Archive for the ‘Technologie’ Category

Le Qatar paiera 8 milliards de dollars pour24 avions de chasse britanniques

décembre 10, 2017

Le ministre de la Défense britannique, Gavin Williamson (G) avec son homologue qatari Khalid ben Mohamed al-Atiya, le 10 décembre 2017 à Doha / © AFP / STRINGER

Le Qatar paiera huit milliards de dollars (6,8 milliards d’euros) pour l’achat de 24 avions de chasse Typhoon britanniques, a-t-il indiqué dimanche lors de la signature finale de ce contrat à Doha par les ministres de la Défense des deux pays.

Le Qatar, qui est actuellement isolé par l’Arabie saoudite et ses alliés, avait annoncé en septembre un accord avec la Grande-Bretagne pour l’achat de ces 24 avions de chasse, un des plus gros contrats de défense signé par l’émirat depuis le début de la crise du Golfe le 5 juin. Il n’avait jusqu’alors pas précisé le montant de la transaction.

Selon le ministre de la Défense britannique, Gavin Williamson, il s’agit de la plus grosse commande d’avions de chasse Typhoon depuis une décennie.

« Ces formidables avions vont renforcer les moyens militaires du Qatar pour faire face aux défis que nous partageons au Moyen-Orient », a-t-il déclaré lors de la signature avec son homologue qatari Khalid ben Mohamed al-Atiya.

Les deux ministres ont également signé un accord sur la mise en place d’un escadron aérien conjoint pour garantir la sécurité lors de la Coupe du monde 2022 de football organisée dans l’émirat gazier, selon un communiqué de l’armée qatarie.

L’émirat a par ailleurs exprimé son intention d’acheter d’autres équipements militaires auprès de la Grande-Bretagne, des contrats bienvenus pour ce pays négociant actuellement une sortie de l’Union européenne avec une facture estimée à des dizaines de milliards d’euros.

Le 7 décembre, Doha avait signé un contrat pour l’achat de 12 avions de chasse Rafale français lors d’une visite du président Emmanuel Macron.

Le 5 juin, l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l’Egypte ont coupé toutes leurs relations diplomatiques ainsi que leurs liaisons aériennes avec le Qatar en l’accusant de soutenir des mouvements extrémistes et de se rapprocher de l’Iran, grand rival régional de Ryad. Doha nie soutenir des mouvements extrémistes.

Romandie.com avec(©AFP / 10 décembre 2017 21h44)                

Publicités

Le Nobel de la paix aux antinucléaires à Oslo

décembre 10, 2017

Beatrice Fihn, directrice de la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN), le 10 décembre 2017 à Oslo / © AFP / Odd ANDERSEN

La destruction de l’Humanité ne tient « qu’à un coup de sang », se sont alarmés dimanche les militants antinucléaires en recevant à Oslo le prix de la paix, avant que les autres Nobel ne soient remis à Stockholm.

« Sera-ce la fin des armes nucléaires ou notre fin à nous? », a lancé Beatrice Fihn, la directrice de la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN), lors d’une cérémonie à Oslo.

ICAN a reçu le Nobel en présence de survivants des bombardements de Hiroshima et Nagasaki qui avaient fait environ 220.000 morts il y a 72 ans, alors même que la planète est aujourd’hui confrontée à un nouveau péril nucléaire.

La Corée du Nord a ces derniers mois multiplié les tirs de missiles et les essais nucléaires, tout en échangeant des menaces belliqueuses avec Donald Trump, lequel a ordonné des manœuvres militaires dans la région.

« La manière rationnelle de procéder est de cesser de vivre dans des conditions où notre destruction mutuelle ne tient qu’à un coup de sang », a souligné Mme Fihn, en appelant à débarrasser la planète des armes atomiques.

« Leur existence incite les autres à se joindre à la course nucléaire. Elles ne nous protègent pas, elles poussent au conflit », a-t-elle affirmé.

Coalition regroupant près de 500 ONG dans une centaine de pays, ICAN a œuvré en faveur d’un traité d’interdiction de l’arme atomique, adopté en juillet par 122 États. Historique, ce texte est affaibli par l’absence des neuf puissances nucléaires parmi les signataires.

« Le message principal d’ICAN est que le monde ne peut jamais être sûr aussi longtemps que nous avons des armes nucléaires », a souligné la présidente du comité Nobel, Berit Reiss-Andersen, dans son discours de remise du Nobel.

« Ce message résonne auprès de millions de personnes qui ont le sentiment que la menace d’une guerre nucléaire est la plus élevée depuis longtemps, surtout à cause de la situation en Corée du Nord », a-t-elle ajouté.

– « Enfer sur Terre » –

Dans un signe de défiance apparent, les puissances nucléaires occidentales (États-Unis, France, Grande-Bretagne) ont, contrairement à l’usage, décidé de ne pas envoyer leur ambassadeur à la cérémonie mais des diplomates de second rang.

Pour elles, l’arme atomique est un outil dissuasif qui permet d’éviter les conflits et dont il n’est pas question de se défaire tant que d’autres pays cherchent à s’en doter.

Mais Mme Reiss-Andersen a fait valoir les risques liés à d’éventuels « dirigeants irresponsables », à « des erreurs techniques ou humaines », à des sabotages « par des hackers au nom d’États hostiles, de terroristes ou d’extrémistes ».

« Les armes nucléaires sont si dangereuses que la seule mesure responsable est d’œuvrer à leur démantèlement et leur destruction », a-t-elle dit.

Rescapée d’Hiroshima, Setsuko Thurlow, a reçu le Nobel au nom d’ICAN conjointement avec Mme Fihn.

Devant le roi de Norvège et la Première ministre Erna Solberg, elle a relaté les horreurs glaçantes qu’elle a vues après le premier bombardement atomique de l’Histoire le 6 août 1945 alors qu’elle n’avait que 13 ans.

Elle a raconté les morts omniprésents, les faibles appels à l’aide des mourants, les survivants formant « une procession de fantômes », les membres en lambeaux, les yeux énucléés ou encore les intestins sortant des estomacs béants.

« C’était l’enfer sur Terre », a confié cette femme de 85 ans lors d’un entretien avec l’AFP.

Bien que la quantité d’ogives nucléaires sur la planète ait fondu depuis la fin de la Guerre froide, leur nombre reste estimé à 15.000 et de plus en plus de pays en détiennent.

« Neuf nations menacent encore d’incinérer des villes entières, de détruire la vie sur Terre, de rendre notre beau monde inhabitable pour les futures générations », a déploré Mme Thurlow.

« Les armes nucléaires ne sont pas un mal nécessaire, elles sont le mal ultime », a-t-elle lancé.

Les autres prix Nobel (littérature, physique, chimie, médecine et économie) ont été remis à Stockholm sous les ors de la Konserthuset où la Fondation Nobel organise chaque année une cérémonie somptueuse.

Les 11 lauréats présents ont reçu des mains du roi Carl XVI Gustaf de Suède une médaille en or, un diplôme et un chèque de 9 millions de couronnes suédoises (environ 905.000 euros).

Romandie.com avec(©AFP / 10 décembre 2017 18h37)   

Le Japon prévoit d’acheter des missiles de longue portée face aux menaces de Pyongyang

décembre 8, 2017

North Korea has threatened to sink Japan into the sea and has fired missiles over the country / © AFP / KAZUHIRO NOGI

Le Japon prévoit d’acquérir des missiles offensifs air-sol pour contrer la menace militaire nord-coréenne, a déclaré vendredi son ministre de la Défense, un projet qui devrait soulever des questions sur sa politique pacifiste.

Itsunori Onodera a précisé que son ministère comptait demander un budget spécial pour l’année budgétaire commençant en avril 2018 afin d’acheter des missiles de longue portée qui seraient déployés sur les avions de chasse.

Selon les médias japonais, le ministère voudrait acquérir auprès de sociétés américaines des missiles de croisière JASSM et LRASM d’une portée de 900 kilomètres.

Il prévoit également de se procurer des missiles Joint Strike d’une portée de 500 km auprès du groupe norvégien Kongsberg Defence and Aerospace, indiquent des informations de presse.

Ces projets devraient susciter la controverse, Tokyo ayant maintenu depuis la guerre une politique défensive, conformément à sa Constitution pacifiste, qui lui interdit l’usage de la force comme moyen de résoudre les différends internationaux.

Ces missiles sont destinés « à nous permettre de faire face à l’adversaire depuis un lieu situé au-delà de la portée des menaces », a déclaré le ministre à la presse.

La politique militaire du Japon se limite à l’autodéfense et le pays dépend des Etats-Unis pour sa protection, dans le cadre d’une alliance nippo-américaine de sécurité.

Les essais de missiles de la Corée du Nord représentent une « menace imminente » pour le Japon, avaient estimé lundi les sénateurs japonais, tandis que le Premier ministre nippon, Shinzo Abe, a déclaré que discuter avec Pyongyang n’avait « pas de sens ».

La chambre haute du Parlement nippon a adopté lundi à l’unanimité une résolution de protestation contre le dernier essai en date de missile intercontinental nord-coréen, le 29 novembre, qui s’est abîmé en mer du Japon.

L’appel de Washington la semaine dernière à couper toutes les relations commerciales et diplomatiques avec la Corée du Nord a été rejeté par Moscou et Pékin, partisans de négociations avec Pyongyang.

Romandie.com avec(©AFP / 08 décembre 2017 08h56)                

Facebook lance une version de Messenger pour enfants aux États-Unis

décembre 4, 2017

Logo Facebook le 20 novembre 2017 / © AFP/Archives / LOIC VENANCE

Facebook lance lundi aux Etats-Unis une version destinée aux enfants de sa messagerie instantanée Messenger, a annoncé le réseau social américain.

Messenger Kids est une application « de discussion vidéo et de messages conçue pour que les enfants puissent contacter famille et amis validés par leurs parents », qui « contrôlent entièrement la liste de contacts », explique le groupe dans un communiqué.

Dans cette version, « il n’y a pas de publicités, pas d’achats intégrés », précise Facebook, qui accompagne ce lancement d’un luxe de précautions quant à la sécurité des enfants et à la protection de leur vie privée.

« Nous voulons être sûrs que les usages de la technologie par nos enfants sont positifs, sûrs et adaptés à leur âge », affirme le groupe basé en Californie (ouest), qui prend soin de préciser que l’application est conforme à la réglementation sur la protection des enfants sur internet.

Messenger Kids n’est disponible pour l’instant que sur les appareils de la marque Apple et seulement aux Etats-Unis, dit encore Facebook, qui précise qu’elle sera ensuite proposée via les boutiques en ligne d’applications d’Amazon et de Google.

Concrètement, une fois l’application téléchargée, les parents créent un compte Messenger Kids pour leur enfant via leur propre compte Facebook, puis autorisent ou non les contacts à figurer dans la liste de leur enfant.

La version classique de Messenger revendique plus d’un milliard d’utilisateurs.

Les entreprises marchent sur des œufs quand il s’agit de proposer des produits technologiques à destination des plus jeunes, les autorités et les associations de protection de l’enfance étant aux aguets sur ce sujet.

Début octobre, le fabricant de jouets Mattel a notamment renoncé à commercialiser une enceinte connectée destinée aux enfants à la suite d’une fronde d’associations et de parlementaires américains.

Mi-octobre, un groupe d’associations américaines avaient pointé du doigt les montres connectées pour enfants, affirmant qu’elles pouvaient rendre ces derniers vulnérables à des pirates informatiques ou des criminels.

En Allemagne, c’est la poupée connectée « Mon amie Cayla » qui avait été interdite à la vente en février. Les autorités avaient estimé que ce jouet pouvait espionner les enfants.

Romandie.com avec(©AFP / 04 décembre 2017 14h08)                

Corée du Nord: Pyongyang tire un missile intercontinental, nouveau défi pour Trump

novembre 29, 2017

Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche à Washington, le 28 novembre 2017 / © AFP / JIM WATSON

La Corée du Nord a tiré mercredi un missile balistique intercontinental susceptible de mettre à sa portée la totalité du continent américain, nouveau défi au président américain Donald Trump qui fait monter d’un cran la menace de frappe nucléaire.

Ce tir de missile balistique intercontinental (ICBM) brise net la pause des tests observée depuis plus de deux mois par le Nord et a provoqué la consternation au Japon et en Corée du Sud.

D’après une estimation initiale du Pentagone, le missile a parcouru un millier de kilomètres avant de s’abîmer dans la Zone d’exclusion maritime du Japon.

Un spécialiste a jugé que cette trajectoire en cloche suggérait que l’engin avait en fait une portée de 13.000 kilomètres, soit la portée la plus longue pour un missile testé par la Corée du Nord qui mettrait chacune des villes principales des Etats-Unis à sa portée.

La Corée du Nord a déclaré qu’elle ferait une « annonce importante » à 03H30 GMT, sans autre précision, selon l’agence sud-coréenne Yonhap.

Ce tir a tout d’un bras d’honneur au président républicain, de retour d’une longue tournée en Asie qui avait pour objectif, selon ses termes, d' »unir le monde contre la menace posée par le régime nord-coréen ».

M. Trump, qui a récemment annoncé de nouvelles sanctions contre Pyongyang et a remis la Corée du Nord sur sa liste des Etats qui soutiennent le terrorisme, s’est montré mesuré dans sa réponse initiale, tandis que le Conseil de sécurité de l’ONU acceptait de se réunir en urgence.

« On va s’en occuper », a déclaré simplement le président américain.

Le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson, a souligné que les « options diplomatiques » pour résoudre la crise restaient « sur la table, pour l’instant ».

Mais les voisins immédiats de la Corée du Nord ont fait preuve de moins de retenue, le Premier ministre japonais Shinzo Abe évoquant un « acte violent » qui « ne peut pas être toléré », et le président sud-coréen Moon Jae-In condamnant l’attitude « irresponsable » de Pyongyang.

Ce tir, le premier depuis le 15 septembre, qui anéantit les espoirs que la Corée du Nord ait observé une pause, dans l’objectif d’ouvrir la porte à une solution négociée à la crise posée par ses programmes nucléaire et balistique.

– ‘Portée significativement plus longue’ –

Pour le ministre américain de la Défense, Jim Mattis, ce nouveau tir constitue une avancée dans la capacité du Nord à construire des missiles qui représentent « une menace partout dans le monde ».

Le président américain a soutenu que son administration ne dévierait pas de sa ligne des « pressions maximum », destinées à limiter les ambitions nucléaires de Pyongyang grâce au durcissement des sanctions parallèlement à des menaces de représailles massives en cas d’attaque.

Il s’agit du troisième tir réussi d’ICBM. David Wright, expert en contrôle des armements, a souligné que les paramètres de vol semblaient indiquer que le missile avait une portée « significativement plus longue » que les précédents engins lancés par le Nord.

« Un tel missile aurait un rayon d’action suffisant pour atteindre Washington D.C. (la capitale fédérale américaine) et en fait n’importe quelle partie des Etats-Unis continentaux », a-t-il estimé sur le blog de son organisation, l’Union of Concerned Scientists.

Pyongyang doit encore démontrer qu’elle maîtrise la technologie de rentrée des ogives dans l’atmosphère depuis l’espace mais les spécialistes estiment que le Nord est sur le point de développer une capacité de frappe intercontinentale opérationnelle.

« On peut ne pas aimer ça, mais il va falloir qu’on apprenne à vivre avec la capacité nord-coréenne à cibler les Etats-Unis avec des armes nucléaires », a déclaré Jeffrey Lewis, spécialiste à l’Institut Middlebury des études stratégiques.

Les efforts diplomatiques engagés par Washington, notamment par l’intermédiaire de la Chine, pour tenter de mettre fin aux activités balistique et nucléaire de Pyongyang semblent n’avoir aucune prise sur les décisions du leader nord-coréen Kim Jong-Un.

Washington a notamment demandé à la Chine, principal soutien diplomatique et économique de la Corée du Nord, de lâcher définitivement son voisin. Donald Trump s’est montré confiant à cet égard après sa récente tournée de 12 jours en Asie et sa visite à Pékin.

Mais la plupart des experts estiment que le régime ne renoncera jamais à l’arme atomique, qu’il considère comme son assurance-vie.

Le 3 septembre, la Corée du Nord a effectué son sixième essai nucléaire, le plus puissant à ce jour, qui impliquait selon Pyongyang une bombe H suffisamment petite pour être chargée sur un missile.

Le 15 septembre, moins d’une semaine après l’adoption par l’ONU d’une huitième série de sanctions, Pyongyang tirait un missile balistique au-dessus du Japon, sur une distance de 3.700 kilomètres, selon Séoul.

Romandie.com avec(©AFP / 29 novembre 2017 05h02)                

Une attaque informatique « avancée » cible l’Arabie saoudite

novembre 20, 2017

Ryad – L’Arabie saoudite fait l’objet d’une attaque informatique « avancée » visant à infiltrer des ordinateurs par la technique du hameçonnage (phishing), a annoncé le Centre national de cybersécurité saoudien (NCSC).

« Le NCSC a détecté une nouvelle menace persistante avancée (APT) qui cible l’Arabie saoudite », affirme dans un communiqué l’agence, qui ne précise pas la source de l’attaque ni les entités visées.

L’attaque est liée à l’utilisation du logiciel Powershell.

L’Arabie saoudite est la cible fréquente d’attaques informatiques.

Apparu en 2012, le virus Shamoon avait visé l’Arabie saoudite et plus spécifiquement le secteur de l’énergie, vital pour le pays. Une nouvelle campagne avait visé fin 2016 les secteurs public et financier saoudiens. Des responsables du renseignement américain ont alors dit soupçonner un lien avec l’Iran.

Romandie.com avec(©AFP / 20 novembre 2017 23h53)

Sous-marin argentin disparu: des bruits détectés par des navires de recherche

novembre 20, 2017

Photo prise en 2014 et fournie par la marine argentine le 18 novembre 2017 du sous-marin San Juan dans le port de Buenos Aires / © Marine argentine/AFP/Archives /

Des bruits sous-marins ont été détectés lundi par le sonar de deux navires participant aux recherches du sous-marin militaire argentin San Juan, disparu depuis mercredi avec 44 membres d’équipage à bord, selon le porte-parole de la marine argentine.

Les empreintes sonores, dont l’analyse devrait prendre quelques heures, « ont été enregistrées à 360 km (des côtes argentines) où la profondeur moyenne est de 200 mètres. Cela coïncide avec le chemin que devait prendre le sous-marin pour retourner à sa base », a déclaré le capitaine Enrique Balbi lors d’une conférence de presse à Buenos Aires.

Romandie.com avec(©AFP / 20 novembre 2017 21h29)

Des appels émis depuis le sous-marin argentin (ministère)

novembre 18, 2017

Buenos Aires – Des appels par téléphone satellite attribués par la marine au sous-marin disparu depuis mercredi ont été reçus par des bases navales d’Argentine, a annoncé samedi le ministère argentin de la Défense.

Le contact n’a pas pu être établi, dit le communiqué de presse, et « on travaille pour localiser précisément l’émetteur ».

L’existence de ces appels « indiquerait que l’équipage essaie de rétablir le contact », précise le ministère.

Les recherches ont jusqu’ici été compliquées par la faible visibilité, due au mauvais temps dans la zone où le sous-marin a été localisé pour la dernière fois mercredi, à 430 kilomètres des côtes de la Patagonie et de la péninsule de Valdés.

« Les appels, d’une durée de 4 à 36 secondes, ont été reçus entre 10h52 et 15h42 (13h52 et 15h52 GMT) dans diverses bases de la marine, mais la communication n’a pas pu être établie », a indiqué le ministère.

La marine essaie désormais de « déterminer précisément d’où ont été émis les appels, devant la présomption qu’il pourrait s’agir du sous-marin qui a à son bord 44 membres d’équipage », a ajouté le ministère.

Romandie.com avec(©AFP / 19 novembre 2017 01h52)

Le Maroc lance son premier satellite d’observation depuis la Guyane

novembre 7, 2017
Le premier satellite marocain est le résultat d’un contrat signé en 2013 entre le Maroc et la France dans le plus grand secret. © YouTube/You-News TV

Le satellite Mohammed VI-A sera mis en orbite ce soir et pourra être suivi en live sur Internet. Un deuxième est annoncé pour 2018.

Ce mercredi 8 novembre, le satellite marocain de télédétection Mohammed VI-A quittera le Centre spatial de Kourou, en Guyane française, accroché à une fusée italienne, Vega. C’est l’opérateur français, Arianespace, qui coordonne les opérations. Et l’envol sera visible sur les écrans au Maroc à 1h42 GMT.

Mohammed VI-A, qui pèse plus d’une tonne, sera placé en orbite à environ 700 kilomètres de la terre. Il sera rejoint en 2018 par un deuxième satellite. Il a en effet vocation à fonctionner en binôme, pour former le système dit « Pléiades », qui peut avoir un usage civil ou militaire. Pléiades, projet conjoint d’Airbus Defence & Space et Thales Alenia Space, peut fournir environ 1 000 photos par jour aux équipes du Centre royal de télédétection spatiale (CRTS) et du Centre royal d’études et de recherches spatiales (CRERS), via une antenne qui serait installée non loin de Rabat.

Usages multiples

Ces deux satellites d’observation ont été construits en France à la suite d’un contrat conclu en 2013 entre Rabat et Paris, d’une valeur de 500 millions d’euros. Leurs usages sont multiples et leur précision permet notamment une utilisation militaire. Grâce à ces nouveaux satellites « espions », le Maroc pourra mieux observer son territoire, notamment ses frontières et lutter contre l’immigration clandestine et la contrebande. Cet technologie lui permettra aussi de suivre l’activité des groupes jihadistes dans le Sahel et celle des pirates du Golfe de Guinée.

Twitter a pris « des mesures » après la désactivation du compte de Trump

novembre 3, 2017

San Francisco – Le réseau social Twitter a annoncé vendredi « avoir mis en place des mesures de protection » après que l’un de ses employés a brièvement désactivé jeudi le compte du président américain Donald Trump, très actif sur le réseau.

Ces mesures de prévention doivent « éviter que cela ne se reproduise. Nous ne pourrons pas rendre publics tous les détails de notre enquête interne ou les mises à jour de nos mesures de sécurité mais nous prenons cela sérieusement et nos équipes sont à pied d’oeuvre », indique le groupe sur son compte @Twitter Government.

Vers 19H00 (23H00 GMT) jeudi, les visiteurs du compte @realDonaldTrump ont été accueillis par le message: « Désolé, cette page n’existe pas ». La coupure a duré 11 minutes, selon Twitter.

Dans un premier temps, le réseau social a indiqué sur son propre service que ce compte avait été « désactivé par inadvertance à cause d’une erreur humaine commise par un employé de Twitter ». Avant de rectifier plus tard: cette manoeuvre a été effectuée à dessein par un employé –non identifié– pour son dernier jour de travail.

Le président n’a pas réagi à cette coupure intempestive pendant presque douze heures, tweetant néanmoins sur d’autres sujets dans l’intervalle, avant de tweeter vendredi matin : « Mon compte Twitter a été désactivé pendant 11 minutes par un employé voyou. Je pense que les nouvelles sont enfin en train de se répandre et d’avoir un impact ».

Cette anecdote a enflammé le réseau social, certains qualifiant l’employé de « héros », tandis que d’autres s’inquiétaient.

Le compte personnel @realDonalTrump est le moyen de communication de prédilection du président américain et affiche plus de 41,7 millions d’abonnés. Son compte officiel, @Potus qui a 20,9 millions d’abonnés, est peu utilisé.

Romandie.com avec(©AFP / 03 novembre 2017 19h40)