Les forces russes reculent dans les territoires annexées

Un missile russe est vu gisant dans le jardin d'une maison, mardi matin.

Les référendums d’annexion à la Russie n’ont pas atténué le danger pour les civils. En témoigne cette image d’un missile russe gisant dans le jardin d’une maison, dans la région de Donetsk, après une frappe effectuée mardi matin. Photo : Reuters/Zohra Bensemra

Les forces ukrainiennes poursuivent leurs percées dans les régions annexées illégalement par la Russie, consolidant leurs avancées dans l’est et progressant vers la ville de Kherson, dans le sud du pays.

Le chef de l’occupation russe à Kherson, Vladimir Saldo, a confirmé les progrès de l’armée ukrainienne, concédant notamment la perte du village de Doudtchany, situé le long du fleuve Dniepr.

Le ministère russe de la Défense a pour sa part admis que des chars militaires ukrainiens ont creusé un profond fossé au sud de Zolota Balka, un village qui marquait la précédente ligne de front.

Selon l’agence de presse Reuters, l’avancée ukrainienne vise à couper les lignes de ravitaillement de près de 25 000 soldats russes sur la rive occidentale du Dniepr.

Kiev se fait discrète sur les avancées réalisées dans le sud du pays. Dans son adresse du soir, lundi, le président Volodymyr Zelensky s’est contenté d’affirmer que de nouvelles localités ont été libérées dans plusieurs régions.

« De plus en plus d’occupants cherchent à fuir, de plus en plus de pertes sont infligées à l’armée ennemie. »— Une citation de  Volodymyr Zelensky, président de l’Ukraine

Des réservistes nouvellement mobilisés participent à une formation de tir dans la région de Rostov, en Russie.

Des réservistes nouvellement mobilisés participent à une formation de tir dans la région de Rostov, en Russie. Photo : Reuters/Sergey Pivarov

Moscou assure toutefois que des renforts sont à l’horizon. Le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, a déclaré que 200 000 Russes ont été mobilisés depuis l’annonce d’une mobilisation partielle le 21 septembre dernier pour combattre en Ukraine.

Cette initiative, dictée par Vladimir Poutine, doit permettre de recruter 300 000 réservistes ayant une expérience militaire ou des compétences utiles.

L’armée ukrainienne consolide ses gains dans l’est

Pendant ce temps, à l’est, les forces ukrainiennes poursuivent leur avancée dans la région de Louhansk, l’une des quatre régions annexées par Moscou la semaine dernière, au terme d’exercices référendaires condamnés par Kiev et l’Occident.

Des rapports indiquent que les Ukrainiens se dirigent vers les villes de Kreminna et de Svatove, tenues par les Russes. Des blogueurs militaires favorables au Kremlin ont indiqué que des soldats russes avaient reçu l’ordre de battre en retraite.

Samedi, Moscou a essuyé un revers de taille lorsque Kiev a annoncé la reprise de la ville de Lyman, qui servait de base logistique pour les opérations militaires russes dans la région de Donetsk. Cette région, à l’instar de celles de Kherson, Louhansk et Zaporijia, a été annexée unilatéralement par Moscou la semaine dernière.

Or, le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, a déclaré lundi que Moscou n’avait toujours pas délimité les frontières des territoires nouvellement annexés.

S’il a indiqué que les régions de Louhansk et de Donetsk font maintenant partie de la Russie dans leur intégralité, il a ajouté que des consultations étaient en cours afin de déterminer les frontières exactes des régions de Kherson et Zaporijia.

Une session du Conseil de la Fédération.

Les membres du Conseil de la Fédération, la Chambre haute du Parlement russe, ont approuvé le projet de loi visant à annexer quatre territoires ukrainiens. Photo : Reuters

Malgré ces incertitudes, la Chambre haute du Parlement russe a emboîté le pas à la Douma et donné son feu vert à l’annexion de ces quatre régions, mardi, bien qu’aucune d’entre elles ne soit entièrement sous occupation russe. Le projet de loi doit maintenant être signé par le président Vladimir Poutine, une simple formalité.

Devant cette tentative d’annexion de territoires par la Russie, son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky, a signé un décret formalisant l’impossibilité de négocier avec Vladimir Poutine, tout en laissant la porte ouverte à des pourparlers avec la Russie.

Le texte officialise ainsi les propos que le président ukrainien a tenus vendredi dernier, lorsqu’il a affirmé être prêt au dialogue avec un gouvernement russe dirigé par un président autre que Vladimir Poutine.

Kiev a juré de reprendre tous les territoires annexés par la Russie, y compris la Crimée, saisie par les troupes russes en 2014.

Radio-Canada par James-Patrick Cannon

Étiquettes : , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :