif de demandeurs d’asile vers le Rwanda – le Premier ministre britannique évoque des « dizaines de milliers de personnes » concernées pour près de 145 millions d’euros – le pari est peut-être d’abord dissuasif, certains obstacles juridiques étant, de toute façon, susceptibles de gripper le projet.

Cimetière aquatique

Bluff ou pas, les intervenants du secteur des réfugiés expriment des inquiétudes quant à la situation des droits de l’homme au Rwanda. Boris Johnson rétorque que seuls les hommes célibataires seraient concernés par le voyage vers Kigali et que cette expédition vaudrait de toute manière bien mieux que la traite des êtres humains perpétrée par « d’ignobles passeurs » qui transforment la mer en un « cimetière aquatique ».

De son côté, le Rwanda affirme que les demandeurs d’asile auraient droit à un logement décent, « à une protection totale en vertu de la législation rwandaise, à l’égalité d’accès à l’emploi, à l’inscription aux services de santé et aux services sociaux » et même à une procédure d’asile alternative. En 2022, 28 526 personnes ont traversé la Manche à bord de petits bateaux.

Moyennant 145 millions d’euros, le Rwanda s’est engagé à accueillir sur son territoire les migrants refusés par le pays de Boris Johnson.

Avec Jeune Afrique par Damien Glez

Étiquettes : , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :