L’alpiniste québécois Richard Cartier meurt lors de l’ascension du K2

Vue sur un sommet enneigé.

Le sommet du K2 est situé dans le nord du Pakistan. Photo : Istock/Patrick Poendl

Les corps du Canadien Richard Cartier et de l’Australien Matthew Eakin auraient été repérés sur le deuxième sommet du monde en altitude.

Selon une source citée par le quotidien népalais The Himalayan Times, les corps des deux alpinistes ont été repérés mardi juste en dessous du camp 1 de la deuxième montagne du monde en hauteur. Situé à 6065 mètres d’altitude, le camp 1 est la première étape de l’ascension après le camp de base.

Ils effectuaient leur redescente après avoir quasiment atteint le camp 4 à 7600 mètres d’altitude, après 16 heures d’ascension. Les conditions météo étaient incertaines dans les jours précédents.

L’expédition du Québécois, dans la soixantaine, était documentée sur les médias sociaux par l’alpiniste Justin Dubé-Fahmy. La dernière publication du Québécois remonte au 21 juillet.

Mardi, on a fait BC au C3 japonais, 7000 m, a écrit Dubé-Fahmy jeudi dernier. On pensait que c’était le C2.5, mais non! Richard [Cartier], Matt [Eakin] et moi étions brûlés. 16 h de grimpe. Puis aujourd’hui, on a touché lower C4 (7600 m). De retour au Camp de Base demain. Il commence à faire froid. On est bien fatigués après ces deux grosses journées.

Un homme pose pour la photo.

Richard Cartier Photo : Facebook

Selon The Himalayan Times, Richard Cartier et Matthew Eakin étaient portés disparus depuis la semaine dernière. Les dernières informations sur les réseaux sociaux au sujet de leur ascension datent du 21 juillet.

Les hommages n’ont pas tardé à fleurir sur les réseaux sociaux, après l’annonce de la triste nouvelle.

« Un maudit bon gars, passionné de la haute montagne, mort en repoussant ses limites pour accomplir ce qu’il aimait par-dessus tout. »— Une citation de  Dr Alain Vadeboncoeur

J’avais jasé avec lui voilà plusieurs années de son ascension de l’Everest, il s’était arrêté à 200 mètres du sommet, incapable d’aller plus loin […] Par principe, il avait refusé de monter le reste avec de l’oxygène, ce qui avait permis à son cogrimpeur de monter jusqu’en haut, a ajouté le Dr Vadeboncoeur qui a étudié avec l’alpiniste québécois.

Richard Cartier était médecin à l’Hôpital de Saint-Jérôme et résidait à Sainte-Anne-des-Lacs, dans les Laurentides.

Avec Radio-Canada

Étiquettes : , , , , ,

Une Réponse to “L’alpiniste québécois Richard Cartier meurt lors de l’ascension du K2”

  1. Bouesso Says:

    Triste fin de rêve ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :