Les Québécois optent pour la continuité

François Legault et son épouse Isabelle Brais.

François Legault demeurera premier ministre, selon les prévisions de Radio-Canada. Photo : Radio-Canada/Ivanoh Demers

La Coalition avenir Québec (CAQ) remporte les élections et dirigera un autre gouvernement majoritaire, prévoit Radio-Canada. Le parti de François Legault, qui avait remporté le scrutin de 2018, obtient donc un deuxième mandat consécutif. Pour sa part, le Parti libéral du Québec (PLQ) retournera sur les banquettes de l’opposition officielle.

C’est la première fois depuis 2008 qu’une formation politique gagne deux élections générales d’affilée. Et c’est aussi la première fois depuis 1998 que les Québécois confient à un même parti deux mandats majoritaires successifs.

Les sondeurs auront donc vu juste : la CAQ avait été donnée favorite dès le début de la campagne, le 28 août dernier.

Le gouvernement sera une fois de plus dirigé par François Legault qui, selon nos prévisions, sera réélu dans L’Assomption. Et il comptera selon toute vraisemblance sur une équipe encore plus nombreuse que les 76 députés qui siégeaient pour lui au moment de la dissolution de l’Assemblée nationale.

Parmi ces députés se trouve notamment Kateri Champagne Jourdain, dans Duplessis, qui devient la première femme autochtone de l’histoire à faire son entrée au Parlement.

Geneviève Guilbault célèbre avec d'autres militantes.

La vice-première ministre Geneviève Guilbault a été facilement réélue dans Louis-Hébert. Photo : Radio-Canada/Ivanoh Demers

Toutefois, la soirée est beaucoup plus difficile pour les autres formations, dont les appuis tournent tous autour de 15 %.

Pour le PLQ, il s’agit du pire score de son histoire. Ses appuis n’étaient jamais tombés aussi bas qu’en 2018, à 25 %. Cela étant, le parti devrait conserver sa place sur les banquettes de l’opposition. Et sa cheffe, Dominique Anglade, devrait, selon nos prévisions, être réélue.

Le Parti québécois (PQ) atteint aussi un niveau plancher, la formation n’ayant jamais récolté moins de 17 % des suffrages, en 2018. Son chef, Paul St-Pierre Plamondon, livre toujours une chaude bataille au député sortant de Camille-Laurin, Richard Campeau.

Quant à Québec solidaire (QS), le parti devrait terminer la soirée avec un score similaire à celui de 2018 en termes de suffrages et des sièges. Ses deux porte-parole, Gabriel Nadeau-Dubois, dans Gouin, et Manon Massé, dans Sainte-Marie–Saint-Jacques, ont été facilement réélus.

Enfin, le Parti conservateur du Québec (PCQ) était en voie ce soir de ne faire élire aucun député. Battu dans Chauveau, son chef, Éric Duhaime, a toutefois promis d’être à nouveau sur les rangs dans quatre ans.

Appelant ses militants à ne pas être trop pessimistes, l’ex-animateur de radio a rappelé que QS n’avait récolté que 4 % des suffrages aux élections de 2007, les premières auxquelles le parti avait participé.

Trudeau félicite Legault

Les bureaux de scrutin ont fermé leurs portes à 20 h. Radio-Canada a fait connaître sa prévision seulement 10 minutes plus tard.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a rapidement publié un communiqué pour offrir ses félicitations à François Legault, se disant impatient de continuer à travailler avec [lui] pour relever les défis qui comptent pour les Québécois et tous les Canadiens.

Il s’agit notamment de favoriser la croissance de l’économie verte, de lutter contre les changements climatiques, de trouver des solutions à la pénurie de main-­d’œuvre, de rendre la vie plus abordable, de favoriser la création de logements abordables, d’investir dans les infrastructures et de bâtir un avenir propre et prospère, a-t-il indiqué.

Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, a également salué la victoire de son ami François Legault. Continuons à tisser des liens plus profonds entre nos deux provinces et renforçons entre nous les liens économiques qui créent des emplois bien rémunérés, a-t-il tweeté lundi soir.

Près de deux électeurs sur trois ont voté

Le taux de participation final devrait être connu demain matin, mais il oscillait ce soir autour de 63 %, soit un peu moins que les 66,45 % de 2018.

Pas moins de 880 personnes étaient sur les rangs cette année, soit environ sept candidats par circonscription.

Ces élections mettent un terme à une éreintante campagne de 36 jours. Les prochaines semaines s’annoncent évidemment beaucoup plus calmes que les précédentes. Les députés élus aujourd’hui devraient prêter serment dans deux ou trois semaines. En 2018, le Conseil des ministres avait été présenté 18 jours après les élections.

Encore plus qu’il y a quatre ans, François Legault aura l’embarras du choix, d’autant plus que, selon les prévisions de Radio-Canada, les 25 membres du Cabinet seront de retour au Parlement.

Radio-Canada

Étiquettes : , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :