Côte d’Ivoire : un an après son retour, où en est Laurent Gbagbo ?

BILAN. Le retour de l’ex-président, le 17 juin 2021, présageait une opposition plus franche au pouvoir d’Alassane Ouattara. Un an plus tard, il n’en est rien.

Mis a part quelques deplacements en province dans lesquels il decoche quelques piques au pouvoir, Laurent Gbagbo garde le silence.
Mis à part quelques déplacements en province dans lesquels il décoche quelques piques au pouvoir, Laurent Gbagbo garde le silence.© SIA KAMBOU / AFP

Laurent Gbagbo garde le silence et cela interroge visiblement. Rentré en fanfare le 17 juin 2021 à Abidjan, après son acquittement par la justice internationale, l’ancien président ivoirien se positionne pour l’heure comme un opposant discret. Tout en gardant un œil sur la présidentielle de 2025 ?

Une fois la liesse populaire accompagnant son retour retombée, l’ex-chef de l’État (2000-2011), âgé aujourd’hui de 77 ans, a rapidement affiché sa volonté de jouer le jeu de la réconciliation. En juillet 2021, il s’est d’abord rendu à Daoukro (centre), chez Henri Konan Bédié, ex-président jadis rival et désormais son allié. Quelques semaines plus tard, il était reçu par le président Alassane Ouattara, une première depuis leur duel à la présidentielle de 2010 qui avait débouché sur une crise meurtrière. L’accolade chaleureuse entre les deux hommes laissait entrevoir « des lendemains heureux », comme l’espérait alors la presse. « L’esprit de revanche, pour un républicain, ça ne marche pas. Pour Laurent Gbagbo, la Côte d’Ivoire passe au-dessus de tout », affirme à l’AFP Justin Koné Katinan, un de ses fidèles lieutenants.

Laurent Gbagbo pris dans le jeu de la réconciliation

Après des années d’incarcération à La Haye, accusé puis acquitté par la Cour pénale internationale de crimes contre l’humanité, le « Woody » (garçon, un de ses surnoms) a toutefois voulu reprendre toute sa place dans le jeu politique ivoirien. En octobre, alors qu’il lance le Parti des peuples africains-Côte d’Ivoire (PPA-CI), une nouvelle formation politique panafricaniste de gauche, il assure vouloir continuer la politique jusqu’à sa mort. Mais, si la plupart des cadres du Front populaire ivoirien (FPI), son parti historique, l’ont suivi dans cette aventure, quelques poids lourds manquent à l’appel : parmi eux, Simone Gbagbo, ex-première dame, avec laquelle il a demandé le divorce, et Pascal Affi N’Guessan, son ancien Premier ministre, avec lequel il est en rupture politique. « On pensait que sa sortie de prison allait le booster, mais ça n’a pas été aussi facile, il n’a pas su être le rassembleur de la gauche ivoirienne », pointe l’analyste politique Arthur Banga.

Depuis lors, outre quelques piques contre le troisième mandat controversé de son successeur, Laurent Gbagbo se garde généralement de tirer à boulets rouges sur le pouvoir actuel. « À part deux-trois saillies lors de visites à l’intérieur du pays, ce n’est pas le foudre de guerre qu’on attendait », confirme Arthur Banga. Début juin, les députés de son camp ont même voté en faveur d’Adama Bictogo, le candidat de la majorité, à l’élection du président de l’Assemblée nationale. « Nous ne sommes pas une opposition dogmatique », avait alors justifié Hubert Oulaye, un de ses fidèles lieutenants et patron du groupe PPA-CI à l’Assemblée. « Il n’y a pas d’incompatibilité à travailler à la réconciliation et être un opposant. Laurent Gbagbo est un homme de l’opposition et nous avons beaucoup de points de divergences avec le pouvoir », assure le porte-parole du parti, Justin Koné Katinan, citant pêle-mêle l’endettement, la politique de développement ou encore la politique étrangère.

Une discrétion contrainte jusqu’à quand ?

Pour plusieurs observateurs, cette opposition modérée s’explique aussi par l’épée de Damoclès judiciaire qui plane toujours au-dessus de la tête de Laurent Gbagbo. Car, s’il a été acquitté par la justice internationale, il reste condamné par contumace en 2018 en Côte d’Ivoire à vingt ans de prison pour le « braquage » de la Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest (BCEAO) pendant la crise postélectorale de 2010-2011. « Cette condamnation le contraint à la discrétion. Le pouvoir peut à tout moment activer la procédure judiciaire », estime le politologue et essayiste ivoirien Geoffroy Kouao.

Alors, un an après son retour, Laurent Gbagbo a-t-il toujours envie d’être président de la Côte d’Ivoire en 2025 ? « Il a encore ses ambitions et nous l’accompagnerons. Il n’y a aucun débat là-dessus », répond Katinan, martelant que Laurent Gbagbo n’est « pas à la retraite ». « Son âge avancé constitue un handicap politique dans un pays où les jeunes et l’opinion publique sont de plus en plus hostiles à la gérontocratie. Laurent Gbagbo, aujourd’hui, politiquement, c’est plus un nom, un symbole qu’une réalité », tempère M. Kouao.

Les résultats du PPA-CI aux élections municipales et régionales de 2023 seront un premier indicateur du poids politique que pèse encore Laurent Gbabgo en Côte d’Ivoire.

Par Le Point avec AFP

Étiquettes : ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :