Posts Tagged ‘7 sur 7’

Anne Sinclair, l’indéfectible soutien de DSK

juillet 1, 2011

PORTRAIT L’ex-journaliste star, très populaire en France, forme avec son époux un couple soudé, même dans la tempête.

A lire les articles consacrés à Anne Sinclair, deux éléments reviennent immanquablement : ses magnifiques yeux bleus, qui ont séduit jusqu’à 12 millions de Français aux grandes heures de l’émission 7 sur 7 dans les années 90, et son amour indéfectible pour Dominique Strauss-Kahn, aujourd’hui plongé dans la tourmente d’un procès pour tentative de viol. «Je ne crois pas une seule seconde aux accusations qui sont portées contre mon mari. Je ne doute pas que son innocence soit établie», affirmait-elle dimanche dans un communiqué, quelques heures après l’arrestation du patron du Fonds monétaire international (FMI) à New York.

Ce n’est pas la première fois qu’Anne Sinclair prend publiquement la défense d’un DSK infidèle. En 2008, alors que le scandale de sa liaison avec une collaboratrice hongroise du FMI éclate aux Etats-Unis, elle assure qu’ils s’aiment «comme au premier jour». «Voici juste, avant que ne se propagent des rumeurs malveillantes, quelques éléments rapides : chacun sait que ce sont des choses qui peuvent arriver dans la vie de tous les couples; pour ma part, cette aventure d’un soir est désormais derrière nous», déclarait-elle alors. Le même soutien ferme et déterminé que celui affiché en 1999 au moment de l’affaire de la Mnef, qui avait contraint DSK à démissionner de son poste de ministre.

Mise en retrait par amour

Leur rencontre remonte à 1989, sur le plateau de l’émission «Questions à domicile» qu’Anne Sinclair coprésente avec Jean-Marie Colombani. DSK n’est alors «que» le président de la commission des Finances de l’Assemblée, elle est la journaliste la plus populaire de l’Hexagone. Coup de foudre et épousailles deux ans plus tard. Quand il est nommé ministre de l’Économie en 1997, elle choisit d’arrêter 7 sur 7 pour éviter tout conflit d’intérêt. Elle dirige pendant quatre ans la filiale internet de TF1, puis devient journaliste à RTL et France inter avant de le suivre à Washington en 2007, où elle continue d’exercer son regard de journaliste en alimentantson blog, Deux ou trois choses vues d’Amérique.

Cette volontaire mise en retrait peut surprendre de la part d’une brillante journaliste dont le professionnalisme est reconnu de tous. Mais c’est aussi une vraie amoureuse, selon ses proches. «On ne peut pas comprendre Anne si on ne commence pas par dire qu’elle agit par amour pour Dominique, confiait l’un de ses amis à L’Express en avril. Exprimé de cette manière, ça peut paraître ridicule et absolument ringard, mais c’est la pure vérité.» A eux deux, le couple est à la tête d’une famille recomposée de six enfants – quatre nés des deux précédents mariages de DSK, deux qu’Anne Sinclair a eu avec son premier mari, le journaliste Ivan Levaï. La tribu s’est enrichie de cinq petits-enfants de 2 à 6 ans pour lesquels elle traverse régulièrement l’Atlantique.

Une coéquipière en politique

Fille unique d’une figure de la Résistance devenu industriel et petite-fille du marchand d’art Paul Rosenberg, Anne Sinclair a apporté à son mari l’aisance financière. Lors d’un récent déjeuner raconté par Libération lundi, DSK reconnaissait que son épouse l’avait, grâce à sa fortune personnelle, «mis à l’abri du besoin pour toujours». Selon L’Express, leur maison de 380 m² à Washington a été achetée 4 millions de dollars au nom d’Anne Sinclair, tout comme le riad de Marrackech. Le couple possède par ailleurs un appartement de 250 m² dans un quartier huppé de Paris, place des Vosges.

Mais l’ex-star de TF1 est avant tout pour l’ancien ministre, hier encore présidentiable, une coéquipière parfaitement à l’aise dans l’arène politique qu’elle connaît sur le bout des doigts. Les treize années passées sur le plateau de 7 sur 7 lui ont permis de rencontrer les plus grands de l’époque, de Chirac à Mitterrand, en passant par Bill et Hillary Clinton et Mikhaïl Gorbatchev.

C’est d’ailleurs elle qui, sur son blog, avait laissé entendre que DSK souhaitait se présenter aux primaires socialistes, en confiant qu’elle préfèrerait qu’il n’assure pas de second mandat au FMI. A quoi DSK avait réagi : «Ce qu’elle dit a beaucoup d’importance pour moi. (…) Quoi que je fasse, son avis comptera».

Fervente avocate en public de son époux, Anne Sinclair laisse toutefois apparaître parfois des fissures. Invitée du Grand Journal de Canal +, le 10 novembre 2010, le seul sujet qu’il fut demandé aux journalistes de ne pas aborder était la réputation de séducteur de Dominique Strauss-Kahn.

Lefigaro.fr par Pauline Fréour