RDC : les manifestations anti-Monusco enflent dans l’Est

Trois Casques bleus et douze manifestants ont été tués ce mardi 26 juillet à Butembo et Goma, lors de protestations contre la présence de la mission des Nations unies dans le pays.

Manifestations du 26 juillet 2022 à Goma. © Michel Lunanga/AFP

Trois membres de la mission de l’ONU et au moins douze manifestants ont été tués le mardi 26 juillet dans deux villes de l’est de la République démocratique du Congo, au deuxième jour de manifestations contre les Nations unies, accusées d’inefficacité dans la lutte contre les groupes armés.

À Butembo, troisième ville de la province du Nord-Kivu, « trois morts parmi les membres de la Monusco, deux Indiens et un Marocain, et un blessé » ont été recensés et du « côté [des] manifestants, sept morts et plusieurs blessés », a déclaré le colonel Paul Ngoma, chef de la police urbaine. Il s’agit d’ »un Casque bleu et [de] deux membres de la police des Nations unies », a précisé la Monusco dans un communiqué, ajoutant que « des assaillants ont violemment arraché des armes à des éléments de la police nationale congolaise et tiré à bout portant sur nos forces de maintien de la paix ». La mission onusienne « condamne fermement cette attaque que rien ne justifie », a-t-elle ajouté.

Situation « très instable »

Lors d’une conférence de presse conjointe avec le numéro deux de la Monusco à Kinshasa, capitale de la RDC, le porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya, a confirmé le bilan de 15 morts et fait état de 61 blessés dans les récents troubles. « En aucun cas la violence n’est justifiée », a-t-il condamné, ajoutant qu’ »une enquête conjointe » serait menée.

Goma, 26 juillet 2022. © Moses Sawasawa/AP/SIPA
Goma, 26 juillet 2022. © Moses Sawasawa/AP/SIPA

Farhan Haq, un porte-parole de l’ONU, a déclaré aux journalistes à New York que la situation sur le terrain était « très instable » et que « des renforts sont en train d’être mobilisés ». À Butembo, important carrefour commercial, où sept personnes ont été tuées, les activités ont été paralysées durant toute la journée. Devant une base de la Monusco, des manifestants ont été dispersés par les forces de sécurité, selon plusieurs témoins. « Parmi ces jeunes gens, on trouve des armes », avait déploré plus tôt le colonel Ngoma.

« Bye bye Monusco »

Beni, la capitale du Nord-Kivu, et Goma ont elles aussi été le théâtre de manifestations. À Goma, la capitale provinciale, les incident ont fait « cinq morts » parmi les manifestants, selon Patrick Muyaya. Un correspondant de l’Agence France presse sur place a constaté la mort d’un manifestant, atteint à la tête par une balle apparemment tirée de l’intérieur de la base logistique de la Monusco en fin de matinée.

Tôt le matin, des centaines de manifestants avaient envahi les abords de la base logistique de la Monusco à Goma et attaqué le camp de transit de la mission situé hors du centre ville. « Nous ne voulons plus de la Monusco », « bye bye Monusco », scandaient des affiches de cette « campagne ». Les forces de sécurité congolaises contenaient difficilement la foule aux abords de la base logistique.

Manifestation devant le siège de la Monusco à Goma, 26 juillet 2022. © Moses Sawasawa/AP/SIPA
Manifestation devant le siège de la Monusco à Goma, 26 juillet 2022. © Moses Sawasawa/AP/SIPA

En RDC, des manifestations sont régulièrement organisées pour exiger le départ des Casques bleus, accusés d’inefficacité dans la lutte contre des dizaines de groupes armés locaux et étrangers qui déstabilisent l’est du pays depuis près de trente ans. Des centaines de manifestants étaient déjà descendus dans la rue le lundi 25 juillet à Goma, à l’appel des organisations de la société civile et du parti du président Félix Tshisekedi, l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS).

Après avoir pris d’assaut le quartier général de la Monusco et sa base logistique, ils avaient cassé des vitres, des murs et pillé des ordinateurs, des chaises, des tables et des objets de valeur. Le gouvernement congolais avait condamné « toute forme d’attaque contre le personnel et les installations des Nations unies », promettant que « les responsables [seraient] poursuivis et sévèrement sanctionnés ».

Sentiment de colère

Toutefois, dans une interview à Radio Okapi, Patrick Muyaya a estimé que l’on ne peut pas qualifier les événements « d’acharnement [des Congolais contre la Monusco]. Ce n’est pas un acharnement parce que la mission est en RDC depuis une vingtaine d’années et malheureusement, au-delà des progrès qui ont été accomplis, la situation a dérapé et il y a eu récemment des déclarations des différents porte-parole des Nations unies que nous avons considérées comme maladroites, qui ont ravivé le feu », a-t-il déclaré.

« Nous sommes en train de subir une agression rwandaise et pour une bonne partie de l’opinion, la Monusco devrait être en mesure de le dire ouvertement, alors qu’elle ne l’a pas dit. La recrudescence de l’insécurité ces derniers jours justifie un sentiment de colère, c’est un sentiment normal », a poursuivi Patrick Muyaya. « Mais au-delà, les gens ont le droit de critiquer la Monusco s’ils estiment que la Monusco n’agit pas efficacement. Il y a maintenant une différence à faire entre ceux qui donnent leur opinion pour critiquer la Monusco et ceux qui s’appellent, derrière une manifestation voulue pacifique, à détruire. »

Khassim Diagne, chef adjoint de la Monusco, a assuré lors de la conférence de presse conjointe : « Notre souhait le plus ardent, c’est de voir l’Est [de la RDC] stabilisé. »

Par Jeune Afrique (Avec AFP)

Étiquettes : , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :