Nostalgie multiethnique: un musulman de Bosnie construit une église catholique

Nostalgie multiethnique: un musulman de Bosnie construit une eglise catholique
Nostalgie multiethnique: un musulman de Bosnie construit une église catholique© AFP/Archives/ELVIS BARUKCIC

À la sortie de l’église tout juste consacrée par une messe, les fidèles remercient chaleureusement un homme de bonne stature en chemise blanche. Husejn Smajic n’a pas assisté aux célébrations religieuses, mais l’édifice catholique n’existerait pas sans ce musulman qui pense qu’une Bosnie fraternelle est toujours possible.

Depuis la guerre intercommunautaire qui fit 100.000 morts dans les années 1990, la Bosnie est divisée selon des lignes de fractures ethniques, avec une entité serbe et une fédération croato-musulmane où les deux communautés cohabitent péniblement.

Bugojno n’est pas épargnée. La plupart des Croates catholiques, avant-guerre 34 % des 47.000 habitants de cette localité de Bosnie centrale, furent expulsés en 1993 par les forces musulmanes bosniaques et moins d’un tiers sont revenus. Des crimes ont été commis des deux côtés.

Husejn Smajic, 68 ans, ne veut pas de cette Bosnie là.

Voici huit ans, en faisant construire un lac artificiel sur sa propriété, l’homme d’affaires retraité a découvert les fondations d’une église catholique médiévale. Le cardinal Vinko Puljic, alors chef de l’Eglise catholique de Bosnie, avait inspecté le site où furent retrouvés 12 squelettes ainsi que les lambeaux d’un habit doré, peut-être selon les archéologues celui de la reine Jelena Gruba, seule femme à avoir dirigé le royaume bosnien médiéval vers la fin du XIVe siècle.

Husejn Smajic décida alors de concrétiser sa vision de la Bosnie multiethnique.

Il a cédé à l’Eglise catholique une partie du terrain hérité de ses parents, et lancé les travaux pour édifier une nouvelle église près des vestiges de celle qui fut probablement détruite lors de l’invasion ottomane du XVe siècle.

Mariages mixtes

Propriétaire d’une scierie et de deux petites centrales hydroélectriques, il est relativement aisé et a financé en grande partie les opérations. Il a aussi fait appel à ses partenaires et bénéficié de dons d’argent et de matériel de Croates mais aussi de musulmans et de Serbes.

« J’ai fait ça pour que les gens voient qu’on peut vivre bien tous ensemble. Il ne peut pas y avoir ici de beauté sans mélange des communautés, c’est notre richesse », explique-t-il à l’AFP.

Il est marié à une catholique, Vesna, et sait de quoi il parle. « J’ai réussi depuis 45 ans déjà à vivre avec mon ennemie », ironise-il. Leurs trois enfants gèrent désormais les entreprises familiales.

« Sa famille, un mariage mixte, lui musulman et sa femme catholique, ses filles mariées à des catholiques, c’est la particularité de ce pays dans lequel nous vivons avec nos différences et où nous pouvons vivre ensemble si nous nous respectons les uns les autres », dit à l’AFP Mgr Puljic dans un sourire approbateur, après avoir consacré la nouvelle église.

Dans les années 1970, les mariages mixtes étaient fréquents dans le petit pays des Balkans de 3,5 millions d’habitants, des Bosniaques musulmans, Croates catholiques et Serbes orthodoxes. La guerre a largement déchiré les trois communautés, y compris les familles, et les coins multiethniques sont rares. Souvent, même dans des localités multiethniques, les enfants ne fréquentent pas les mêmes écoles.

En sortant de l’église, les larmes aux yeux mais « heureuse et fière », Zeljka Sistov Franjic, Croate de 61 ans qui vit aujourd’hui en Croatie, pense que le geste de Smajic est d’une « grande importance pour la cohabitation à Bugojno et en Bosnie ».

Son père de 78 ans vit seul à Bugojno et des voisins musulmans s’en occupent. « C’est ça la vie ici », raconte-t-elle.

« Nous ferions une Suisse« 

« Si nous étions tous comme lui, si nous avions tous cet amour pour l’autre, je pense que ce pays serait tellement heureux et que plus personne n’irait en Allemagne, en Autriche, en Suisse. Nous ferions une Suisse ici », dit Mihovil Klisanin, la soixantaine, parmi les centaines de fidèles qui ont assisté à la messe dans l’église et à l’extérieur.

Chaque année, plusieurs dizaines de milliers de Bosniens fuient leur pays, l’un des plus pauvres d’Europe, pour des raisons économiques et à cause de l’absence de perspectives dans un système où des élites politiques accrochées au pouvoir n’ont pas intérêt au changement.

« Les gens comme Husejn sont rares en Bosnie, surtout après ces conflits tragiques. Il a un cœur grand comme une montagne », dit Frano Glavas, 58 ans, Croate originaire de Bugojno et qui vit lui aussi en Croatie.

L’intéressé invoque plutôt l’amour pour la Bosnie.

« Si on aime ce pays et si on aime ce peuple, je dis bien tout son peuple, il faut travailler contre les hommes politiques et vous êtes alors certainement sur la bonne voie. Ce qu’ils font ne mène nulle part », dit Husejn Smajic.

En attendant, la cérémonie se conclut autour de vastes tablées de cevapis, saucisses prisées dans tous les Balkans.

Par Le Point avec AFP

Étiquettes : , , , , ,

Une Réponse to “Nostalgie multiethnique: un musulman de Bosnie construit une église catholique”

  1. Bouesso Says:

    Bravo pour ce grand geste de solidarité et de fraternité !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :