Archive for the ‘International’ Category

France-Présidentielle : Éric Zemmour gagne du terrain, Marine Le Pen recule

septembre 28, 2021

D’après un sondage Harris Interactive réalisé pour « Challenges », Éric Zemmour récolterait 13 % des voix à la présidentielle, contre 16 % pour Marine Le Pen.

Éric zemmour

Àsept mois de la présidentielle de 2022, le potentiel duel entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron au second tour est des plus incertains. Une nouvelle enquête d’opinion, publiée par Harris Interactive pour Challenges ce mardi 28 septembre, démontre la progression d’Éric Zemmour dans les intentions de vote (entre 13 et 14 % des voix), au détriment de sa rivale d’extrême droite, Marine Le Pen, avec 16 %.

Marine Le Pen baisse dans les intentions de vote

Ainsi, plus les semaines passent, plus il grignote des points à Marine Le Pen. Alors que la candidate RN affichait 18 % la semaine passée, selon l’avant-dernier baromètre de Harris Interactive pour Challenges, Éric Zemmour était à 11 % des intentions de vote. L’écart entre les deux personnalités est donc passé de 7 à seulement 3 points en une semaine seulement, une diminution très significative.

À noter que des sondages plus anciens prédisaient que l’ex-dirigeante du RN obtiendrait 28 % des voix début juin dernier tandis qu’à cette même période Éric Zemmour affichait seulement 5,5 % d’intentions de vote, selon l’Ifop pour Le Point.

Éric Zemmour a également de quoi faire trembler la droite. En effet, Xavier Bertrand, potentiel candidat, obtiendrait, lui, 14 % des voix, juste devant le polémiste controversé. Ce dernier devancerait l’autre potentielle candidate, Valérie Pécresse, qui ne remporterait que 12 % des voix. Dernière possibilité, enfin, celle d’une candidature d’un autre candidat de droite, Michel Barnier, qui ne remporterait que 8 % des voix.

Toutefois, en dépit des rivalités, les deux tiers des électeurs potentiels d’Éric Zemmour (66 %) se rallieraient à Marine Le Pen au second tour, contre 7 % à Emmanuel Macron et 27 % de votes blancs, nuls ou d’abstention, en cas de duel Macron-Le Pen. « Marine Le Pen est donnée au second tour de l’élection présidentielle, ce qui n’est le cas ni du candidat des Républicains ni du candidat (potentiel) Éric Zemmour », s’est défendu Jordan Bardella sur France Inter ce mardi, ajoutant ne pas vouloir « commenter les sondages ».

Ainsi, si Emmanuel Macron distance tous ses concurrents dans ce dernier sondage Harris Interactive, avec entre 23 et 26 % des intentions de vote, la deuxième place est désormais bel et bien disputée entre Marine Le Pen, le candidat LR, Éric Zemmour et Jean-Luc Mélenchon, qui affiche 13 % des voix, contre 7 % pour la socialiste Anne Hidalgo, 6 % pour l’écologiste Yannick Jadot, devant Arnaud Montebourg (2 %).

* Enquête réalisée en ligne du 24 au 27 septembre 2021 sur un échantillon de 1 379 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, dont 1 048 personnes inscrites sur les listes électorales. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle, région et comportement électoral antérieur de l’interviewé(e).

Par Le Point avec AFP

Soldat tué au Mali: minute de silence à l’Assemblée pour un « héros »

septembre 28, 2021

Soldat tue au Mali: minute de silence a l'Assemblee pour un "heros"
Soldat tué au Mali: minute de silence à l’Assemblée pour un « héros »© Etat Major des Armées/AFP/-

L’Assemblée nationale a observé mardi une minute de silence en mémoire du caporal-chef Maxime Blasco, tué au combat au Mali vendredi, « un héros » auquel un hommage national sera rendu mercredi aux Invalides.

« Nous avons tous été bouleversés par cette nouvelle. C’est un homme exceptionnel, un héros, qui est tombé au combat », a salué le président de l’Assemblée Richard Ferrand, soulignant « son courage, sa détermination, son sens du sacrifice ».

Agé de 34 ans, Maxime Blasco, du 7e bataillon de chasseurs alpins de Varces (Isère), avait reçu en juin la médaille militaire « pour la valeur exceptionnelle de ses services ».

« Au nom de la représentation nationale, j’adresse à sa famille, à ses proches, à ses camarades militaires, qui font l’honneur de l’armée française, nos plus sincères condoléances », a ajouté M. Ferrand, avant d’inviter députés, membres du gouvernement et personnels de l’Assemblée à une minute de silence.

Le caporal-chef recevra mercredi aux Invalides un hommage national. Son décès porte à 52 le nombre de soldats français tués au combat au Sahel depuis 2013 dans les opérations antijihadistes Serval puis Barkhane, auxquels s’ajoutent six morts par accident.

Selon l’état-major des armées, la victime a été tuée « au cours d’une opération de reconnaissance et de harcèlement conduite par la Force Barkhane dans le Gourma malien », dans la région de Gossi, à proximité de la frontière entre le Mali et le Burkina Faso.

Par Le Point avec AFP

France: Macron réaffirme son soutien au droit à l’avortement

septembre 28, 2021
Macron reaffirme son soutien au droit a l'avortement
Macron réaffirme son soutien au droit à l’avortement© POOL/AFP/Ludovic MARIN

Emmanuel Macron a réaffirmé mardi qu’il serait « toujours » du côté des défenseurs du droit à l’avortement, un « droit fondamental pour toutes les femmes », à l’occasion de la journée mondiale en faveur de ce droit.

« En cette journée mondiale du droit à l’avortement, je veux redire que je serai toujours du côté de celles et ceux qui défendent ce droit fondamental pour toutes les femmes », écrit le chef d’Etat dans un tweet où il joint un extrait vidéo du discours prononcé par Simone Veil en novembre 1974 à l’Assemblée nationale pour dépénaliser l’avortement en France.

Dans une étude publiée mardi, la Drees indique que le nombre d’interruptions volontaires de grossesse avait baissé en 2020, en particulier en mai et juin, probablement en raison d’une baisse des conceptions pendant le premier confinement.

A l’approche de la fin du quinquennat, certains parlementaires, y compris de la majorité, voudraient remettre sur le métier une proposition de loi, votée à l’assemblée en octobre 2020 mais rejetée par le Sénat en janvier, qui vise à allonger le délai d’accès à l’IVG de 12 à 14 semaines de grossesse.

Dans un entretien à Elle en juin, Emmanuel Macron avait exprimé son opposition à un tel allongement, estimant que l’avortement était « plus traumatisant dans ces délais-là ».

Totalement interdit dans une minorité de pays mais soumis à des conditions extrêmement restrictives dans de nombreux autres, l’accès à l’avortement demeure très inégal dans le monde.

En Europe, l’interdiction totale est une exception. Si plusieurs pays comme l’Irlande ont assoupli l’accès à l’IVG ces dernières années, la Pologne, via une décision du tribunal constitutionnel, a restreint le 22 octobre 2020 le droit à l’IVG, interdisant les avortements en cas de malformation du foetus.

Par Le Point avec AFP

Québec-Bécancour: Un automne en présentiel au Centre de femmes

septembre 28, 2021

Le Centre de femmes Parmi Elles de Bécancour annonce la reprise de ses activités en présentiel avec une nouvelle équipe, de nouveaux aménagements et même de nouveaux services.

De gauche à droite: Marie-Noëlle Cyrenne, intervenante sociale, Geneviève Legault, directrice / coordonnatrice, et Pénélope Bergeron-Lavallée, intervenantes sociales et agente de liaison.

© FRANÇOIS GERVAIS De gauche à droite: Marie-Noëlle Cyrenne, intervenante sociale, Geneviève Legault, directrice / coordonnatrice, et Pénélope Bergeron-Lavallée, intervenantes sociales et agente de liaison.

La programmation automnale compte des activités diversifiées tant pour les femmes qui souhaitent rester à la maison que pour celles qui aimeraient être présentes dans les locaux de l’organisme.

Les activités se dérouleront les lundis, mercredis, jeudis et vendredis, de 9h à midi et de 13h à 16h.

Un petit salon est maintenant ouvert aux femmes qui veulent aller y prendre un café. Des portables sont accessibles sur place pour faire des recherches ou imprimer des documents.

Le centre précise que le passeport vaccinal n’est pas demandé pour entrer ou prendre part aux activités.

Le centre de femmes, situé en plein centre de la municipalité, dispose désormais d’une terrasse pouvant accueillir une quinzaine de femmes à la fois. Cet espace permet de défaire le préjugé voulant que le centre de femmes soit une maison d’hébergement pour femmes victimes de violence, indique l’organisme.

La terrasse est agrémentée d’une fontaine laquelle est incorporée dans une thématique de jardin communautaire. Cette nouvelle terrasse vise notamment à donner une visibilité à l’organisme en tant que milieu de vie.

Le Centre de femmes Parmi Elles rappelle que sa mission consiste à informer et sensibiliser les femmes pour les aider à modifier leurs conditions de vie par une prise en charge individuelle et collective. Il s’agit d’un lieu de rencontres favorisant l’échange sur les réalités vécues par les femmes. Du même coup, il se veut un réseau d’entraide et même un centre de documentation.

Par le biais de diverses journées ou soirées d’information, le Centre de femmes Parmi Elles vise également à renseigner ses participantes sur divers thèmes comme les droits des femmes, la santé mentale, la violence faite aux femmes, la sexualité, le travail, l’éducation et les loisirs.

L’organisme offre une écoute et un accueil aux femmes de la MRC de Bécancour ainsi qu’un nouveau service de halte-garderie les lundis, jeudis et vendredis, de 9h à 12h.

Une intervenante du centre offre même ses services en tant que doula pour l’accompagnement à l’avortement ou lors d’une fausse couche.

Le centre ouvre également une ludothèque, les vendredis, de 9h à 12h pour la location de jeux et jouets sur l’achat d’une carte de membre de 20 $.

Plusieurs activités éducatives composent la programmation de l’automne. Les cuisines collectives, notamment, repartent dans plusieurs villages. Certaines activités seront offertes en Zoom ou en groupes Facebook. Le 24 novembre, il y aura une conférence d’Ingrid Falaise, à 19h, pour lancer les 12 jours d’action contre la violence faite aux femmes.

Pour l’année 2021-2022, le Centre de femmes Parmi Elles entend sensibiliser les femmes aux situations qui les touchent sur les plans politique, économique et social. L’organisme veut accueillir les femmes de tous les villages, de tous les âges, peu importe leur appartenance sociale, origine ethnique et orientation sexuelle.

 Avec Brigitte Trahan – Le Nouvelliste

Congo-Disparition : Casimir Molongo a tiré sa révérence

septembre 28, 2021

L’ancien entraîneur, vainqueur de la Coupe d’Afrique avec l’Etoile du Congo et les Diables rouges, est décédé le 24 septembre à Brazzaville des suites d’un malaise, laissant des traces impérissables dans l’histoire du handball féminin congolais.

Casimir Molongo

L’histoire, il y a ceux qui la font et ceux qui la racontent. Casimir Molongo « Mon cher » fait partie de ceux qui ont écrit les plus belles pages de l’histoire du handball congolais dans sa version féminine. L’ancien international d’athlétisme avait trouvé du plaisir dans le handball dont il ne pouvait pas s’en séparer. Selon les témoignages, il respirait, mangeait et buvait le handball à telle enseigne que les résultats lui collaient à la peau lorsqu’il a raccroché ses crampons pour lancer sa carrière d’entraîneur.  

Sous sa direction, les Diables rouges seniors dames ont collectionné quatre titres continentaux, notamment en 1979, 1981, 1983 et 1985. L’ancienne génération des joueuses   qu’il avaient façonnées  pour accomplir de tels exploits comme Yvonne Makouala, Micheline Okemba, Eugenie Atipo, Hortense Avounou, Solange Koulenka…attendent depuis lors leurs successeures.

Comme tout ce qu’il touchait brillait, il a connu ce même bonheur avec l’ Etoile du Congo. Quand la page de l’Etoile du Congo a été tournée, Casimir Molongo a continué à transmettre son savoir à Asel dont il était co-fondateur puis  Ekembongo et As Otohô, la dernière équipe qu’il a conduite à la troisième édition de la Coupe du Congo.

Avec Adiac-Congo par James Golden Eloué

Congo-Pépinière à projets : Julles Ferry Quevin Moussoki Mitchum à Beyrouth

septembre 28, 2021

Le conteur congolais fait partie des dix-huit artistes comédiens, metteurs en scène, auteurs, scénographes, concepteurs sonores bénéficiaires de la bourse Focuna, une bourse de création. Il participe, à partir de ce 28 septembre jusqu’au 10 octobre, à un laboratoire de création artistique dans la région de Hammana, au Liban.

 

L’artiste Julles Ferry Moussoki/ DR

La participation de Jules Ferry Quevin Moussoki au projet fait suite à un appel à candidatures lancé par le Focuna, en collaboration avec Theater federatioun,  soutenu par l’Organisation internationale de la francophonie et l’espace Tiné. Durant deux semaines, le médaillé d’or en contes et les autres artistes choisis par les différents membres de la Commission internationale du théâtre francophone (CITF) vont prendre part à des échanges tant dans des cadres formels qu’informels, avec des artistes et des professionnels de la scène d’autres provenances. Ils rencontreront le public au terme de ces ateliers.

L’artiste assistera aussi à des spectacles programmés par Hammana Artist House (HAH) et des théâtres partenaires à Beyrouth. La pépinière à projets est organisée par la CITF, HAH et Valérie Cachard, artiste indépendante et co-présidente de la CITF.

Le projet pépinière a pour multiples objectifs : susciter le désir de développer des collaborations artistiques et des projets de coproduction théâtrale entre des artistes de la francophonie, contribuer à l’avancement de la pratique théâtrale grâce à des rencontres entre des artistes de la francophonie œuvrant en théâtre et en musique, susciter un échange sur les pratiques respectives de chacun et le partage des connaissances.

Ce projet a aussi entre autres objectifs, favoriser une meilleure connaissance de la création théâtrale libanaise dans toutes ses formes et dans toutes ses langues et du secteur culturel en général au Liban; favoriser une meilleure connaissance des conditions de travail et de production théâtrale dans un pays dit « du sud »; favoriser une meilleure connaissance et un rapprochement entre des artistes du Canada, d’Europe, d’Afrique et des pays du Levant; se retrouver pour pratiquer son métier de manière collective après une période d’instabilité…

Le conteur Julles Ferry Moussoki est directeur artistique du Festival international des rencontres itinérantes des arts de la parole et du langage à Brazzaville, médaillé d’or en contes et conteur aux huitièmes Jeux de la francophonie en 2017. Il participe à plusieurs festivals.

Avec Adiac-Congo par Rosalie Bindika

Assassinat de Thomas Sankara : enfin la vérité ?

septembre 28, 2021
Thomas Sankara.

Qui a tué l’ancien président burkinabè, icône de la révolution ? C’est un procès historique qui doit s’ouvrir le 11 octobre à Ouagadougou, au cours duquel seront notamment jugés Blaise Compaoré, Gilbert Diendéré et Hyacinthe Kafando.

L’heure du procès a enfin sonné, mettant fin à plus de trente ans d’attente, durant lesquels l’enquête judiciaire a d’abord été enterrée, avant d’être relancée après la chute du régime de Blaise Compaoré, en 2014. Le 11 octobre, à 9 heures, s’ouvrira, dans la salle des banquets de Ouaga 2000, le procès de l’assassinat de Thomas Sankara et de ses douze compagnons, le 15 octobre 1987. Un procès historique dont les audiences seront publiques tant cette affaire d’État cristallise l’attention des Burkinabè – et de nombreux Africains – depuis trois décennies. 

En tout, 14 prévenus sont appelés à comparaître devant le tribunal militaire de Ouagadougou. Parmi eux, des membres du commando qui a tué Sankara, des complices, mais aussi et surtout trois hommes dont beaucoup pointent depuis longtemps la responsabilité directe dans cet assassinat : Blaise Compaoré, Gilbert Diendéré et Hyacinthe Kafando. Ancien aide de camp de Sankara et ex-commandant adjoint de la gendarmerie nationale, Moussa Diallo était l’un des intimes du président assassiné. En amont du procès, ce témoin de premier plan qui a longtemps gardé le silence s’est longuement confié à JA. Et livre des détails inédits sur la fin sanglante de la révolution burkinabè.

Avec Jeune Afrique par Benjamin Roger

Canada: La carte de vaccination est maintenant la seule preuve acceptée en C.-B.

septembre 27, 2021

VICTORIA — À compter de lundi, la seule preuve de vaccination acceptée en Colombie-Britannique pour manger dans des restaurants ou assister à des événements récréatifs intérieurs est la carte de vaccination de la province.

© Fournis par La Presse Canadienne

Le gouvernement a indiqué que la période de transition permettant aux gens de présenter le document obtenu lors de leur rendez-vous de vaccination a expiré dimanche.

La carte de vaccination, sur ordre de la médecin hygiéniste en chef de la province, la Dre Bonnie Henry, est requise dans la plupart des restaurants et des événements intérieurs pour garantir que les entreprises peuvent rester ouvertes et que les gens peuvent se sentir en sécurité dans ces environnements.

Le ministre de la Santé, Adrian Dix, a déclaré que plus de trois millions de personnes en Colombie-Britannique avaient déjà reçu leur carte de vaccination.

Il a précisé que les gens pouvaient obtenir leur carte en ligne sur le site web du gouvernement et en conserver une copie numérique sur leur appareil mobile ou en imprimer une copie papier pour la présenter lors d’événements ou au restaurant.

La Dre Henry a indiqué que la carte de vaccination aide les gens à soutenir les événements et les entreprises en toute confiance, sachant que les autres personnes autour d’eux sont également vaccinées.

Avec La Presse Canadienne

Yémen: 67 morts dans des combats autour de la ville stratégique de Marib

septembre 27, 2021

Des affrontements au Yémen ont fait 67 morts au cours des 24 dernières heures parmi les rebelles Houthis et les soldats pro-gouvernement dans la bataille pour Marib, dernier bastion loyaliste dans le nord du pays en guerre, selon des sources militaires et médicales.

Les forces loyales aux rebelles houthis du Yémen portent les cercueils des combattants tués lors de combats avec les troupes gouvernementales soutenues par les Saoudiens dans la région de Marib, lors de funérailles de masse à la mosquée al-Saleh de la capitale Sanaa, le 27 septembre 2021

© MOHAMMED HUWAIS Les forces loyales aux rebelles houthis du Yémen portent les cercueils des combattants tués lors de combats avec les troupes gouvernementales soutenues par les Saoudiens dans la région de Marib, lors de funérailles de masse à la mosquée al-Saleh de la capitale Sanaa, le 27 septembre 2021

Localisation de la province de Marib, au Yémen

© Sophie RAMIS Localisation de la province de Marib, au Yémen

« Cinquante-huit rebelles et neuf soldats gouvernementaux ont été tués dans des combats et par des frappes aériennes dans les provinces de Marib et Chabwa (près de Marib) », ont indiqué les sources militaires à l’AFP, un bilan confirmé par des sources médicales.

Des Yéménites scandent des slogans lors de manifestations appelant à la destitution du gouvernement de coalition soutenu par l'Arabie saoudite et contre la détérioration des conditions économiques et de vie, à Taez, le 27 septembre 2021

© AHMAD AL-BASHA Des Yéménites scandent des slogans lors de manifestations appelant à la destitution du gouvernement de coalition soutenu par l’Arabie saoudite et contre la détérioration des conditions économiques et de vie, à Taez, le 27 septembre 2021

Plus de 20 raids contre les rebelles ont été menés par la coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite et qui appuie les forces loyalistes depuis 2015, selon des sources gouvernementales.

Les rebelles, proches de l’Iran, contrôlent déjà une large partie du nord du Yémen, notamment la capitale Sanaa prise en 2014. Les Houthis font rarement état de bilan de victimes dans les combats.

Les combats autour de Marib se sont intensifiés ces derniers jours faisant des dizaines de morts, sur fond d’impasse diplomatique pour un cessez-le-feu. Environ 400 combattants des deux camps ont péri en septembre. 

Depuis février, les rebelles tentent de prendre le contrôle de cette province riche en pétrole, située à environ 120 kilomètres de la capitale Sanaa, et qui constitue le principal maillon manquant pour le pouvoir dans le nord du pays.

La perte de Marib serait un échec cuisant pour le gouvernement et l’Arabie saoudite qui le soutient. En quelques mois, les Houthis ont pourtant bien réalisé des percées vers Marib sur différents fronts, se rapprochant progressivement de la ville.

– Vains efforts diplomatiques –

La bataille de Marib a accentué le conflit au Yémen, où sévit le pire désastre humanitaire au monde selon l’ONU, qui met en garde contre un risque de famine à grande échelle. Quelque 80% des 30 millions d’habitants dépendent d’une aide humanitaire qui manque de financement.

Un Yéménite assiste aux manifestations à Taez appelant à la destitution du gouvernement de coalition soutenu par l'Arabie saoudite en raison de la détérioration des conditions économiques et de vie, le 27 septembre 2021

© AHMAD AL-BASHA Un Yéménite assiste aux manifestations à Taez appelant à la destitution du gouvernement de coalition soutenu par l’Arabie saoudite en raison de la détérioration des conditions économiques et de vie, le 27 septembre 2021

Les organisations internationales estiment que la guerre a fait des dizaines de milliers de morts et des millions de déplacés internes.

Alors que l’ONU et Washington poussent à la fin de la guerre, les Houthis ont notamment exigé la réouverture de l’aéroport de Sanaa, sous blocus saoudien depuis 2016, avant tout cessez-le-feu ou négociations.

Les efforts de l’ONU ces dernières années pour faire cesser les combats ont été vains. En juin, l’ancien émissaire de l’ONU au Yémen, Martin Griffiths, avait dressé un constat d’échec au terme d’une mission de trois ans.

Son successeur, le diplomate suédois Hans Grundberg, a appelé à une « une paix durable ».

« Il est impératif que tous les efforts soient déployés de façon à relancer un processus politique qui peut engendrer des solutions durables répondant aux attentes des femmes et hommes yéménites », a-t-il ajouté dans un communiqué. 

Marib abrite plus de deux millions de déplacés répartis dans 139 camps, un refuge menacé par l’offensive des Houthis.

Avec AFP par faw-dm/aem/bfi

Enseignement supérieur : reprise des activités à l’Université Marien-Ngouabi

septembre 27, 2021

Dans une déclaration lue par le porte-parole du  collège intersyndical, Célestin Désiré Niama, le collège a décidé de reprendre avec ses activités académiques, ce 27 septembre.

 La décision de lever la grève illimitée observée depuis plus d’une semaine au sein de l’ Université Marien-Ngouabi a été prise le 25 septembre, à l’issue de la réunion du collège intersyndical. L’objectif était de faire le point sur la situation sociale des travailleurs entraînant l’arrêt de toutes les activités académiques depuis plus d’une semaine.

Après discussion entre les membres pendant plus de quatre heures, le collège a relevé dans sa déclaration des avancées significatives suite aux doléances exprimées auprès du gouvernement, soulignant les démarches entreprises par la coordination du collège intersyndical avec le gouvernement et la présidence de l’Université. 

L’échange entre les deux parties a conduit à l’apaisement du climat social à l’Université Marien-Ngouabi, la signature d’un relevé de conclusions avec le gouvernement ainsi qu’à l’implication du président de l’Université Marien-Ngouabi dans la résolution des problèmes posés par le collège intersyndical, précise la déclaration.   

En rappel, les revendications du collège intersyndical portaient sur le respect du gouvernement des engagements écrits, pris dans le protocole d’accord signé le 1er août 2019, en versant les six quotités restantes sur dix-huit convenues. Le collège exigeait également le paiement des heures diverses dues de 2014 à 2020, le respect de paiement  des salaires des agents de la Fonction publique ainsi que le versement d’une enveloppe spéciale pour la rentrée académique  2021-2022.

Avec Adiac-Congo par Lydie Gisèle Oko