Archive for the ‘Médias’ Category

Un caméraman de Reuters arrêté par la police éthiopienne

décembre 28, 2020

UN CAMERAMAN DE REUTERS ARRÊTÉ PAR LA POLICE ÉTHIOPIENNE

© Reuters/FAMILY ALBUM

NAIROBI (Reuters) – Un caméraman de Reuters, Kumerra Gemechu, a été arrêté mardi dernier à Addis Abeba, la capitale éthiopienne et a été placé en détention provisoire pendant au moins deux semaines, a-t-on appris auprès de sa famille.

Aucune raison expliquant l’arrestation n’a été donnée à sa famille et la police n’a pas répondu aux sollicitations de Reuters. Kumerra Gemechu n’a pas été inculpé.

Kumerra Gemechu, âgé de 38 ans, collabore en tant que caméraman indépendant avec Reuters depuis une dizaine d’années.

Vendredi, lors d’une audience à laquelle aucun avocat n’était présent, un juge a ordonné sa mise en détention pour une durée de 14 jours afin de donner à la police le temps de mener son enquête, a déclaré sa famille.

Dans un communiqué publié lundi, l’agence de presse Reuters a fermement condamné la mise en détention du caméraman. Cette arrestation intervient après qu’un photographe de Reuters, Tiksa Negeri, a été agressé par deux policiers éthiopiens le 16 décembre dernier.

« Les journalistes doivent pouvoir faire leur travail de collecte de l’information dans l’intérêt du public sans crainte de harcèlement ou de subir des préjudices, où qu’ils soient. Nous ne connaîtrons pas de repos tant que Kumerra ne sera pas libéré », a déclaré Stephen Adler, directeur des rédactions de Reuters.

La police a confisqué le téléphone, l’ordinateur, les clés USB ainsi que des papiers appartenant à Kumerra Gemechu, ajoute sa famille.

ARRESTATIONS DE JOURNALISTES

L’arrestation de Kumerra Gemechu intervient alors que le gouvernement fait pression sur les journalistes d’agences de presse internationales couvrant le conflit dans la région du Tigré, dans le nord de l’Ethiopie.

Kumerra Gemechu couvrait le conflit du Tigré mais Reuters n’a pu déterminer si son arrestation était liée à son travail. Aucun représentant du gouvernement n’a répondu aux questions de Reuters relatives à ce sujet.

Le Comité de protection des journalistes (CPJ) a déclaré que la détention de Kumerra Gemechu était « le dernier exemple en date montrant la vitesse à laquelle la liberté de la presse disparaît sous l’égide du Premier ministre Abiy Ahmed. »

Selon le rapport du CPJ publié début décembre sur le nombre de journalistes emprisonnés dans le monde, au moins sept journalistes étaient maintenus en détention provisoire en Ethiopie pour des raisons en lien avec leur travail.

Cinq de ces arrestations ont été faites après le déclenchement le 4 novembre de l’offensive des autorités éthiopiennes contre les forces du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF).

Rectifie l’âge de Kumerra Gemechu au troisième paragraphe.

Par Reuters avec (Bureau de Nairobi; version française Camille Raynaud, édité par Blandine Hénault)

Un temps consacré à l’actualité africaine

décembre 17, 2020

Avec TV5/Monde

Journal Afrique du dimanche 6 décembre 2020

décembre 6, 2020

Avec TV5Monde

Congo-Diaspora: Ghys Fortuné DOMBÉ BEMBA fait citoyen d’honneur de la ville de Paris

novembre 23, 2020

Avec Congo-Liberty

Consultations présidentielles : le FCC bat le rappel des troupes

octobre 27, 2020

Le Front commun pour le Congo (FCC) sera bientôt en retraite politique pour définir la nouvelle feuille de route de son engagement politique en rapport avec les enjeux politiques de l’heure.

Depuis l’annonce par le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, des consultations avec les leaders politiques et sociaux les plus représentatifs en vue de créer une union sacrée de la nation, c’est le branle-bas dans les rangs du FCC. Ce regroupement politique ne cesse, en effet, de multiplier des réunions entre ses membres dans l’optique de dégager une position concertée par rapport à la nouvelle donne politique imposée par le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi. Après les premiers conciliabules autour de la speakerine de la chambre basse, Jeanine Mabunda, les chefs des regroupements politiques membres du FCC s’étaient retrouvés le lundi dernier, cette fois-là, autour de leur autorité morale. Rien n’a filtré de ces échanges dont on a dit qu’ils ont gravité autour de l’état des lieux de la coalition, sans en dire plus sur les consultations initiées par le chef de l’Etat.

Comme si cela ne suffisait pas, le FCC projette à nouveau une retraite politique pour, dit-on, définir la nouvelle feuille de route de l’engagement politique de la plate-forme. Sur son compte twitter où il a glissé l’information, le coordonnateur du FCC, Néhémie Mwilanya, parle de la deuxième retraite politique après celle qui, à l’époque, avait évalué la marche de la plate-forme depuis sa création, avec deux points majeurs : relever le défi de la gouvernance et préparer les élections de 2023. Il est à noter que cette retraite interviendra dans un contexte particulier caractérisé notamment par l’aggravation de la crise au sein de la coalition au pouvoir (FCC-Cach ndlr) depuis la nomination, puis la prestation de serment de nouveaux juges constitutionnels nommés en juillet dernier par le chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

En attendant, des indiscrétions font de plus en plus état de la détermination du FCC à conserver sa majorité au Parlement et à consolider la cohésion de ses membres, quel qu’en soit le prix. En effet, il nous revient que l’option d’appliquer la cohabitation en cas de rupture de la coalition avec le Cach est à envisager. Il a été demandé à tous les membres du FCC de rester discrets, « de peur de dévoiler la stratégie » qui doit précéder d’une réflexion plurielle engageant toutes les intelligences de la plate-forme. Dossier à suivre.

Avec Adiac-Congo par Alain Diasso

Journal international du vendredi 2 octobre 2020

octobre 2, 2020

Avec TV5Monde

Google va investir un milliard de dollars dans la presse à travers le monde

octobre 1, 2020

Sundar Pichai, PDG de Google, a annoncé que le géant du web allait multiplier les partenariats avec des éditeurs de presse à travers le monde.

Le patron de Google Sundar Pichai a annoncé que le géant américain allait investir un milliard de dollars dans des partenariats avec des éditeurs de presse à travers le monde, jeudi dans un billet de blog.

«Cet engagement financier (…) rémunérera des éditeurs pour créer et sélectionner des contenus de haute qualité», pour une «expérience» de l’information en ligne, écrit Pichai. Il précise que le nouveau produit que proposera Google sera d’abord disponible sur Google News sur Android, puis sur Google News sur IOS (le système d’exploitation des appareils mobiles d’Apple).

À terme, le Google News Showcase sera également déployé via les recherches standards (Google Search) et sur Google Discover, le flux d’informations personnalisé proposé par Google. Selon M. Pichai, Google a déjà signé des accords pour ces nouveaux contenus, regroupés dans un «Google News showcase», avec près de 200 éditeurs en Allemagne, au Brésil, en Argentine, au Canada, au Royaume-Uni et en Australie.

Parmi ces éditeurs, Google cite notamment Der Spiegel, Stern, Die Zeit , Folha de S.Paulo, ainsi que des éditeurs plus locaux comme «El Litoral , GZH , WAZ and SooToday». Google est aussi en train de négocier des accords dans d’autres pays comme l’Inde, la Belgique et les Pays-Bas, indique Sundar Pichai.

M. Pichai ne mentionne pas la France dans son billet de blog, alors que Google est engagé dans ce pays dans des négociations difficiles avec les éditeurs de presse sur la question des droits voisins. Mais selon Sébastien Missoffe, le patron de Google France, le Google News Showcase fait bien partie de ces discussions en cours.

«Dans le cadre de ces négociations» sur les droits voisins, «nous avons également proposé notre nouveau programme Google News Showcase», a indiqué M. Missoffe dans une déclaration transmise à l’AFP. «Nous restons plus que jamais mobilisés auprès des éditeurs de presse afin d’apporter notre aide à leur projet de transformation numérique, et soutenir un journalisme de qualité», a-t-il indiqué.

Selon Sundar Pichai, le «Google News Showcase» sera constitué d’espaces dédiés permettant aux éditeurs participant de «mettre en forme» leurs articles afin d’apporter «plus de profondeur et de contexte» grâce à des chronologies, des découpages de présentation, et des articles liés. «D’autres composants comme la vidéo, l’audio, et des résumés quotidiens suivront», selon Sundar Pichai.

Par Le Figaro avec AFP

Journal Afrique du mardi 29 septembre 2020 sur TV5Monde

septembre 29, 2020

 

Avec TV5Monde

Le Journal Afrique du mercredi 23 septembre 2020 sur TV5Monde

septembre 23, 2020

 

 

 

Avec TV5Monde

Une panne d’internet mondiale causée dimanche par une entreprise américaine

août 30, 2020

Au moins 10.000 clients de CenturyLink ont souffert de problèmes de connexion pendant plusieurs heures. Parmi eux, des sites majeurs comme Amazon, eBay, Starbucks, ou encore XBoxLive, affectant des retransmissions de matchs de Ligue 1 en France.

L’entreprise américaine de télécommunications CenturyLink a connu dimanche une panne de réseau de plusieurs heures affectant des sites web, des plateformes de streaming et de jeux vidéos aux États-Unis et en Europe, et notamment des retransmissions en ligne des matchs de Ligue 1 en France. «Le 30 août, des clients dans différents marchés internationaux ont été touchés par une panne à travers notre réseau», a affirmé la société contactée par l’AFP. «Nous pouvons désormais confirmer que tous les services ont été restaurés à 11H12 (15H12 GMT)», a dit CenturyLink.

Selon le site Downdetector, la panne a duré plus de cinq heures. Au moins 10.000 clients de l’entreprise basée à Monroe en Louisiane ont souffert de problèmes de connexion pendant plusieurs heures, selon Downdetector. Parmi eux se trouvent des sites majeurs comme Amazon, eBay, Starbucks ou encore les plateformes de streaming Hulu et celles de jeux vidéos PlayStation network et XBox Live. En France, les abonnés de Téléfoot se sont retrouvés avec un écran noir sur les applications de la chaîne, ce qui a affecté la diffusion de matchs de Ligue 1.

Si CenturyLink n’a pas précisé la raison de cette panne, celle-ci pourrait être liée à des problèmes dans le réseau de l’un de ses centres de données, selon le site de la société. En 2018, CenturyLink avait aussi été victime d’un bug massif affectant les distributeurs de billets et les appels d’urgence (911) aux États-Unis.
Par Le Figaro avec AFP