Littérature : le livre « L’université de la forêt » présenté officiellement à Paris

L’ouvrage de Sorel Eta, « L’université de la forêt »paru aux  Presses universitaires de France (PUF) a fait l’objet d’une présentation conjointe à l’Auditorium de la Halle Pajol de l’auberge de jeunesse Paris Yves Robert, dix-huitième arrondissement, par les collaborateurs du PUF, Paul Garapon, directeur éditorial, Dominique Bourg, et Sophie Swaton de la Collection « Terres Nouvelles ».

Sorel Eta lors de la séance de dédicace de son essai L’Université de la forêt à Paris, octobre 2022

Sorel Eta lors de la séance de dédicace de son essai « L’Université de la forêt à Paris », octobre 2022 / Vanessa NG

Le 1er octobre, en préambule de la présentation officielle de « L’université de la forêt », deux auteurs ont témoigné pour leur bonne collaboration avec la « Collection Nouvelles Terres ». Dans la même lancée, cette rencontre littéraire a été l’occasion, en grande partie, de rappeler que les temps de l’arrogance occidentale sont terminés. Les connaissances technoscientifiques dont l’occident était si fier n’ont empêché ni l’empoisonnement de l’environnement ni la menace climatique, ni l’effondrement du vivant ni l’affaiblissement des démocraties, ni un sentiment diffus et général de perte de sens. « Il nous faut inventer des manières plus solides et durables d’habiter la Terre ; et pour réinventer ensemble notre monde, nous avons beaucoup à apprendre des autres, dans le respect mutuel et avec l’humilité nécessaire. Dans cette collection s’expriment à la première personne des témoins aux origines géographiques et aux parcours culturels très différents », ont rappelé Dominique Bourg et Sophie Swaton.

Puisqu’il était question de donner la parole aux témoins, Sorel Eta, en tant qu’autodidacte, s’est retrouvé chez les Aka en 1996. En plein habitat forestier, il avait découvert une grande école, qui se différencie de l’école conventionnelle par des méthodes d’apprentissage propres à l’université de la forêt, et de l’écriture et la lecture pour l’école conventionnelle, liant observation, écoute et initiation appropriées. 

« J’ai appris beaucoup de choses qui ont participé au fait que je devienne ethnologue. Je ne suis pas diplômé d’université mais autodidacte, j’ai commencé à apprendre cela juste après mon baccalauréat. C’est une expérience que beaucoup de gens peuvent vivre. À l’université de la forêt, il y a des choses que nous pouvons apprendre et non à l’université conventionnelle. Donc, c’est pour moi une façon de sauvegarder cette école qui fait partie des richesses de l’humanité parce que, si d’un côté on a l’université conventionnelle et de l’autre l’université de la forêt, cela fait partie de la diversité, et nous savons tous que la diversité est une richesse », a-t-il expliqué.

L’histoire d’une amitié réciproque

De ses vingt-six ans d’observation, d’écoute et d’initiation, il a cautionné ces acquis dans un livre qui constitue désormais l’histoire d’une rencontre, celle de l’auteur avec les Aka. Dans ce qui s’apparente à une introduction progressive à la culture du peuple Aka, lui est un Bantou, ethnie dominante, eux les Aka, peuple autochtone de la forêt du nord de la République du Congo. C’est aussi l’histoire d’une amitié réciproque enjambant les préjugés de part et d’autre. C’est encore celle d’une aventure commune car l’auteur a créé, avec ses amis du peuple autochtone, un groupe musical se produisant sur la scène internationale, Ndima.

La population autochtone est, en effet, connue pour sa polyphonie, aussi savante qu’émouvante. C’est enfin la découverte progressive de l’art de vivre en forêt des Aka. On en apprend beaucoup sur leur art de la chasse, de la cueillette du miel sauvage, sur leurs croyances, les relations hommes-femmes, leur usage parfois choquant de la magie, leur art bien spécial de dépasser tout le monde en forêt… L’auteur alerte sur le fait que cette culture est fragile et menacée de tous côtés. Au-delà de la découverte de l’art de la navigation en forêt des Aka, il invite le lecteur à vouloir s’inspirer autant que possible de ce qu’il appelle l’ »Université de la forêt ».

Pour clore cette présentation, le groupe Ndima s’est produit avec son répertoire de chants de scène de vie courante, suscitant auprès d’un public cosmopolite, venu nombreux, un sentiment mêlé d’étrangeté et de profonde familiarité dans une salle comble avec la présence de la mère de l’auteur, des écrivains Noël Kodia-Ramata et Marien Fauney Ngombé, des journalistes Hordel Biakoro et Marvyne Loti Loutonadio, de la consultante musique, culture et relations internationales, Marie Audigier, de professeurs chercheurs et de plusieurs personnalités du monde de l’art et universitaire.

« L’Université de la forêt » :

https://www.puf.com/…/Luniversit%C3%A9_de_la_for%C3%AAt…

À l’occasion de sa venue en France, le groupe Ndima donnera quelques représentations de son spectacle.

Le mardi 4 octobre au 360 Paris Music Factory à 20 h 30, 32 rue Mhyra 75018 Paris

Le 15 octobre prochain le Cepravoi recevra l’équipe de Ndima et Sorel Eta pour une fabuleuse rencontre autour des chants des pygmées Aka.

 https://www.cepravoi.fr/…/a-la-rencontre-des-pygmees-aka/ et la billetterie pour le concert du soir, à 19h, est ouverte : https://www.cepravoi.fr/stages/concert-du-groupe-ndima/

« Aka free voices of forest » https://www.facebook.com/Coloreprod emmené par les talentueux Leïla MartialRémi Leclerc et Eric Perez. Spectacle que vous pourrez retrouver dans le cadre du 18e Festival de la Voix, à la Maison de la Culture de Bourges, le 13 mai 2023 : https://www.mcbourges.com/…/aka-free-voices-of-forest…/

Avec Adiac-Congo par Marie Alfred Ngoma

Étiquettes : , , , ,

Une Réponse to “Littérature : le livre « L’université de la forêt » présenté officiellement à Paris”

  1. Otsilikogo lengassa saurel Says:

    Je suis vraiment touché par le profond amour et attention que l’auteur accorde à ce peuple ménacé .je loue les efforts consentis qu’il a fourni pour arrivé jusque publier ce livre ,moi par exemple c’est grâce à cette oeuvre que je viens de découvrir ce peuple.par contre j’avais déjà écouté leur musique sur télé Congo c’était passionnante.c’est aujourd’hui que je viens de connaître l’initiateur à travers une amie .En toute sincèrité, je félite l’auteur et je lui souhaite pleine de réussite pour les prochaines edditions

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :