Archive for the ‘Médias’ Category

Consultations présidentielles : le FCC bat le rappel des troupes

octobre 27, 2020

Le Front commun pour le Congo (FCC) sera bientôt en retraite politique pour définir la nouvelle feuille de route de son engagement politique en rapport avec les enjeux politiques de l’heure.

Depuis l’annonce par le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, des consultations avec les leaders politiques et sociaux les plus représentatifs en vue de créer une union sacrée de la nation, c’est le branle-bas dans les rangs du FCC. Ce regroupement politique ne cesse, en effet, de multiplier des réunions entre ses membres dans l’optique de dégager une position concertée par rapport à la nouvelle donne politique imposée par le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi. Après les premiers conciliabules autour de la speakerine de la chambre basse, Jeanine Mabunda, les chefs des regroupements politiques membres du FCC s’étaient retrouvés le lundi dernier, cette fois-là, autour de leur autorité morale. Rien n’a filtré de ces échanges dont on a dit qu’ils ont gravité autour de l’état des lieux de la coalition, sans en dire plus sur les consultations initiées par le chef de l’Etat.

Comme si cela ne suffisait pas, le FCC projette à nouveau une retraite politique pour, dit-on, définir la nouvelle feuille de route de l’engagement politique de la plate-forme. Sur son compte twitter où il a glissé l’information, le coordonnateur du FCC, Néhémie Mwilanya, parle de la deuxième retraite politique après celle qui, à l’époque, avait évalué la marche de la plate-forme depuis sa création, avec deux points majeurs : relever le défi de la gouvernance et préparer les élections de 2023. Il est à noter que cette retraite interviendra dans un contexte particulier caractérisé notamment par l’aggravation de la crise au sein de la coalition au pouvoir (FCC-Cach ndlr) depuis la nomination, puis la prestation de serment de nouveaux juges constitutionnels nommés en juillet dernier par le chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

En attendant, des indiscrétions font de plus en plus état de la détermination du FCC à conserver sa majorité au Parlement et à consolider la cohésion de ses membres, quel qu’en soit le prix. En effet, il nous revient que l’option d’appliquer la cohabitation en cas de rupture de la coalition avec le Cach est à envisager. Il a été demandé à tous les membres du FCC de rester discrets, « de peur de dévoiler la stratégie » qui doit précéder d’une réflexion plurielle engageant toutes les intelligences de la plate-forme. Dossier à suivre.

Avec Adiac-Congo par Alain Diasso

Journal international du vendredi 2 octobre 2020

octobre 2, 2020

Avec TV5Monde

Google va investir un milliard de dollars dans la presse à travers le monde

octobre 1, 2020

Sundar Pichai, PDG de Google, a annoncé que le géant du web allait multiplier les partenariats avec des éditeurs de presse à travers le monde.

Le patron de Google Sundar Pichai a annoncé que le géant américain allait investir un milliard de dollars dans des partenariats avec des éditeurs de presse à travers le monde, jeudi dans un billet de blog.

«Cet engagement financier (…) rémunérera des éditeurs pour créer et sélectionner des contenus de haute qualité», pour une «expérience» de l’information en ligne, écrit Pichai. Il précise que le nouveau produit que proposera Google sera d’abord disponible sur Google News sur Android, puis sur Google News sur IOS (le système d’exploitation des appareils mobiles d’Apple).

À terme, le Google News Showcase sera également déployé via les recherches standards (Google Search) et sur Google Discover, le flux d’informations personnalisé proposé par Google. Selon M. Pichai, Google a déjà signé des accords pour ces nouveaux contenus, regroupés dans un «Google News showcase», avec près de 200 éditeurs en Allemagne, au Brésil, en Argentine, au Canada, au Royaume-Uni et en Australie.

Parmi ces éditeurs, Google cite notamment Der Spiegel, Stern, Die Zeit , Folha de S.Paulo, ainsi que des éditeurs plus locaux comme «El Litoral , GZH , WAZ and SooToday». Google est aussi en train de négocier des accords dans d’autres pays comme l’Inde, la Belgique et les Pays-Bas, indique Sundar Pichai.

M. Pichai ne mentionne pas la France dans son billet de blog, alors que Google est engagé dans ce pays dans des négociations difficiles avec les éditeurs de presse sur la question des droits voisins. Mais selon Sébastien Missoffe, le patron de Google France, le Google News Showcase fait bien partie de ces discussions en cours.

«Dans le cadre de ces négociations» sur les droits voisins, «nous avons également proposé notre nouveau programme Google News Showcase», a indiqué M. Missoffe dans une déclaration transmise à l’AFP. «Nous restons plus que jamais mobilisés auprès des éditeurs de presse afin d’apporter notre aide à leur projet de transformation numérique, et soutenir un journalisme de qualité», a-t-il indiqué.

Selon Sundar Pichai, le «Google News Showcase» sera constitué d’espaces dédiés permettant aux éditeurs participant de «mettre en forme» leurs articles afin d’apporter «plus de profondeur et de contexte» grâce à des chronologies, des découpages de présentation, et des articles liés. «D’autres composants comme la vidéo, l’audio, et des résumés quotidiens suivront», selon Sundar Pichai.

Par Le Figaro avec AFP

Journal Afrique du mardi 29 septembre 2020 sur TV5Monde

septembre 29, 2020

 

Avec TV5Monde

Le Journal Afrique du mercredi 23 septembre 2020 sur TV5Monde

septembre 23, 2020

 

 

 

Avec TV5Monde

Une panne d’internet mondiale causée dimanche par une entreprise américaine

août 30, 2020

Au moins 10.000 clients de CenturyLink ont souffert de problèmes de connexion pendant plusieurs heures. Parmi eux, des sites majeurs comme Amazon, eBay, Starbucks, ou encore XBoxLive, affectant des retransmissions de matchs de Ligue 1 en France.

L’entreprise américaine de télécommunications CenturyLink a connu dimanche une panne de réseau de plusieurs heures affectant des sites web, des plateformes de streaming et de jeux vidéos aux États-Unis et en Europe, et notamment des retransmissions en ligne des matchs de Ligue 1 en France. «Le 30 août, des clients dans différents marchés internationaux ont été touchés par une panne à travers notre réseau», a affirmé la société contactée par l’AFP. «Nous pouvons désormais confirmer que tous les services ont été restaurés à 11H12 (15H12 GMT)», a dit CenturyLink.

Selon le site Downdetector, la panne a duré plus de cinq heures. Au moins 10.000 clients de l’entreprise basée à Monroe en Louisiane ont souffert de problèmes de connexion pendant plusieurs heures, selon Downdetector. Parmi eux se trouvent des sites majeurs comme Amazon, eBay, Starbucks ou encore les plateformes de streaming Hulu et celles de jeux vidéos PlayStation network et XBox Live. En France, les abonnés de Téléfoot se sont retrouvés avec un écran noir sur les applications de la chaîne, ce qui a affecté la diffusion de matchs de Ligue 1.

Si CenturyLink n’a pas précisé la raison de cette panne, celle-ci pourrait être liée à des problèmes dans le réseau de l’un de ses centres de données, selon le site de la société. En 2018, CenturyLink avait aussi été victime d’un bug massif affectant les distributeurs de billets et les appels d’urgence (911) aux États-Unis.
Par Le Figaro avec AFP

Cameroun: À Yaoundé, les portraits de Paul Biya n’ont plus la cote

août 26, 2020
Le Camerounais Agatha Moses (au centre), doyen de la vente des portraits du président Paul Biya, avenue Kennedy, à Yaoundé.

Le commerce des portraits du président camerounais, activité jadis lucrative, connaît désormais la crise. Expression d’une certaine rancoeur des Camerounais et résultat de la pandémie de coronavirus.

Sur la grouillante avenue Kennedy, vendeurs, acheteurs, piétons et véhicules se disputent l’étroite chaussée sous le soleil de plomb caractéristique du mois d’août à Yaoundé. Au milieu de ce fourmillement, principalement causé par la vente d’appareils et de gadgets électroniques, l’image du président Paul Biya est omniprésente. D’abord, sur les pagnes et t-shirts du parti au pouvoir hérités de la dernière campagne présidentielle qu’arborent ça et là des passants, mais surtout sur ces portraits du chef de l’État disposés à l’horizontal, en attente d’éventuels acheteurs.

Devant l’une des cinq étales de fortune, Ngantchou Theodore – plus connu sous le pseudonyme d’Agatha Moses -, doyen de la vente des portraits et effigies du président, trompe l’ennui en buvant une bière tiède. « La troisième bouteille de la journée », précise le quinquagénaire.

Car malgré la cohue, les acheteurs de portraits du président se font de plus en plus rares. « Depuis que je suis entré dans ce business, on n’a jamais connu des temps aussi difficiles. Je sors de chez moi avec des photos et je les ramène presque tous les soirs », regrette Agatha Moses, se remémorant ses 21 dernières années d’activité, pendant lesquelles les portraits de Paul Biya se vendaient comme des petits pains.

Le « business » des remaniements

«Quand je suis arrivé à Yaoundé en 1999, je travaillais dans un atelier où l’on confectionnait des cadres pour des photos agrandies, celles du président comme celles des particuliers. On en vendait beaucoup, pourtant je n’étais rémunéré que 5 000 francs CFA par semaine, raconte-il. Étant photographe, j’ai fait quelques économies et j’ai décidé d’aller vers les clients leur proposer moi-même les photos qu’ils venaient chercher dans notre atelier ».

AVANT, NOUS VENDIONS EN MOYENNE 30 EFFIGIES PAR JOUR CONTRE UNE DIZAINE AUJOURD’HUI

Vers la fin des années 2000, les portraits de Paul Biya inondent les rues. Et se vendent, selon leurs tailles, entre 10 000 F CFA et 50 000 F CFA, voire plus. Fonctionnaires, opérateurs économiques ou simples sympathisants s’arrachent les photos du président.

Les ventes décuplent notamment après les remaniements ministériels, ou pendant les élections. « Avant, nous vendions en moyenne 30 effigies par jour, contre une dizaine aujourd’hui. Il nous est arrivé d’en vendre plusieurs centaines en une journée en raison d’une livraison spéciale pour un ministère, par exemple », se souvient Agatha Moses. Mais face à la crise, il a dû se diversifier, et propose désormais des cadres pour diplômes à ses clients.

Dans les artères de la capitale où cette activité ne passe pas inaperçue, ce commerce est diversement apprécié. « Si ces photos se vendent ainsi, c’est parce qu’il y a une demande, affirme Prosper Mbia, un riverain de l’avenue Kennedy qui reconnaît son appartenance au Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) de Paul Biya. Il est clair que notre président est aimé et c’est la raison pour laquelle ses photos se vendent dans la rue, pour être accessible à tous ». Un avis que nuance Félix Mbombo, autre riverain : « Cette photo n’est pas un emblème national. Tout ça contribue à personnifier un pouvoir qui doit exister au-delà des individus. »

« Une façon particulière d’exprimer leur rancœur »

En cet après-midi d’août, Agatha Moses est à l’affût des quelques voitures qui ralentissent devant son étale. Plusieurs raisons expliquent, selon lui, la morosité de son business. Mais la principale tient à l’immobilisme politique observé à Yaoundé.

Malgré les leçons des dernières législatives de février 2020 – à savoir la percée du PCRN de Cabral Libii, et l’échec du Paddec, un parti allié au RDPC disposant d’un ministre au gouvernement -, l’équipe gouvernementale, entrée en fonction le 4 janvier 2019, est toujours en poste. « Chaque jour, la presse annonce un remaniement qui ne vient pas, se désespère Agatha Moses. Nous espérons que la nouvelle équipe gouvernementale va entraîner une reprise des ventes. »

CE QUE LES CAMEROUNAIS NE PEUVENT PAS DIRE EN FACE DE PAUL BIYA, ILS LE DISENT PAR D’AUTRES MOYENS

« Qu’il y ait un changement à l’issue d’une élection ou même une crise, le président ne se presse jamais pour modifier son gouvernement. À chaque fois qu’il y a eu remaniement après une élection, y compris la réélection de Paul Biya, celui-ci s’est produit plusieurs mois après », analyse le politologue Stéphane Akoa, pour qui les Camerounais « ont une façon particulière d’exprimer leur rancœur ». Pour lui, « ce qu’ils ne peuvent pas dire en face de Paul Biya, ils le disent par d’autres moyens ».

Avec Jeune Afrique par Franck Foute – à Yaoundé

États-Unis: L’animateur de télévision Regis Philbin s’éteint à l’âge de 88 ans

juillet 26, 2020
© Fournis par La Presse canadienne
NEW YORK — Regis Philbin qui a animé pendant longtemps des émissions matinales et le jeu-questionnaire «Who Wants to Be a Millionnaire?» à la télévision américaine est mort à l’âge de 88 ans.

Philbin est mort vendredi, à peine un mois avant son 89e anniversaire, de causes naturelles, selon un communiqué de la famille transmis par le porte-parole de l’animateur, Lewis Kay.

Les personnalités se sont succédé à l’émission qui portait son nom. On se rappellera surtout des échanges sur les événements de la veille qu’il avait avec sa co-animatice Kathie Lee Gifford à l’émission «Live! with Regis and Kathie Lee» de 1985 à 2000 ou Kelly Ripa à «Live! with Regis and Kelly», de 2001 jusqu’à 2011.

«Il n’existe aucun mot pour tout mon affection pour mon grand ami Regis, a écrit Gifford, sur Instagram. Je l’adorais, tout simplement. Chaque jour avec lui était un cadeau.»

Les téléspectateurs ont bien ri de la fausse indignation affichée par Philbin parce qu’il n’avait pas obtenu la meilleure table dans un restaurant, la veille, ou se plaignant d’être brimé par sa partenaire.

Après avoir commencé sa carrière professionnelle en stationnant des automobiles dans une station de télévision de Los Angeles, Phibin a totalisé plus de 15 000 heures en ondes. Son nom est d’ailleurs inscrit dans le Livre des records de Guinness.

Il a aussi animé «Who Wants to Be a Millionaire», le jeu télédiffusé qui a été brièvement l’émission la plus populaire au tournant du siècle. ABC l’a diffusé jusqu’à cinq fois par semaine. Au cours de ses deux premières années en onde, elle a engendré environ 1 milliard $ en revenus. Le réseau a dit qu’elle avait été l’émission la plus profitable de l’histoire de la télévision. Elle a aussi été profitable pour Philbin qui est devenu lui-même multimillionnaire.

La fameuse question que posait Philbin. «Est-ce votre dernière réponse ?», est devenue un slogan national.

«On attend tout sa vie pour avoir une telle chance, et parfois, cela n’arrive jamais», avait dit Philbin lors d’une entrevue à l’Associated Press en 1999.

Il a aussi gagné un Emmy d’honneur pour l’ensemble de sa carrière.

En 2008, Philbin disait que «sortir le meilleur d’un invité était une spécialité».

«La limite de temps oblige à aller directement au point. Cela doit compter, avant d’aller à la publicité et de recommencer. Envoyer la vidéo. Dire au revoir. Et toujours parler sur un ton convivial.»

David Bauder, The Associated Press

Canada/Inconduites: des voix s’élèvent contre le retrait des ondes de La Faille

juillet 16, 2020
Des groupes représentant des travailleurs de l’industrie de la télévision et du cinéma s’opposent au retrait des ondes des séries dans lesquelles figurent des individus qui font face à des allégations d’inconduites, car ces décisions pénalisent toutes les personnes impliquées dans la création de ces œuvres.
L’Alliance québécoise des techniciens et techniciennes de l’image et du son (AQTIS), l’Association des réalisateurs et réalisatrices du Québec (ARRQ) et la Société des auteurs de radio, télévision et cinéma (SARTEC) ont publié un communiqué jeudi soir dans lequel elles déplorent le retrait des ondes d’oeuvres de fiction comme « La faille », une série dans laquelle Maripier Morin tient un rôle.

Cette décision «pénalise non seulement leur public, mais toutes les personnes impliquées dans leur création, leur production et leur diffusion. De tels retraits sont injustes et disproportionnés», peut-on lire dans le communiqué.

«Les équipes qui travaillent d’arrache-pied sur nos séries et nos films, et leur public, ne doivent pas subir de tels abandons pour les agissements d’un seul individu».

Selon leurs présidents, Dominic Pilon (AQTIS), Gabriel Pelletier (ARRQ) et Mathieu Plante (SARTEC), « le public est en mesure de faire la part des choses entre la réalité et la fiction ».

Dans la foulée des allégations visant la comédienne Maripier Morin, Vidéotron a retiré La faille du Club illico.

La chanteuse Safia Nolin a raconté la semaine dernière sur Instagram une soirée qui s’est déroulée en 2018.

Elle relate que Maripier Morin l’a touchée, lui a mordu une cuisse en plus de lui tenir des propos sexuellement explicites et racistes. Maripier Morin a présenté des excuses pour son comportement, sans reconnaître les faits spécifiques rapportés par l’auteure-compositrice-interprète. Les allégations des deux femmes n’ont pas été testées devant les tribunaux.

Dans leur communiqué, l’AQTIS, l’ARRQ et la SARTEC ont tenu à spécifier qu’elles saluaient  «le courage des victimes qui prennent la parole et dénoncent les actes répréhensibles de certains individus».

Avec La Presse canadienne

Congo: décès de Mfumu Fylla Saint-Eudes

juin 24, 2020

Le journaliste MFUMU FYLLA SAINT-EUDES est décédé ce mercredi 24 juin 2020 au CHU DE BRAZZAVILLE des suites du Covid19.

Photo de BrazzaNews.
MFUMU FYLLA SAINT-EUDES
Avec Brazzanews