Canada-Québec: L’industrie du mariage est plus que florissante en 2022

Deux mains de mariés dont l'une met une bague à l'autre.

De nombreuses cérémonies de mariage ont été reportées depuis 2020. Photo : Shutterstock/ Kirlyv

Après deux ans de pandémie, de nombreux mariages pourront être enfin célébrés cet été. Les entreprises offrant des services font des affaires d’or, mais sont aussi débordées. Pour la majorité, il est impossible de prendre de nouvelles réservations avant 2023.

Pour plusieurs futurs mariés et membres de leur cortège, repousser la date du mariage a eu pour conséquence que les vêtements ne font plus. Si bien que les ateliers de couture sont submergés. Chez Aiguille et bouton d’or, à Drummondville, la propriétaire, Caroline Lemieux, raconte que plusieurs clients arrivent désespérés, mais que des solutions existent.

Quand c’est une fermeture dans le dos, on est capable de tout découdre ça, d’aller poser un lacet [à la place], donne-t-elle en exemple. Mais si le vêtement est devenu réellement trop petit, il faudra le refaire en entier et souvent, ça ne vaut pas tant la peine. Caroline Lemieux suggère de ne pas s’y prendre à la dernière minute parce que, en ce moment, les retouches occupent l’agenda pratiquement jusqu’au mois d’août.

Une allée menant jusqu'à l'autel de mariage.

L’industrie du mariage connaît une saison chargée. Photo : Istock

Pas de nouvelles réservations avant 2023

Les carnets de commandes débordent du côté des fleuristes. L’entreprise Il était une fleur, à Trois-Rivières, doit refuser des mariages pour la première fois de son histoire. Elle ne peut plus offrir de services pour les futurs mariés d’ici le mois d’octobre et, déjà, elle a commencé à prendre des réservations pour l’année 2023.

Cette situation prévaut également chez les hôteliers, qui affichent complet pour 2022. À l’auberge Le baluchon, à Saint-Paulin, la directrice des ventes de groupes, Caroline Lemire, raconte qu’on y célèbre deux mariages chaque fin de semaine depuis le mois d’avril et que la saison se prolonge jusqu’à la fin du mois d’octobre.

L’inflation vient toutefois influer sur le budget des futurs époux, même si leur mariage est réservé depuis trois ans. Le prix du menu a été révisé depuis ce temps. La directrice souligne que les clients demeurent compréhensifs et qu’elle parvient à trouver un terrain d’entente. C’est certain que l’établissement en absorbe une partie et le client aussi.

Comme l’auberge travaille beaucoup avec les produits locaux, elle parvient à maintenir des tarifs intéressants, puisqu’ils sont moins soumis à la valeur marchande internationale et que les frais de transport sont moins élevés.

Radio-Canada avec les informations de Pascale Langlois

Étiquettes : , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :