Posts Tagged ‘2019’

2019: quatre fois plus de migrants qu’en 2018 ont voulu traverser la Manche par la mer

décembre 31, 2019

Près de 2500 migrants tentant de traverser la Manche pour rejoindre la Grande-Bretagne ont été secourus en mer en 2019, soit quatre fois plus que l’an dernier, selon un bilan des autorités, quatre personnes ayant elles trouvé la mort.

Au total, 261 «cas de traversées» ou «tentatives de traversées» par la mer ont été recensées cette année par les autorités françaises et britanniques, effectuées essentiellement par de petites embarcations pneumatiques souvent surchargées, selon la préfecture de la Manche et de la mer du Nord. 2358 personnes ont été secourues puis ramenées sur les côtes françaises ou britanniques, contre 586 en 2018. Un précédent décompte communiqué mi-décembre faisait état de 2521 migrants ayant tenté cette traversée, mais incluait des personnes interceptées à terre, par exemple sur des plages du Pas-de-Calais.

Mardi encore, une embarcation légère a été signalée «en difficulté» à environ 11 km au nord de Dunkerque. Les six hommes à bord, dont «certains en hypothermie», ont été ramenés au port de Calais (Pas-de-Calais). Les autorités avaient déjà porté assistance à une cinquantaine de migrants depuis dimanche matin, lors de plusieurs sauvetages. Le 26 décembre, 71 migrants avaient cette fois été interceptés au petit matin.

Depuis la fin 2018, ces traversées ne cessent de se multiplier dans la Manche, malgré les mises en garde répétées des autorités soulignant le danger lié à la densité du trafic, aux forts courants et à la faible température de l’eau. Selon la préfecture du Pas-de-Calais, d’où partent «95%» des embarcations, le «plan d’action» visant à «mettre fin» à ces traversées annoncé en janvier par la ministère de l’Intérieur «produit des résultats». «Depuis un an, 55% des traversées ont été mises en échec» grâce à «la forte mobilisation des forces publiques françaises en mer et sur terre», souligne le préfet du Pas-de-Calais Fabien Sudry, prenant en compte les migrants interceptés et les canots cachés dans les dunes découverts par les forces de l’ordre.

Par Le Figaro avec AFP

Greta Thunberg récompensée par le Prix international de la Paix des Enfants

novembre 20, 2019

 

La jeune militante écologiste suédoise Greta Thunberg a été récompensée mercredi par le Prix international de la Paix des Enfants 2019 pour son action en faveur du climat, qui a résonné parmi des milliers d’étudiants dans le monde.

Divina Maloum, une militante camerounaise pour la paix âgée de 15 ans, a également été récompensée par ce prix décerné par la fondation néerlandaise KidsRights, qui distingue chaque année depuis 2005 un mineur pour son engagement pour les droits des enfants. Dans un court message écrit, Greta Thunberg, qui se trouve actuellement au milieu de l’Atlantique, s’est dite «incroyablement reconnaissante et honorée» et a regretté de ne pas avoir pu assister à la cérémonie de remise des prix, qui s’est déroulée à La Haye.

La Suédoise de 16 ans a quitté à la mi-novembre les Etats-Unis à bord d’un catamaran, avec comme objectif la réunion climat de l’ONU COP25 à Madrid début décembre. Greta Thunberg a acquis une renommée mondiale après avoir lancé en août 2018 des «grèves de l’école pour le climat», une initiative rapidement suivie par des dizaines de milliers de jeunes à travers le globe. «La crise climatique est l’enjeu de paix de notre époque», a martelé Luisa-Marie Neubauer, militante allemande du mouvement Fridays For Future, qui recevait le prix au nom de Greta Thunberg.

Saluant la «reconnaissance» qu’apporte ce prix au travail de la jeune Suédoise, Luisa-Marie Neubauer a déploré l’inaction des dirigeants mondiaux sur la question climatique. Divina Maloum, récompensée pour son «combat pacifique» contre le groupe djihadiste Boko Haram, a pour sa part appelé «les enfants du monde entier à faire entendre leur voix». «Au Cameroun et en Afrique, les enfants sont oubliés par les preneurs de décisions en matière de consolidation de la paix», a dénoncé la jeune Camerounaise, qui a reçu sa récompense des mains de l’Indien Kailash Satyarthi, lauréat du Prix Nobel de la Paix 2014. Le Prix international de la Paix des Enfants est doté de 100.000 euros qui sont investis dans des projets liés à la cause du lauréat.

Le Figaro.fr avec AFP

 

Coupe du monde féminine 2019: Grandes favorites à leur propre succession, les Américaines ont rempli leur mission en dominant les Pays-Bas en finale de la Coupe du monde (2-0), dimanche à Lyon.

juillet 7, 2019

FBL-WC-2019-WOMEN-MATCH52-USA-NED

«Le football est un jeu simple. Vingt-deux femmes courent après un ballon et à la fin, ce sont les Américaines qui gagnent.» Le Britannique Gary Lineker n’a jamais dit cela, mais il aurait pu. Sauf qu’à son époque, le football se conjuguait exclusivement au masculin. Une autre époque. Aujourd’hui, les femmes ont pris leur envol et donner une dimension plus universelle à ce sport jugé trop longtemps comme réservé aux hommes. Ce qui n’a jamais été le cas aux Etats-Unis, précurseurs en la matière, où le fameux «soccer» est considéré comme une discipline majeure, notamment dans les universités. Du coup, c’est sans surprise que «Team USA» a décroché dimanche, à Lyon, sa quatrième couronne mondiale en dominant en finale les Pays-Bas, championnes d’Europe impuissantes (2-0).

Une finale qui allait mettre une bonne demi-heure à se décanter, tel un bon vin des bords du Rhône. Tout partait d’une première belle reprise de volée de Julie Ertz, qui contraignait Sari Van Veenendaal à un bel arrêt (28e). La gardienne néerlandaise, déjà brillante en demi-finales face à la Suède, débutait alors son festival, avec un autre arrêt sur une tête adverse, avant de détourner du pied un ballon dévié par Alex Morgan sur son poteau (37e). Pour finir par une magnifique horizontale sur une nouvelle tentative de Morgan, qui se rappelait aux bons souvenirs du public lyonnais, elle qui avait évolué sous le maillot de l’OL durant quelques mois début 2017.

Dominées, les Néerlandaises faisaient le dos rond et cherchaient à piquer sur chaque possibilité de contre qui s’offrait à elles. Cela ne suffisait pas à inquiéter la gardienne américaine Alyssa Naeher, mais il s’en fallait parfois de peu, comme sur cette frappe contrée de Sherida Spitse (45+1e) ou ce carton jaune reçu par Abby Dahlkemper pour avoir stoppé irrégulièrement Lineth Beerensteyn (42e). Courageuses et disciplinées, les Bataves venaient de réussir à tenir en respect les Américaines pendant 45 minutes. Mais leur débauche d’énergie allait finir par se payer…

Comme un symbole d’une Coupe du monde où il aura été omniprésent, le VAR (l’assistance vidéo) permettait aux filles de Jill Ellis d’obtenir un penalty, légitime. Héroïne de cette équipe, Megan Rapinoe se chargeait de transformer la sanction (1-0, 61e). Huit minutes plus tard, Rose Lavelle portait l’estocade d’une superbe action individuelle (2-0, 69e) et les Américaines pouvaient bien manquer plusieurs opportunités de corser l’addition dans le dernier quart d’heure, plus rien ne pouvait les empêcher de célébrer cette quatrième étoile qui viendra orner leur maillot à l’avenir. Une juste récompense.

Le Figaro.fr par Cédric Callier