Archive for the ‘Médias’ Category

États-Unis: La CIA avait informé Obama dès l’été 2016 que Poutine voulait aider Trump

juin 23, 2017

Combo de photos avec l’ex-président américain Barack Obama et l’actuel président des Etats-Unis, Donald Trump / © AFP/Archives / NICHOLAS KAMM, ATEF SAFADI

La CIA avait averti le président Barack Obama dès août 2016 que les piratages du parti démocrate avaient été ordonnés par Vladimir Poutine dans le but de nuire à Hillary Clinton et d’aider Donald Trump, selon le Washington Post vendredi.

Les soupçons pesaient déjà contre la Russie en juillet 2016, quand des messages volés du parti démocrate ont été diffusés par WikiLeaks à la veille de la convention démocrate.

Mais le Washington Post raconte désormais avec détails l’alerte lancée par le service de renseignement américain à la Maison Blanche, plusieurs mois avant que Washington n’accuse publiquement, le 7 octobre 2016, les plus hauts échelons du gouvernement russe d’avoir fomenté les piratages informatiques.

Et ce n’est qu’en janvier 2017 que les Etats-Unis accuseront nommément le président russe d’avoir cherché à déstabiliser le système électoral américain, en sapant la candidature d’Hillary Clinton et en aidant celle du républicain Donald Trump.

Dès août 2016, selon le quotidien, Barack Obama a mis la Maison Blanche sur le pied de guerre, dans le plus grand secret, ordonnant à ses services de renseignement et de sécurité d’obtenir le plus d’informations possible et de dresser une liste de représailles possibles, allant de sanctions économiques à des cyber-attaques.

– ‘L’administration Obama savait’ –

Le Post rapporte qu’en plus de l’avertissement formulé directement par Barack Obama à Vladimir Poutine, en marge d’un sommet en Chine en septembre, le patron de la CIA, John Brennan, a téléphoné le 4 août à son homologue des services de sécurité russes FSB, Alexander Bortnikov, pour l’avertir. Et le 31 octobre, un message a été envoyé à Moscou par un canal sécurisé pour prévenir que toute interférence dans le scrutin du 8 novembre serait inacceptable.

Mais Barack Obama, comme cela a été rapporté auparavant, était réticent à riposter avant l’élection, de peur que la Russie ne lance des attaques le jour du scrutin, et également par crainte que toute action ne soit interprétée politiquement par les républicains.

Finalement, Barack Obama autorisa des sanctions le 29 décembre: l’expulsion de 35 espions sous couverture officielle, la fermeture de deux résidences diplomatiques russes aux Etats-Unis, et des sanctions économiques contre les services secrets russes.

Secrètement, l’ancien président démocrate aurait également autorisé une opération ultra-sensible conjointe de la CIA, de la NSA et du cyber-commandement américain: l’implantation dans les infrastructures russes de codes malicieux dormants pouvant être ensuite déclenchés en cas d’escalade.

Selon le Post, rien n’indique que cet ordre de M. Obama ait été annulé par son successeur, Donald Trump.

Le nouveau président américain a cependant mis en cause vendredi la gestion de ce dossier par son prédécesseur, via son canal de communication favori, Twitter: « Révélé à l’instant: l’administration Obama savait bien avant le 8 novembre l’interférence de la Russie dans le scrutin. Mais elle n’a rien fait. POURQUOI? ».

Dans un entretien à la chaîne de télévision Fox News qui sera diffusé intégralement dimanche, Donald Trump a de même manifesté son incompréhension face à la faible couverture médiatique de ces révélations concernant Barack Obama: « S’il avait l’information, pourquoi n’a-t-il rien fait ? Il aurait dû faire quelque chose. Mais ça vous ne le lisez pas. C’est plutôt triste », a-t-il déclaré à Fox, selon un extrait diffusé vendredi.

Romandie.com avec(©AFP / 24 juin 2017 04h35)                

France: de nombreuses « anomalies » détectées dans des cosmétiques

juin 23, 2017

Près de 700 produits ont fait l’objet d’une analyse en laboratoire par la DGCCRF / © AFP/Archives / SYLVAIN THOMAS

Défauts d’étiquetage, allégations ou compositions « non-conformes »: la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a identifié de nombreuses « anomalies » dans son enquête 2016 sur les produits cosmétiques, selon un bilan publié vendredi.

Sur près de 8.000 produits cosmétiques mis sur le marché national et contrôlés l’an dernier, la DGCCRF a détecté des anomalies dans 22% des cas, et 39% des établissements présentaient « au moins une anomalie », selon ce bilan publié sur son site internet.

Plus de 500 produits mis sur le marché national ont été ainsi épinglés pour des étiquetages non-conformes, principalement en raison de l’absence de mentions obligatoires comme la date de péremption, ou la non utilisation de la langue française.

Plus grave, certaines étiquettes ne comprenaient pas la liste des ingrédients ou de numéro de lot, ou ne mentionnaient pas la présence d’allergènes alors que les produits en contenaient.

Une centaine de produits présentaient également des allégations fausses et « clairement trompeuses », comme « sans allergènes », « sans parabènes », « sans parfum », a encore relevé la DGCCRF.

Parmi les 8.000 produits contrôlés, près de 700 ont aussi fait l’objet d’une analyse en laboratoire.

Les prélèvements ont révélé que 37% de ces produits avaient des compositions « non-conformes », voire « dangereuses » pour 15% d’entre eux.

« Les sociétés ayant mis sur le marché des produits dangereux ont généralement procédé à des retraits volontaires du marché mais, dans sept cas, des arrêtés préfectoraux ont dû prescrire un retrait-rappel avant destruction », a précisé la DGCCRF.

Divers opérateurs, notamment des importateurs ou de très petits fabricants, souvent artisanaux, « méconnaissent encore l’étendue des obligations qui leur incombent, les considérant comme des formalités administratives lourdes », alors que ces manquements sont pourtant « préjudiciables » pour le consommateur, a encore souligné la DGCCRF.

Son enquête a abouti à 377 avertissements, 188 mesures de police administrative, 79 procès-verbaux et 16 saisies. La DGCCRF prévoit par ailleurs d’engager un « renforcement de la communication sur la réglementation » notamment envers les PME-TPE du secteur.

Il y a deux semaines, l’association UFC-Que Choisir avait repéré 23 produits cosmétiques vendus en France bien que contenant des substances formellement interdites dans l’Union européenne. La DGCCRF avait indiqué à l’AFP qu’elle allait enquêter sur le sujet.

Romandie.com avec(©AFP / 23 juin 2017 18h42)                

Le Pakistan ensanglanté par des attentats à l’approche de l’Eid

juin 23, 2017

Une ambulance emmènent des victimes des doubles attentats à Parachinar, le 23 juin 2017 au Pakistan / © AFP / STR

Des attentats ont ensanglanté le dernier vendredi du mois sacré du ramadan au Pakistan, l’un faisant 13 morts au Baloutchistan, province instable du sud-ouest, et l’autre 11 morts sur un marché bondé de Parachinar, à la frontière afghane.

A Quetta, capitale du Baloutchistan, un véhicule de police a été pris pour cible par un attentat revendiqué à la fois par les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) et par Jamaat-ul-Ahrar, une faction du mouvement taliban pakistanais (TTP).

Les deux organisations ont donné des détails divergents, selon SITE, un centre américain spécialisé dans la surveillance en ligne des mouvances extrémistes.

L’EI Province de Khorasan, la branche du groupe au Pakistan et en Afghanistan, a revendiqué plusieurs attentats ces derniers mois au Baloutchistan, parfois en alliance avec des groupes islamistes locaux, dont le Jamaat-ul-Ahrar.

L’explosion devant les bureaux du chef de la police a fait 13 morts et une vingtaine de blessés, touchés par des schrapnels, a indiqué le docteur Fareed Ahmed, médecin en chef de l’Hôpital civil.

Parmi les victimes, neuf policiers ont été tués, selon le chef de la police de la ville, Abdul Razzak Cheema.

La police a été prise pour cible, a indiqué un autre responsable policier, sans pouvoir préciser la nature exacte de l’explosion.

A l’hôpital, des enfants s’inquiétaient au chevet de leurs proches allongés sur des civières souillées de sang.

« J’étais assis quand il y a eu l’explosion, je suis tombé », a raconté à l’AFP une victime, Gulzar Ahmad, trop hébété pour donner davantage de détails.

Cette province frontalière de l’Iran et de l’Afghanistan est la plus vaste du Pakistan, mais ses quelque sept millions d’habitants se plaignent d’être marginalisés et spoliés de leurs riches ressources gazières et minières.

Elle est secouée depuis plus d’une décennie par une insurrection séparatiste et des violences islamistes.

Des opérations militaires et de développement ont permis de faire nettement diminuer les violences ces dernières années, mais des attentats meurtriers s’y produisent toujours sporadiquement.

La région est stratégique car c’est là que débouche le corridor économique sino-pakistanais (CPEC), un ambitieux projet de liaison routière, énergétique et de télécommunications ralliant la Chine à la mer d’Arabie via le port en eaux profondes de Gwadar au Baloutchistan.

– – marchés ciblés – –

Beaucoup plus au nord, un attentat contre un marché bondé à l’approche des festivités de l’Eid el-Fitr a fait au moins 11 morts dans une localité principalement chiite des Zones tribales.

La première explosion a eu lieu à l’heure de pointe sur un marché de Parachinar, capitale de la Zone tribale de Kurram, a indiqué Nasrullah Khan, un haut responsable local.

« Quand les secours se sont précipités sur le site pour aider les blessés, il y a eu une deuxième explosion », a-t-il précisé, faisant état de plus de 24 blessés, et d’un bilan qui pourrait encore grimper.

Un autre responsable local a confirmé le bilan.

Ils n’ont pas pu préciser la nature de l’explosion, qui n’a pas été revendiquée dans l’immédiat.

Les marchés de cette ville reculée, proche de la frontière afghane, ont déjà été visés par deux attentats majeurs cette année, qui avaient fait 22 et 24 morts.

Depuis, « les bazars sont protégés par des barrières, et les véhicules n’y sont pas autorisés », a indiqué Sajid Hussain Turi, un élu local propriétaire du marché visé vendredi.

L’agence de Kurram, connue pour les heurts récurrents entre chiites et sunnites, est l’une des sept Zones tribales qui sont gouvernées selon des lois et coutumes spécifiques.

Les musulmans chiites, représentant environ 20% de la population pakistanaise, sont considérés comme des hérétiques par nombre de groupes armés pakistanais d’obédience sunnite, qui les prennent régulièrement pour cible.

Romandie.com avec(©AFP / 23 juin 2017 16h48)

Botswana : disparition de l’ancien président Ketumile Masire à l’âge de 91 ans

juin 23, 2017

Ketumile Masire a été président du Botswana de 1980 à 1998. © AFP

L’ancien président du Botswana, Ketumile Masire, deuxième chef d’État de ce pays d’Afrique australe après son indépendance et médiateur dans plusieurs conflits sur le continent, est mort jeudi à l’âge de 91 ans, a indiqué ce vendredi 23 juin son entourage.

« Il est mort paisiblement à la clinique Bokamoso (nord-est de Gaborone), entouré de sa famille, à 22h10, jeudi (22 juin 2017). Nous remercions les amis d’ici et d’ailleurs pour leurs prières, leurs pensées et leurs messages de soutien dans ce moment difficile », a déclaré sa secrétaire personnelle Fraser Tlhoiwe dans un communiqué.

Ketumile Masire était hospitalisé depuis vendredi dernier pour une opération et avait été placé en soins intensifs.

Une période de forte croissance économique durant sa présidence

Il avait été élu à la tête du Botswana en 1980, après la mort du père de l’indépendance, Seretse Khama, et avait été réélu jusqu’en 1998, année où il avait démissionné. Ses années de présidence restent marquées par une période de croissance économique particulièrement forte et il est considéré comme un architecte de la stabilité du pays.

Il a également joué un rôle de pacificateur dans la région en s’impliquant dans les négociations de paix entre les rebelles de la Renamo et l’armée, au Mozambique. Des négociations qui ont pris fin en 1992 après seize ans de guerre civile. Ketumile Masire a également usé de son expérience de médiateur pour aider à résoudre des crises politiques au Kenya et au Lesotho lorsqu’il n’était plus président. Il avait aussi présidé un panel « de personnalités éminentes », chargé d’enquêter sur les circonstances du génocide au Rwanda de 1994.

Le Botswana, l’une des démocraties les plus stables du continent, est gouverné depuis son indépendance en 1966 par le parti démocratique du Botswana (BDP), la formation de Ketumile Masire.

Jeuneafrique.com

RDC : l’envoyée spéciale permanente de RFI privée d’accréditation

juin 23, 2017

Lambert Mende, ministre congolais des Médias, lros d’une conférence de presse à Kinshasa le 19 septembre 2016. © Gwenn Dubourthoumieu pour JA

L’envoyée spéciale permanente de Radio France international en RDC est privée d’accréditation depuis début mai. La demande avait pourtant été formulée trois mois auparavant. La direction de RFI a officiellement protesté, ce jeudi 22 juin, contre ce qu’elle considère comme « un refus ». Le gouvernement affirme de son côté que le dossier est en cours.

Après trois mois de démarches auprès des autorités congolaises pour obtenir la reconduction de l’accréditation de son envoyée spéciale permanente à Kinshasa, Sonia Rolley, la direction de RFI a publié ce jeudi 22 juin un communiqué prenant acte de l’impasse.

« La demande de renouvellement avait été faite cinq semaines avant la date d’expiration, début mai, de l’autorisation », lit-on dans le communiqué. Près de trois mois plus tard, «la Direction de RFI n’a toujours aucune réponse. (…) RFI ne peut qu’interpréter le silence des autorités de RDC comme un refus et regrette cette décision qui nuit gravement au pluralisme de l’information. »

La direction de la radio rappelle également que « ce refus intervient alors que l’émetteur de RFI à Kinshasa, coupé depuis le début du mois de novembre dernier, n’est toujours pas rétabli et que celui de Brazzaville est brouillé depuis Kinshasa ».

Le gouvernement congolais affirme pour sa part que l’instruction de la demande d’accréditation est toujours en cours. « Une commission gouvernementale travaille sur les demandes de visa d’une catégorie de journalistes. Nous répondrons en temps voulu et cela ne veut pas dire qu’on a refusé le visa », a affirmé jeudi Lambert Mendé, ministre des Médias.

Des relations de plus en plus tendues

Les relations entre le pouvoir congolais et la presse se sont largement tendues au cours de l’année qui vient de s’écouler. Lors des manifestations des 19 et 20 septembre 2016, à Kinshasa, huit journalistes de la presse congolaise et de la presse internationale avaient été arrêtés. Plusieurs d’entre eux avaient été victimes de violences commises par les forces de l’ordre. Parmi eux, Sonia Rolley, l’envoyée spéciale de RFI désormais privée d’accréditation, qui avait dû être rapatriée en France pour soigner des blessures au bras. Reporters Sans Frontières avait alors demandé l’ouverture d’une enquête et dénoncé une « vague de violence gratuite infligée aux journalistes congolais et étrangers dans l’exercice de leur profession ».

Plus récemment, ce sont trois journalistes correspondants de TV5 Monde qui avaient été arrêtés et molestés par les forces de l’ordre alors qu’ils couvraient la spectaculaire évasion massive de la prison de Makala du 17 mai dernier.

Les règles d’accréditation pour les journalistes de la presse étrangère semblent d’ailleurs se durcir. Là où, auparavant, les accréditations étaient délivrées pour des périodes d’un an, impossible désormais pour les journalistes d’obtenir une accréditation de plus de trois mois.

Tensions politiques et violences dans le Kasaï

Les tensions nées du report des élections présidentielles et du maintien de Joseph Kabila après la fin théorique de son mandat, le 19 décembre 2016, ont pu contribuer à ce que les relations se tendent entre les pouvoirs et les médias. Et dans le cas spécifique de l’envoyée spéciale de RFI actuellement privée d’accréditation, il convient de rappeler que Sonia Rolley était l’une des seules journalistes internationales présente dans le Kasaï au moment du meurtre des deux experts des Nations unies, en mars dernier. RFI et Reuters ont également été les premiers médias internationaux à apporter des preuves de l’existence de fosses communes dans cette région meurtrie du centre de la RDC.

Jeuneafrique.com par

Yémen: l’ONU s’attend à 300.000 cas de choléra fin août

juin 23, 2017

A Sanaa, au Yémen, le 9 juin 2017, une mère tient son fils qui pourrait être atteint du choléra / © AFP/Archives /

L’épidémie de choléra au Yémen, qui a déjà fait près de 1.300 morts, pourrait atteindre le seuil des 300.000 cas à la fin août, a averti vendredi le Fonds des Nations unies pour l’enfance.

« Nous atteindrons probablement 300.000 cas à la fin août », contre près de 193.000 actuellement, a déclaré aux médias à Genève la représentante de l’Unicef, Meritxell Relano, jointe par téléphone.

Elle a rappelé que l’épidémie avait déjà fait 1.265 morts, dont un quart étaient des enfants, et que la moitié des cas suspects enregistrés jusqu’à aujourd’hui (192.983) sont des enfants.

Le choléra est réapparu en avril après une première épidémie l’an dernier.

Le Yémen est un pays qui s’effondre, a averti l’ONU fin mai.

Depuis le début du conflit, 17 millions de personnes sont confrontées à des pénuries alimentaires, dont près de 7 millions sont proches de la famine, dans un pays très dépendant de l’importation de nourriture.

Plus de 8.000 personnes sont mortes depuis le lancement en mars 2015 d’une campagne militaire par plusieurs pays conduits par l’Arabie saoudite contre les rebelles houthis soutenus par l’Iran, qui contrôlent la capitale Sanaa.

Romandie.com avec(©AFP / 23 juin 2017 13h49)                

Merkel invite les responsables européens du prochain G20

juin 23, 2017

(g-d) La Chancelière allemande salue les Premiers ministres portugais Antonio Costa, suédois Stefan Lofven, finlandais Juha Sipila et néerlandais Mark Rutte, le 23 juin 2017 à Bruxelles / © POOL/AFP / STEPHANIE LECOCQ

Angela Merkel a invité jeudi prochain à Berlin les dirigeants et responsables européens qui participeront au prochain sommet du G20, une réunion qui s’annonce tendue avec les Etats-Unis de Donald Trump sur plusieurs sujets.

La chancelière allemande recevra en milieu de journée le chef de l’Etat français Emmanuel Macron, la Première ministre britannique Theresa May, les chefs de gouvernements italien, espagnol, néerlandais et norvégien, ainsi que les présidents de la Commission européenne et du Conseil européen, a indiqué vendredi une de ses porte-parole, Ulrike Demmer.

« La chancelière va informer personnellement ses partenaires européens du déroulement du sommet et discuter avec eux des principaux points », a-t-elle indiqué lors d’un point de presse.

Le même jour, dans la matinée, Angela Merkel a aussi prévu une déclaration à la chambre des députés allemands sur le sommet des dirigeants du G20 de Hambourg (7-8 juillet).

La réunion préparatoire européenne vise à coordonner les positions des uns et des autres avant un G20 qui s’annonce difficile au vu notamment des divergences entre l’Europe et le président américain sur des sujets comme le climat ou le commerce, soulignent des diplomates.

Berlin redoute aussi des discussions animées avec la Russie ou la Turquie, dont les relations avec l’Allemagne sont exécrables depuis des mois et entend s’assurer de la cohésion entre Européens.

Romandie.com avec(©AFP / 23 juin 2017 14h13)                

Irak: un kamikaze se fait exploser à Mossoul, 12 morts

juin 23, 2017

Des civils blessés lorsqu’un kamikaze s’est fait exploser, attendent des secours installés sur le capot d’un véhicule des forces de sécurité irakiennes, le 23 juin 2017 à Mossoul / © AFP / AHMAD AL-RUBAYE

Au moins 12 personnes ont été tuées vendredi lorsqu’un kamikaze s’est fait exploser parmi des civils qui fuyaient la vieille ville de Mossoul, où les forces irakiennes reprennent du terrain aux jihadistes, ont indiqué des officiers.

« Nous avons reçu 12 personnes tuées et plus de 20 blessées dans notre hôpital de campagne, y compris des femmes et des enfants », a déclaré à l’AFP Ahmed Hachem, médecin et militaire au sein de l’armée irakienne.

Il a précisé que l’attaque avait eu lieu dans le quartier de Machahda, situé dans la vieille ville.

« Le kamikaze s’est infiltré dans un groupe de personnes déplacées et s’est fait exploser parmi elles avant d’atteindre nos troupes », a déclaré un colonel de la 16e division d’infanterie de l’armée.

Il est difficile d’obtenir un bilan définitif du nombre de victimes, a-t-il ajouté, la zone de l’attaque n’étant pas complètement sécurisée.

Des milliers de civils ont fui la vieille ville de Mossoul depuis que les forces irakiennes ont lancé leur assaut contre le dernier carré du groupe Etat islamique (EI) dimanche.

Quelque 100.000 personnes restent prises au piège par les jihadistes qui les utilisent comme boucliers humains alors que les forces irakiennes progressent de jour en jour.

Romandie.com avec(©AFP / 23 juin 2017 14h38)                

L’avocat, fruit du sud, lance une offensive vers la vieille Europe

juin 23, 2017

Une exploitation d’avocats à Uruapan, dans le centre du Mexique, le 18 octobre 2016 / © AFP/Archives / Ronaldo SCHEMIDT

L’avocat, fruit du sud, lance une vaste offensive diplomatique et commerciale vers la vieille Europe, où les problèmes sociaux et environnementaux créés par la culture de ce nouvel or vert inquiètent certains consommateurs.

« L’avocat, un fruit de vie » : Xavier Equihua, président de la toute nouvelle Organisation mondiale de l’avocat (WAO) basée à Washington, répète le slogan en boucle lors d’un séjour à Paris, destiné à promouvoir la consommation du fruit vert en Europe.

Il est moins disert sur diverses polémiques récentes portant sur les conséquences de la culture industrialisée de l’avocat dans plusieurs pays d’Amérique du sud.

Au Mexique, premier producteur mondial du fruit, « il y a bien un problème avec les cartels », concède-t-il en réponse à une question. « C’est comme aux Etats-Unis dans les années 20, la mafia voit des gens (les producteurs d’avocats, NDR) qui gagnent bien leur vie et veut une part du gâteau », explique-t-il dans un entretien à l’AFP.

Devant les extorsions violentes dont sont victimes des producteurs d’avocats dans certaines régions mexicaines, il avoue l’impuissance de l’organisme qu’il préside, WAO, créé en février 2016 par le Mexique, le Pérou, les Etats-Unis et l’Afrique du sud.

« Au Mexique, les paysans ont dû s’organiser en créant leurs propres milices », dit-il. « Nous ne sommes pas la République de l’avocat, nous n’avons pas notre propre armée, nous ne sommes qu’une association commerciale », s’excuse-t-il. Ce qu’il présentait comme « l’ONU de l’avocat » n’est qu’un organisme de promotion commerciale et de lobbying.

Côté environnement, M. Equihua ne nie pas les gros besoins en eau de cette culture, mais les minimise auprès de l’AFP: « quelle culture n’a pas besoin d’eau? ».

Selon lui, l’eau ne manque ni au Mexique, ni au Pérou grâce à la neige des Andes, ni même en Californie, où les nappes phréatiques se sont remplies après de fortes pluies l’hiver dernier.

Reste le Chili, où de nombreux petits planteurs d’avocats se trouvent dépossédés de leurs terres par manque d’accès à l’eau, selon le film documentaire « L’avocat, un fruit qui fait sa loi », visible sur Youtube. Là, M. Equihua bat en retraite: « le Chili n’est pas membre du WAO, je ne peux pas parler pour eux ».

Comme un acteur en tournée, M. Equihua, Californien d’origine mexicaine qui partage sa vie entre San Diego et Washington, a rencontré jeudi plusieurs journalistes dans un hôtel du centre de Paris.

– « Paris, épicentre de l’avocat » –

Au menu, toast à l’avocat, et smoothie à l’avocat, la dernière fantaisie des « foodistas » californiens pour le petit déjeuner.

Pour lui, la capitale française est « l’épicentre de l’avocat » en Europe. La ville où l’on en consomme le plus par habitant et par an: 2,6 kilos.

La consommation dans l’Union Européenne devrait gonfler à 500.000 tonnes par an d’ici 2020 contre 400.000 en 2016, selon lui. Le marché est d’autant plus attirant pour les producteurs du nouveau monde que le fruit est très peu produit sur le vieux continent, seulement en Espagne, en Grèce, « et un peu en Corse ». Car cet arbre ne supporte pas le gel.

Un budget de communication de 2,5 millions d’euros est prévu par le WAO dans l’espoir de doper les ventes dans cinq pays cibles: Grande-Bretagne, France, Allemagne, Norvège et Suède.

Entre 2002 et 2015, une campagne du même type avait permis de tripler la consommation aux Etats-Unis, à trois kilos par habitant et par an, selon la revue Fruitop publiée par le centre de recherche agronomique français Cirad.

Côté média, la campagne se déclinera dans les magazines distribués gratuitement aux caisses des supermarchés. Leur « tirage est supérieur à ceux de la presse payante », sourit M. Equihua.

En Grande-Bretagne, le WAO va aussi repeindre les bus rouges en vert pour promouvoir le « fruit de vie ». En France, le WAO va financer des concours sur les réseaux sociaux, avec voiture électrique à la clé, via des chaînes de distributeurs comme Monoprix ou Carrefour.

Romandie.com avec(©AFP / 23 juin 2017 12h29)                

Canada: En prison, Luka Magnotta va épouser son «prince charmant»

juin 22, 2017

Luka

Photo d’archive de Luka Rocco Magnotta diffusée le 5 juin 2012 par la police de Montréal. — AP/SIPA

AMOUR Son futur époux est un autre détenu…

La belle idylle se poursuit pour Luka Rocco Magnotta. Le Canadien, condamné à la prison à vie pour avoir tué et démembré son amant en 2012, doit épouser lundi un de ses codétenus, rapporte TVA Nouvelles.Un détenu élu de son coeurLe « dépeceur de Montréal » a été condamné en décembre 2016 à la prison à perpétuité assortie d’une peine de 25 ans de sûreté pour le meurtre et le démembrement de Lin Jun. Il avait ensuite diffusé les images de son crime sur Internet. Il avait également été reconnu coupable d’outrages à un cadavre, de production et de distribution de matériel obscène, d’utilisation illégale de la poste et de harcèlement envers le Premier ministre canadien, Stephen Harper, et des membres du Parlement.

Le mois suivant, il fait retirer l’annonce parce qu’il a « trouvé ce qu’il cherchait ». Selon TVA Nouvelles, l’élu de son cœur est un autre détenu, Anthony Jolin, né en 1981. Le témoin de cette union sera Anna Yourkin, la mère de Luka Magnotta, né Eric Clinton Kirk Newman.

L’histoire commence il y a deux ans. En juin 2015, Luka Rocco Magnotta poste une annonce sur un site de rencontre entre détenus. Il dit être à la recherche de son « prince charmant » et vouloir refaire sa vie avec « un homme fidèle […], financièrement et émotionnellement stable ».

20minutes.fr

anada: En prison, Luka Magnotta va épouser son «prince charmant»

AMOUR Son futur époux est un autre détenu…

C. Ape.

Publié le 22/06/17 à 14h48 — Mis à jour le 22/06/17 à 15h05

Photo d'archive de Luka Rocco Magnotta diffusée le 5 juin 2012 par la police de Montréal.

Photo d’archive de Luka Rocco Magnotta diffusée le 5 juin 2012 par la police de Montréal. — AP/SIPA

La belle idylle se poursuit pour Luka Rocco Magnotta. Le Canadien, condamné à la prison à vie pour avoir tué et démembré son amant en 2012, doit épouser lundi un de ses codétenus, rapporte TVA Nouvelles.

L’histoire commence il y a deux ans. En juin 2015, Luka Rocco Magnotta poste une annonce sur un site de rencontre entre détenus. Il dit être à la recherche de son « prince charmant » et vouloir refaire sa vie avec « un homme fidèle […], financièrement et émotionnellement stable ».

Un détenu élu de son coeur

Le mois suivant, il fait retirer l’annonce parce qu’il a « trouvé ce qu’il cherchait ». Selon TVA Nouvelles, l’élu de son cœur est un autre détenu, Anthony Jolin, né en 1981. Le témoin de cette union sera Anna Yourkin, la mère de Luka Magnotta, né Eric Clinton Kirk Newman.

Le « dépeceur de Montréal » a été condamné en décembre 2016 à la prison à perpétuité assortie d’une peine de 25 ans de sûreté pour le meurtre et le démembrement de Lin Jun. Il avait ensuite diffusé les images de son crime sur Internet. Il avait également été reconnu coupable d’outrages à un cadavre, de production et de distribution de matériel obscène, d’utilisation illégale de la poste et de harcèlement envers le Premier ministre canadien, Stephen Harper, et des membres du Parlement.

anada: En prison, Luka Magnotta va épouser son «prince charmant»

AMOUR Son futur époux est un autre détenu…

C. Ape.

Publié le 22/06/17 à 14h48 — Mis à jour le 22/06/17 à 15h05

Photo d'archive de Luka Rocco Magnotta diffusée le 5 juin 2012 par la police de Montréal.

Photo d’archive de Luka Rocco Magnotta diffusée le 5 juin 2012 par la police de Montréal. — AP/SIPA

La belle idylle se poursuit pour Luka Rocco Magnotta. Le Canadien, condamné à la prison à vie pour avoir tué et démembré son amant en 2012, doit épouser lundi un de ses codétenus, rapporte TVA Nouvelles.

L’histoire commence il y a deux ans. En juin 2015, Luka Rocco Magnotta poste une annonce sur un site de rencontre entre détenus. Il dit être à la recherche de son « prince charmant » et vouloir refaire sa vie avec « un homme fidèle […], financièrement et émotionnellement stable ».

Un détenu élu de son coeur

Le mois suivant, il fait retirer l’annonce parce qu’il a « trouvé ce qu’il cherchait ». Selon TVA Nouvelles, l’élu de son cœur est un autre détenu, Anthony Jolin, né en 1981. Le témoin de cette union sera Anna Yourkin, la mère de Luka Magnotta, né Eric Clinton Kirk Newman.

Le « dépeceur de Montréal » a été condamné en décembre 2016 à la prison à perpétuité assortie d’une peine de 25 ans de sûreté pour le meurtre et le démembrement de Lin Jun. Il avait ensuite diffusé les images de son crime sur Internet. Il avait également été reconnu coupable d’outrages à un cadavre, de production et de distribution de matériel obscène, d’utilisation illégale de la poste et de harcèlement envers le Premier ministre canadien, Stephen Harper, et des membres du Parlement.

anada: En prison, Luka Magnotta va épouser son «prince charmant»

AMOUR Son futur époux est un autre détenu…

C. Ape.

Publié le 22/06/17 à 14h48 — Mis à jour le 22/06/17 à 15h05

Photo d'archive de Luka Rocco Magnotta diffusée le 5 juin 2012 par la police de Montréal.

Photo d’archive de Luka Rocco Magnotta diffusée le 5 juin 2012 par la police de Montréal. — AP/SIPA

La belle idylle se poursuit pour Luka Rocco Magnotta. Le Canadien, condamné à la prison à vie pour avoir tué et démembré son amant en 2012, doit épouser lundi un de ses codétenus, rapporte TVA Nouvelles.

L’histoire commence il y a deux ans. En juin 2015, Luka Rocco Magnotta poste une annonce sur un site de rencontre entre détenus. Il dit être à la recherche de son « prince charmant » et vouloir refaire sa vie avec « un homme fidèle […], financièrement et émotionnellement stable ».

Un détenu élu de son coeur

Le mois suivant, il fait retirer l’annonce parce qu’il a « trouvé ce qu’il cherchait ». Selon TVA Nouvelles, l’élu de son cœur est un autre détenu, Anthony Jolin, né en 1981. Le témoin de cette union sera Anna Yourkin, la mère de Luka Magnotta, né Eric Clinton Kirk Newman.

Le « dépeceur de Montréal » a été condamné en décembre 2016 à la prison à perpétuité assortie d’une peine de 25 ans de sûreté pour le meurtre et le démembrement de Lin Jun. Il avait ensuite diffusé les images de son crime sur Internet. Il avait également été reconnu coupable d’outrages à un cadavre, de production et de distribution de matériel obscène, d’utilisation illégale de la poste et de harcèlement envers le Premier ministre canadien, Stephen Harper, et des membres du Parlement.

anada: En prison, Luka Magnotta va épouser son «prince charmant»

AMOUR Son futur époux est un autre détenu…

C. Ape.

Publié le 22/06/17 à 14h48 — Mis à jour le 22/06/17 à 15h05

Photo d'archive de Luka Rocco Magnotta diffusée le 5 juin 2012 par la police de Montréal.

Photo d’archive de Luka Rocco Magnotta diffusée le 5 juin 2012 par la police de Montréal. — AP/SIPA

La belle idylle se poursuit pour Luka Rocco Magnotta. Le Canadien, condamné à la prison à vie pour avoir tué et démembré son amant en 2012, doit épouser lundi un de ses codétenus, rapporte TVA Nouvelles.

L’histoire commence il y a deux ans. En juin 2015, Luka Rocco Magnotta poste une annonce sur un site de rencontre entre détenus. Il dit être à la recherche de son « prince charmant » et vouloir refaire sa vie avec « un homme fidèle […], financièrement et émotionnellement stable ».

Un détenu élu de son coeur

Le mois suivant, il fait retirer l’annonce parce qu’il a « trouvé ce qu’il cherchait ». Selon TVA Nouvelles, l’élu de son cœur est un autre détenu, Anthony Jolin, né en 1981. Le témoin de cette union sera Anna Yourkin, la mère de Luka Magnotta, né Eric Clinton Kirk Newman.

Le « dépeceur de Montréal » a été condamné en décembre 2016 à la prison à perpétuité assortie d’une peine de 25 ans de sûreté pour le meurtre et le démembrement de Lin Jun. Il avait ensuite diffusé les images de son crime sur Internet. Il avait également été reconnu coupable d’outrages à un cadavre, de production et de distribution de matériel obscène, d’utilisation illégale de la poste et de harcèlement envers le Premier ministre canadien, Stephen Harper, et des membres du Parlement.

anada: En prison, Luka Magnotta va épouser son «prince charmant»

AMOUR Son futur époux est un autre détenu…

C. Ape.

Publié le 22/06/17 à 14h48 — Mis à jour le 22/06/17 à 15h05

Photo d'archive de Luka Rocco Magnotta diffusée le 5 juin 2012 par la police de Montréal.

Photo d’archive de Luka Rocco Magnotta diffusée le 5 juin 2012 par la police de Montréal. — AP/SIPA

La belle idylle se poursuit pour Luka Rocco Magnotta. Le Canadien, condamné à la prison à vie pour avoir tué et démembré son amant en 2012, doit épouser lundi un de ses codétenus, rapporte TVA Nouvelles.

L’histoire commence il y a deux ans. En juin 2015, Luka Rocco Magnotta poste une annonce sur un site de rencontre entre détenus. Il dit être à la recherche de son « prince charmant » et vouloir refaire sa vie avec « un homme fidèle […], financièrement et émotionnellement stable ».

Un détenu élu de son coeur

Le mois suivant, il fait retirer l’annonce parce qu’il a « trouvé ce qu’il cherchait ». Selon TVA Nouvelles, l’élu de son cœur est un autre détenu, Anthony Jolin, né en 1981. Le témoin de cette union sera Anna Yourkin, la mère de Luka Magnotta, né Eric Clinton Kirk Newman.

Le « dépeceur de Montréal » a été condamné en décembre 2016 à la prison à perpétuité assortie d’une peine de 25 ans de sûreté pour le meurtre et le démembrement de Lin Jun. Il avait ensuite diffusé les images de son crime sur Internet. Il avait également été reconnu coupable d’outrages à un cadavre, de production et de distribution de matériel obscène, d’utilisation illégale de la poste et de harcèlement envers le Premier ministre canadien, Stephen Harper, et des membres du Parlement.