Posts Tagged ‘Abidjan’

Côte d’Ivoire : le stade d’Ebimpé, gazon maudit

septembre 26, 2021
Devant le stade olympique de 60 000 places récemment inauguré en Côte d’Ivoire, construit avec l’aide de la Chine, à Ebimpé, près d’Abidjan, le 3 octobre 2020.

Il a été inauguré il y a moins d’un an et pourtant, le stade olympique Alassane Ouattara est déjà fermé, à cause de l’état de la pelouse. Que s’est-il passé ?

C’est avec une certaine ironie que le sélectionneur portugais des Lions indomptables du Cameroun, Toni Conceiçao, a résumé le 5 septembre les deux défis auxquels serait confrontée son équipe dès le lendemain : « on va devoir s’adapter à notre adversaire, mais aussi à la pelouse. » Finalement, les Camerounais n’auront réussi à relever ni l’un ni l’autre, puisqu’ils se sont inclinés (1-2) face à la Côte d’Ivoire en match qualificatif pour la Coupe du Monde 2022. Les coaches du Malawi et du Mozambique, les deux prochains adversaires des Éléphants initialement attendus à Abidjan, n’auront pas à se tourmenter avec ce type d’interrogation.

Ces deux matches auront en effet lieu sur terrain neutre : à Cotonou, au Bénin, pour le premier, et dans un lieu qui reste à déterminer pour le second. « Nous avions proposé de jouer à Yamoussoukro, dans un stade qui sera utilisé lors de la CAN 2023, mais la CAF ne l’a pas homologué pour accueillir des matches internationaux », précise Patrice Beaumelle, le sélectionneur français des éléphants. La Fédération ivoirienne de football (FIF) avait étudié plusieurs possibilités (Ghana, Sénégal, Maroc, Togo) pour « recevoir » les Malawites, avant d’obtenir l’accord du Bénin.

« Un risque de blessure évident »

La raison de cette double délocalisation n’est ni la conséquence d’une suspension de terrain ni d’une situation politique tendue interdisant la tenue d’évènements sportifs. Elle est d’ordre purement structurel, puisque le pourtant flambant neuf stade olympique Alassane Ouattara d’Ebimpé (60 000 places), inauguré le 4 octobre 2020, est déjà fermé pour travaux. Si des problèmes ont été constatés dans les vestiaires des joueurs et au niveau de l’électricité, c’est bien la pelouse de l’enceinte qui pose problème.

Dans un état déjà catastrophique avant le match Côte d’Ivoire-Cameroun, elle ne ressemblait plus à grand-chose quelques minutes après le coup d’envoi. « Plus le match avançait, et plus elle se détériorait, c’était très difficile pour les deux sélections, avec un risque de blessure évident pour les joueurs », se souvient Patrice Beaumelle. Face à l’urgence de la situation, le stade a été fermé pour que soient effectués les travaux nécessaires. Et notamment le remplacement de la pelouse, avec l’installation d’une surface hybride.

UNE FOIS QUE LES TRAVAUX SERONT ACHEVÉS, LA CÔTE D’IVOIRE POSSÈDERA UN STADE ULTRA- MODERNE, UN DES PLUS BEAUX D’AFRIQUE

C’est une entreprise française, Sparfel, qui a entamé les travaux de réhabilitation. « Le coût sera à la charge de l’État ivoirien, ainsi que ceux concernant les vestiaires et l’électricité, qui seront mis aux normes européennes », explique Mariam Yoda, directrice de l’Office national des Sports (ONS). « Je peux comprendre la déception des supporters et des joueurs de la sélection nationale, laquelle ne pourra pas jouer dans son stade avant l’année prochaine, le temps que les travaux soient terminés. Mais une fois que ceux-ci seront achevés, la Côte d’Ivoire possèdera un stade ultra-moderne, fonctionnel et en parfait état, un de plus beaux d’Afrique. »

Déception et colère

Le stade olympique, d’un coût total de 133 millions d’euros, avait été offert par la Chine, dans le cadre de la coopération sino-ivoirienne. « Rapidement est apparu un problème de drainage de la pelouse, qui provoque une trop longue stagnation de l’eau quand il pleut. D’où la détérioration de la surface de jeu et les fréquentes glissades des joueurs, explique une source au ministère des Sports. C’est évidemment un fâcheux contretemps, qui pénalise la sélection nationale pour les deux matches importants face au Malawi et au Mozambique. » Mais en Côte d’Ivoire, cette situation est jugée anormale, et pas seulement par les nombreux amateurs de football et supporters de la sélection nationale.

CERTAINS ESTIMENT QUE LE CHEF DE L’ÉTAT DEVRAIT « TAPER DU POING SUR LA TABLE »

« Personne ne comprend comment un stade flambant neuf, inauguré il y a moins d’un an, peut être déjà fermé à cause de travaux mal faits, relate le  journaliste sportif Clément Diakité. Il y a de la déception et un peu de colère. Les Ivoiriens estiment qu’un pays comme le leur ne devrait pas être dans cette situation. » Et d’exiger, pour certains, que le chef de l’État « tape du poing sur la table, qu’il prenne des sanctions contre ceux qui ont une part de responsabilité dans cette affaire, c’est-à-dire les entreprises qui ont fait certains travaux défectueux, le ministère des Sports et l’Office national de Sports », poursuit le journaliste. Pour l’instant, Alassane Ouattara n’a pas publiquement réagi à la fermeture provisoire du stade qui porte son nom.

Par Jeune Afrique par Alexis Billebault

Côte d’Ivoire: cérémonie de levée du corps de Charles Konan Banny, en l’église Saint François-Xavier d’Abidjan

septembre 21, 2021

Avec Ivoire TV5

RDC – Koffi Olomidé : « Je n’adresse d’excuses qu’à mes fans »

septembre 20, 2021
Koffi Olomide au Femua, à Abidjan, le 12 septembre 2021

Après son concert éclair de 18 minutes sur la scène du Femua, le 12 septembre à Abidjan, la star congolaise a choisi de s’expliquer. Jeune Afrique publie son droit de réponse.

« Le Femua est un événement culturel majeur pour l’Afrique et pour la promotion des musiques africaines sur le continent et pour les diasporas. J’ai toujours pris plaisir à y participer et toujours vécu comme un honneur d’y être convié au fil de mes années de carrière. Cependant, cette édition n’a pas eu la même saveur… Dès les prémices, de nombreux problèmes sont apparus. D’abord, d’ordre budgétaire. J’ignore les raisons de ces coupes, mais les conditions de voyage de mon équipe s’en sont ressenties. Puis, d’ordre logistique, ce qui a conduit à cette situation qu’on a choisi d’ériger en polémique. Je tiens toutefois à saluer la détermination des organisateurs qui, en dépit de ces lacunes, ont fait le maximum pour maintenir le festival.

Ce dimanche, le groupe et moi-même étions d’abord programmés à minuit. Je suis un artiste, j’ai l’expérience de la scène et sait que la programmation peut parfois être retardée. Passer une heure plus tard n’aurait pas entraîné de scandale. Mais ce n’est que vers 23 h 45, alors que nous étions prêts à faire le show, que l’on est venu nous prévenir que notre passage avait été décalé à 4 h du matin !

« La déception fut douloureuse »

En 40 années de carrière assidue, rien ne m’a jamais plus meurtri que l’idée de manquer une rencontre avec mon public ; où qu’il se trouve. Nous avons donc pris notre mal en patience et trompé l’attente en profitant de la magie des lieux de fête abidjanaise. De retour sur le festival, en avance pour être à l’heure, comme toujours, on nous annonce encore un report : nous passerons finalement à 6 heures du matin.

IMAGINEZ ENCORE L’ÉTAT DE FATIGUE QU’A DÛ COMBATTRE UN HOMME DE MON ÂGE

Mais à notre arrivée sur scène, alors que nous étions décidés à célébrer cette musique que nous aimons tant, malgré tout, la déception fut douloureuse. Imaginez ce public, mobilisé depuis la veille au soir, épuisé par une succession d’artistes des plus talentueux, qui, au petit matin – et cela est naturel –, commence à ressentir la fatigue et à déserter les lieux. Imaginez l’état de ces jeunes après une soirée enivrée par les basses et les percussions.

Si vous pouvez le ressentir, imaginez encore l’état de fatigue qu’a dû combattre un homme de mon âge après des heures d’attente ; imaginez l’état de lassitude de mes musiciens et danseurs dont on a brutalement fait redescendre l’adrénaline à trois reprises… Imaginez-nous, imaginez-moi, doyen des ambassadeurs de la musique africaine, affronter une poignée d’irréductibles clairsemés dans cet espace. Moi, surplombant l’endroit et capable d’apercevoir le sol et tout cet air rempli par le vide.

« Nous aurons d’autres rendez-vous »

J’ai vécu cet épisode comme un manque de considération envers ma personne, mes musiciens, et en particulier envers mes fans qui en ont fait les frais. Ils sont les seuls à qui j’adresse mes excuses, bien qu’on ait choisi de me jeter en pâture.

Cette affaire n’en n’est pas une mais je vous devais ma version. Abidjan, nous aurons d’autres rendez-vous. Vive la musique et vive l’Afrique. Rendez-vous le 27 novembre à Paris, pour ceux qui pourront y être, afin de partager cette passion que nous avons en commun depuis le début.

Votre Mopao »

Avec Jeune afrique par Koffi Olomidé

Côte d’Ivoire: Les propos de Laurent Gbagbo lors de son entretien avec Alassane Ouatarra au palais présidentiel

juillet 27, 2021

Avec Ivoir Net TV

Côte d’Ivoire: Retour à Abidjan de Laurent Gbagbo de Kinshasa

juillet 8, 2021

Avec Ivoir TV Net

Côte d’Ivoire: Laurent Gbagbo à la Cathédrale Saint-Paul ce dimanche pour dire merci au Seigneur

juin 20, 2021

Avec Treize News

Côte d’Ivoire: Les premières images de l’arrivée de Laurent Gbagbo à Abidjan

juin 17, 2021

Avec Ivoire TV5

L’ex-président Gbagbo est rentré en Côte d’Ivoire, accueilli par ses partisans en liesse

juin 17, 2021
L'ex-president Gbagbo est rentre en Cote d'Ivoire, accueilli par ses partisans en liesse
L’ex-président Gbagbo est rentré en Côte d’Ivoire, accueilli par ses partisans en liesse© AFP/JOHN WESSELS

Acquitté de crimes contre l’humanité par la Cour pénale internationale (CPI), l’ex-président Laurent Gbagbo est rentré jeudi en Côte d’Ivoire après dix ans d’absence, accueilli à Abidjan par des milliers de jeunes partisans en liesse, malgré des incidents avec la police.

C’est son acquittement définitif le 31 mars qui a rendu possible ce retour, de même que le feu vert donné par son rival, le président Alassane Ouattara, au nom de la « réconciliation nationale ».

M. Gbagbo a d’abord été acclamé à sa descente d’avion par des centaines de personnes, celles qui avaient pu avoir accès à l’aéroport: ses proches, les responsables de son parti – le Front populaire ivoirien (FPI) – et le personnel de l’aéroport et de compagnies aériennes.

Monté directement dans une voiture sur le tarmac de l’aéroport, il a brûlé l’étape du pavillon présidentiel qui avait été mis à disposition par Alassane Ouattara, où l’attendaient des responsables du FPI.

Son cortège a ensuite pris la route menant à son ancien QG de campagne de la présidentielle de 2010, situé dans le Nord d’Abidjan, où il devait prendre la parole et où l’attendaient des centaine de partisans.

Tout au long du parcours, des milliers de jeunes pro-Gbagbo enthousiastes couraient, sautaient en criant « Gbagbo est là », « Gbagbo revient », « il est là pour libérer la Côte d’Ivoire » ou encore « on est là pour Gbagbo et on est fiers ».

Peu avant l’atterrissage vers 16H30 (GMT et locales), des journalistes de l’AFP avaient entendu des tirs et vu des fumées de gaz lacrymogènes, tout près de l’aéroport.

Tour au long de la journée, la police a dispersé avec du gaz lacrymogène tous ceux qui tentaient de se rassembler près de l’aéroport, situé dans le Sud de la capitale, dans le quartier de Port-Bouët où, selon des témoins, des échauffourées ont aussi opposé les forces de l’ordre à des partisans de M. Gbagbo. Des photos de personnes blessées circulaient sur les réseaux sociaux sans qu’il soit possible de confirmer leur authenticité.

Les manifestants repoussés ne cachaient pas leur colère de voir les accès à l’aéroport bloqués, sauf pour les voyageurs devant prendre un avion et les journalistes accrédités.

Les rassemblements le long du cortège n’ont pas été interdits par le gouvernement, mais le ministre de la Communication Amadou Coulibaly a affirmé à l’AFP avoir appris l’itinéraire « par la presse ».

Il a qualifié les tentatives des partisans de M. Gbagbo de rejoindre l’aéroport de « troubles à l’ordre public », car je « n’ai pas entendu d’appel à aller l’accueillir ». « Il n’y a pas d’abus dans le maintien de l’ordre », a-t-il affirmé.

« Réaction injustifiée »

« Nous sommes surpris par cette réaction injustifiée », a déclaré Justin Katinan Koné, porte-parole de Laurent Gbagbo, affirmant que des « arrestations ont eu lieu » et que des cars de partisans de l’ex-président venus de province ont été « bloqués à l’entrée d’Abidjan ».

L’ampleur de l’accueil de l’ex-président a été au coeur des récentes négociations entre le pouvoir et le FPI: le premier souhaitant qu’il soit sans « triomphalisme », le second qu’il soit populaire en permettant au plus grand nombre de ses partisans d’être présents dans les rues d’Abidjan. L’enjeu était la sécurité de M. Gbagbo lui-même mais aussi d’éviter tout débordement.

Laurent Gbagbo, 76 ans, vivait à Bruxelles depuis son acquittement par la CPI en janvier 2019, confirmé en appel le 31 mars 2021. Au pouvoir depuis 2000, il avait été arrêté en avril 2011 à Abidjan puis transféré à la CPI à La Haye.

Ses adversaires estiment toujours qu’il a précipité son pays dans le chaos en refusant sa défaite face à Alassane Ouattara à la présidentielle de 2010. Ce refus a provoqué une grave crise post-électorale, pendant laquelle quelque 3.000 personnes ont été tuées. C’est pour ces faits qu’il avait été transféré à la CPI.

Ses proches assurent qu’il rentre sans esprit de vengeance mais pour oeuvrer à la politique de « réconciliation nationale ».

La Côte d’Ivoire est encore meurtrie par deux décennies de violences politico-ethniques, les dernières remontant à la dernière présidentielle, en 2020 et ayant fait une centaine de morts.

Alassane Ouattara a alors été réélu pour un 3e mandat controversé lors d’un scrutin boycotté par l’opposition qui jugeait ce nouveau mandat anticonstitutionnel.

La Côte d’Ivoire « doit se retrouver », estime Assoa Adou, secrétaire général du FPI, car « elle est aujourd’hui en danger de déstabilisation par des jihadistes » après des attaques contre l’armée qui ont récemment tué quatre militaires dans le Nord, à la frontière avec le Burkina Faso.

Laurent Gbagbo reste sous le coup d’une condamnation en Côte d’Ivoire à 20 ans de prison pour le « braquage » de la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO) pendant la crise de 2010-2011, mais le gouvernement a laissé entendre qu’elle serait abandonnée.

Par Le Point avec AFP

Côte d’Ivoire: C’est le chaud au QG du FPI actuellement à Abidjan

juin 17, 2021

Avec Ivoire TV5

Côte d’Ivoire: Message de Madame Simone Ehivet Gbagbo relatif à l’arrivée du Président Laurent Gbagbo ce jeudi 17

juin 17, 2021

Avec IvoireTV5