Coupe du monde 2022 : la Tunisie dos au mur

DÉCEPTION. Bien entrée dans la compétition avec un match nul contre le Danemark, la Tunisie s’est fait surprendre par l’Australie avant le choc contre la France.

Le joueur Ali Abdi cherche la parade durant le match contre l'Australie, a Al Wakrah. Il faut dire que les Aigles de Carthage n'ont jamais trouve la solution pour renverser les Socceroos.
Le joueur Ali Abdi cherche la parade durant le match contre l’Australie, à Al Wakrah. Il faut dire que les Aigles de Carthage n’ont jamais trouvé la solution pour renverser les Socceroos.© FOTO OLIMPIK / NurPhoto via AFP

Stérile offensivement, la Tunisie s’est mise dans une situation très délicate au Mondial en s’inclinant samedi 1-0 contre l’Australie, mais elle veut croire à l’exploit contre la France lors du troisième match, mercredi, pour passer en huitièmes de finale. Une victoire contre les champions du monde en titre est impérative, mais pas suffisante. Les Aigles de Carthage auront besoin d’une conjoncture favorable dans l’autre match qui opposera l’Australie au Danemark. Pour les « Socceroos », la situation est plus claire puisqu’une victoire contre le Danemark lui ouvrirait les portes de la phase à élimination directe.

« On a bien conscience que le prochain match sera face à un adversaire très fort, mais il y a parfois des surprises », a lancé, après le match, le sélectionneur Jalel Kardi, qui a estimé que son équipe n’avait « pas mérité de perdre ». Mais il a reconnu qu’elle ne pouvait s’en prendre qu’à elle-même. « Il faudra que l’on donne le meilleur de nous-mêmes, espérer concrétiser nos occasions et corriger nos erreurs des matchs précédents. »

Une Tunisie timidement dangereuse

Après vingt premières minutes soporifiques, où l’Australie a monopolisé le ballon mais sans jamais porter le danger vers le but d’Aymen Dahmen, les Tunisiens se sont fait surprendre sur la première occasion adverse.

Sur un contre, Mitchell Duke a repris victorieusement de la tête un centre dévié de Craig Goodwin, l’homme qui avait marqué l’unique but australien contre la France (4-1). « Ce match, on l’a perdu surtout en première période, surtout dans les 30 premières minutes », a pesté le milieu de terrain Naïm Sliti.

Ce but n’a pas vraiment réveillé les Tunisiens, présents dans l’engagement physique mais longtemps dénués d’inspiration offensive. Il a fallu attendre la 38e minute pour voir la première action tunisienne intéressante, lorsque le capitaine Youssef Msakni a tenté de s’infiltrer dans la défense adverse, en vain.

Les Tunisiens, qui avaient montré d’autres qualités lors de leur entame de compétition contre le Danemark (0-0), ont de nouveau souffert du même mal : un manque de réalisme rédhibitoire.

Ils se sont créé deux occasions franches juste avant la pause, Mohamed Dräger, à la conclusion d’un contre, obligeant d’abord le gardien australien Mathew Ryan à une belle parade (41e), avant que Msakni, encore lui, ne rate le cadre dans une position idéale face au but, à la réception d’un centre d’Issam Jebali (45+ 3).

La défense australienne n’a pas plié face à la pression tunisienne

Les Tunisiens sont revenus après la pause avec de bien meilleures intentions, soutenus par plus de 20 000 supporteurs.

Possession, tentative de percussion, utilisation des couloirs. Tout y était, sauf l’efficacité qui a fui les Nord-Africains : Jebali s’est enferré dans la défense (52e), Msakni a échoué sur Ryan, juste avant de tenter un tir de loin encore capté par le portier australien (72e). Ni Msakni, qui à 32 ans revient de blessure et a peu joué dans son club qatari de tout le mois d’octobre, ni le Montpelliérain Wahbi Khazri, entré en fin de match pour tenter de sauver son équipe, n’ont réussi à faire oublier l’absence lors de ce Mondial d’un véritable buteur tunisien.

Plus maîtres de leur destin, les Tunisiens refusent de s’avouer vaincus par avance face à des Bleus qui, s’ils battent le Danemark en soirée, seront déjà qualifiés. « Il y a eu des exploits dans le football, maintenant on va jouer la France, il faut gagner, et si on gagne on aura peut-être une chance de se qualifier », a résumé Sliti. La France, « c’est la grande nation du groupe, donc il faudra faire un exploit, mais on en est capable. Dans les grands rendez-vous on est là. On va bien étudier nos erreurs d’aujourd’hui pour revenir plus fort », a-t-il promis. « Peut-être que les gens n’y croient pas, mais moi j’y crois, jusqu’à la dernière minute je vais y croire. On a un rêve et ça continue », a-t-il conclu.

Avec Le Point avec AFP

Étiquettes : , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :