Archive for the ‘Sport’ Category

Foot-Mondial-2026: le Maroc « mobilise » pour sa candidature « africaine »

janvier 23, 2018

Casablanca (Maroc) – Le Maroc tout « entier » est « mobilisé » pour la candidature du royaume à l’organisation du Mondial-2026 de football, a déclaré mardi le comité de candidature, en insistant sur la dimension « africaine » de ce projet.

« Ce n’est pas une candidature de figurant, c’est une vraie candidature! » a lancé en conférence de presse le président de ce comité, Moulay Hafid Elalamy.

« Nous allons mettre toute notre énergie, notre dossier est et sera irréprochable (…). Certains disent qu’on a pris du retard, mais nous sommes capables d’une +remontada+ », a-t-il promis.

Le président de la Fédération royale marocaine (FRMF), Faouzi Lekjaa, a mis en exergue une « candidature pour tout le continent » africain, qui a accueilli le Mondial à une seule reprise, en 2010 en Afrique du Sud.

Le Maroc a annoncé en août repartir pour une cinquième campagne dans le but de décrocher l’organisation du Mondial de football, pour l’édition 2026, malgré le statut de grand favori de la candidature conjointe Etats-Unis/Canada/Mexique.

La désignation aura lieu le 13 juin et, pour la première fois, le pays hôte sera désigné par l’ensemble des 211 fédérations composant la Fédération internationale (Fifa).

Le Maroc mise sur l’appui de la Confédération africaine de football (CAF), dont le président Ahmad Ahmad a appelé les fédérations africaines à un « soutien franc et massif » au royaume.

« De 1930 à 2030, cela fait 100 ans, le continent africain n’a organisé qu’un seule fois la Coupe du monde. Il ne doit pas rester à la marge », a plaidé M. Lekjaa, évoquant une candidature unique « sur un territoire gérable » par contraste avec les trois pays impliqués dans l’autre projet.

Les responsables du comité marocain ont ainsi assuré compter sur le soutien des 53 membres de la CAF mais aussi vouloir « convaincre d’autres pays » pour « obtenir une majorité de voix au congrès ».

Le comité a par ailleurs dévoilé le logo de sa candidature: une étoile verte entourée de feuilles rouges sur un ballon de football en noir et blanc. L’étoile symbolise « l’unité et l’éclat ».

Pour défendre sa candidature, le comité a choisi d’anciens joueurs africains comme Samuel Eto’o et Didier Drogba. « Et il y a beaucoup d’autres noms », a dit le patron de la FRMF.

Interrogé sur la question des droits de l’Homme, un des nouveaux critères de sélection de la Fifa, le président du comité a répondu: « On prépare la candidature au Mondial-2026, on ne refait pas le monde. On a un combat clair et simple ».

« Un des concurrents est classé comme le pays le plus dangereux au monde. Le Maroc est l’un des pays les plus sûrs au monde », a ajouté Moulay Hafid Elalamy, en référence au Mexique.

« Pour les droits de l’Homme, il ne faut pas dresser un tableau noir. Le Maroc a fait des progrès pour les droits des femmes et de la famille. Il faut booster la dynamique qui est belle et bonne pour le pays », a argumenté le patron de la fédération, Faouzi Lekjaa.

Le comité a aussi fait valoir que le Maroc s’était « développé », évoquant des « infrastructures » comme le « TGV, les ports, les stades et la capacité hôtelière ».

Le montant consacré à cette campagne n’a pas été dévoilé. Le comité a simplement rappelé que les deux dernières candidatures marocaines, en 2006 et 2010, avaient coûté chacune 130 millions de dirhams (12 millions d’euros).

Le Maroc s’est récemment attaché les services de l’agence qui a accompagné Paris dans sa candidature réussie à l’organisation des Jeux Olympiques 2024.

Romandie.com avec(©AFP / 23 janvier 2018 14h24)                                            

Publicités

Des Saoudiennes pour la première fois au stade pour un match de foot

janvier 12, 2018

Des femmes saoudiennes assistent dans un stade de Ryad, la capitale saoudienne à une commémoration le 23 septembre 2017 / © AFP/Archives / Fayez Nureldine

Des femmes vont assister à un match de football vendredi dans un stade de Jeddah, une première en Arabie saoudite, royaume ultraconservateur qui a amorcé une timide ouverture de la société.

Parmi les réformes lancées par les autorités figure un allègement des restrictions imposées aux femmes, dont l’autorisation de conduire à compter du mois de juin et d’assister à des évènements sportifs.

Mais dans ce pays régi par une forme rigoriste de l’islam sunnite et où la mixité est interdite en public, les femmes continuent de devoir porter le voile intégral en public et avoir l’assentiment d’un tuteur masculin -père, mari ou frère- pour voyager ou faire des études.

Vendredi néanmoins, elles pourront pour la première fois s’asseoir dans les tribunes d’un stade pour voir un match de football, à la King Abdullah Sports City de Jeddah (ouest).

Les spectatrices, seules ou accompagnées de leur famille, assisteront depuis des places spécialement réservées pour elles à la rencontre de la Ligue professionnelle saoudienne entre Al-Ahli et Al-Batin (à partir de 20H00 locales, 17H00 GMT).

Bien avant le coup d’envoi, des Saoudiennes ont exprimé leur enthousiasme.

« Je regardais tout le temps les matches à la télévision, alors que mes frères s’y rendaient. j’étais triste et je me demandais pourquoi je ne pouvais pas y aller. Mais aujourd’hui cela a changé, c’est un jour de plaisir et de joie », a déclaré à l’AFP Noura Bakhourji.

Roueida Ali Qassem s’est dite « fière et très contente de ces changements ».

Sur leur compte Twitter, les équipes ont encouragé les femmes à se rendre au stade et certaines ont annoncé des tenues spéciales pour les spectatrices aux couleurs du club.

La veille, une société privée saoudienne a ouvert dans un centre commercial de Jeddah le premier salon automobile pour les femmes, qui peuvent choisir un véhicule avant d’avoir le droit de se lancer sur les routes dans cinq mois.

L’Arabie saoudite était le seul pays au monde à interdire le volant aux femmes.

Ces mesures d’ouverture de la société s’inscrivent dans le cadre des réformes mises en oeuvre par le jeune prince héritier Mohammed ben Salmane.

Romandie.com avec(©AFP / 12 janvier 2018 13h51)                

Abus sexuels dans le foot anglais: l’ex-entraîneur Bennell plaide coupable

janvier 8, 2018

L’ex-entraîneur anglais Barry Bennell plaide coupable lundi pour six chefs d’accusation d’abus sexuels devant les assises de Liverpool / © AFP/Archives / DENIS CHARLET

L’ancien entraîneur de football anglais Barry Bennell, accusé de viols, tentatives de viols et agressions sexuelles sur des adolescents, a plaidé coupable lundi pour six chefs d’accusation à l’ouverture de son procès aux assises de Liverpool.

Agé de 63 ans, Barry Bennell est apparu via vidéo-conférence à l’audience. Il doit répondre de 55 infractions, des agressions présumées sur douze garçons mineurs commises entre 1979 et 1991. Il plaide coupable pour six accusations d’attentat à la pudeur.

Bennell a entraîné des équipes de jeunes dans plusieurs clubs anglais dont celui de Crewe Alexandra (aujourd’hui en 4e division), Manchester City et Stoke City.

Ce scandale de pédophilie dans le football anglais a éclaté à la mi-novembre 2016 après des révélations d’un ancien joueur du club de Crewe Alexandra qui a raconté son calvaire au quotidien The Guardian.

Romandie.com avec(©AFP / 08 janvier 2018 13h47)                

Liberia: large victoire de l’ex-footballeur George Weah au second tour de la présidentielle

décembre 28, 2017

L’ex-star du foot et sénateur George Weah, le 26 décembre 2017 à Monrovia / © AFP / SEYLLOU
               

La légende africaine du football et sénateur George Weah a largement remporté l’élection présidentielle au Liberia, avec 61,5% des suffrages lors du second tour mardi, contre 38,5% pour son adversaire, le vice-président Joseph Boakai.

Ces chiffres, attendus avec de plus en plus d’impatience deux jours après le scrutin de mardi, portent sur 98,1% des suffrages exprimés, a indiqué lors d’une conférence de presse le président de la Commission électorale nationale, Jerome Korkoya. 2,1 millions d’électeurs étaient inscrits.

Attaquant star de Monaco, du PSG et du Milan AC dans les années 1990, George Weah doit succéder le 22 janvier à Ellen Johnson Sirleaf, marquant ainsi la première transition démocratique depuis plus de 70 ans dans ce pays anglophone d’Afrique de l’Ouest.

George Weah, 51 ans, favori après être sorti vainqueur du premier tour du 10 octobre avec plus de 38% des voix, s’est montré sûr de lui avant et après le jour de l’élection.

« Le peuple libérien a clairement fait son choix (mardi) et, ensemble, nous sommes confiants quant à l’issue du processus électoral », a tweeté le Ballon d’Or 1995 mercredi.

Mais certains de ses partisans commençaient à trouver le temps long.

« On s’inquiète parce que tout le monde voit les résultats, mais la NEC (la Commission électorale nationale) ne veut pas les annoncer. C’est inquiétant. Plus ils tardent, plus ça devient risqué », avait déclaré, peu avant l’annonce des résultats, un de ses supporters, Daniel Mlehn.

Dans l’autre camp, on ne voulait pas s’avouer vaincu avant l’annonce de la NEC. « Je pense qu’il est trop tôt pour les gens du CDC (la Coalition pour le changement démocratique de George Weah, NDLR) de célébrer la victoire », disait un partisan de Joseph Boakai.

Joseph Boakai, 73 ans, voulait lui aussi encore y croire. « On attend les résultats définitifs. On parle de Weah, mais ce sont uniquement ses comtés, pas les miens », a déclaré le vice-président sortant à un petit groupe de journalistes en début d’après-midi.

George Weah avait déjà reçu les « félicitations » d’une autre star du foot, l’Ivoirien Didier Drogba. « Merci Didier de ton soutien, nous sommes tous les deux soucieux et conscients du destin de nos peuples. Suivons le même chemin… », a répondu en français l’ancien Parisien sur Twitter.

Le Liberia n’a pas connu d’alternance démocratique depuis 1944.

Et près de trois décennies après le début d’une guerre civile particulièrement atroce –250.000 morts entre 1989 et 2003– il s’apprête à vivre une transition du pouvoir en douceur.

La présidente sortante, Ellen Johnson Sirleaf, a signé mardi un décret établissant une « équipe de transition », composée de plusieurs ministres, pour organiser un « transfert ordonné du pouvoir » à son successeur.

– ‘Un bien commun: la paix’ –

« Tout le monde dit qu’il y a un bien commun à protéger, la paix au Liberia », s’est félicité jeudi matin le directeur de la communication de la NEC, Henry Flomo.

Sénateur depuis 2014 de la province la plus peuplée du Liberia, George Weah avait choisi comme colistière Jewel Howard-Taylor, ex-femme de Charles Taylor et influente sénatrice.

Mais tous deux affirment ne pas entretenir de lien avec l’ancien président.

Le Liberia, qui peine à se remettre de l’épidémie d’Ebola, vit encore dans le souvenir de Charles Taylor, 69 ans, ancien chef de guerre puis président (1997-2003), prédécesseur de Mme Sirleaf. Condamné par la justice internationale à 50 ans de prison, il purge sa peine en Grande-Bretagne pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre perpétrés en Sierra Leone voisine.

– Scrutin salué à l’international –

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, et le chef des observateurs de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), l’ancien président du Ghana John Dramani Mahama, ont salué « la tenue pacifique » du scrutin.

La chef de la mission d’observation de l’UE, Maria Arena, a félicité les candidats et le peuple libérien pour un scrutin qui s’est déroulé dans le calme et a « globalement respecté les règles constitutionnelles ».

Finalement organisé au lendemain de Noël, le second tour avait été reporté de sept semaines en raison de contestations des résultats du premier tour du 10 octobre par plusieurs candidats.

Romandie.com avec(©AFP / 28 décembre 2017 19h55)                

TP Mazembe: Asante et Frimpong rejoignent Drogba aux États-Unis

décembre 25, 2017

 

Didier Drogba, le 3 mars 2016 à Montréal. © Ryan Remiorz/AP/SIPA

Les Ghanéens Yaw Frimpong et Salomon Asante, en fin de contrat au TP Mazembe (RDC), se sont engagés pour deux ans avec Phoenix Rising FC (États-Unis). Ils y retrouveront Patrice Carteron, leur ancien coach à Lubumbashi, mais aussi un certain Didier Drogba.

Phoenix aura dans quelques jours un petit air de Lubumbashi. Le club de l’Arizona, qui évolue dans la Conférence Ouest de l’United Soccer League (Ligue 2 nord-américaine), accueillera en effet deux anciens joueurs du Tout Puissant Mazembe. Il s’agit des Ghanéens Yaw Frimpong, un défenseur de 31 ans, et du milieu de terrain Salomon Asante (26 ans).

Les deux Black Stars étaient en fin de contrat avec les Corbeaux depuis le début du mois de décembre. Ils avaient rejoint Lubumbashi en 2013, en provenance respectivement de l’Asante Kotoko et de Berekum Chelsea, deux des meilleurs clubs du Ghana.

Une volonté de retravailler ensemble

Avec le TP Mazembe, ces deux joueurs formés à la Feyenoord Academy ont remporté la Ligue des champions (2015), la Coupe de la Confédération (2016, 2017), la Super Coupe d’Afrique (2016), le championnat de RD Congo (2013, 2014, 2016, 2017) et la Super Coupe de RDC (2013, 2014 et 2016).

Frimpong et Asante vont signer pour deux ans et retrouver à Phoenix leur compatriote Gladson Awako, arrivé lui aussi de Mazembe en octobre, ainsi que Patrice Carteron, avec qui ils ont notamment remporté la Ligue des Champions en 2015. « Il y avait une volonté de retravailler ensemble », a expliqué l’entraîneur français, actuellement en vacances en famille dans sa Bretagne natale.

Salaires revus à la baisse

Les deux Ghanéens ont accepté de revoir à la baisse leur salaire. À Mazembe, selon nos informations, ils gagnaient environ 15 000 dollars par mois. À Phoenix, leur salaire, hors primes et avantages en nature, sera sensiblement inférieur.

Le club américain, même s’il est un des plus aisés de l’USL, dispose encore de moyens relativement modestes. Cela n’a pas empêché les deux joueurs de répondre favorablement à la proposition de Phoenix, alors qu’Asante disposait d’une offre beaucoup plus alléchante financièrement en provenance du Qatar.

Le fait d’évoluer avec un joueur de la dimension de Drogba a pesé dans leur décision.

Un élément essentiel a joué dans leur choix sportif : la perspective de retrouver, outre Carteron et Awacko, un certain Didier Drogba. L’ancien capitaine des Éléphants de Côte d’Ivoire, qui prendra sa retraite en 2018, à 40 ans, avait rejoint Phoenix en avril dernier, devenant actionnaire du club.

« Le fait d’évoluer avec un joueur de la dimension de Drogba a pesé dans leur décision. À ses côtés, Frimpong et Asante vont beaucoup apprendre », explique l’entraîneur français. Ces deux départs viennent s’ajouter à ceux du Ghanéen Daniel Adjei, du Zambien Given Singuluma et des Congolais Patou Kabangu et Hugues Bedi.

Jeuneafrique.com par

Cameroun: le Congolais Strauss Serpent reçu par la première dame Chantal Biya

décembre 22, 2017

Talentueux avec une habilité et agilité, hors-classe, Strauss Serpent a été reçu par Chantal Biya, la première dame du Cameroun, pour le remercier, le féliciter et le récompenser pour son immense talent et ses prouesses inégalées.

Ce Congolais de Brazzaville qui vit actuellement au Cameroun fait l’honneur et la fierté de son pays d’accueil et de résidence mais aussi de toute l’Afrique.

Récipiendaire de l' »Afrique a un incroyable Talent 2017« , il a été lauréat, il y a peu, d’un Prix d’une valeur de 10 millions de FCFA.

Homme élastique, aux multiples facettes, tordant et pliant ses membres et son corps, à souhait, il a va faire des merveilles, à travers le monde, avec son art qui suscite autant l’admiration, les interrogations, l’étonnement que la peur.

Strauss Serpent a un bel avenir devant lui.

Photo de BrazzaNews.
Photo de BrazzaNews.
Photo de BrazzaNews.
Avec Brazzanews.fr

 

 

France: l’athlète éthiopienne Zenash Gezmu retrouvée morte chez elle

novembre 30, 2017

 

Zenash Gezmu, lors de sa victoire au dernier marathon de Sénart. © DR / Marathon de Sénart / Copie d’écran Facebook

Arrivée en France en 2011, Zenash Gezmu avait remporté plusieurs fois le marathon de Sénart. Un jeune Érythréen de 28 ans s’est accusé du meurtre de la jeune femme.

Brillante marathonienne de 27 ans, l’Éthiopienne Zenash Gezmu a été retrouvée morte à son domicile de Seine-Saint-Denis, à Neuilly-sur-Marne, en banlieue parisienne. D’après Le Parisien, un Érythréen de 28 ans s’est présenté au commissariat du XVIIIe arrondissement de Paris pour s’accuser du meurtre.

La police s’est ensuite rendue sur place où elle a trouvé le corps de la jeune femme, qui serait morte d’asphyxie après avoir été frappée avec un objet contondant. Des voisins rapportent avoir entendu du bruit dans son appartement, sans pour autant prévenir la police.

On ignore pour l’instant  le mobile du meurtre, le meurtrier présumé n’ayant encore donné aucune précision. Si les deux se connaissaient, personne dans l’entourage de la victime n’avait entendu parler du jeune homme auparavant.

« Un triste jour pour le monde de l’athlétisme »

« Aujourd’hui est un triste jour pour le monde de l’athlétisme », a réagi sur sa page Facebook le Stade Français Athlétisme. Le club où elle s’entraînait depuis la rentrée a déclaré « s’associer à la douleur à la douleur et la peine de tous ses proches. Repose en paix, championne ».

 

Arrivée en France en 2011, Zenash Gezmu était dévouée corps et âme à sa passion : l’athlétisme. Avec son 1m50 et ses 38 kgs, elle avait ainsi bouclé en 2h32 son dernier marathon à Amsterdam en octobre dernier, et avait remporté plusieurs fois le marathon de Sénart, dans l’Essonne. Les primes qu’elle remportait lui permettaient ainsi de compléter son maigre salaire de 700 euros.

Des connaissances dans les différentes fédérations d’athlétisme où elle était passée, que ce soit à Montreuil ou à Neuilly-sur-Marne, l’aidaient à se loger et pour les démarches administratives. Zenash Gezmu s’était vu refuser sa demande de naturalisation en raison de son niveau insuffisant de français. Elle prenait depuis lors des cours pour s’améliorer.

Son parcours forçait l’admiration de ceux qui la connaissaient. « Il n’y en a pas beaucoup comme elle, qui se lèvent à 5 heures pour s’entraîner, matin et soir, après avoir fait des ménages dans un hôtel, raconte au Parisien celui qui a été son entraîneur durant trois ans. Ce qui comptait pour elle, c’était de faire des performances, pour être reconnue de la fédération française et remercier le pays qui l’avait accueillie ».

Jeuneafrique.com

Serena Williams se marie, discrètement, à la Nouvelle-Orléans

novembre 17, 2017

La Nouvelle-Orléans (Etats-Unis) – Les célébrités affluaient jeudi à la Nouvelle-Orléans pour le mariage de la joueuse de tennis Serena Williams dans un musée de la ville, une cérémonie très privée pour laquelle un pâté de maison de la ville du jazz et de la fête a été entièrement fermé.

La chanteuse Beyoncé, la papesse de la mode Anna Wintour, Kim Kardashian et l’actrice Eva Longoria ont été aperçues devant le Contemporary Arts Center pour une cérémonie dont le thème doit être « la Belle et la Bête », selon le site de divertissement ETonline.

Serena Williams, 36 ans, la star du tennis mondial, épouse le cofondateur de Reddit, Alexis Ohanian, 34 ans, avec qui elle a eu une petite fille, Alexis Olympia, le 1er septembre.

Malgré la frénésie médiatique, le couple n’a donné que peu de détails sur leur mariage. People Magazine et le Daily Mail assurent que 250 invités doivent assister à la cérémonie.

Plus tôt dans la journée, le marié était arrivé au musée en chemise et en short, avec des chaussures de costume à la main, tandis que des ouvriers s’affairaient à préparer les lieux pour le mariage.

Serena Williams et Alexis Ohanian ont annoncé leurs fiançailles en décembre après s’être rencontrés en 2015, à Rome.

Venus Williams, la soeur de Serena, avait été vue mercredi soir quittant le musée, tandis que le parking à côté du bâtiment était rempli de tentes et de camions déchargeant des fleurs, des tables, des tapis, des costumes et des musiciens.

Le coût de la cérémonie est estimé à plus de 1 million de dollars selon le Daily Mail et les invités auraient pour consigne de ne pas apporter leurs téléphones portables, car un accord d’exclusivité pour les photos a été signé avec le magazine Vogue.

A la Nouvelle-Orléans, les habitants se disaient enthousiastes à l’idée du mariage de la championne dans leur ville.

« On l’adore! », s’exclamait Mary Huber, qui faisait partie d’un petit groupe observant la scène.

« Nous sommes si heureux qu’elle ait trouvé le bonheur. Le petit bébé Alexis est si mignon! »

Linda Davis et Cora Riley ont conduit pendant quatre heures depuis la petite ville de DeRidder en Louisiane pour tenter d’apercevoir la championne de tennis.

« Nous l’aimons. Elle a la classe. Venus et elle, elles ne se plaignent jamais », a dit Cora Riley à l’AFP.

Serena Williams a remporté l’Open d’Australie 2017 alors qu’elle était enceinte, et devrait défendre son titre à Melbourne en 2018, quatre mois et demi après la naissance de sa fille.

Romandie.com avec(©AFP / 17 novembre 2017 03h20)                   

Football – Côte d’Ivoire: Marc Wilmots quitte l’équipe nationale

novembre 15, 2017

 

Le sélectionneur des Éléphants Marc Wilmots pendant l’Euro 2016, le 26 juin 2016. © Martin Meissner/AP/SIPA

Moins d’une semaine après l’échec des Éléphants à se qualifier à la prochaine Coupe du monde, le sélectionneur belge Marc Wilmots et la Fédération de football Côte d’Ivoire ont mis un terme « d’un commun accord » à la mission du sélectionneur, ont annoncé mercredi les deux parties.

« Aujourd’hui il a été décidé de mettre fin à ma collaboration avec la Fédération de football de Côte d’Ivoire », a indiqué sur son compte Twitter l’ex-sélectionneur de la Belgique, précisant qu’il s’agissait d’un »commun accord ». « Je vous souhaite le meilleur pour le futur », a ajouté Marc Wilmots, 48 ans.

Le Belge avait signé en mars un contrat de deux ans avec l’équipe ivoirienne, avec une possibilité de prolonger pour deux autres années. Sa principale mission était de qualifier l’équipe pour la Coupe du monde en Russie l’année prochaine. Mais la Côte d’Ivoire a perdu le match décisif contre le Maroc samedi et est donc éliminée de la compétition.

En janvier dernier, il avait également échoué – déjà contre le Maroc d’Hervé Renard– à qualifier les Éléphants pour les quarts de finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN). L’échec avait été d’autant plus retentissant que la Côte d’Ivoire, alors entraînée par Hervé Renard, avait remporté l’édition 2015 de la CAN.

Ambiance dégradée

Il ne suffit pas de couper une tête pour résoudre le problème

L’équipe nationale ivoirienne a confirmé le départ de Marc Wilmots, survenue après une rencontre lundi 13 novembre à Abidjan. « Les parties sont convenues de mettre fin à l’amiable à leur collaboration, tout en saluant la bonne ambiance qui a prévalu durant six mois de travail en commun », a déclaré la Fédération dans un communiqué lapidaire.

Une ambiance pourtant dégradée, selon les déclarations de Wilmots dans les médias ivoiriens ces derniers jours, dans lesquelles il s’en était pris à ses joueurs. « Nous sommes tous responsables : la fédération, les joueurs et le staff technique. Les joueurs en premier lieu parce que ce sont eux qui sont sur le terrain et moi également qui mets en place les stratégies », avait-t-il déclaré dans la presse ivoirienne. Avant d’ajouter : « Il ne suffit pas de couper une tête pour résoudre le problème ». La fédération ivoirienne en a visiblement décidé autrement.

Jeuneafrique.com avec AFP

Au marathon de Beyrouth, les Libanais affichent leur soutien à Hariri

novembre 12, 2017

Des Libanaises brandissent des pancartes demandant le retour du Premier ministre démissionnaire Saad Hariri au Liban lors du marathon de Beyrouth, le 12 novembre 2017 / © AFP / ANWAR AMRO

Les participants au marathon de Beyrouth, qui courent traditionnellement pour la recherche médicale ou les droits de l’Homme, ont sillonné dimanche les rues de la capitale libanaise pour une toute autre cause: soutenir leur Premier ministre, démissionnaire et qui se trouve en Arabie saoudite.

Depuis le 4 novembre, date de l’annonce depuis Ryad de cette démission à la surprise générale, Saad Hariri n’est pas rentré au Liban. Des rumeurs affirment qu’il est retenu contre son gré dans le royaume ultraconservateur.

Dimanche matin, des dizaines de milliers de Libanais ont participé à la 15e édition du marathon de Beyrouth. Et ils étaient nombreux à afficher leur soutien au Premier ministre démissionnaire.

Adepte de sport, M. Hariri avait coutume de participer ces dernières années au marathon. Il a fait cette fois office d’absent de marque.

Sur la ligne de départ, en centre-ville, un grand panneau rouge accueillait les coureurs avec une photo du Premier ministre et le message: « Nous vous attendons tous ».

« Rendez-nous notre Premier ministre », pouvait-on lire sur des pancartes affichant le visage souriant de M. Hariri et tenues par les coureurs.

Des jeunes distribuaient des bouteilles d’eau avec le même slogan ainsi que des casquettes et des t-shirts flanqués du message: « Nous courons pour vous ».

« J’avais besoin d’une casquette et j’aime le Liban, alors j’ai pris une casquette », a confié Nisrine Chamseddine, 30 ans, qui venait d’achever une course de huit kilomètres.

Le président libanais Michel Aoun avait exhorté samedi les participants à courir « en solidarité avec le Premier ministre Hariri » et « pour son retour dans son pays ». Il a également appelé Ryad à « clarifier les raisons empêchant M. Hariri de revenir au Liban ».

M. Aoun n’a pas formellement accepté la démission de son Premier ministre, dont il a qualifié les circonstances d' »inacceptables ».

– ‘Courez pour Saad’ –

« Il y a beaucoup de gens qui courent pour le retour du Premier ministre Hariri », a affirmé à l’AFP May al-Khalil, fondatrice du marathon de Beyrouth. « Le Liban traverse des circonstances exceptionnelles, difficiles, et il y a beaucoup de gens qui aiment le Premier ministre », a-t-elle souligné.

Sur les réseaux sociaux, les participants ont partagé des photos de l’évènement, accompagnées du hashtag en arabe « courez pour Saad » ou encore « Saad va revenir ».

Lors de l’annonce de sa démission, Saad Hariri a accusé le mouvement armé Hezbollah et son allié iranien de « mainmise » sur le Liban, disant craindre pour sa vie.

Cette démission choc a pris de court la classe politique au Liban, où l’on s’interroge sur la liberté de mouvement du chef du gouvernement.

Vendredi, le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah a accusé l’Arabie saoudite de « détenir » le Premier ministre libanais, qui possède également la nationalité saoudienne.

Samedi soir, le président français Emmanuel Macron, qui a rencontré le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane jeudi à Ryad, a appelé « à préserver la souveraineté » du Liban, lors d’un échange téléphonique avec son homologue libanais.

Les Etats-Unis ont eux qualifié Saad Hariri de « partenaire solide », et exhorté à « respecter l’intégrité et l’indépendance des institutions nationales légitimes » du pays.

Romandie.com avec(©AFP / 12 novembre 2017 14h01)