Canada-Orages violents : cinq morts et des centaines de milliers de foyers dans le noir

Les vents ont soufflé jusqu’à 144 km/h par endroit, d’après un bilan préliminaire d’Environnement Canada.

Des pompiers et des travailleurs des services publics constate les dégâts après le passage d'une tempête, à Ottawa.

Des pompiers et des travailleurs des services publics travaillent parmi des lignes électriques, des poteaux et des feux de circulation tombés sur la chaussée et sur les automobilistes lors d’une importante tempête, sur le chemin Merivale, à Ottawa Photo : La Presse Canadienne/Justin Tang

Bon nombre de résidents du Québec et de l’Ontario sont toujours privés d’électricité après le passage d’orages violents qui ont laissé dans leur sillage au moins cinq morts de part et d’autre de la frontière interprovinciale.

Une femme de 51 ans a péri sur la rivière des Outaouais, près de Masson-Angers, après que son ponton a chaviré.

En Ontario, quatre personnes ont perdu la vie après avoir été frappées par la chute d’un arbre. À l’ouest d’Ottawa, un homme de 44 ans a été tué dans le Greater Madawaska tandis qu’un homme âgé de 59 ans est mort sur un terrain de golf situé à l’ouest de la ville, ont déclaré les autorités.

Une autre victime est décédée lorsqu’un arbre est tombé sur une roulotte de camping près du lac Pinehurst, dans la région de Waterloo, selon la Police provinciale de l’Ontario.

Aussi, la chute d’un arbre a provoqué la mort d’une femme dans la soixantaine alors qu’elle se promenait à Brampton, à l’ouest de Toronto, d’après la police régionale de Peel.

La tempête a aussi fait des blessés là où elle est passée, dont au moins trois reposent dans un état critique sur le territoire d’Ottawa.

Dimanche matin, 401 552 clients d’Hydro-Québec étaient toujours sans électricité dans les régions où les orages ont été les plus violents (la Capitale-Nationale, Lanaudière, les Laurentides, l’Estrie et l’Outaouais). Samedi, au plus fort de la tempête, ce sont 550 000 clients qui étaient privés d’électricité.

En Ontario, 276 630 clients d’Hydro One étaient privés de courant au moment d’écrire ces lignes, tout comme 176 008 foyers desservis par Hydro Ottawa.Deux femmes discutent près d'un arbre ravagé.

Deux femmes constatent les dégâts à la suite de la tempête. Photo : La Presse Canadienne/Justin Tang

Hydro-Québec indique que 350 équipes de techniciens sont à pied d’œuvre pour rétablir le courant. Il s’agit d’employés d’Hydro-Québec, mais aussi d’entrepreneurs privés.

Le courant devrait être rétabli chez la majorité des clients touchés durant la journée, à commencer dans les régions les plus durement touchées, explique le porte-parole d’Hydro-Québec Maxence Huard-Lefebvre. Mais la violence de la tempête pourrait laisser des clients dans le noir pour encore plusieurs heures.

« Malheureusement, compte tenu du nombre de gens touchés et de l’ampleur des dégâts, on peut, d’ores et déjà, dire que demain il y aura encore des gens touchés »— Une citation de  Maxence Huard-Lefebvre, Hydro-Québec

La tempête a laissé plusieurs dommages dans son sillage, du sud de l’Ontario jusqu’au centre du Québec. C’est le cas de l’église Saint-Fidèle de Fassett dont le clocher s’est effondré sous la force du vent.Les dommages sur l'église Saint-Fidèle de Fassett

L’église Saint-Fidèle de Fassett a été endommagée par les orages violents samedi Photo : Chantale Lauzon (Facebook)

Dans Lanaudière, deux écoles ont été endommagées par les intempéries. Il s’agit de l’école Sainte-Bernadette de Notre-Dame-de-Lourdes et l’école Saint-Alphonse de Saint-Alphonse-Rodriguez, selon une note publiée par le Centre de services scolaire des Samares, qui indique travailler avec des experts pour évaluer la situation et organiser le retour en classe de manière sécuritaire.

Les fortes bourrasques de vent ont aussi causé des ravages dans la région de Québec, où elles ont même arraché la toiture d’un immeuble résidentiel comptant 72 logements. Les résidants ont dû être évacués et seuls ceux des étages inférieurs ont pu réintégrer leur logement plus tard en soirée, a expliqué Alexandre Lajoie du Service de protection contre l’incendie de la Ville de Québec dans un courriel.Des voitures entourées de débris. Des pompiers sont en arrière-plan.

Les débris de la toiture du 1425, rue Isabelle-Aubert à Québec, ont été retrouvés une centaine de mètres plus loi. Photo : Steve Jolicoeur

À Val-Morin, dans les Laurentides, les autorités demandent aux résidents de réduire leur consommation d’eau potable au strict minimum. En raison de la panne d’électricité, l’approvisionnement en eau produite par nos stations de pompage est au ralenti, a écrit la municipalité sur sa page Facebook.

De la grêle et des vents à plus de 100 km/h

En Ontario, la très forte ligne d’orages qui a balayé une bonne partie du sud de la province a pris naissance à Sarnia samedi matin et a poursuivi sa course tout au long de la journée vers Ottawa, d’après un bilan préliminaire publié dans la soirée par Environnement Canada.Des câbles électriques tombés sur une route

Plusieurs câbles électriques sont tombés sur le chemin Greenbank, à Ottawa, après le passage d’une tempête qualifiée « d’énorme » par le maire Jim Watson. Photo : Radio-Canada/Brian Morris

Le système a ensuite traversé la rivière des Outaouais et a déferlé sur le Québec selon un axe de la Haute-Gatineau jusqu’à Montmagny. Les orages ont également déversé des grêlons d’une taille de 2 à 4 centimètres par endroit, selon Environnement Canada.

L’agence fédérale a enregistré des vents soufflant de 83 à 132 km/h le long du tracé des orages. Les données au Québec sont similaires, mais c’est au lac Memphrémagog que les bourrasques ont été les plus fortes. Les données préliminaires indiquent que le vent a atteint des pointes de 144 km/h.

Vigilance en ce lendemain de tempête

Plusieurs municipalités ont fait état d’arbres tombés et de bris. Même tombés, les arbres peuvent constituer un risque, surtout si l’accident implique des poteaux et des fils électriques.

Il faut toujours considérer un fil électrique comme s’il était sous tension, rappelle Daniel Dancause, expert en mesures d’urgence.

En ce lendemain de tempête, santé et sécurité sont les mots d’ordre pour les personnes qui auront à nettoyer les terrains, y compris les bénévoles et les voisins, ajoute M. Dancause. Ce n’est pas le temps de s’improviser émondeur, insiste-t-il.

Radio-Canada avec les informations de La Presse canadienne

Étiquettes : , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :