Archive for the ‘Transport’ Category

Les voyageurs devront présenter un test de dépistage négatif pour entrer au Canada

décembre 30, 2020

Le Canada obligera les voyageurs à passer un test de dépistage de la COVID-19 trois jours ou moins avant d’entrer ou de revenir au pays.

Les voyageurs de retour au Canada doivent effectuer une quarantaine de 14 jours.

© Ivanoh Demers/Radio-Canada Les voyageurs de retour au Canada doivent effectuer une quarantaine de 14 jours.

C’est ce qu’a annoncé le ministre des Affaires intergouvernementales, Dominic Leblanc, en conférence de presse mercredi midi.

Ce test devra être négatif pour que ces voyageurs puissent prendre leur vol ou passer la frontière, dans le cas où ils arriveraient au pays par la route ou par la mer.

Cette nouvelle mesure sera implantée rapidement, a mentionné le ministre, sans donner d’échéancier.

Mardi, le ministre de la Santé québécois Christian Dubé avait déclaré que Québec voulait que la mesure soit en vigueur cette semaine alors qu’Ottawa misait plutôt sur la semaine prochaine.

«Les règles ne nous protègent que si nous les suivons tous», a souligné M. Leblanc avant d’ajouter qu’un contrôle accru serait effectué aux frontières.

Avec CBC/Radio-Canada 

Plusieurs Canadiens se retrouvent bloqués au Royaume-Uni, avec la variante du virus

décembre 22, 2020

MONTRÉAL — Mark Sultana a accueilli comme «une bombe» la décision d’Ottawa, dimanche, de suspendre la plupart des vols en provenance du Royaume-Uni, où une variante du virus de la COVID-19 a été découverte.

© Fournis par La Presse Canadienne

L’entrepreneur canadien de 52 ans, qui vit la plupart du temps à Londres depuis près de vingt ans, indique que l’annonce de dimanche soir a particulièrement étonné les Canadiens qui prévoyaient rendre visite à leur famille et leurs amis pendant les vacances des Fêtes.

«Nous ne pouvons aller nulle part — aucun d’entre nous», a déclaré en entrevue lundi celui qui est aussi administrateur du groupe «Canadiens à Londres» sur Facebook. «Nous sommes tous confinés sur cette île — et beaucoup de Canadiens sont touchés.» 

Originaire de la région de Toronto, M. Sultana soutient que plusieurs membres du groupe Facebook, qui compte 6800 abonnés, ont signalé que leur vol avait été annulé. «Ils étaient prêts à se mettre en quarantaine et à faire ce qu’il fallait pour rentrer chez eux, mais là, ils sont complètement bloqués.»

À la suite d’autres pays, le Canada a annoncé dimanche soir la suspension pendant trois jours — pour l’instant du moins — des vols de passagers en provenance du Royaume-Uni, afin d’empêcher l’importation d’une variante du virus SRAS-CoV-2 découverte par les responsables britanniques, qui pourrait être 70 % plus contagieuse que la première. 

Le premier ministre britannique, Boris Johnson, a aussi annoncé samedi que Londres et le sud-est de l’Angleterre seraient soumis à des restrictions plus strictes, de «niveau 4», en raison d’une augmentation des cas et des préoccupations concernant la variante du SRAS-CoV-2. 

Et le Brexit avec ça!

Mais ce n’est pas la première fois que Londres est «confinée», rappelle Julien Gagnon, originaire de Saint-Lambert, qui vit au Royaume-Uni depuis 10 ans, dont près de cinq dans la capitale. Le Québécois de 32 ans précise qu’après des semaines de semi-confinement à Londres, le plus grand impact des restrictions de «niveau 4» se fera sentir dans les prochains jours, alors que les rassemblements des Fêtes entre des personnes de ménages différents sont désormais interdits.

«Nous ne pouvons rien faire. Nous devons rester à l’intérieur. Nous ne pouvons pas voir d’amis, nous ne pouvons pas voir la famille, nous ne pouvons pas fêter Noël», déplore M. Gagnon, qui sait pertinemment, toutefois, que la situation sera identique au Québec. 

Le Torontois d’origine Bobby Demers, qui vit au Royaume-Uni depuis 1988, a indiqué que beaucoup de gens ont envahi les magasins à Londres lundi, craignant notamment une pénurie de produits frais à cause de la fermeture des frontières. «Je suis allé au supermarché local ce matin (…) et la file de voitures débordait du stationnement du centre commercial», dit-il.

Pour ne rien arranger, le Royaume-Uni est à moins de deux semaines de la dernière étape de sa sortie de l’Union européenne, et le gouvernement britannique n’a pas encore conclu d’accord commercial avec le bloc de 27 pays membres.

«Ce qu’on vit, c’est presque comme un précurseur de ce qui va se passer dans deux semaines, lorsque les camions et les avions ne pourront plus faire des allers-retours très facilement entre l’Angleterre et l’Europe», laisse tomber M. Demers.

Administrateur d’un autre groupe Facebook, «Canadiens au Royaume-Uni», qui compte 5300 abonnés, M. Demers explique que dans cette période d’incertitude, les gens se regroupent et offrent des mots de soutien. «L’empathie que les Canadiens ont les uns pour les autres s’est vraiment manifestée», a-t-il déclaré. «Les gens ont cette vision de Londres comme (un endroit où) les gens ne se parlent pas, les gens évitent le contact visuel, mais quand les choses se compliquent et en cas d’urgence, les gens ici ont tendance à se rassembler.»

Avec Jillian Kestler-D’Amours, La Presse Canadienne

Canada-Québec: Le Port de Trois-Rivières se porte acquéreur de la collection de peintures Hommage au Saint-Laurent

novembre 20, 2020

Trois-Rivières – Le grand projet pictural Hommage au Saint-Laurent a connu une nouvelle étape dans son long développement cette semaine quand on a annoncé que le Port de Trois-Rivières avait fait l’acquisition de la collection.

On a officialisé cette semaine l’acquisition par le Port de Trois-Rivières de la collection d’œuvres d’art Hommage au Saint-Laurent. La photo réunit, assis, et de gauche à droite, Raymond Quenneville, peintre de même que le pdg du Port de Trois-Rivières Gaétan Boivin. Derrière, les peintres Gérard Boulanger, Yvon Saint-Aubin, Robert Roy et Yvon Lemieux.© undefined On a officialisé cette semaine l’acquisition par le Port de Trois-Rivières de la collection d’œuvres d’art Hommage au Saint-Laurent. La photo réunit, assis, et de gauche à droite, Raymond Quenneville, peintre de même que le pdg du Port de Trois-Rivières Gaétan Boivin. Derrière, les peintres Gérard Boulanger, Yvon Saint-Aubin, Robert Roy et Yvon Lemieux.

Le projet, entrepris il y a cinq ans, a réuni cinq peintres québécois bien connus dont deux de la région : Raymond Quenneville, de Champlain, et Robert Roy, de Sainte-Perpétue qui sont associés à Yvon Lemieux, Yvon Saint-Aubin et Gérard Boulanger. Les cinq artistes ont effectué autant de voyages ensemble au cours des cinq dernières années pour découvrir différentes portions du fleuve et s’en servir comme inspiration pour témoigner de sa constante beauté depuis le lac Ontario jusqu’au golfe.

De cette exploration sont nées 100 toiles à l’huile et à l’acrylique de même que des croquis et pochades réalisés sur le terrain et réunis dans la collection que vient d’acquérir l’entreprise trifluvienne. Un livre, reproduisant non seulement les œuvres mais qui est enrichi des récits des voyages et rencontres qui ont inspiré les peintres, a également été réalisé et est présentement en vente auprès des artistes participants. On peut d’ailleurs en connaître davantage autant sur cet ouvrage que sur le projet et les artistes qui y ont participé en visitant la page Facebook du projet sur laquelle on peut notamment voir des reproductions de certaines œuvres.

Pour le Port de Trois-Rivières, cette acquisition s’inscrit dans une volonté continue de soutenir le développement et la diffusion de la richesse artistique régionale, une volonté qui s’est manifestée dans plusieurs investissements communautaires au centre desquels la culture trouve une place prépondérante. «La collection Hommage au Saint-Laurent est un projet de grande envergure qui vise à mettre en valeur notre précieux fleuve, celui-là même grâce auquel le Port de Trois-Rivières existe. Ces œuvres de grande qualité s’inscrivent dans notre patrimoine maritime et témoignent de la richesse de ce majestueux cours d’eau», a indiqué Gaétan Boivin, président-directeur général du Port trifluvien par voie de communiqué.

On travaille présentement à planifier une exposition de l’ensemble des œuvres acquises pour favoriser l’accès du public à cette collection, un projet dont les paramètres ne pourront se préciser que quand les restrictions sanitaires auxquelles nous sommes présentement soumis auront été levées sinon, assouplies.

Avec François Houde – Le Nouvelliste

Une agence américaine autorise la reprise des vols des 737 MAX de Boeing

novembre 18, 2020

L’Autorité fédérale américaine de l’aviation (FAA) a annoncé mercredi la levée de l’interdiction de vol du 737 MAX de Boeing, un avion cloué au sol dans le monde entier depuis mars 2019, à la suite de deux accidents en Indonésie et en Éthiopie qui ont fait 346 morts en l’espace de cinq mois.

American Airlines prévoit un premier vol avec le 737 MAX en décembre.© Mike Siegel/Reuters American Airlines prévoit un premier vol avec le 737 MAX en décembre.

L’administrateur de la FAA, Steve Dickson, s’est dit confiant à 100 % dans la sécurité de cet appareil, mais a souligné que l’avionneur américain devrait faire davantage pour améliorer ses procédures en matière de sécurité.

Cette levée met fin à la plus longue immobilisation de l’histoire de l’aviation civile et permettra à Boeing de reprendre les livraisons et les vols commerciaux de cet appareil aux États-Unis d’ici la fin de l’année.

La compagnie a perdu 393 commandes depuis les 10 derniers mois.

Nous avons fait tout ce qui est humainement possible pour nous assurer que ces types d’accidents ne se reproduisent plus, a déclaré à Reuters Steve Dickson. Il a ajouté que des modifications au niveau de la conception avaient supprimé ce qui avait causé ces accidents spécifiques.

La FAA exige une nouvelle formation des pilotes pour gérer le système MCAS anti-décrochage de l’appareil, mis en cause dans les deux accidents mortels, ainsi que de nouvelles mesures de sécurité et d’autres changements au niveau des logiciels.

Les compagnies devront également procéder à des travaux de maintenance sur les avions cantonnés au tarmac des aéroports depuis plus de 20 mois. Quant aux avions entreposés chez Boeing, ils devront être examinés par un inspecteur de la FAA avant d’être envoyés chez les clients.

Boeing de son côté s’est dit déterminé à tirer les leçons de [ses] erreurs pour bâtir un avenir plus sûr afin que de tels accidents ne se reproduisent plus.

Ces événements et les leçons que nous en avons tirées ont remodelé notre entreprise et concentré davantage notre attention sur nos valeurs fondamentales de sécurité, de qualité et d’intégrité.David Calhoun, PDG de Boeing

Transports Canada poursuit son évaluation

Dans un communiqué publié mercredi matin, le ministre canadien des Transports, Marc Garneau, a indiqué que les experts en matière de sécurité de Transports Canada poursuivent leur processus de validation indépendant afin de déterminer s’il convient d’approuver les modifications proposées pour l’aéronef. Nous nous attendons à ce que ce processus se termine très bientôt.

Cependant, il y aura des différences entre ce que la FAA a approuvé aujourd’hui et ce que le Canada exigera de ses exploitants. Ces différences comprendront des procédures supplémentaires pour le poste de pilotage et avant le vol, ainsi que des distinctions dans la formation, ajoute M. Garneau.

Les restrictions imposées à l’appareil de Boeing sont donc maintenues pour l’instant au Canada, précise encore le communiqué.

Une reprise en pleine pandémie

Les deux catastrophes aériennes d’octobre 2018 et mars 2019 ont plongé l’avionneur américain dans la plus importante crise de son histoire, avec une multitude d’enquêtes ouvertes à son encontre, un remaniement interne et de lourdes pertes financières.

Boeing va remettre en service son modèle phare dans un contexte délicat, sur fond de crise sanitaire mondiale du coronavirus, de nouvelles taxes douanières imposées par l’Union européenne et de défiance à l’égard de la compagnie.

Avant la décision de la FAA, American Airlines a fait part de son intention d’utiliser à nouveau le 737 MAX le 29 décembre. Southwest Airlines, qui dispose de la plus grande flotte de 737 MAX au monde, n’envisage pas de remettre l’appareil en service avant le deuxième trimestre 2021.

À Wall Street, le titre Boeing prenait 6,33 % à 223,35 $ dans les transactions d’avant séance, s’acheminant vers son niveau le plus élevé depuis le mois juin.

Avec CBC/Radio-Canada 

Mauritanie : les naufrages de migrants se multiplient

novembre 10, 2020
Des migrants arrivent au port d'Arguineguin, dans les îles Canaries, après avoir été secourus par l'Espagnol Salvamento Maritimo alors qu'ils contournaient l'île à bord de pirogues, le 7 novembre 2020.

Malgré l’épidémie et les risques encourus, pas une semaine ne passe sans que des Subsahariens ne trouvent la mort en tentant de rejoindre les îles Canaries depuis le continent.

Selon le collectif Caminando Fronteras, quelque 92 migrants qui avaient pris place à bord d’une pirogue partie du Sénégal avec 119 passagers sont morts noyés, le 3 novembre, dans le naufrage de leur embarcation au large de la Mauritanie. Quelques jours plus tôt, 36 migrants avaient disparu en face de Nouadhibou.

Aucune semaine ne passe sans de telles macabres informations, comme le confirme l’Organisation internationale pour les migrations (OIM, de l’ONU). Dans un communiqué daté du 6 novembre, elle estime à « environ 400 » le nombre de migrants « interceptés ou secourus au large des côtes mauritaniennes depuis la mi-octobre ».

Flux important

Ces chiffres confirment la reprise d’un flux important de migrations subsahariennes en direction des îles Canaries (Espagne), situées à la hauteur du Sahara occidental, d’où les Subsahariens espèrent pouvoir gagner l’Europe.

Ils sont très jeunes, ces candidats à un voyage risqué parce qu’entrepris sur des embarcations de fortune surchargées et dotées de moteurs au fonctionnement aléatoire. Ils viennent du Mali, de Gambie, de Guinée, du Sénégal ou de Mauritanie, où ils estiment n’avoir aucun avenir.

ILS ONT PAYÉ LES PASSEURS MOINS CHER QU’AVANT L’ÉPIDÉMIE

Ils ont payé les passeurs moins cher (700 euros) qu’avant l’épidémie (1 500 euros), car celle-ci a réduit provisoirement la demande. Partis des plages de Mbour (Sénégal), de Nouakchott ou de Nouadhibou, ils ont affronté un océan aux courants puissants. À la moindre panne, ils se sont retrouvés dans la situation des naufragés du radeau de La Méduse, qui ont connu le même sort dans les parages, au XIXe siècle.

Dénutris et déshydratés

Depuis fin septembre, 200 bateaux ont débarqué 5 000 migrants aux Canaries, soit dix fois plus que durant la même période en 2019. 

Dénutris et déshydratés après des jours de dérive, ils peuvent s’estimer chanceux de se retrouver dans un hôpital de Nouadhibou après avoir été récupérés par les gardes-côtes mauritaniens et pris en charge par l’OIM et le Croissant rouge.

PLUS DE 400 MORTS LORS DE LA TRAVERSÉE VERS L’ARCHIPEL ESPAGNOL

Selon l’OIM, 14 bateaux transportant 663 migrants ont quitté le seul Sénégal pour les Canaries au mois de septembre. Un quart d’entre eux ne sont pas arrivés à bon port parce qu’ils ont coulé ou sont tombés en panne.

Depuis le début de l’année, on déplore plus de 400 personnes mortes dans la traversée vers l’archipel espagnol.

Cette poussée migratoire (11 000 arrivées aux Canaries en dix mois) dépasse le niveau de l’an dernier (2 557 arrivées), mais elle est encore loin des chiffres de 2006 (32 000 arrivées). Elle inquiète pourtant les autorités espagnoles et européennes, car elle s’aggrave : depuis fin septembre, 200 bateaux ont débarqué 5 000 migrants aux Canaries, soit dix fois plus que durant la même période en 2019. 

La Guardia Civile à Nouakchott

Un avion C-235 de la Guardia Civile espagnole équipé de radars et de caméras est désormais positionné à l’aéroport de Nouakchott. En collaboration avec l’armée de l’air et la marine mauritaniennes, il patrouille chaque jour au-dessus de l’océan pour détecter les migrations illégales. Il a déjà permis d’arraisonner un bateau parti de Nouakchott qui naviguait plein nord avec 50 personnes à son bord.

DES CENTAINES DE CLANDESTINS RENVOYÉS

Car le voyage vers l’eldorado européen se conclut souvent par un retour à la case départ. Le ministère de l’Intérieur espagnol s’apprête ainsi à renvoyer des centaines de clandestins vers la Mauritanie, avec laquelle il a noué un partenariat dans la lutte contre l’immigration illégale en 2003.

De son côté, la Mauritanie a expulsé le 7 novembre, vers le Sénégal et le Mali, 210 migrants arrêtés la semaine dernière en mer ou sur une plage de Nouadhibou.

Avec Jeune Afrique par Alain Faujas

Canada-Québec: Faire livrer de l’alcool avec un repas sera bientôt possible

octobre 21, 2020
QUÉBEC — Les Québécois pourront bientôt faire livrer une bouteille de vin avec un repas par l’entremise d’applications comme Uber Eats ou DoorDash. Les restaurateurs seront toutefois tenus responsables s’ils livrent de l’alcool à des mineurs.

Le gouvernement caquiste a déposé, mercredi, le projet de loi 72, qui autoriserait de déléguer la livraison d’alcool à un tiers.

Le gouvernement «consent à ces assouplissements» parce que les «restaurateurs ont énormément besoin d’aide en ce moment», a indiqué la ministre responsable, Geneviève Guilbault, en conférence de presse à l’Assemblée nationale.

Actuellement, le restaurateur qui dispose de son propre service de livraison a déjà la responsabilité de faire des vérifications sur l’âge du consommateur.

Dans le cas où un restaurant a recours à Uber Eats ou encore DoorDash, il devra s’entendre avec ce service de livraison pour que des vérifications soient faites sur l’âge de la personne qui a commandé de l’alcool, a expliqué la porte-parole de la ministre, Amélie Paquet, dans une entrevue téléphonique.

Si le projet de loi est adopté, les restaurateurs pourront aussi également établir une carte de «prix différenciés», c’est-à-dire qu’ils pourraient par exemple vendre la bouteille moins cher en livraison que dans l’établissement.

Les restaurateurs pourraient par ailleurs servir de l’alcool sans servir de repas dans l’établissement.

Toutes ces dispositions sont insérées, étrangement, dans un projet de loi plus large qui réforme notamment l’Unité permanente anticorruption UPAC) ainsi que le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI). En vertu de cette refonte, l’UPAC et le BEI pourraient désormais embaucher leurs propres employés plutôt que de devoir compter sur du personnel prêté par d’autres corps policiers.

Par Patrice Bergeron, La Presse Canadienne

France: Un homme, «probablement» migrant, retrouvé noyé sur une plage de Sangatte

octobre 18, 2020

La nuit de samedi à dimanche a été marquée par de nombreuses tentatives de traversées de la Manche.

Le corps d’un homme portant un gilet de sauvetage, «probablement» un migrant qui tentait de gagner l’Angleterre, a été découvert dimanche 18 octobre sur une plage de Sangatte (Pas-de-Calais) après une nuit marquée par de nombreuses tentatives de traversées, a indiqué le parquet.

Les pompiers ont expliqué avoir trouvé dimanche matin cet homme, dont l’âge est évalué entre 20 et 40 ans, en état de raideur cadavérique, portant un gilet de sauvetage, sur une plage de Sangatte. Cet homme est «probablement» un migrant tombé à l’eau alors qu’il tentait de traverser la Manche, a indiqué à l’AFP le procureur de Boulogne-sur-Mer, Pascal Marconville.

Selon un communiqué diffusé par la préfecture du Pas-de-Calais, l’homme décédé est «d’apparence iranienne». Une enquête a été ouverte pour tenter de déterminer les circonstances de son décès. Pascal Marconville souligne qu’«énormément de tentatives de traversées» se sont produites pendant la nuit. «Une fenêtre météorologique semble avoir tenté les réseaux de passeurs».

Une mer d’huile près des côtes françaises et un temps calme ont en effet succédé à plusieurs jours de météo agitée, mais le calme près de la côte pouvait être trompeur car les grandes marées provoquent de très violents courants dans le détroit.

Pour la seule journée de samedi, la préfecture a recensé neuf tentatives de traversées «empêchées», représentant 201 migrants, et sept traversées qui ont atteint les côtes britanniques, en transportant 102 autres. Dimanche matin, ce sont 11 traversées qui ont été interceptées par les autorités françaises, concernant 191 migrants.

Selon la préfecture, depuis le début de l’année, 479 tentatives de traversées ont été interceptées par les autorités françaises tandis que 559 ont atteint leur but, la Grande-Bretagne.

Si les falaises de Douvres semblent tout proches par beau temps depuis la côte du Calaisis, la Manche constitue «une des zones les plus fréquentées au monde et où les conditions météorologiques sont souvent difficiles», rappelle la préfecture maritime.

Par Le Figaro avec AFP

               

Congo: Accident mortel sur la Route nationale n°2

octobre 17, 2020

Mesmin KIABATH ,DG de la société Africool parmi les victimes décédées : On en sait un peu plus de l’accident mortel de Ngo

Photo de BrazzaNews.

L’accident survenu sur la Route nationale n°2, le vendredi 16 octobre 2020 vers 16h, à hauteur du village Chicago-Andzounou, à 8 km de Ngo (Département des Plateaux) concerne une voiture de marque Porsche immatriculée 800HS6, de couleur blanche, roulant dans le sens de Ngo, et une Prado, immatriculée 1518C9 roulant dans le sens d’Etsouali.


Les deux véhicules roulaient à vive allure. La Porsche a eu une crevaison et elle s’est déportée vers la chaussée gauche, prenant de plein fouet la Prado qui venait en sens inverse. Le choc d’une grande violence a fait que chaque véhicule s’est retourné du côté où il venait et n’était plus qu’un tas de ferrailles.

La Prado transportait une délégation de la DGAF (Direction Générale de l’Administration et des Finances) des FAC (Forces Armées Congolaises), qui avait quitté Makoua où elle venait de réaliser une mission de travail.


La délégation de la DGAF était composée de 5 officiers: 1 Colonel; 2 Commandants; 1 Capitaine et 1 Sergent qui conduisait. Dans la Porsche, il y avait 3 personnes à bord.
Sur place, il y a eu 3 morts et 6 blessés dont certains graves, des officiers des FAC, qui ont été transportés au CSI (Centre de Santé Intégré) de Ngo. L’Armée a dépêché un hélicoptère qui a pris toutes les victimes pour Brazzaville. L’hélicoptère a redécollé de Ngo à 19h25. Malgré cette urgence, un blessé est décédé à l’Hôpital militaire de Brazzaville, portant à 4 le nombre de morts.

Avec S: Congo tribune

Huit migrants morts, 12 disparus, éjectés d’un bateau par des passeurs près de Djibouti

octobre 4, 2020

Huit migrants, des Ethiopiens, sont morts et 12 autres sont portés disparus après que des passeurs les ont éjectés d’un bateau au large des côtes de Djibouti, a déclaré à Nairobi une porte-parole de l’Office international des migrations (OIM), une agence des Nations unies.

«Selon des témoins survivants, que l’OIM a secourus, trois passeurs ont violemment poussé des jeunes hommes et des jeunes femmes hors du bateau qui était alors en pleine mer», a dit cette porte-parole, Yvonne Ndege

Par Le Figaro avec AFP

                                                  

Canada-Québec: Huit plongeurs tenteront de retrouver la voiture de Mélissa Blais, samedi

septembre 25, 2020
Mélissa Blais manque à l'appel depuis la nuit du 2 novembre 2017
© /Facebook Mélissa Blais manque à l’appel depuis la nuit du 2 novembre 2017
Près de trois ans après la disparition de Mélissa Blais, sa famille ne baisse pas les bras. L’organisme meurtres et disparitions irrésolus du Québec annonce que huit plongeurs bénévoles mèneront des recherches, samedi dans la rivière Saint-Maurice. Un endroit précis, dans le secteur Grand-Mère à Shawinigan, a déjà été ciblé et visité. L’information reçue du public décrit l’endroit comme idéal et discret pour laisser rouler facilement une voiture dans le plan d’eau.« Selon les vérifications faites par nos bénévoles le 18 septembre dernier, des formes ressemblant à des véhicules ont été observées à quelques endroits précis », peut-on lire dans le communiqué émis par les organisateurs.

Les plongeurs feront des recherches circulaires dans le but de toucher ou tenter d’identifier une voiture. Si un véhicule est en effet retrouvé, les lieux seront balisés par les bénévoles qui laisseront la scène intacte pour permettre aux policiers de faire leur travail.

« La visibilité dans la Saint-Maurice est nulle. Il s’agira d’une plongée dans l’obscurité la plus totale comportant des risques de collision avec des objets transportés par les courants. »

Rien n’indique toutefois clairement que la voiture de Mélissa Blais pourrait s’y trouver. La profondeur de la rivière dépasse parfois les 100 pieds d’eau.

Voiture recherchée en lien avec la disparition de Mélissa Blais

©/Radio-Canada Voiture recherchée en lien avec la disparition de Mélissa Blais

Le mystère demeure entier

La famille espère toujours qu’une personne détenant des informations sur cette disparition puisse les transmettre aux autorités.

Mélissa Blais, une mère de 34 ans originaire de Yamachiche, est disparue sans laisser de trace dans la nuit du 2 novembre 2017. Elle a été vue pour la dernière fois dans un bar de Louiseville aux premières heures du matin. Depuis, la famille multiplie les efforts afin qu’elle ne sombre pas dans l’oubli

Avec CBC/Radio-Canada