Archive for the ‘Santé’ Category

Congo: Les lampions des hôpitaux sont éteints

octobre 17, 2017

Les hôpitaux de Brazzaville dans la capitale politique sont éteints : constat amer cet après-midi dans les hôpitaux de Brazzaville.

Le ministère de la santé a procédé depuis ce matin au recensement des malades dans les hôpitaux de Brazzaville.

CHU de Brazzaville

49 malades, 17 enfants à la néonatologie, 12 femmes à la maternité, 17 morts dont 3 femmes mortes à la maternité depuis dimanche 15 octobre. 10 infirmiers dont 6 stagiaires et 3 médecins de dimanche à lundi.

Hôpital de Makélékélé:

229 malades, 15 infirmiers,  9 médecins. L’hôpital est saturé et n’a point des médicaments pour les urgences. 13 morts depuis dimanche.

Hôpital Militaire:

578 malades hospitalisés, 109 aux urgences, 23 infirmiers, 18 médecins depuis dimanche qui travaillent sans repos. L’hôpital est saturé avec l’esprit militaire ces infirmiers et medecins font des rotations un jour sur deux.depuis le 26 septembre les médicaments sont finis. Les malades même militaires achètent les produits eux-mêmes. Mais il faut dire que ces agents sont disponibles pour les malades malgré tout: 11morts depuis dimanche.

Hôpital municipal Leyono:

Pour la première fois 25 malades, 11 infirmiers, 5 médecins, 7 morts depuis la nuit de dimanche à lundi. L’hôpital est saturé et n’a pas des médicaments pour les urgences.

Hôpital de Talangai: 668 malades à 12H certains malades qui venaient d’arriver attendaient les places aux urgences, 19 morts de dimanche à lundi. 23 infirmiers, 11 médecins, pas de médicaments.

 

Avec Brazzanews.fr

Publicités

Madagascar: l’épidémie de peste continue de se propager

octobre 17, 2017

Un employé municipal désinfecte un marché d’Antananarivo le 10 octobre 2017 pour lutter contre la peste qui a déjà fait 74 morts à Madagascar. / © AFP/Archives / RIJASOLO

L’épidémie de peste qui s’est déclarée il y a deux mois à Madagascar continue à se propager, notamment dans sa capitale Antananarivo, et a fait déjà au moins 74 morts, selon un nouveau bilan publié mardi par les autorités locales.

Au total 805 cas de la maladie ont été recensés sur le territoire de la Grande île, a ajouté le ministère de la Santé.

La peste réapparaît presque chaque année à Madagascar, généralement de septembre à avril.

Mais cette année, l’épidémie a débuté dès août et s’est propagée « aux grandes zones urbaines, contrairement aux précédentes épidémies », selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Elle a provoqué un vent de panique parmi la population, malgré les appels au calme du gouvernement.

A titre de précaution, les autorités ont interdit jusqu’à nouvel ordre les manifestations et réunions publiques dans la capitale et suspendu les cours dans plusieurs universités et écoles du pays afin de procéder aux opérations de désinfection.

L’OMS a venu à la rescousse des autorités en livrant 1,2 million de doses d’antibiotiques et, avec des ONG comme la Croix-Rouge, a formé en urgence des centaines de volontaires pour la prévention et l’information de la population.

La bactérie de la peste, qui se développe chez les rats, est véhiculée par les puces. Chez l’homme, la forme pulmonaire de la maladie – transmissible par la toux – peut être fatale en seulement 24 à 72 heures. La forme bubonique est elle moins dangereuse.

La plupart des patients recensés à Madagascar ont été infectés par la peste pulmonaire.

Romandie.com avec (©AFP / 17 octobre 2017 16h03)                

Canada: une fausse docteure de 19 ans aurait effectué des chirurgies plastiques bâclées

octobre 17, 2017
shutterstock
 

La police de Toronto a accusé une femme pour voies de faits graves pendant la fin de semaine après qu’elle se soit fait prendre à diriger une clinique de chirurgie plastique sans licence dans un sous-sol.

Jingyi Wang, 19 ans, a été arrêtée vendredi et a comparu en cour dimanche. Elle utilisait le pseudonyme Dr. Kitty et ses installations étaient situées dans le coin de Bayview Avenue et Sheppard Avenue East.

La police a été avertie de la situation lorsqu’une femme est venue la dénoncer après avoir développé une infection requérant une opération corrective par un autre chirurgien à la suite d’une opération faite par Wang.

La porte-parole de la police de Toronto, Allyson Douglas-Cook, a dit au Toronto Star que la victime avait à peu près le même âge que Wang.

La police cherche davantage de victimes

La victime a dit que les services de Wang avaient été annoncés dans un restaurant en avril 2017.

La police croit qu’il pourrait y avoir d’autres victimes. Un communiqué de presse demande à quiconque ayant de l’information à propos de la clinique sans licence à communiquer avec la police de Toronto.

Les gens peuvent appeler la police de Toronto à 416-808-3200. Ceux qui préfèrent dévoiler de l’information sous le couvert de l’anonymat peuvent appeler Crime Stoppers à 416-222-TIPS, texter TOR et leurs messages à CRIMES, ou rapporter l’information en ligne.

Huffington Post Québec par Lili Monette-Crépô

Congo: visite fantôme au CHU de Brazzaville

octobre 16, 2017

 

États-Unis: Trump « Obamacare est mort »

octobre 16, 2017

Le président américain Donald Trump, le 16 octobre 2017 à Washington / © AFP / SAUL LOEB

Le président américain Donald Trump a affirmé lundi que la grande loi sur la couverture maladie de Barack Obama, qu’il n’est pas parvenu à abroger, appartenait néanmoins au passé en raison de ses défaillances.

« Obamacare, c’est fini, c’est mort, oublié », a déclaré le dirigeant à la Maison Blanche. « Il n’y a plus rien de tel qu’Obamacare. Je le dis depuis des années, le concept n’aurait jamais pu fonctionner, même dans ses meilleurs jours ».

Donald Trump se réfère apparemment au défaut le plus préoccupant de la grande réforme de 2010, l’augmentation du prix des assurances santé sur le marché dit « individuel », pour la minorité de personnes qui n’ont pas d’assurance par leur employeur ou par des programmes publics. Ces assurés reçoivent des aides et subventions pour financer le coût de leur couverture, mais un certain nombre d’entre eux ont néanmoins vu leurs dépenses augmenter depuis quelques années.

Les républicains, a dit Donald Trump, travaillent désormais à une solution « de court terme », à laquelle il prédit que les démocrates participeront car, selon lui, « la faute retombera sur eux pour le désordre ».

C’est un refrain du président américain que les problèmes supposés du système de santé, et notamment la hausse des coûts, seront politiquement mis au passif des démocrates, qui ont adopté Obamacare en 2010.

Mais les démocrates dénoncent ce qu’ils estiment être un « sabotage » progressif d’Obamacare par l’administration Trump, par la voie réglementaire puisque l’abrogation par le Congrès a échoué.

Un décret présidentiel a ainsi supprimé des subventions aux assureurs qui permettaient de réduire le coût des assurances et des soins pour les assurés les plus modestes. Une autre décision a ouvert la voie à une déréglementation des couvertures proposées, ce qui pourrait conduire au déremboursement de certains soins.

Donald Trump, lundi, a aussi critiqué le prix des médicaments aux Etats-Unis, plus élevés que dans d’autres pays riches.

« Comme d’habitude, le monde profite des Etats-Unis », a-t-il dit. « Les compagnies pharmaceutiques, franchement, s’en tirent en toute impunité ».

Romandie.com avec(©AFP / 16 octobre 2017 19h24)

Congo: le CHU a fermé ses portes et aux soins

octobre 15, 2017

Après l’université Marien Ngouabi qui est totalement fermée, le CHU rentre officiellement en grève le 14 Octobre 2017 comme l’annonçait déjà la déclaration de grève. L’hôpital a été vidé de ses personnels. Le CHU n’est plus en service. Peuple Congolais, vous ne pouvez que blâmer vous même, et vos enfants mourront sans soins pendant que les leurs sont Europe et en Amérique pour mieux vivre, se soigner et étudier.

 

Photo de BrazzaNews.
Photo de BrazzaNews.
Photo de BrazzaNews.

Photo de BrazzaNews.

Le CHU de Brazzaville en mode COMA . Hier ils ont évacuer tous ses malades. La grève persiste .

Hier , il restait un seul patient, est un agent de la présidence qui a été heurté par le convoi de Denis Sassou Nguesso. Il se trouvait dans le coma et les médecins s’attelaient à le réanimer afin qu’ il soit évacué. Les familles sortent leurs malades du CHU: pas de salaire au CHU, service minimum zéro.

L’ultimatum donné par le syndicat du CHU est arrivé à terme. Plus de service minimum. Les malade encore présents, qui espéraient sur une sortie de crise sont tombés dans le désespoir. 10 morts subites, seulement en apprenant la nouvelle.

Pendant ce temps, Denis Sassou Nguesso fait un voyage en Ouganda à coup de milliards et le premier ministre festoie au large de pointe noire dans un bateau, dans le désintérêt total de la population qui se meure. Le vol continue, la gabegie s’amplifie car les anniversaires durent maintenant 3 jours.

Image : évacuation des malades du CHU pour une direction inconnue

Photo de BrazzaNews.
Avec Brazzanews.fr

1,1 milliard de personnes sans identité (Banque mondiale)

octobre 13, 2017

Plus de 1,1 milliard de personnes, essentiellement en Afrique et en Asie, sont incapables de prouver leur identité avec un document officiel ce qui les prive de l’accès aux services de santé, de protection sociale ou d’éducation, déplore la Banque mondiale. Parmi ces personnes « invisibles », « plus d’un tiers sont des enfants qui n’ont pas été répertoriés » à leur naissance, a-t-elle précisé dans un communiqué à l’occasion de son assemblée annuelle à Washington.

Cette situation résulte souvent des troubles frappant les pays qui conduisent à des déplacements forcés de populations. A travers le lancement d’un programme baptisé « ID4D » (Identification for development initiative), la Banque mondiale escompte aider les pays à recenser et identifier ces personnes en s’appuyant sur la technologie digitale.

« Avec un septième de la population de la planète vivant sans aucune pièce d’identité officielle, les familles sont privées d’accès aux soins de santé, à l’éducation mais aussi aux services sociaux et financiers », a regretté Eric Jing, l’un des membres du conseil de ce programme.

Le Figaro.fr avec AFP

Islande: le président se casse le nez

octobre 13, 2017

 

Le président islandais Gudni Johannesson a raconté s’être cassé le nez dans son bain, où il est tombé après s’y être évanoui dans une eau « trop chaude ». Ce qui devait être « un bain chaud et confortable s’est avéré trop chaud et trop confortable », a commenté hier sur Facebook cet ancien professeur d’histoire âgé de 49 ans.

Gudni Johannesson, dont les fonctions présidentielles sont de nature essentiellement protocolaire, a expliqué avoir été immédiatement emmené à l’hôpital où on lui a fait des points de suture, ajoutant qu’il allait bien, même si sa blessure était bien visible.

N’appartenant à aucun parti politique traditionnel, il jouit d’une cote de popularité élevée depuis qu’il a été élu en juin 2016 à la tête de l’Islande et de ses 345.000 habitants.

Le Figaro.fr avec AFP

États-Unis: Trump supprime des subventions santé pour les plus pauvres

octobre 13, 2017

Donald Trump le 12 octobre 2017 à Washington / © AFP/Archives / Brendan Smialowski

L’administration de Donald Trump a annoncé jeudi la suppression d’un mécanisme de subventions créé par la loi santé de Barack Obama qui servait à faire baisser le prix des couvertures santé pour les Américains les plus modestes.

Le président américain s’est résigné à emprunter la voie réglementaire après s’être heurté à une impasse au Congrès, qui s’est révélé incapable de voter une abrogation de la grande loi démocrate du président Obama, « Obamacare ».

Son ministère de la Santé a donc annoncé la fin d’un dispositif qui compensait les assureurs privés à hauteur de 7 milliards de dollars en 2017 et 10 milliards prévus en 2018, des sommes dont la disparition pourrait être ressentie de façon importante par les assurés.

Mais on ignorait à partir de quand la mesure prendra effet, et si les tarifs 2018 des assurances seront affectés.

« Au lieu d’essayer de baisser les coûts des soins pour les Américains, on dirait que le président Trump va unilatéralement augmenter le prix des primes d’assurance », ont dénoncé les chefs de l’opposition démocrate du Congrès, Chuck Schumer et Nancy Pelosi. « Trump tentera de se défausser sur la loi santé d’Obama, mais toute la responsabilité lui revient, et il en paiera le prix ».

Le président républicain martèle qu’Obamacare, une réforme coûteuse mais qui a permis de réduire à un niveau bas historique le nombre d’Américains sans couverture maladie, s’écroulera sous son propre poids, critiquant notamment la hausse des prix des assurances pour les personnes qui s’assurent individuellement, sans passer par un employeur.

Cela représente une minorité de la population, mais ces assurés sont frappés de facto par des hausses importantes depuis plusieurs années, car Obamacare a imposé aux assureurs de nouvelles réglementations qui les forcent à couvrir un plus grand nombre de soins de base.

« Obamacare s’est révélée être une loi complètement défaillante », a déclaré le président républicain de la Chambre, Paul Ryan. « La Chambre continuera son travail avec l’administration Trump pour améliorer le système ».

Pour les démocrates, il ne s’agit rien de moins que d’un sabotage par petites touches de l’infrastructure mise en place par Obamacare. Ils dénoncent un détricotage motivé uniquement par des raisons politiques.

Jeudi, Donald Trump a également signé un décret ouvrant la voie à la création de couvertures exemptées des réglementations d’Obamacare, potentiellement de moindre qualité mais donc moins chères, par les compagnies d’assurance privées.

Cette décision ne devrait pas affecter le marché à court terme, mais accentue l’incertitude pour le secteur, qui ne sait d’une année sur l’autre comment évoluera l’environnement réglementaire.

Romandie.com avec(©AFP / 13 octobre 2017 16h07)

Nobel de médecine: trois spécialistes américains de l’horloge biologique primés

octobre 2, 2017

Portraits des Prix Nobel de médecine 2017 affichés lors d’une conférence de presse à Stockholm, le 2 octobre 2017 / © AFP / Jonathan NACKSTRAND

Le prix Nobel de médecine a été attribué lundi à trois généticiens américains dont l’étude de l’horloge biologique éclaire l’adaptation du corps au cycle du jour et de la nuit, les troubles du sommeil et leurs effets sur la santé.

Jeffrey C. Hall, Michael Rosbash et Michael W. Young sont récompensés pour « leurs découvertes des mécanismes moléculaires qui règlent le rythme circadien », a solennellement annoncé l’Assemblée Nobel de l’Institut Karolinska à Stockholm.

« Leurs découvertes expliquent comment les plantes, les animaux et les êtres humains adaptent leur rythme biologique pour qu’il se synchronise avec les révolutions de la Terre » autour du soleil, a précisé le jury.

De 24 heures chez l’homme, le rythme circadien est l’une des fonctions vitales primordiales des êtres vivants multicellulaires: il régule le sommeil, les comportements alimentaires, la pression artérielle et la température corporelle.

« Dès que notre horloge biologique se dérègle, nos corps sont plus exposés aux maladies. L’horloge contrôle notre système immunitaire », rappelle Michael Hastings, chercheur à Cambridge (Angleterre).

A partir de l’observation de mouches, Jeffrey C. Hall et Michael Rosbash, qui exerçaient ensemble à l’université Brandeis de Boston, et Michael Young, de l’université Rockefeller à New York, ont isolé en 1984 un « gène horloge » interne à la cellule.

MM. Hall et Rosbah ont ensuite montré que ce gène, s’il fonctionne correctement, encode une protéine qui s’accumule dans la cellule au cours de la nuit puis se désagrège pendant le jour.

« Chaque cellule a des gènes horloge, qui lui disent à quel moment il faut qu’elle soit active et à quel moment il faut qu’elle se repose », explique Joëlle Adrien, directrice de recherche à l’Inserm.

Michael Young identifiera un second gène, puis un troisième, déterminants dans la régulation de l’ensemble.

L’horloge biologique principale, située dans le cerveau, joue le rôle de chef d’orchestre entre toutes les cellules « parce que si chaque cellule va à son rythme, c’est la cacophonie », ajoute Joëlle Adrien, qui préside l’Institut national du sommeil et de la vigilance.

– Un chercheur en pyjama –

M. Rosbash, 73 ans, né dans le Missouri, a obtenu son doctorat en 1970 au Massachusetts Institute of Technology (MIT) à Cambridge (Etats-Unis).

Joint au téléphone par l’agence suédoise TT, il s’est dit « choqué » par l’annonce. « Je suis assis avec ma femme, en pyjama, je n’avais pas pensé à ça », a-t-il dit.

M. Hall, 72 ans, né à New York, a fait une partie de sa carrière à l’Université du Maine, en 2002. Il est aujourd’hui à la retraite.

M. Young, 68 ans, originaire de Miami, enseigne depuis 1978 à l’université Rockefeller, où il a donné une conférence de presse, rendant compte de sa surprise.

« J’ai vraiment eu du mal ce matin, même à mettre mes chaussures. Vous savez, je vais chercher mes chaussures, et là, je réalise que j’ai besoin de chaussettes pour ensuite réaliser que j’ai besoin de mettre mon pantalon », s’est-il amusé.

En 2016, le Nobel de médecine était allé au Japonais Yoshinori Ohsumi pour sa contribution à la compréhension du renouvellement des cellules.

La médecine est traditionnellement le premier des prix Nobel décernés par les jurys suédois. Suivront la physique mardi, la chimie mercredi, la littérature jeudi, la paix vendredi et le prix d’économie le 9 octobre.

Pour la physique, revient régulièrement dans les discussions la détection des ondes gravitationnelles, avancée capitale de la recherche qui confirme une prédiction d’Albert Einstein dans sa théorie de la relativité générale.

Les physiciens français Alain Brillet et Thibault Damour se sont justement vu attribuer chacun la semaine dernière la médaille d’or du CNRS (France) pour leurs contributions majeures à la détection » de ces ondes.

Pour le prix de littérature, remporté en 2016 par Bob Dylan, la plupart des auteurs cités cette année figurent régulièrement sur les listes idéales des critiques: Don DeLillo, Adonis, Claudio Magris, Ismaïl Kadaré, Haruki Murakami, Jon Fosse, etc.

Quant au Nobel de la paix, le jury norvégien qui le remet devra trancher entre 318 noms pour désigner un successeur au président colombien Juan Manuel Santos, récompensé en 2016 pour son action dans un pays ravagé par un conflit de plus d’un demi-siècle.

La question nucléaire domine dans les pronostics sur fond d’escalade entre Washington et Pyongyang après le sixième essai nord-coréen mais aussi d’incertitudes sur l’accord iranien, que le président américain Donald Trump a menacé de « déchirer ».

Cette année, chaque prix est doté de neuf millions de couronnes suédoises (environ 937.000 euros) que se partagent les lauréats.

Romandie.com avec(©AFP / 02 octobre 2017 17h38)