Posts Tagged ‘Académicien’

L’avocat Jean-Denis Bredin est mort

septembre 1, 2021

Ce ténor du barreau et académicien avait 92 ans. Proche de Pierre Mendès France et d’Edgar Faure, il laisse une œuvre littéraire abondante.

Jean-Denis Bredin

Il figurait au Panthéon des ténors du barreau. Grand spécialiste du droit civil et du droit commercial, Jean-Denis Bredin, avocat hors pair, avait défendu la mémoire de Guillaume Seznec en 2006, Yves Saint Laurent quand il a été licencié de la maison Dior, des militants du FLNC (Front national de libération de la Corse), le couple Fabius contre l’hebdomadaire Minutele juge van Ruymbeke dans l’affaire Clearstream et quelques-uns des plus grands hommes d’affaires de France. En 2007, Jean-Denis Bredin est désigné arbitre dans la procédure contestée entre le Crédit lyonnais et Bernard Tapie accordant à l’ancien président de l’Olympique de Marseille la somme contestée de 403 millions d’euros de dommages et intérêts. Associé avec Robert Badinter, ils formèrent l’un des cabinets les plus réputés et les plus prestigieux de France.

En juin 1989, Jean-Denis Bredin fut élu à l’Académie française au fauteuil de Marguerite Yourcenar. À 60 ans, il devint cette année-là le plus jeune académicien. Ses discours et ses livres toujours pétris de références historiques et d’une immense culture défendaient sans relâche les libertés et les destins hors-norme. Son ouvrage L’Affaire, qui sera adapté à la télévision par Yves Boisset, est considéré comme le livre de référence sur l’affaire Dreyfus. Il publia également des biographies sur l’abbé Sieyès, Charlotte Corday, Joseph Caillaux et Necker le ministre des Finances de Louis XVI. Citons également son ouvrage sur le procès de Riom, fomenté en 1942 par Pétain contre les ténors de la IIIe République. Longtemps engagé au MRG (Mouvement des Radicaux de gauche), il a travaillé avec Edgar Faure et a présidé dans les années 1990 l’Institut Pierre-Mendès-France. Né le 17 mai 1929, il est décédé au matin de ce mercredi 1er septembre dans sa quatre-vingt-treizième année.

Par Le Point

Le mathématicien français et militant communiste Jean-Pierre Kahane est mort

juin 22, 2017

Le mathématicien français et militant communiste Jean-Pierre Kahane est mort

Crédits photo : Capture d’écran Youtube

Cet ancien dirigeant du Parti communiste, dont il était encore membre, était professeur et membre de l’Académie des Sciences. Il avait appelé à «utiliser le vote Macron pour barrer la route au pire» lors de l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle.

«Je perds un camarade et un ami, la France perd un homme des Lumières.» Ce sont les mots choisis par le secrétaire national du Parti communiste Pierre Laurent pour rendre hommage à Jean-Pierre Kahane, mathématicien, professeur et membre de l’Académie des Sciences, mort ce mercredi à l’âge de 90 ans à Paris après une chute. «C’est un homme immense qui nous a quittés hier. Jean-Pierre Kahane, membre de l’Académie des Sciences, est décédé à 90 ans en ce premier jour de l’été», a déclaré dans un communiqué le secrétaire national du PCF.

Né le 11 décembre 1926 à Paris, Jean-Pierre Kahane était professeur émérite de l’université Paris-Sud. Ancien élève de l’ENS, il était membre de l’Académie des sciences, section mathématique, depuis 1998. Il était également le directeur de Progressistes, la revue du PCF consacrée aux sciences, au travail et à l’environnement.

Jean-Pierre Kahane était un ancien dirigeant du Parti communiste dont il était encore membre. «Mathématicien et communiste, communiste et académicien, c’est en militant que Jean-Pierre Kahane cherchait et enseignait, c’est en chercheur et en enseignant qu’il militait», a indiqué Pierre Laurent citant le mathématicien: «Enseigner, partager, cela faisait partie de mes devoirs. Les mathématiques doivent constituer un entraînement de l’esprit. Il est très important de les enseigner de façon accessible, ludique, intéressante.»

Jean-Pierre Kahane, avec plusieurs dizaines de scientifiques, dont le médaille Fields Cédric Villani, avaient appelé à «utiliser le vote Macron pour barrer la route au pire» lors de l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle. «RIP Jean-Pierre Kahane (1926-2017), immense mathématicien, figure historique de l’Univ Paris-Sud, militant communiste aux grands idéaux», a réagi Cédric Villani depuis son compte Twitter.

Lefigaro.fr par Juliette Mickiewicz

France: Décès de l’écrivain et académicien français Alain Decaux à 90 ans

mars 27, 2016

 decaux

Paris – L’écrivain, biographe et académicien français Alain Decaux est décédé dimanche à l’Hôpital Pompidou à Paris, à 90 ans, a annoncé à l’AFP son épouse Micheline Pelletier-Decaux.

Ce formidable conteur, auteur d’une soixantaine d’ouvrages, a incarné à partir des années 1950 l’histoire à la radio et à la télévision française où il a créé plusieurs émissions célèbres.

Elu à l’Académie Francaise en 1979, ministre de la Francophonie (1988-1991) sous la présidence du socialiste François Mitterrand, ce grand conteur et vulgarisateur a créé et animé plusieurs émissions devenues cultes.

En 1951 il crée La Tribune de l’Histoire à la radio (diffusée de 1951 à 1997). En 1956, c’est le tour de la télévision avec La caméra explore le temps (avec Stellio Lorenzi et son complice André Castelot) qui ne s’arrêtera que dix ans plus tard.

De 1969 à 1987, dans Alain Decaux raconte, Alain Decaux face à l’histoire puis Le dossier Alain Decaux, il occupe le petit écran chaque mois pendant une heure, traitant d’un personnage ou d’un événement historique.

Ce fils d’avocat né le 23 juillet 1925 à Lille (Nord) a étudié le droit à Paris et a suivi des cours d’histoire à la Sorbonne, sans se soucier d’obtenir un diplôme. Il publie son premier livre, Louis XVII retrouvé, en 1947 et est couronné par l’Académie française, trois ans plus tard, pour son second, Letizia.

En 1960, il fonde la revue Histoire pour tous et va collaborer à de nombreux journaux et revues. Dialoguiste du film de Robert Hossein, Les misérables (1982), il est aussi biographe de Victor Hugo et admirateur d’Alexandre Dumas à qui il consacre en 2010 un Dictionnaire amoureux et de Sacha Guitry, dont il avait été l’ami intime.

On lui doit aussi Alain Decaux raconte la Bible aux enfants, C’était le XXe siècle (en quatre volumes), Le Tapis rouge (sur son expérience ministérielle) ou au théâtre, N’ayez pas peur sur le pape Jean Paul II.

En 1989, il a été nommé coordonnateur de la politique télévisuelle extérieure française. Depuis 1999, il existe un prix Alain Decaux de la Francophonie.

Marié deux fois, il était père de trois enfants.

Romandie.com avec(©AFP / 27 mars 2016 17h28)