Archive for the ‘Terrorisme’ Category

La Réunion (France): deux policiers blessés par un islamiste présumé

avril 27, 2017

Saint-Denis de la Réunion – Deux policiers ont été légèrement blessés jeudi matin à La Réunion par un homme « soupçonné de radicalisation » islamiste, qui leur a tiré dessus lors de son interpellation, a annoncé la préfecture de cette île française de l’océan indien.

« L’homme a refusé de se rendre et a tiré au fusil sur les forces de l’ordre », a précisé la préfecture, ajoutant que les policiers avaient « riposté » et « maîtrisé l’assaillant », un homme d’une vingtaine d’années qui « se serait converti assez récemment à l’islam ».

Les jours des policiers et de l’assaillant ne sont pas en danger. Les policiers agissaient dans le cadre d’une procédure pour apologie du terrorisme.

La section antiterroriste du parquet de Paris a été saisie.

L’agresseur vivait avec sa mère, elle aussi placée en garde à vue.

« De nombreuses armes et divers éléments permettant la confection de cocktails Molotov ont été saisis », ont affirmé dans un communiqué commun les ministres de l’Intérieur Matthias Fekl et des Outre-mer Erika Bareigts.

L’agresseur est « quelqu’un de très discret, qui ne fréquentait pas grand monde et qui n’a jamais fait d’histoire », témoigne une voisine. « On a bien vu qu’il s’était laissé pousser la barbe depuis quelque temps, mais on n’y a pas prêté attention plus que ça », dit un jeune homme.

Une filière jihadiste, la première dans un territoire français d’outre-mer, avait été démantelée à La Réunion en juin 2015. La filière était dirigée un prédicateur salafiste présumé de 21 ans surnommé « l’Égyptien ». Il a été interpellé en juin 2015 et transféré à Paris, où il a été inculpé et incarcéré.

Selon les chiffres de la préfecture de La Réunion, une centaine de personnes sont soupçonnées de radicalisation dans l’île.

« Cet acte délibéré montre que les policiers sont en danger sur l’ensemble du territoire national et non sur seulement quelques zones comme voudraient le faire croire certains magistrats », a réagi dans un communiqué un syndicat de police.

Un hommage national a été rendu mardi au policier tué la semaine dernière dans un attentat jihadiste sur la célèbre avenue des Champs-Elysées, à Paris, revendiqué par le groupe Etat islamique.

La France est frappée par une vague d’attentats islamistes qui a fait 239 morts depuis 2015.

Romandie.com avec(©AFP / 27 avril 2017 13h14)

Russie/Attentat de Saint-Pétersbourg: le bilan monte à 15 morts

avril 21, 2017

Une femme blessée le 3 avril dans l’attentat du métro de Saint-Pétersbourg est décédée aujourd’hui à l’hôpital, portant le bilan de cette attaque à 15 morts, selon les autorités locales. « Une femme, âgée de 56 ans et qui était dans un état très grave, a succombé à ses blessures », a indiqué sur Twitter la vice-gouverneure de la deuxième ville de Russie, Anna Mitianina.

Vingt-trois personnes blessées dans l’attentat à la bombe restent dans les hôpitaux de l’ancienne capitale impériale, dont quatre sont dans un état grave, selon les médecins. L’auteur présumé de l’attaque du 3 avril, Akbarjon Djalilov, un jeune homme de 22 ans aux motivations floues, a également été tué dans l’attentat, qui n’a pas été revendiqué.

Djalilov avait la nationalité russe depuis ses 16 ans mais était né dans le sud du Kirghizstan, dans la région d’Och, connue pour avoir fourni d’importants contingents au groupe État islamique (EI) en Syrie et en Irak.

Un tribunal de Saint-Pétersbourg a annulé cette semaine la décision ayant permis à Djalilov, ainsi qu’à son père, d’acquérir la nationalité russe, a indiqué aujourd’hui le ministère russe de l’Intérieur dans un communiqué. Le ministère a expliqué avoir demandé une telle mesure au motif que les justificatifs présentés alors étaient mensongers.

Dans la soirée, le ministère a annoncé que la justice russe avait pris des décisions similaires pour les mêmes motifs à l’encontre d’Abror Azimov, considéré par les enquêteurs comme l’un des organisateurs présumés de l’attentat et arrêté cette semaine, et de son frère Akram Azimov, également placé en détention.

France: fusillade sur les Champs-Élysées, un policier tué, l’assaillant « abattu »

avril 20, 2017

Paris – Un policier a été tué et deux autres blessés jeudi soir lors d’une fusillade sur la célèbre avenue des Champs-Elysées à Paris, dont l’auteur a été abattu, a-t-on appris de sources concordantes, à trois jours du premier tour de l’élection présidentielle.

« Peu avant 21h00 (19h00 GMT), une voiture est arrivée à hauteur d’un car de police (..), un homme est sorti du véhicule, a ouvert le feu a priori à l’arme automatique sur le car de police, a tué un policier et ensuite a tente dé partir en courant en essayant de prendre pour cible d’autres policiers », a indiqué sur la chaîne BFM TV le porte-parole du ministère de l’Intérieur Pierre-Henry Brandet.

« Il a réussi à en blesser deux autres et il a été abattu par les forces de l’ordre », a-t-il ajouté, soulignant que ces policiers avaient « délibérément été pris pour cible ».

Cette prestigieuse artère très prisée des touristes, en plein coeur de Paris, a été bouclée et d’importantes forces de police ont été déployées dans le quartier. Un hélicoptère survolait la zone dans la soirée.

La préfecture de police a souligné que les circonstances de l’attaque n’étaient « pas déterminées ».

Cette fusillade survient à trois jours du premier tour de l’élection présidentielle, alors que la France a été confrontée depuis 2015 à une vague d’attentats jihadistes sans précédent ayant fait 238 morts.

Choukri Chouanine, gérant d’un restaurant rue de Ponthieu, dans une rue adjacente, a raconté à l’AFP avoir entendu une « fusillade brève » mais avec « beaucoup de tirs ». « On a dû cacher nos clients dans nos sous-sols », a-t-il ajouté.

Romandie.com avec(©AFP / 20 avril 2017 22h15)

Deux hommes soupçonnés de préparer des attentats en Russie abattus

avril 19, 2017

Moscou – Deux hommes originaires d’Asie centrale et soupçonnés de préparer des attentats en Russie ont été abattus à Vladimir, une ville touristique à 200 kilomètres à l’est de Moscou, ont annoncé mercredi les services spéciaux russes (FSB).

« Les agents du FSB ont éliminé, lors d’une tentative d’arrestation à laquelle ils ont résisté, deux ressortissants d’Asie centrale nés en 1987 et 1991 », a annoncé le FSB dans un communiqué transmis aux agences de presse russes.

Selon le FSB, les deux hommes étaient en contact avec des « recruteurs d’organisations terroristes internationales » et étaient prêts à perpétrer des attentats en Russie.

Le communiqué ajoute que des explosifs, des munitions, un fusil-mitrailleur AK-47 et un pistolet ont été retrouvés sur place. Une vidéo diffusée par le FSB montre les cadavres ensanglantés des deux hommes dans la chambre d’une maison, l’un tenant un AK-47.

Cette opération intervient deux semaines après un attentat meurtrier dans le métro de Saint-Pétersbourg (nord-ouest) le 3 avril, qui a fait 14 morts et dont l’auteur présumé est un homme originaire du Kirghizstan mort dans l’attaque.

Le FSB n’a toutefois pas précisé si cette opération était liée à l’attentat du 3 avril.

Le lieu de résidence de l’un des organisateurs présumés de l’attentat de Saint-Pétersbourg, Abror Azimov, était Vladimir selon les médias russes. Arrêté lundi dans la banlieue de Moscou, Abror Azimov a reconnu avoir contribué à l’attentat mais nie être le cerveau derrière cette attaque.

De telles opérations des services de sécurité russes sont fréquentes dans l’instable Caucase russe, où elles visent des groupes islamistes, mais sont bien plus rares dans les régions européennes de la Russie.

En octobre, deux personnes transportant des explosifs avaient toutefois été tués par les services de sécurité russes à Nijni Novgorod (Volga) après avoir ouvert le feu lors d’un contrôle routier. L’organisation Etat islamique (EI) avait plus tard revendiqué l’appartenance à son groupe de l’un des morts.

Romandie.com avec(©AFP / 19 avril 2017 13h55)

Attentat déjoué en France: trois kilos d’explosifs, des armes, un drapeau de l’EI retrouvés (procureur)

avril 18, 2017

Paris – Les deux hommes arrêtés mardi à Marseille (sud de la France) et soupçonnés de préparer un attentat « imminent » étaient en possession de trois kilos d’explosifs, d’armes à feu et d’un drapeau de l’organisation jihadiste Etat islamique, a déclaré le procureur de Paris.

Les deux suspects, de nationalité française, Clément B., 23 ans, et Mahiedine M., 29 ans, « deux individus aussi méfiants que déterminés », se préparaient à procéder à « une action violente, de manière imminente sur le territoire français, sans qu’on puisse déterminer avec précision le jour, la ou les cibles visé(es) », a ajouté le procureur François Molins au cours d’une conférence de presse.

Les responsables de la sécurité de plusieurs candidats à la présidentielle avaient cependant été prévenus la semaine dernière de la dangerosité des deux hommes, dont des photos avaient été distribuées.

Le premier tour de l’élection se déroule dimanche.

Les policiers ont saisi dans l’appartement occupé par les deux hommes à Marseille trois kilos de TATP, un explosif artisanal prisé des jihadistes, une grenade artisanale, plusieurs armes à feu dont un pistolet-mitrailleur, des sacs de munitions et un drapeau de l’Etat islamique, a notamment expliqué le procureur.

La France a été frappée depuis 2015 par une série d’attentats jihadistes qui ont au total fait 238 morts. Une vingtaine de tentatives d’attentats ont été déjouées depuis début 2016, selon le gouvernement.

Romandie.com avec(©AFP / 18 avril 2017 20h23)

L’Égypte dit avoir identifié le kamikaze de l’attentat contre l’église de Tanta

avril 13, 2017

Le Caire – Le ministère égyptien de l’Intérieur a annoncé jeudi avoir identifié le kamikaze ayant perpétré dimanche un attentat meurtrier contre l’église Mar Girgis à Tanta, dans le nord du pays.

La veille, il avait annoncé l’identification du kamikaze ayant perpétré le même jour une attaque contre une église d’Alexandrie. Les deux attentats, menés le jour de la fête des Rameaux, ont fait 45 morts et ont été revendiqués par le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

Le ministère a indiqué dans un communiqué que le kamikaze avait été identifié comme « Mamdouh Amin Mohamed Baghdadi, né en 1977 à Qena en Haute Egypte, gouvernorat où il résidait ».

Selon le texte, il était « cadre » d’une cellule terroriste.

Le ministère a également annoncé l’arrestation de trois membres de cette cellule.

Le ministère a également annoncé augmenter la récompense offerte à quiconque offrira des informations permettant l’arrestation d’un membre de la cellule liée, selon lui, aux attaques de dimanche, passant de 100.000 livres égyptiennes (5.100 euros) à 500.000 livres (26.000 euros).

Mercredi, le ministère de l’Intérieur avait identifié l’auteur de l’attentat contre l’église d’Alexandrie comme Mahmoud Hasan Moubarak Abdallah, né à Qena en 1986.

La première attaque a visé dimanche l’église Mar Girgis à Tanta, tuant 28 personnes. La seconde a été perpétrée à l’entrée de l’église Saint-Marc à Alexandrie, coûtant la vie à 17 personnes.

En réaction, le président égyptien a décrété l’état d’urgence pour une durée de trois mois.

Dans ce climat tendu, l’Eglise copte a annoncé mercredi qu’elle allait limiter les célébrations de Pâques aux messes dans les églises.

Romandie.com avec(©AFP / 13 avril 2017 21h05)

Les attentats contre des lieux de culte chrétiens en Orient

avril 9, 2017

Des experts sur le site d’une explosion à la bombe qui a frappé les fidèles de l’église copte de Mar Girgis à Tanta, à 120 kilomètres au nord du Caire le 9 avril 2017 / © AFP / STRINGER

De nombreuses attaques ont visé ces dernières années des lieux de culte des chrétiens d’Orient, avant les attentats revendiqués par le groupe jihadiste Etat islamique (EI) contre deux églises, dimanche en Egypte.

– Egypte –

– Le 1er janvier 2011, un attentat fait 23 morts et 79 blessés, en grande majorité chrétiens, à la sortie d’une église copte après la messe du Nouvel An à Alexandrie, deuxième ville du pays. Les autorités attribuent l’attentat, non revendiqué, à un kamikaze guidé depuis l’étranger.

– Le 20 octobre 2013, une attaque visant l’église de la Vierge au Caire lors d’un mariage copte fait quatre morts. Cet attentat est le premier contre la communauté copte dans la capitale depuis la destitution le 3 juillet du président islamiste Mohamed Morsi par l’armée.

La minorité chrétienne subit alors les représailles d’islamistes radicaux qui lui reprochent d’avoir soutenu l’éviction de Morsi.

Des dizaines d’églises, de maisons et de commerces appartenant à des Coptes sont attaqués et incendiés, notamment dans le centre du pays, durant les semaines qui suivent la dispersion dans un bain de sang de deux importants rassemblements pro-Morsi au Caire en août.

– Le 11 décembre 2016, un attentat suicide contre l’église copte Saint-Pierre et Saint-Paul fait 29 morts. L’édifice est contigu à la cathédrale Saint-Marc, siège du pape de l’Eglise copte orthodoxe. L’attentat, qui a eu lieu en pleine célébration, est revendiqué par l’EI.

– Irak –

– Le 31 octobre 2010, une attaque contre l’église Notre-Dame du Salut, située dans le principal quartier commerçant de Bagdad, coûte la vie à 44 fidèles, en majorité des femmes et des enfants, et deux prêtres. L’attaque, revendiquée par un groupe d’Al-Qaïda, est la plus meurtrière contre les chrétiens depuis l’invasion américaine de 2003.

Elle choque la communauté internationale et déclenche une vague d’exode de chrétiens irakiens fuyant la violence dans leur pays.

– Le 25 décembre 2013, au moins 14 personnes sont tuées dans un attentat à la voiture piégée contre une église à Bagdad, à la sortie d’une messe de Noël.

– Syrie –

Depuis le début du conflit en 2011, de nombreuses églises ont été endommagées ou détruites dans le pays.

– Le 27 juin 2013, au moins quatre personnes sont tuées dans un attentat suicide qui frappe un quartier chrétien de la vieille ville de Damas. Ce quartier avait déjà été visé par un attentat en octobre 2012 qui avait fait au moins dix morts.

– En septembre 2013, l’opposition syrienne condamne l’attaque par des jihadistes de l’église de l’Annonciation à Raqa (nord), et sa transformation en une base militaire. Selon une ONG syrienne, les jihadistes ont incendié des statues et des croix dans deux églises du nord.

– Lors des combats pour la reprise totale d’Alep (nord), la cathédrale maronite est ravagée par les violences, et son toit s’effondre sous une pluie d’obus.

– A Palmyre, outre les ruines célèbres dévastées par l’EI, le groupe extrémiste a aussi transformé une église en centre de recrutement.

Romandie.com avec(©AFP / 09 avril 2017 16h47)

Norvège: un jeune Russe arrêté après la découverte d’un engin explosif

avril 9, 2017

 

Un policier en faction après le bouclage d’un périmètre de sécurité à Oslo le 8 avril 2017 / © NTB Scanpix/AFP / Fredrik Varfjell

Les services de sécurité norvégiens ont relevé dimanche le niveau de menaces dans le pays après l’arrestation d’un Russe de 17 ans soupçonné d’avoir déposé un engin explosif artisanal dans un quartier central d’Oslo.

Le service de renseignement intérieur (PST) dit désormais juger une attaque « probable » plutôt que « possible » en raison notamment d’un risque de contagion après l’attentat de Stockholm vendredi et ceux perpétrés auparavant en France, Allemagne, Grande-Bretagne et Russie. L’évaluation vaut pour une période de deux mois.

« Il n’est pas clair que le jeune homme de 17 ans ait eu l’intention de commettre une attaque terroriste », a annoncé la cheffe du PST, Benedicte Bjørnland, lors d’une conférence de presse.

Son avocate, Aase Karine Sigmond, a affirmé qu’il rejetait les accusations ainsi que les allégations de certains médias selon lesquels il avait des sympathies pour le groupe État islamique (EI). « Il s’agit d’un mauvais coup de gamin », a-t-elle dit à la radiotélévision publique NRK.

Les services de sécurité cherchent à déterminer s’il a agi seul.

L’épisode s’est produit après un attentat au camion bélier à Stockholm qui a fait quatre morts et 15 blessés vendredi.

Le principal suspect dans cette affaire est, selon la police suédoise, un Ouzbek de 39 ans qui avait montré un intérêt pour les groupes jihadistes comme l’EI et qui s’était vu refuser un permis de séjour en Suède.

La police avait auparavant annoncé avoir neutralisé dans la nuit de samedi à dimanche un engin suspect « ressemblant à une bombe » dans une rue de Grønland, quartier multi-ethnique très proche du centre-ville d’Oslo. L’opération, qui s’était traduite par une très forte détonation, avait provoqué le bouclage du quartier et l’évacuation de bars et restaurants.

La police avait précisé avoir procédé à une arrestation sans fournir plus de détails.

L’engin s’est avéré être un « explosif improvisé primitif » avec un potentiel de destruction « limité », a précisé une autre responsable du PST, Signe Aalling.

Le suspect était arrivé en Norvège en 2010 avec sa famille qui avait demandé l’asile. Il était déjà connu des services de renseignement norvégiens. « Il a été un motif de préoccupation avant, sans que l’on veuille commenter dans quel milieu il gravitait », a ajouté Mme Bjørnland.

La Norvège garde le souvenir des attaques perpétrées le 22 juillet 2011 par l’extrémiste de droite Anders Behring Breivik qui avait tué 77 personnes en faisant exploser une bombe près du siège du gouvernement à Oslo puis en ouvrant le feu sur un camp d’été de la Jeunesse travailliste sur l’île d’Utøya.

Romandie.com avec(©AFP / 09 avril 2017 18h33)

Somalie: au moins cinq morts dans un attentat visant le chef de l’armée

avril 9, 2017

Des soldats somaliens gardent l’entrée d’une rue à Mogadiscio le 11 avril 2016 / © AFP/Archives / MOHAMED ABDIWAHAB

Au moins quatre civils et un soldat ont été tués par l’explosion d’une voiture piégée qui visait le convoi du nouveau chef de l’armée somalienne, dimanche à Mogadiscio, a constaté un journaliste de l’AFP.

L’attaque a été revendiquée par les islamistes radicaux shebab qui ont indiqué que le chef de l’armée Mohamed Jama Irfid, nommé à son poste jeudi par le président somalien, avait échappé à l’attentat, une information confirmée à l’AFP par une source sécuritaire.

Romandie.com avec(©AFP / 09 avril 2017 14h28)

Attentat de Stockholm: le suspect est un Ouzbek de 39 ans

avril 8, 2017

 

Une policière marche sur le site d’un attentat dans le centre de Stockholm le 8 avril 2017 / © AFP / Jonathan NACKSTRAND

Le suspect de l’attentat au camion-bélier qui a fait quatre morts vendredi à Stockholm est un Ouzbek de 39 ans connu des services de renseignement, ont annoncé les autorités suédoises samedi.

« C’est un homme de 39 ans d’Ouzbékistan », a déclaré lors d’une conférence de presse le responsable de la police suédoise, Dan Eliasson, au sujet d’un homme arrêté et placé en garde à vue après l’attaque. L’individu était connu des services de renseignement, a précisé un responsable de ces derniers, Anders Thornberg.

Romandie.com avec(©AFP / 08 avril 2017 14h09)