Archive for the ‘Hommage’ Category

Italie: A Rome, l’hôpital Gemelli rend un hommage géant à Léonard de Vinci

mai 10, 2019

 

L’hôpital Gemelli de Rome a choisi de célébrer les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci en invitant un artiste de rue à réaliser une monumentale «Madone Litta», chef-d’oeuvre attribué au maître de la Renaissance.

Célèbre pour ses reproductions géantes d’oeuvres classiques – notamment du Caravage -, l’artiste italien Andrea Ravo Mattoni s’est attaqué lundi à celle de la «Madone Litta» sur l’un des murs de l’hôpital Gemelli, l’un des plus réputés d’Italie. Il a prévu d’achever sa peinture ce samedi. Andrea Ravo Mattoni avait récemment été invité en résidence au château royal d’Amboise (dans le centre de la France), où se trouve la tombe de De Vinci, pour y réaliser cinq toiles de grandes dimensions s’inspirant du tableau de François-Guillaume Ménageot (1744-1816) «La Mort de Léonard de Vinci».

Conçue par De Vinci, la «Madone Litta» est un tableau représentant une «Vierge à l’Enfant» faisant partie de la collection du Musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg (Russie). Datant de 1790, son exécution finale est toutefois attribuée à Giovanni Antonio Boltraffio, d’après un dessin préparatoire de De Vinci.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Ghana/Derniers hommages à Kofi Annan: un homme d’un « optimisme tenace »

septembre 13, 2018

Le cercueil de Kofi Annan est soulevé dans le Centre international de conférences d’Accra, où ont lieu les funérailles nationales de l’ancien secrétaire général de l’ONU / © AFP / PIUS UTOMI EKPEI

Famille et dirigeants du monde entier ont rendu un dernier hommage à l’ancien secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, homme « d’un optimisme tenace », comme l’a qualifié sa famille, lors des funérailles nationales qui se sont déroulées jeudi matin au Ghana, son pays natal.

« Nous avons perdu un frère, un mari, un père, un grand-père et un oncle, un homme aux convictions profondes déterminé à nous inculquer les valeurs d’honnêteté, de justice et de bonté, de la même manière qu’il promouvait la paix et les droits de l’homme dans le monde », a déclaré son frère Kobina.

« C’était un homme d’un optimisme tenace », a approuvé sa fille Amma Annan.

António Guterres, actuel secrétaire général de l’ONU et « ami personnel » de M. Annan, comme il l’a rappelé lors de son discours, a honoré un homme « digne », « courageux » et « moral ».

« Kofi Annan était les Nations Unies et les Nations Unies, c’était lui », a assuré M. Guterres, devant la veuve de Kofi Annan, la diplomate suédoise Nane Maria Annan, très émue.

Nane Maria, la veuve de Kofi Annan, lors de la cérémonie de funérailles nationales de l’ancien secrétaire général des Nations unies, le 12 septembre 2018 à Accra, au Ghana. / © AFP / Ruth McDowall

Son fils, Kojo, a rappelé les idéaux d’unité, d’égalité et de paix de son père. « Le plus bel hommage que l’on peut lui rendre est de suivre son exemple », a-t-il conclue à la fin de cette cérémonie, sobre et religieuse, dans le Centre international de conférences d’Accra.

Pendant plus de trois heures, les discours des proches ont alterné avec des chants religieux anglicans interprété par l’orchestre national ou des chœurs de musique classique.

Seule la famille et les plus proches se sont ensuite rendus au cimetière militaire d’Accra, où M. Annan sera mis en terre, mettant fin à un deuil national de trois jours.

– « Plus illustre » de sa génération –

Un portrait de Kofi Annan à l’entrée du Centre international de conférences d’Accra, où se déroulent les funérailles nationales de l’ancien secrétaire général des Nations unies, le 11 septembre 2018. / © AFP / CRISTINA ALDEHUELA

« Aujourd’hui, une page de l’histoire se tourne au Ghana. Nous rendons grâce à Dieu pour avoir utilisé Kofi Annan pour son œuvre en faveur de la paix et de l’humanité. Aujourd’hui, il a fini sa mission », a déclaré monseigneur Daniel Sarfo, évêque de Kumasi, ville d’origine de M. Annan.

Depuis lundi, des posters immenses avec son portrait ont été installés dans Accra pour rappeler que cet enterrement est avant tout « la célébration de la vie » de celui que le président ghanéen avait qualifié d’un des hommes « les plus illustres de sa génération ».

Lors de la cérémonie, Nana Akufo-Addo, l’a désigné comme une « icône des temps modernes ».

« L’avalanche des réactions que nous avons reçu de partout dans le monde donne la mesure de qui était cet homme: un homme qui a donné sa vie à faire la paix où il y avait des conflits, et à défendre les sans-voix », a ajouté le président ghanéen.

L’ancien secrétaire général des Nations unies Kifi Annan, lors d’une conférence de presse le 29 mars 2009 à New York. / © AFP/Archives / Timothy A. CLARY

Le cercueil de Kofi Annan, recouvert du drapeau vert, jaune, noir et rouge du Ghana, était présenté devant quelques centaines de personnes, dont, au premier rang, sa famille proche ainsi que le président ghanéen, le président ivoirien Alassane Ouattara et António Guterres.

Tous habillés de noir, trois anciens présidents ghanéens étaient également présents, ainsi que des chefs d’Etat d’Afrique de l’Ouest et des représentants de l’Union Européenne et la princesse Beatrix, ancienne reine des Pays-Bas, qui est une amie proche de la famille Annan.

– Prix Nobel de la Paix –

M. Annan, que certains considéraient comme une « rock star diplomatique » dans les cercles diplomatiques internationaux, a dirigé l’ONU de 1997 à 2006 et a été le premier originaire d’Afrique subsaharienne à parvenir à ce poste.

Début des funérailles nationales de Kofi Annan / © GHANAIAN TV/AFP / –

Il est décédé le 18 août à l’âge de 80 ans à son domicile en Suisse, où il a passé la majeur partie de sa vie, après une brève maladie.

Né à Kumasi, deuxième ville du pays et capitale de la région d’Ashanti, M. Annan a consacré quatre décennies de sa vie à l’ONU, où il a eu à affronter notamment les défis des guerres en Afghanistan et en Irak.

Annan a reçu le prix Nobel de la paix, après les attaques du 11 septembre 2001 aux États-Unis, conjointement avec l’ONU.

Après avoir quitté son poste de secrétaire général en 2006, il a continué son travail diplomatique, menant des médiations dans plusieurs conflits, en Birmanie ou au Kenya ou il est intervenu en tant que négociateur et initiateur d’un gouvernement de coalition entre le gouvernement et l’opposition après les violences électorales de 2007.

Romandie.com avec(©AFP / (13 septembre 2018 15h20)

Les Ghanéens rendent un dernier hommage à Kofi Annan

septembre 11, 2018

De nombreux Ghanéens en deuil ont rendu hommage mardi à l’ancien secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, l’un des fils les plus célèbres de ce pays d’Afrique de l’Ouest, se présentant devant son cercueil exposé à Accra.

Le corps du diplomate a été rapatrié lundi de Suisse, où il résidait, avant les funérailles nationales et l’enterrement privé qui se dérouleront jeudi dans la capitale ghanéenne.

Première personnalité d’Afrique sub-saharienne a avoir dirigé l’instance internationale et lauréat du prix Nobel de la paix en 2001, Kofi Annan est décédé à l’âge de 80 ans le 18 août, après une courte maladie.

Dans le Centre international de conférences d’Accra, des officiers de l’armée en uniforme gardaient son cercueil, drapé dans le drapeau rouge, vert et or du Ghana, sous les chants d’un choeur de musique traditionnelle et le battement des tambours.

La plupart des personnes venues rendre un dernier hommage à M. Annan faisaient la queue dans des habits de deuil noirs.

Fritz Kitcher, Ghanéen retraité des Nations unies où il a travaillé au côté de M. Annan à ses débuts, a confié à l’AFP que ce dernier lui avait enseigné « l’humilité, le bénéfice de l’honnêteté et de la détermination en diplomatie ».

Son rôle en tant que premier dirigeant noir africain des Nations unies « est un honneur pour le Ghana », selon lui.

« C’était merveilleux à nos yeux, c’était au-delà de ce dont nous pouvions rêver », poursuit le retraité. « Il a mis l’Afrique sur le devant de la scène et a montré que nous sommes capables de faire de grandes choses ».

Akwo Kwame Johnson, agent d’entretien originaire de Côte d’Ivoire, est lui aussi venu se recueillir devant le cercueil de son « grand-père ».

A chaque fois qu’il le regardait à la télévision, dit-il, il avait le sentiment de voir un membre de sa famille. « Il était président du monde entier »

« Nous l’avons tous aimé. Il a joué un rôle majeur pour notre pays, il a fait de son mieux », explique Joyce Atiase, retraitée ghanéenne.

Des dizaines de leaders du monde sont attendus à Accra pour les funérailles jeudi.

Un service funéraire privé sera ensuite organisé dans le cimetière militaire de la capitale.

Romandie.com avec(©AFP / (11 septembre 2018 15h33)                                                        

John McCain est mort, hommage national aux États-Unis

août 26, 2018

John McCain le 5 septembre 2008 dans le Michigan, alors qu’il était le candidat républicain à la Maison Blanche / © AFP/Archives / Robyn BECK

Les drapeaux étaient en berne dans la capitale américaine dimanche, au lendemain de la mort du sénateur républicain John McCain, ancien pilote pendant la guerre du Vietnam et candidat à la Maison Blanche au parcours politique tumultueux, mais aujourd’hui célébré quasi-universellement.

Le sénateur républicain de l’Arizona est mort samedi après treize mois de lutte contre un cancer du cerveau, et au lendemain de la cessation de son traitement. Il avait 81 ans, et sept enfants, dont trois d’un premier mariage.

Comme pour John F. Kennedy, Ronald Reagan ou Rosa Parks, son cercueil sera exposé dans la rotonde du Capitole à Washington, un honneur réservé à ceux qui ont marqué l’histoire des Etats-Unis.

Selon le New York Times, il sera également présenté au capitole de l’Arizona, cet Etat désertique du sud-ouest qu’il a représenté plus de 35 ans au Congrès.

Les obsèques devraient avoir lieu à la Cathédrale nationale de Washington.

Le drapeau américain en berne sur la Maison Blanche, dimanche 26 août 2018, au lendemain de la mort de John McCain / © AFP / Brendan Smialowski

Les anciens présidents Barack Obama et George W. Bush, un démocrate et un républicain, devraient prononcer des éloges funèbres, à sa demande, selon le Times. Plusieurs médias avaient rapporté il y a plusieurs mois que le sénateur avait expressément demandé à ce que Donald Trump ne participe pas, le vice-président Mike Pence étant prévu à la place.

Il devrait être enterré au cimetière de l’Académie navale d’Annapolis, sur la côte est, où il suivit sa formation militaire initiale.

Ce programme n’a pas été confirmé par le bureau du sénateur.

Il avait lui-même révélé en 2015 l’épitaphe qu’il voulait sur sa pierre tombale: « Il a servi son pays ».

John McCain à Hanoï le 19 octobre 1992 / © AFP/Archives / HOANG DINH Nam

« Patriote », « héros », « combattant », « non conformiste »: les mots des hommages rendus par l’ensemble de la classe politique du pays avaient pour point commun la carrière de l’homme au service de la nation.

« C’est un patriote. Quel que soit le parti, c’est un patriote », a dit Hillary Clinton, dans une interview émue sur CNN.

Un hommage, pourtant, manque à l’appel: celui du président actuel des Etats-Unis.

Donald Trump –John McCain avait dit en 2016 qu’il ne voterait pas pour lui et envers lequel il ne cachait pas son mépris– a tweeté un bref message de condoléances à la famille McCain, mais sans évoquer le parcours de l’homme.

Les dates clés de la vie du sénateur américain John McCain / © AFP / Gal ROMA

« Mes condoléances et mon respect le plus sincère pour la famille du sénateur John McCain. Nos coeurs et nos prières sont avec vous! », a-t-il écrit.

Son épouse Melania, sa fille Ivanka et son vice-président Mike Pence ont, au contraire, salué son service à la nation.

– Réactions internationales –

John McCain était un habitué des capitales étrangères, où il se rendait régulièrement dans le cadre de délégations parlementaires. On l’a vu beaucoup à Bagdad, au Moyen-Orient ou encore à Kiev, où il avait soutenu la « Révolution orange ».

John McCain le 28 octobre 2008 en Pennsylvanie avec sa candidate choisie pour la vice-présidence, Sarah Palin, alors la gouverneure peu connue de l’Alaska / © AFP/Archives / Robyn BECK

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et d’autres dirigeants étrangers ont salué sa mémoire. La chancelière allemande Angela Merkel a rendu hommage à « un défenseur infatigable d’une alliance transatlantique forte ».

Il a « toujours été un excellent interlocuteur pour la France », a dit Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères, qui a souligné que McCain s’était rendu au Mali dès les premières semaines de l’opération militaire Serval en 2013 pour rencontrer les forces françaises.

De l’autre côté du Pacifique, le quotidien China Daily l’a qualifié de « titan de la politique américaine » et de « conscience du parti républicain ».

De son vivant, John McCain n’a pas toujours été une figure consensuelle.

Aux primaires présidentielles de 2000, il cultiva une image de républicain centriste au fort franc parler, mais il échoua face à George W. Bush, plus en phase avec l’orthodoxie conservatrice.

Au Sénat, il fut partisan farouche de la guerre d’Irak et regretta le départ des troupes américaines, sous Barack Obama. Sa défense d’une hausse permanente des dépenses militaires était critiquée à droite comme à gauche comme irresponsable budgétairement.

Il est aussi accusé d’avoir mis le pied à l’étrier aux précurseurs de la mouvance conservatrice populiste du Tea Party en choisissant comme colistière Sarah Palin, lorsqu’il fut candidat républicain à la Maison Blanche en 2008 –une décision qu’il finira par regretter.

Mais son engagement contre la torture, pour une réforme de l’immigration favorable aux sans-papiers et pour défendre une tradition politique de civilité l’ont au contraire vu transcender les divisions partisanes habituelles pour s’allier avec des démocrates.

Romandie.com avec(©AFP / (26 août 2018 15h37)

Congo-Diaspora: Hommage à NZIMBOU Bernadette

juillet 13, 2018

 

À travers la vidéo en annexe mise sur le nuage numérique, la Fraternité Ne Kongo de Québec, en sigle Franeko, rend un hommage à son membre, ndona NZIMBOU BERNADETTE, décédeé à Québec le 02 juillet 2018. Divorcée il y a quelques années, elle laisse cinq enfants et trois petits-enfants.

Nos sympathies à la famille et que son âme se repose en paix.

 

 

Publiée le 12 juill. 2018 par Mapaka Mbende

 

La collecte engagée a déjà atteint la somme de:

$1318 of $15,000 goal

 

Raised by 36 people in 8 days

 

Donate Now Share on Facebook à partir du site ci-dessous:

 

https://www.gofundme.com/obseques-bernadette-nzimbou

Le roi des Pays-Bas et la présidente lituanienne rendent hommage à un héros du temps de l’Holocauste

juin 15, 2018

Jan Zwartendijk was appointed the acting Dutch consul in July 1940, weeks after Red Army entered the Baltic state / © AFP / Petras Malukas

La présidente lituanienne et le roi des Pays-Bas ont inauguré vendredi à Kaunas une installation lumineuse dédiée à la mémoire d’un diplomate néerlandais qui a sauvé plus de 2.000 juifs pendant l’Holocauste.

Le monument multimédia installé dans la deuxième ville de Lituanie symbolise les vies sauvées par Jan Zwartendijk qui a contribué à délivrer des visas aux juifs durant l’été 1940.

« Je suis très fier d’allumer l’installation à ce héros silencieux qui ne s’est jamais vanté d’avoir sauvé des gens », a déclaré Dalia Grybauskaite lors de la cérémonie, aux côtés du roi néerlandais Willem-Alexander.

« Les Pays-Bas et la Lituanie sont fiers de lui: il a sauvé près de 2.500 Juifs au péril de sa vie ».

Jan Zwartendijk, directeur du groupe Philips en Lituanie, fut nommé consul néerlandais par intérim en juillet 1940, quelques semaines après l’invasion de l’Etat balte par l’Armée rouge.

Craignant la persécution, de nombreux juifs ont décidé de fuir ce pays envahi par les soviétiques, dont des milliers de réfugiés arrivés de Pologne voisine occupée par les soviétiques et les nazis.

Jan Zwartendijk leur a fourni des documents indiquant qu’ils pourraient atteindre le territoire néerlandais de Curaçao dans les Caraïbes. Le « visa de Curaçao » ouvrait la voie à l’obtention d’un visa de transit japonais et d’un visa de sortie soviétique.

Aucun des réfugiés n’a finalement atterri à Curaçao, mais beaucoup d’entre eux ont réussi d’atteindre un pays libre ou se sont retrouvés à Shanghai où ils ont pu attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale.

A la suite de l’annexion de la Lituanie par l’Union soviétique, Zwartendijk fut obligé de fermer le consulat à Kaunas en août 1940 et retourna en Hollande pour travailler chez Philips.

Son fils Rob, qui a assisté à la cérémonie de vendredi, a déclaré que son père n’avait jamais parlé de son rôle, se limitant à dire qu’il n’y avait rien de particulier dans ses actes.

Ceux qui n’ont pas réussi à fuir ont connu un destin tragique: plus de 90% des 200.000 Juifs lituaniens ont péri sous l’occupation nazie allemande de 1941 à 1944. Aujourd’hui, il y a environ 3.000 Juifs vivant en Lituanie, un pays de 2,8 millions d’habitants, membre de l’Otan et de la zone euro.

Jan Zwartendijk a été déclaré « Juste parmi les Nations » par le mémorial israélien Yad Vashem.

Romandie.com avec(©AFP / 15 juin 2018 19h23)

Trump rend hommage au colonel Beltrame en présence de Macron à la Maison Blanche

avril 24, 2018

Washington – Le président américain Donald Trump a rendu hommage mardi, lors d’une visite d’Etat d’Emmanuel Macron à Washington, au gendarme français qui a donné sa vie pour sauver une otage lors d’un attentat jihadiste en France le mois dernier.

« Il y a à peine quelques semaines, nous avons ajouté un nouveau nom à cette liste de nos grands héros, (celui d)’un courageux policier français nommé Arnaud Beltrame. Il a regardé le mal en face et n’a pas cillé. Il a donné sa vie pour ses voisins, pour son pays et pour la civilisation elle-même », a déclaré M. Trump aux côtés de son homologue français à la Maison Blanche.

Le colonel Beltrame était « un grand homme », a-t-il ajouté.

Le président américain avait auparavant salué « la belle amitié entre les Etats-Unis et la France » en évoquant le marquis de Lafayette, qui prêta main-forte aux insurgés américains commandés par le général George Washington contre les Anglais au 18e siècle, et les soldats américains qui débarquèrent en 1944 à Omaha Beach, en Normandie.

Pour cette visite d’Etat, la première de la présidence Trump, les deux dirigeants ont multiplié les signes d’entente, affichant leur camaraderie.

M. Macron est ainsi venu de France avec une bouture de chêne du nord de la France qui a été plantée lundi à la Maison Blanche, l’occasion d’une séquence photo montrant les deux présidents chacun une pelle à la main sous l’oeil de leurs épouses Melania Trump et Brigitte Macron.

Cette amitié va toutefois être testée mardi car les deux dirigeants vont discuter des sujets qui les divisent, en tête l’accord sur le nucléaire iranien et la guerre commerciale.

Romandie.com avec(©AFP / 24 avril 2018 14h20)                                            

L’Amérique rend hommage à Martin Luther King, 50 ans après sa mort

avril 4, 2018

Le révérend Jesse Jackson, célèbre militant des droits civiques, visite le balcon de l’hôtel Lorraine le 3 avril 2018 à Memphis (Tennessee), lieu de l’assassinat de MLK / © AFP / Brendan Smialowski

L’Amérique rendait hommage mercredi à Martin Luther King, l’icône de la lutte pacifique contre les inégalités raciales, assassiné il y a 50 ans à Memphis (Tennessee) par un ségrégationniste blanc, un combat toujours d’actualité.

Le 4 avril 1968 à 18H01, le pasteur noir est mortellement touché d’une balle sur le balcon d’un motel de Memphis, où il était venu soutenir les éboueurs en grève. Sa mort, à l’âge de 39 ans, déclenche des émeutes dans plusieurs grandes villes américaines.

Cinquante ans après, des rassemblements doivent lui rendre hommage: à Washington, autour de la statue de son mémorial sur le Mall en matinée et devant le motel Lorraine de Memphis, depuis transformé en musée, à l’heure exacte où il a été abattu.

A Memphis, « il y aura beaucoup de choses cette semaine, la ville va montrer son plus beau visage », a affirmé le révérend Jesse Jackson, militant emblématique des droits civiques aux Etats-Unis qui était présent à Memphis avec le pasteur King.

La blessure de sa mort « est encore une source de douleur et d’anxiété. Vous enlevez la croûte et la plaie est encore ouverte. C’est arrivé si soudainement, au milieu de la conversation, en allant dîner. Il aura toujours 39 ans ».

Harcelé par la police tout au long de sa carrière politique, l’apôtre de la justice raciale et de la non-violence est désormais célébré par un jour férié aux Etats-Unis à la date anniversaire de sa naissance, le 15 janvier 1929.

« Même s’il a été pris de cette Terre de façon injuste, il nous a laissé en héritage la justice et la paix », a déclaré le président Donald Trump dans une proclamation officielle pour ce 50e anniversaire.

« Nous devons activement aspirer à rendre possible le rêve de vivre ensemble en tant qu’un seul peuple avec un objectif commun », a ajouté le milliardaire républicain, accusé d’avoir libéré la parole de l’extrême droite américaine en multipliant les diatribes anti-immigrés.

– Avec Gandhi et Mandela –

Le militantisme de Martin Luther King avait débuté par le mouvement de boycott des bus à Montgomery (Alabama), ville où il était pasteur baptiste. Il dénonçait alors la ségrégation, le racisme et les inégalités dont étaient victimes les Afro-américains. Le 28 août 1963, Martin Luther King entrait dans l’Histoire en prononçant son discours « I have a dream » devant quelque 250.000 manifestants à Washington lors de « la marche pour l’emploi et la liberté ».

Il avait reçu un an plus tard le prix Nobel de la Paix pour sa résistance non-violente contre la ségrégation raciale.

« C’était un homme qui marchait, c’était un homme non-violent », a raconté à l’AFP Elmore Nickleberry, un éboueur de Memphis ayant participé aux grèves de 1968.

« Il disait toujours: +Venez à la prochaine marche+. Et il a dit +une marche non-violente+ », ajoute-t-il. « Il croyait en la non-violence. Et c’est ce en quoi je crois, la non-violence. »

Mais à la fin des années 60, le pasteur King avait perdu de son aura en devenant un opposant résolu à la guerre du Vietnam, alors que le conflit ne divisait pas encore le pays. Et une partie de la jeunesse noire, impatiente de voir changement, ne croyait plus aux manifestations pacifistes pour mener la lutte.

Et si la ségrégation a été abolie, le racisme, les injustices et la violence restent présents dans la société américaine. La ville de Memphis « compte 63% d’Afro-américains, le taux de pauvreté est 44% pour les adultes et de 30% pour les enfants », a rappelé Jesse Jackson.

« Trente mille Américains sont tués chaque année », a-t-il ajouté. Nous nous entretuons plus que toute autre nation. Nous devons avoir le sens rationnel de choisir la non-violence et de prendre un autre chemin.

Sur CNN, Martin Luther King III, le fils du pasteur King, a annoncé vendredi le lancement prochain d’une initiative mondiale, avec les familles du Mahatma Gandhi et de Nelson Mandela, pour encourager les jeunes à privilégier la non-violence pour résoudre leurs conflits.

Romandie.com avec(©AFP / 04 avril 2018 17h36)                

Pluie d’hommages après la mort de l’astrophysicien britannique Stephen Hawking à 76 ans

mars 14, 2018

L’astrophysicien britannique Stephen Hawking, le 12 avril 2016 à New York / © Getty/AFP/Archives / Jemal Countess

L’astrophysicien britannique Stephen Hawking, devenu une célébrité pour ses travaux sur l’Univers qu’il scrutait depuis son fauteuil roulant, est mort mercredi à l’âge de 76 ans à Cambridge suscitant des hommages unanimes à travers le monde.

Chercheur reconnu notamment pour ses découvertes sur les trous noirs, il était devenu une icône après la publication, en 1988, d' »Une brève histoire du temps », un ouvrage de vulgarisation scientifique.

Son état de santé s’était détérioré depuis Noël, et il s’est éteint paisiblement dans les premières heures de mercredi à son domicile de Cambridge, au nord de Londres. « Nous sommes profondément attristés par la mort aujourd’hui de notre père adoré », ont déclaré ses enfants, Lucy, Robert et Tim, dans un communiqué. « C’était un grand scientifique et un homme extraordinaire dont l’oeuvre et l’héritage vivront encore de nombreuses années ».

A Cambridge, le drapeau qui flotte au sommet de l’université où il a enseigné pendant plus de cinquante ans et où il avait encore un bureau a été mis en berne. « Il a inspiré génération après génération des individus à se lancer dans les sciences », a déclaré à l’AFP Alan Fersht, directeur du Gonville and Caius College. Un livre de condoléances a été ouvert dans la chapelle de l’établissement, où se pressaient collègues et anciens élèves.

« C’était drôle de travailler avec lui. Il avait un grand sens de l’humour. Pour ses étudiants envoyés au tableau, c’était parfois un peu effrayant », se souvient Justin Hayward, un de ses étudiants en doctorat dans les années 90, venu avec sa femme signer le livre de condoléances. « Il a beaucoup contribué à développer notre compréhension des résultats de la relativité générale. C’était une source d’inspiration », a-t-il ajouté.

Stephen Hawking avait défié les prédictions selon lesquelles il n’avait que quelques années à vivre après avoir développé très jeune, une maladie neurodégénérative paralysante, la sclérose latérale amyotrophique (SLA) ou maladie de Charcot, diagnostiquée en 1964.

– ‘Trou noir dans le coeur’ –

La maladie l’avait progressivement privé de sa mobilité et confiné dans un fauteuil roulant, presque complètement paralysé et incapable de parler sauf à travers son emblématique synthétiseur vocal.

La Première ministre britannique, Theresa May, a salué sur Twitter « un esprit brillant et extraordinaire, l’un des plus grands scientifiques de sa génération ».

La communauté scientifique a également exprimé sa tristesse. « Le professeur Hawking était un être unique, dont on se souviendra avec affection non seulement à Cambridge mais dans le monde entier », a affirmé Stephen Toope, le vice-président de l’université, jugeant sa contribution au savoir scientifique « indélébile ». La Nasa et le Cern (Conseil européen pour la recherche sur le nucléaire) ont aussi salué sa mémoire.

Outre les réactions de personnalités politiques ou scientifiques éminentes à travers le monde, jusqu’au Vatican, les hommages se sont également multipliés dans le milieu artistique et la société civile, démontrant à quel point Hawking avait su toucher les coeurs et les esprits bien au-delà du monde universitaire.

« J’ai un grand trou noir dans mon coeur », a ainsi affirmé la chanteuse pop américaine Katy Perry, tandis que le comédien Eddie Redmayne, oscarisé pour son rôle de Stephen Hawking dans le film « Une merveilleuse histoire du temps », se rappelait de « l’homme le plus drôle » qu’il ait rencontré.

Apparu dans la série de science fiction Star-Trek, ou dans The Big Bang Theory, Stephen Hawking était une figure publique reconnue ayant même son personnage dans « Les Simpsons ». Des enregistrements de sa voix digitale avaient été utilisés par les Pink Floyd dans leur chanson « Keep Talking ».

– Un géant de la science –

Son travail s’est concentré sur le rapprochement des théories de la relativité et des quantas pour tenter d’expliquer la création de l’Univers et son fonctionnement.

En 1974, il était devenu, à l’âge de 32 ans, l’un des plus jeunes membres de la Royal Society, la plus prestigieuse institution scientifique du Royaume-Uni.

En 1979, Hawking avait été nommé titulaire de la chaire lucasienne de mathématiques, une position honorifique qu’avait également occupée Isaac Newton à l’université de Cambridge. Après un premier diplôme à Oxford, il avait rejoint Cambridge afin d’étudier l’astronomie théorique et la cosmologie.

Dans son corps distordu par la maladie résidait un esprit extrêmement brillant, fasciné par l’essence de l’Univers, par son processus de formation et par la manière dont il pourrait finir.

« Mon objectif est simple », a-t-il dit. « C’est la compréhension totale de l’Univers », « comprendre pourquoi il est comme il est et pourquoi il existe ».

Romandie.com avec(©AFP / 14 mars 2018 15h35)                

Le Burkina Faso rend hommage à ses militaires tués dans les attentats de Ouagadougou

mars 7, 2018

Une femme rend hommage à un soldat tué dans les attaques contre l’ambassade de France et l’état-major général des armées, le 4 mars 2018 à Ouagadougou, au Burkina Faso / © AFP / Ahmed OUOBA

Le Burkina Faso a rendu mercredi un hommage national aux huit militaires tués dans les attentats de Ouagadougou il y a cinq jours, alors que l’enquête laisse toujours apparaître des zones d’ombre.

Un millier de personnes, familles des victimes, autorités civiles et militaires, et soldats étaient réunies dans l’après-midi pour la cérémonie au camp militaire Général Aboubacar Sangoulé Lamizana, en périphérie de la capitale burkinabè, a constaté un journaliste de l’AFP.

« C’est un jour douloureux pour nous la famille parce que nous avons perdu un fils, qui (…) est mort en se sacrifiant pour son pays », a confié Souleymane Nikiema, oncle d’un soldat. « On espère au moins un suivi et un soutien (de l’armée) pour ses parents ».

Les huit militaires, dont les cercueils alignés étaient recouverts du drapeau national, ont été décorés à titre posthume, devant une assistance silencieuse à l’émotion contenue.

Une bonne partie du gouvernement burkinabè a assisté à l’hommage qui a duré une heure, dont les ministres de la Sécurité Clément Sawadogo et de la Défense Jean-Claude Bouda. Le chef d’état-major général des armées Oumarou Sadou était présent ainsi que l’ambassadeur de France, Xavier Lapeyre de Cabanes.

Les militaires défunts ont ensuite été inhumés au cimetière municipal de Gounghin, situé non loin, où une nouvelle cérémonie s’est déroulée devant une foule nombreuse.

Adama Dyandeba, proche d’une des victimes a confié à l’AFPTV être venu pour « montrer à ces gens-là qu’on n’a pas peur, vous voyez on est nombreux ici, il ne nous empêchent pas de vivre, il n’y a que les lâches qui tuent ».

Deux attaques simultanées par deux commandos jihadistes ont frappé vendredi dernier l’état-major général des armées, en plein centre de Ouagadougou, et l’ambassade de France. Outre les huit morts, 61 membres des forces de l’ordre et 24 civils ont été blessés. Huit jihadistes ont été tués.

L’opération été revendiquée par une coalition de groupes jihadistes sahéliens, le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), lié à Al-Qaïda, disant agir en représailles à une opération militaire française antijihadiste dans le nord du Mali, mi-février.

– complicité ou coïncidence? –

Les autorités n’ont donné mercredi aucune information nouvelle sur la progression de l’enquête, après la conférence de presse de la procureure du Faso Maïza Sérémé la veille.

Plusieurs zones d’ombres apparaissent toujours dans cette enquête, en particulier sur la possibilité de complicités dans l’armée qui auraient facilité l’attaque contre l’état-major général.

Selon la procureure, les quatre assaillants, des hommes « jeunes » s’exprimant « en bambara et en arabe », venus en moto et en voiture, ont forcé l’entrée du complexe en tirant à la Kalachnikov et en lançant des grenades, puis ont « ouvert le portail de l’extérieur ».

Or les journalistes de l’AFP n’ont vu aucun impact de balles ou d’explosion sur le portail.

Autre indice d’une possible complicité, l’un des jihadistes a fait exploser sa voiture à côté d’un bâtiment où devait se tenir une réunion de l’état-major burkinabè de la force antijihadiste du G5 Sahel, finalement déplacée au dernier moment.

Le kamikaze avait-il « des renseignements, ou est-ce une coïncidence? L’enquête le dira », a déclaré la procureure, concédant qu' »on ne peut exclure aucune complicité ».

Enfin le doute plane sur la tenue vestimentaire du commando jihadiste de l’état-major. Selon la procureure, ils étaient tous habillés en civil, mais plusieurs sources ont déclaré auparavant à l’AFP qu’ils portaient des treillis militaires.

Les enquêteurs ont interpellé et placé en garde à vue huit personnes, dont deux militaires en activité et un autre radié, a indiqué la procureure.

C’est la troisième fois en deux ans que Ouagadougou est frappé par des attaques jihadistes, après des attentats contre des restaurants et des hôtels en janvier 2016 puis août 2017, mais l’opération de vendredi a atteint un niveau d’organisation sans précédent.

Le nord de Burkina Faso, frontalier du Mali, connaît des accrochages meurtriers récurrents depuis 2015.

Selon le consultant en géopolitique Paul Koalaga, « les autorités burkinabè n’ont pas encore pris la mesure de la menace » jihadiste, au molment où « la radicalisation prend racine chez les jeunes » Burkinabè.

Le Burkina Faso, le Tchad, le Niger, le Mali et la Mauritanie ont lancé en 2017 le G5 Sahel, doté d’une force militaire commune en cours de constitution, pour tenter d’éradiquer les groupes jihadistes sahéliens.

(©AFP / 07 mars 2018 23h10)