Archive for the ‘Humour’ Category

Congo-Brazzaville: Présidentielles du 20 Mars 2016.

mars 23, 2016

 

Maladroit comme à l’accoutumée, tu viens de rater un pénalty généreux. Mais pourquoi cherches-tu la bagarre avec l’arbitre (LE PEUPLE) ?

 Ça fait mal d’être éliminé en demi-finale.

FINALE : J3M vs PAKO.

MAUVAIS PERDANT !

 

Photo de Luck Malince.
Luck Malince avec congomfoa@gmail.com

France: Léa Salamé interpellée pour conduite sans permis ni assurance

février 17, 2016

ARCHIVES. La chroniqueuse de «On n'est pas couché» conduisait sans assurance et avec un permis privé de points. 
ARCHIVES. La chroniqueuse de «On n’est pas couché» conduisait sans assurance et avec un permis privé de points.  LP / Frédéric Dugit
Cette fois, ce n’est pas elle qui a posé les questions. Selon nos informations, la journaliste Léa Salamé a été interpellée lundi, en milieu d’après-midi, alors qu’elle circulait à bord de sa voiture dans le 7e arrondissement de Paris.

Leparisien.fr par Thibaut Raisse

Nadine Morano insultée: l’humoriste Guy Bedos relaxé

septembre 14, 2015

Guy Bedos (d) et la députée européenne Nadine Morano, au tribunal de Nancy, avant le procès de l'humoriste pour insulte, le 7 septembre 2015.afp.com/Jean-Christophe Verhaegen

Guy Bedos (d) et la députée européenne Nadine Morano, au tribunal de Nancy, avant le procès de l’humoriste pour insulte, le 7 septembre 2015.afp.com/Jean-Christophe Verhaegen

Le tribunal correctionnel de Nancy a relaxé ce lundi l’humoriste, qui était visé par une plainte pour avoir traité Nadine Morano de « connasse ». Pas plus tard que samedi soir, Guy Bedos avait réitéré ses insultes.

Auprès du Figaro, Nadine Morano avait estimé qu’il y avait des « limites à l’humour ». Le tribunal correctionnel de Nancy n’a pas eu la même analyse dans le litige qui oppose la députée européenne Les Républicains à Guy Bedos. L’humoriste a bénéficié ce lundi d’une relaxe alors qu’il était poursuivi pour « injure envers un dépositaire de l’autorité publique ». Des faits passibles d’une amende de 12 000 euros.

Le tribunal a estimé qu’il était resté dans « la loi du genre » en tant qu’humoriste, et qu’il n’avait « pas dépassé ses outrances habituelles » lorsqu’il avait copieusement insulté l’élue lors d’un spectacle à Toul (Meurthe-et-Moselle) en 2013. A l’époque, Nadine Morano est élue dans cette ville de Meurthe-et-Moselle.

Des insultes réitérées samedi soir

Sur scène, Guy Bedos aurait lancé: « Nadine Morano a été élue ici à Toul? Vous l’avez échappé belle! On m’avait promis qu’elle serait là… Quelle conne! ». Des propos qui n’ont jamais pu être vérifiés étant donné qu’il n’existe aucun enregistrement sonore. La députée européenne assure qu’il l’a également traitée de « salope ». Et avait jugé à l’époque que l’humoriste, à la retraite depuis, avait « une fin de carrière pathétique ».

Samedi soir sur le plateau d’On n’est pas couché, Guy Bedos avait réitéré ses insultes, traitant Nadine Morano de « connasse ». « Je ne dirai pas un mot ni pour ni contre Nadine Morano », commence par rétorquer Guy Bedos à Laurent Ruquier. « Elle est trop chère. J’aurai le résultat du verdict lundi prochain. D’ici là, je me tais ». Mais, devant l’insistance du présentateur, l’humoriste ne se fait pas prier longtemps. « 15 000 euros, quand même! 15 000 euros. Ça ne va pas, non? Connasse! » lance-t-il, sous les rires du public.

Lexpress.fr

La blague raciste sur Obama de l’épouse du ministre israélien de l’Intérieur fait un tollé

juin 22, 2015
L'actuel ministre israélien de l'Intérieur Silvan Shalom et son épouse, en 2005 lors d'une cérémonie à Paris. © Jack Guez/AFP

L’actuel ministre israélien de l’Intérieur Silvan Shalom et son épouse, en 2005 lors d’une cérémonie à Paris. © Jack Guez/AFP

 

Sur Twitter, Judy Shalom Nir-Mozes, épouse du ministre israélien de l’Intérieur Silvan Shalom, a publié dimanche une blague raciste sur Barack Obama… avant de l’effacer et de s’excuser. Trop tard, la polémique était déjà lancée.

« Savez vous ce qu’est le café Obama ? Noir et faible », a posté, le 21 juin sur son compte Twitter, Judy Shalom Nir-Mozes à ses 74 400 followers. Il n’a pas fallu longtemps pour qu’une vague d’indignation et de critiques en ligne la pousse à effacer le tweet incriminé, qui intervient quelques jours après qu’un attentat raciste a fait 9 morts à Charleston (sud des États-Unis).

JudyMozes obama   Recherche sur Twitter

Dans la foulée, l’épouse du ministre israélien de l’Intérieur Silvan Shalom a présenté ses excuses sur le même réseau social, reconnaissant que « c’était une blague idiote que quelqu’un [lui] avait racontée ».

« Blague inappropriée »

« Président Obama, je n’aurais pas du relayer cette blague inappropriée », a-t-elle insisté dans un tweet directement adressé au président américain. « J’aime les gens quelque soit leur race ou leur religion ». « Désolée si j’ai blessé qui que ce soit. J’espère que je vais rester mariée une fois que mon mari aura atterri et qu’il entendra parler de ce que j’ai fait », a-t-elle poursuivi.

Son époux, membre du parti Likoud du Premier ministre Benjamin Netanyahu, est aussi le ministre chargé des relations avec les États-Unis, alliés stratégiques d’Israël.

Judy Shalom Nir-Mozess, qui a son franc-parler, est issue de la famille Mozes, propriétaire du quotidien à grand tirage Yediot Aharonot. Elle anime une émission de radio hebdomadaire et participe à un certain nombre d’émissions télévisées.

Elle publie sur les réseaux sociaux des commentaires souvent très directs sur un certain nombre de questions sociales et politiques, critiquant notamment des personnalités de gauche pour ce qu’elle considère comme leur manque de patriotisme.

Jeuneafrique.com

François Hollande s’amuse de l’épi­sode de la fiente de pigeon à la marche pour Char­lie

mars 23, 2015
François Hollande dans un fou rire éclatant!

François Hollande dans un fou rire éclatant!

« Cela venait du ciel ! »

Pris pour cible par un pigeon farceur lors de la marche répu­bli­caine du 11 janvier, François Hollande a visi­ble­ment pris l’in­ci­dent avec beau­coup d’hu­mour et de recul.

Le 11 janvier dernier, malgré la solen­nité et l’im­por­tance du moment, un tout petit pigeon a pris le temps de faire rire la France entière, plon­gée dans l’hor­reur quelques jours après les atten­tats de Char­lie Hebdo.

Lors de la marche répu­bli­caine, réunis­sant des millions de Français, François Hollande était venu témoi­gner son soutien à la rédac­tion de Char­lie Hebdo. Mais alors qu’il serrait dans ses bras l’ur­gen­tiste Patrick Pelloux, on avait soudain aperçu en arrière-plan le dessi­na­teur Luz et sa compagne partir dans un incroyable fou rire.

La cause de cette hila­rité aussi inat­ten­due que salva­trice : un pigeon, qui venait de choi­sir de lâcher sa fiente pile poil sur le chef de l’Etat.

« Hollande pour­­rait inté­­grer Char­­lie Hebdo parce que, malgré lui, il a fait rire toute l’équipe en cinq secondes, avait confié Luz par la suite aux Inrocks. Ce pigeon mali­­cieux doit être un fidèle lecteur de Char­­lie Hebdo… »

Une analyse que n’est pas loin de parta­ger le chef de l’Etat lui-même. Inter­viewé par le maga­zine Society, François Hollande explique y avoir vu un signe. « Cela venait du ciel, confie-t-il. Comme un symbole : un ange de Char­­lie s’était pris pour un moineau »

Lyrique, il a vu dans l’at­taque de ce vola­tile, une petite leçon de vie. « Même dans le drame, il y a toujours une place pour le sourire, analyse-t-il. Je ne me suis pas rendu compte de ce qui m’était tombé dessus, j’ai trouvé que si j’avais pu faire rire Luz, c’était bien. » Une sorte de cadeau du ciel…

Voici.fr par Perrine Stenger

Tunisie : l’animateur Ben Gharbia et l’humoriste Lahrissi arrêtés pour offense au président

mars 13, 2015

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi, le 31 décembre 2014 à Tunis.

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi, le 31 décembre 2014 à Tunis. © AFP

Moez Ben Gharbia, un animateur vedette de la télévision tunisienne, et Wassim Lahrissi, célèbre humoriste, ont été arrêtés vendredi pour offense au président Béji Caïd Essebi.

Les animateur et humoriste tunisiens Moez Ben Gharbia et Wassim Lahrissi ont été arrêtés vendredi 13 mars pour offense au chef de l’État Béji Caïd Essebi. Il s’agit des premières arrestations du genre depuis l’élection d’Essebsi en décembre 2014. « Le parquet a décidé de les placer en détention », a déclaré le porte-parole du parquet, Sofiène Sliti, indiquant qu’ils avaient « commis une offense au chef de l’État ».

Selon lui, les deux hommes ont été arrêtés pour avoir commis une « offense au chef de l’État, une escroquerie et s’être indûment attribués des titres ». « On n’entre pas dans les détails de l’affaire car c’est ce qu’exige le bon déroulement de l’enquête », a-t-il ajouté, ne précisant pas si les délits dont sont accusés les deux hommes ont été commis dans le cadre de leurs activités médiatiques. Ils resteront en détention jusqu’au début de leur procès, le 25 mars.

Pas de réaction de la présidence

Selon la radio Mosaïque FM, qui emploie Wassim Lahrissi – surnommé Migalo – comme imitateur et humoriste, ce dernier se serait fait passer pour le chef de l’État lors d’un entretien téléphonique avec un homme d’affaires tunisien. Cet homme d’affaires aurait précédemment demandé à Moez Ben Gharbia d’intercéder en sa faveur auprès du président Caïd Essebsi. Les responsables de la radio n’ont pas souhaité dans l’immédiat commenter cette affaire.

Moez Ben Gharbia était un présentateur star de l’une des principales télévision privées du pays, Ettounsiya. Il a depuis quitté cette chaîne et prépare le lancement de la sienne. L’offense au chef de l’État est passible de trois ans de prison (article 67 du code pénal), l’usurpation de titres de deux ans (article 159) et l’escroquerie de cinq ans (article 291).

La présidence tunisienne n’a pas réagi dans l’immédiat à l’arrestation des deux hommes. Béji Caïd Essebsi, 88 ans, a été élu en décembre à la présidence. Ce vétéran de la scène politique tunisienne avait notamment servi comme ministre de l’Intérieur du père de l’indépendance tunisienne, Habib Bourguiba, et brièvement comme président du parlement sous le régime de Zine El Abidine Ben Ali. Il s’est toujours engagé à respecter la liberté d’expression acquise depuis la révolution de 2011.

Jeuneafrique.com avec AFP

Nicolas Sarkozy sacré meilleur menteur en politique de l’année

février 10, 2015

L’ancien chef de l’Etat a été récompensé pour « ses 17 mensonges répétés en boucle » pendant la campagne pour la présidence de l’UMP. Jérôme Cahuzac, Jean-Pierre Jouyet et Guillaume Peltier ont quant à eux décroché des « prix spéciaux ».

Nicolas Sarkozy sacré meilleur menteur en politique de l'année

Nicolas Sarkozy, président de l’UMP, lors d’un meeting de campagne le 7 novembre 2014.

REUTERS / Philippe Wojazer

« Avec une majorité large. » Les six jurés du Prix du meilleur menteur en politique semblent n’avoir que très peu hésité à couronner Nicolas Sarkozy. Le président de l’UMP a été distingué ce vendredi pour tous les « mensonges qu’il a répété en boucle » pendant sa campagne de réélection à la tête de son parti. Une liste que l’on retrouve dans la rubrique Désintox du quotidien Libération.

Des chiffres de la délinquance à ceux de l’Aide médicale d’Etat, en passant par le bilan de son quinquennat et les promesses de campagne de François Hollande: le journal avait décompté 17 approximations -voire inventions- de l’ancien chef de l’Etat. « Il doit déjà être au courant de sa victoire », croit savoir Thomas Guénolé, politologue à l’origine de la création du Prix le 19 janvier dernier. À ses côtés, pour le décerner, des journalistes de droite comme de gauche issus des rédactions de Libération, du Figaro Vox, du Monde ou encore du site Slate.

Neuf autres candidats déchus

« Nous voulions décerner ce prix, avec humour, pour trois raisons principales, axées autour de la sensibilisation », explique-t-il ainsi à L’Express. « Celle de la classe politique, d’abord, que nous voulons inciter à moins mentir. Celle des journalistes politiques, ensuite, pour les encourager à développer le fact checking. Et celle du grand public, enfin, pour le pousser à toujours plus vérifier la véracité de ce qui lui est dit. »

Une course dans laquelle l’ancien président l’a emporté face à neuf concurrents. Parmi lesquels notamment le tandem Anne Hidalgo/Nathalie Kosciusko-Morizet, pour leur « campagne municipale », Marine Le Pen, pour « ses exagérations », Jean-Luc Mélenchon, pour « nier son abstéisme parlementaire« , ou encore Thomas Thévenoud, pour ses déboires fiscaux.

Une cérémonie prévue pour l’année prochaine

Mais Nicolas Sarkozy, ne lui en déplaise, n’est pas le seul à avoir été décoré. Jérôme Cahuzac a ainsi également été récompensé, à l’unanimité, « pour l’ensemble de son oeuvre« . Jean-Pierre Jouyet, ancien secrétaire général de l’Elysée, l’a lui été pour avoir « démenti son propre démenti » dans l’affaire Fillon-Sarkozy. Et Guillaume Peltier, cofondateur de la Droite forte, a été désigné « jeune espoir ».

Tous ces « heureux » gagnants n’auront toutefois pas le plaisir de se voir matériellement récompensés pour leurs mensonges. « Je ne sais pas s’ils en auraient été si fiers » s’amuse Thomas Guénolé, qui regrette avoir eu cette idée trop tard pour pouvoir organiser une cérémonie. « Nous le ferons en revanche l’année prochaine », jure-t-il ainsi. À moins que l’opération, en laquelle il voit déjà « un succès », ne porte bel et bien ses fruits. Et qu’il n’y ait en 2016 aucun menteur à couronner. Le rendez-vous est pris.

Lexpress.fr par

Nabilla : sa décla­ra­tion enflam­mée à… Jacques Chirac

octobre 2, 2014
Nabilla kiffe Chirac!

Nabilla kiffe Chirac!

« Je le trouve trop chou, trop sexy »

Berna­dette peut commen­cer à trem­bler. Une petite jeune pour­rait bien tenter de lui piquer son Jacques. Nabilla vient en effet de décla­rer sa flamme à l’ex-chef de l’État.

S’il venait à l’idée de Jacques Chirac de se présen­ter en 2017, il pour­rait bien faire un carton. Du côté des chro­niqueurs de Touche pas à mon poste, c’est un gros plébis­cite et la plus fan est éton­nam­ment Nabilla.

Hier sur le plateau de l’émis­sion, la jeune femme n’a pas caché sa passion pour l’an­cien président de la Répu­blique. « Je le trouve trop chou, s’est-elle exclamé, trop sexy ! Il est vrai­ment trop mignon. »

Grou­pie, la jeune femme a avoué collec­tion­ner les vête­ments à l’ef­fi­gie de l’an­cien chef de l’État. « J’ai même des t-shirt Jacques Chirac, sur la vie de ma mère que c’est vrai. Je l’aime trop et je regrette qu’il soit parti. »

Si la bimbo n’a jamais eu l’op­por­tu­nité de pouvoir le croi­ser, elle n’a pas caché son envie de provoquer la chance. « Cher Président, je vous aime très fort, a-t-elle déclaré face camé­ras, et j’aime­rai vrai­ment vous rencon­trer. »

Cash comme à son habi­tude, Nabilla n’a pas hésité à provoquer Berna­dette« Et déso­lée pour votre meuf, s’est-elle amusée, mais vous, je vous kiffe ! Je vous fais plein de gros bisous ! » Le message est passé…

Voici.fr par Perrine Stenger

VIDEO Sans le vouloir, Céline Dion a montré ses fesses à Florent Pagny

août 5, 2014
Céline Dion et René

Céline Dion et René

« J’avais le derrière à l’air »

À force de la jouer sexy, Céline Dion devient carrément hot. La chanteuse a, par mégarde, dévoilé son derrière devant Florent Pagny.

Des problèmes de robes qui forcent les stars à se dévoiler plus que prévu, ça arrive souvent. Dans la rue où il suffit d’un simple coup de vent pour en montrer plus que de raison ou sur le tapis rouge où les accidents vestimentaires sont légion. On se souvient encore de Nabilla, au dernier Festival de Cannes, qui a monté les marches avec un sein à l’air. Eh bien figurez-vous que cela peut aussi se produire alors que vous avez une armada d’assistants avec vous. C’est justement ce qui s’est passé pour Céline Dion.

Dans l’émission L’Eté indien, on a pu voir une séquence où Florent Pagny retrouvait la chanteuse québécoise pour faire quelques photos. Alors qu’elle le précédait pour entrer dans sa loge, elle lui a montré tout son derrière. La raison ? La fermeture éclair de sa robe noire était un peu trop remontée. Gentleman, il l’a prévenue : « Attention Céline, ta robe, elle s’ouvre beaucoup derrière. C’est pas désagréable, mais elle s’ouvre beaucoup. »

http://www.programme-tv.net/news/tv/55349-celine-dion-genee-florent-pagny-accident-robe/

Céline Dion s’en est même amusée, avouant qu’elle « avait le derrière à l’air » : « Tant que ça n’arrive pas sur la scène… » Une petite anecdote qu’elle a raconté à ses assistantes en anglais et à Julie Snyder et son mari René. Julie n’a d’ailleurs pas boudé son plaisir en montrant ces images. Découvrez-les sans plus tarder.

Voici.fr par M-A.K.

La tension monte d’un cran entre les fils de Valérie Trierweiler et Nicolas Sarkozy

juillet 17, 2014
Deux coquelets en  chiens de faïence sur le net

Deux coquelets en chiens de faïence sur le net

Baston de fistons

Louis Sarkozy et Léonard Trierweiler n’en finissent plus de se chamailler sur Twitter, chacun défendant bec et ongles sa famille… Puéril mais mignon.

Louis Sarkozy et Léonard Trierweiler se sont encore engagés dans une petite guéguerre des mots sur Twitter.

Ils avaient déjà eu une première prise de bec très remarquée lorsque le fils de Valérie Trierweiler avait conseillé à Louis Sarkozy de retourner « pêcher le mérou » au lieu de traîner sur les réseaux sociaux.

Hier soir, une assistante parlementaire, Marie Huteau, a interpellé Léonard Trierweiler sur Twitter : « On attend les commentaires de @trierweiler3 » a-t-elle écrit, en mettant en copie un papier de L’Express intitulé « Ce que Valérie Trierweiler a coûté à la République. »

Une provocation à laquelle a tout de suite répondu le fougueux jeune homme de 16 ans. « C’est comme si vous demandiez à @Sarko_Junior de rendre des comptes sur les 600 milliards de dettes de son père. Pas très malin ! » a-t-il tweeté.

Quelques minutes plus tard, Louis Sarkozy a lui aussi réagi en postant un article du Point sur les sommes dépensées par l’Elysée pour Valérie Trierweiler. « Certes @Sarko_Junior mais ce n’est pas ma mère qui bénéficiait d’une carte de crédit de l’Elysée pour ses dépenses personnelles… », lui a alors assené Léonard Trierweiler. « Ça tombe bien, la mienne non plus ! », a aussitôt répliqué le fils de Nicolas Sarkozy et Cécilia Attias.

Un petit combat de coquelets 2.0 sans trop de conséquences. Il ne faudrait pourtant pas que ces deux-là se croisent dans la vie réelle. A un internaute qui suggérait de les mettre face à face sur un ring, Louis Sarkozy a répondu : « Quand vous voulez, chez les militaires, on apprend à se battre. » A coups de mérou ?

Voici.fr par P.S.B.