Congo-Commémoration : Pointe-Noire fête ses cent ans

Pour marquer le début de la célébration du centenaire de la capitale économique du Congo, un colloque scientifique international, placé sur le thème «Pointe-Noire, des origines à aujourd’hui», a été ouvert par le Premier ministre,  Anatole Collinet Makosso, le 11 mai dans la salle de conférence de la direction générale du Port autonome de Pointe-Noire (PAPN). Les assisses qui réunissent des experts et universitaires nationaux et internationaux prendront fin le 13 mai.

-Vue de la mairie de l’hôtel de ville de Pointe-Noire

Membres du gouvernement, autorités locales, élèves et étudiants ont pris part à la grande cérémonie, après avoir été reçus à l’esplanade de la direction du PAPN par des sons de musique et des chants des groupes locaux qui ont donné une couleur festive au colloque qui annonce le début de la célébration du centenaire de Pointe-Noire. Le colloque permet de scruter « Pointe-Noire, des origines à aujourd’hui», comme l’indique son thème. Plusieurs détails sur l’historique de la ville sont ressortis dans les interventions d’Anatole Collinet Makosso; Jean François Kando, député maire, président du Conseil départemental et municipal de Pointe-Noire; Jean Luc Mouthoud, président du comité d’organisation; et Yolande Borton Ofouémé, présidente du comité scientifique du colloque.

Surnommée «Ponton la belle», Pointe-Noire (encore appelée Ndji-Ndji), ancien village des pêcheurs vilis, et encore simple district en 1921, fut créée le 11 mai 1922 par un décret marqué du sceau de Victor Augagneur, gouverneur général de l’Afrique équatoriale française. Ancien chef lieu de la région du Kouilou, la ville doit son développement à la construction du port et de la voie ferrée la reliant Brazzaville, sur la rive droite du fleuve Congo. Au fil du temps, la capitale économique du Congo a connu un essor économique et industriel mais,son extension s’est faite sans maîtrise de la gestion foncière. Ce qui fait qu’aujourd’hui la ville est confrontée à diverses difficultés, entre autres, en matière de gestion urbaine, foncière et environnementale, de préservation des ressources de la mer, de pollution liée à l‘exploitation des hydrocarbures, a souligné Jean Luc Mouthoud. Beaucoup d’enjeux et de défis à relever  

D’où l’organisation de ce colloque scientifique international par le groupe interdisciplinaire de recherches et d’études urbaines en collaboration avec le laboratoire de géographie, environnement et aménagement de la Faculté des lettres, arts et des sciences humaines et l‘Université Marien-Ngouabi. L’événement, a indiqué Jean François Kando, sera «une grande messe à travers laquelle Pointe-Noire va revisiter son histoire et se projeter sur son avenir à court-moyen et long terme».

Le colloque permettra donc d’envisager la nouvelle ville de Pointe-Noire. «La nouvelle ville de demain ne consistera pas à l’abandon de la ville actuelle mais plutôt à sa restructuration en profondeur pour aboutir vers l’éradication de toutes les poches de pauvreté urbaines identifiées», a expliqué Jean François Kando. Pour  Yolande Borton Ofouemé : «La ville de Pointe-Noire de demain est celle de la décentralisation qui lui donnera, grâce à son double statut de département et de commune, toutes les chances de se développer de façon durable. Le président de la République Denis Sassou N’Guesso s’engage à donner plus de moyens pour propulser les actions de la décentralisation sur tout le territoire national. C’est un espoir pour Pointe-Noire».

L’espoir de Pointe-Noire, c’est aussi la municipalisation accélérée additionnelle, évoquée par le Premier ministre Anatole Collinet Makosso, que la ville bénéficie et qui sera lancée dans les jours qui viennent. Une municipalisation qui contribuera à l’arrimer à la modernité et à lui doter de nouvelles infrastructures de qualité pour l’amélioration des conditions de vie de la population.  

Le Premier ministre, après avoir a rendu un hommage aux hommes qui ont forgé l’histoire de Pointe-Noire, a vanté la beauté et les qualités de cette ville, en la personnifiant à travers des mots d’amour et de reconnaissance très ovationnés. «Pointe-Noire, nous allons te rendre encore plus belle à l’occasion de ton centenaire, nous allons te revêtir de ta plus belle robe et de tes plus belles parures pour que tu sois aussi belle que tu l’as été», a promis Anatole Collinet Makosso.

Notons que les festivités du centenaire s’étendront jusqu’à la fin de l’année. Par ailleurs, rendant un hommage à ses prédécesseurs, Jean François Kando a remercié le président de la République et son gouvernement pour avoir créé les conditions de la grande commémoration du centenaire de Pointe-Noire, malgré la dureté des temps.

Avec Adiac-Congo par Lucie Prisca Condhet N’Zinga

Étiquettes : , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :