Posts Tagged ‘Accident’

Égypte: 41 morts dans un accident de trains

août 12, 2017

Sur le site de la collision de deux trains, le 12 août 2017 près d’Alexandrie en Egypte / © AFP / KHALED DESOUKI

Plus de 40 personnes sont mortes dans la collision de deux trains près d’Alexandrie dans le nord de l’Egypte, entraînant l’interpellation des deux conducteurs et la suspension de responsables de l’Autorité des chemins de fer.

Plusieurs heures après l’accident survenu vendredi après-midi, les ouvriers ont réussi à dégager et rouvrir samedi la voie ferrée très fréquentée qui permet de rejoindre la grande métropole d’Alexandrie, sur les bords de la Méditerranée, depuis la capitale égyptienne.

Toute la nuit, à la lumière des projecteurs, les sauveteurs ont fouillé les carcasses des wagons à la recherche de victimes après l’un des plus graves accidents de train survenu en Egypte, selon des journalistes de l’AFP sur place.

Depuis l’accident, le bilan n’a cessé de monter. Samedi, le ministère de la Santé a fait état de 41 morts et de 132 blessés dont 53 étaient toujours hospitalisés.

Sur les lieux du drame, des couvertures blanches couvertes du sang des victimes étaient éparpillées.

Durant des heures, les ambulances ont effectué des rotations pour emmener les blessés, allongés dans un champ le long du train, vers les hôpitaux d’Alexandrie.

L’accident s’est produit à l’entrée de la métropole septentrionale quand un train a percuté l’arrière d’un autre, arrêté sur la voie en raison vraisemblablement d’une panne, selon l’Autorité des chemins de fer.

– ‘Comme une explosion’ –

Les deux trains se dirigeaient vers Alexandrie, l’un depuis Le Caire, l’autre depuis Port Saïd (est).

En raison du choc violent, plusieurs wagons ont déraillé dans un champ et d’autres se sont encastrés les uns dans les autres. Les secours ont dû employer deux grues pour réussir à détacher les amas de tôles emmêlés.

« Peu après la prière du midi, nous avons entendu un bruit énorme. C’était comme une explosion, nous avons couru et vu l’accident », a raconté à l’AFP Ayman Mehdi, qui habite à quelques dizaines de mètres du lieu du drame.

« Il y avait un wagon fortement endommagé, il y avait à l’intérieur des cadavres et des restes humains », a ajouté ce chauffeur de camion de 35 ans.

Selon un secouriste, qui a requis l’anonymat, en plus des corps retirés des wagons, « il y avait beaucoup de restes humains qui ont été entassés dans une grande valise pour les besoins d’identification ».

Il a fallu deux grues pour soulever quatre wagons qui bloquaient la voie ferrée. Un train a traversé dans la journée la voie, mais il a dû ralentir en raison d’un rail légèrement courbé.

Le ministre des Transports Hicham Arafat, cité par une télévision égyptienne, a affirmé que les conducteurs des deux trains accidentés avaient été appréhendés pour interrogatoire alors que deux responsables et deux employés de l’Autorité des chemins de fer avaient été suspendus jusqu’à la fin des investigations.

Sur les lieux de l’accident, il a ensuite affirmé ignorer pourquoi le train s’était arrêté mais suggéré que c’était peut-être en raison « de feux de signalisation vétustes ». « C’est un gros problème et nous cherchons à les moderniser ».

– Plusieurs arrêts –

Un passager, blessé, du train qui s’est arrêté, a affirmé que celui-ci avait quitté la gare en retard. « Nous ne savons pas pourquoi il s’est arrêté », a-t-il dit à un média égyptien en soulignant qu’il avait stoppé auparavant plusieurs fois pendant le trajet.

Sous l’effet de la collision, « les gens ont été projetés et il y avait des cadavres », a-t-il ajouté.

Le président Abdel Fattah al-Sissi avait dès vendredi ordonné l’ouverture d’une enquête afin que les responsables de l’accident « rendent des comptes ».

L’Egypte connaît régulièrement de graves accidents routiers ou ferroviaires dus à une circulation anarchique, des véhicules vétustes, des routes et des voies ferrées mal entretenues et peu surveillées.

Les Egyptiens reprochent depuis longtemps au gouvernement de ne pas avoir réussi à réduire les accidents de transports.

L’accident ferroviaire de vendredi est le plus meurtrier depuis la collision en 2012 entre un bus scolaire et un train à un passage à niveau dans la province d’Assiout (centre) qui avait fait 47 morts.

En novembre 2013, une collision entre un train et un bus au sud du Caire avait fait 27 morts.

La tragédie ferroviaire la plus meurtrière dans l’histoire de l’Egypte s’est produite en 2002, quand un incendie survenu dans un train a fait 373 morts à une quarantaine de kilomètres au sud du Caire.

Romandie.com avec(©AFP / 12 août 2017 15h47)                

France: Mort tragique de l’écrivain Gonzague Saint Bris

août 8, 2017

L'écrivain Gonzague Saint Bris est mort à l'âge de 69 ans

L’écrivain Gonzague Saint Bris est mort à l’âge de 69 ans Crédits photo : Gorassini Giancarlo/ABACA

Âgé de 69 ans, il est décédé brutalement le 8 août dans un accident de la route. Il laisse une cinquantaine d’ouvrages, principalement des biographies historiques.

L’écrivain et journaliste Gonzague Saint Bris est décédé cette nuit du 7 au 8 août dans un accident de la route en Normandie près de Pont-l’Évêque. L’information a été annoncée par Le Point et confirmée par la gendarmerie de Pont-L’Évêque au Figaro. Le petit monde culturel français est frappé de stupéfaction face à la disparition brutale de cette figure omniprésente, silhouette reconnaissable à ses cheveux longs d’éternel romantique, qui animait la vie littéraire.

Dans une vingtaine de jours doit se tenir la manifestation ouvrant le bal de la rentrée littéraire, la 22e édition du festival La Forêt des livres, qu’il avait créé dans le village de Touraine, près de Loches, où il avait vu le jour le 26 janvier 1948. Une «forêt des livres» qu’il a contribué lui-même à peupler en n’écrivant pas moins d’une cinquantaine d’ouvrages, principalement sur l’Histoire et ses grands personnages, sa passion de toujours. On peut citer celles sur Léonard de Vinci, François 1er, Desaix ou encore Alfred de Vigny.

Écrivain médiatique, journaliste charismatique, aristocrate de nature mondaine, Gonzague Saint Bris est le fils du diplomate Hubert Saint Bris et d’Agnès Mame, elle-même descendante de Louis Mame, premier éditeur de la Comédie Humaine. Il est le deuxième d’une famille de huit enfants élevés au Clos Lucé en Touraine, la maison d’enfance de François Ier qui y logea un Léonard de Vinci vieillissant mais encore très actif. La propriété évocatrice, qui accueille aujourd’hui un nombre impressionnant de visiteurs venus du monde entier, en témoigne.

Un goût pour les grands personnages et les hauts faits

Cette enfance passée aux côtés des fantômes de l’Histoire a sans aucun doute fait éclore chez lui un goût pour les grands personnages et les hauts faits. Aux guerres et aux tourments du passé, il préférait la petite histoire, les secrets d’alcôves et les grandes passions amoureuses des puissants mais aussi les destins brisés qu’il savait raconter avec un goût certain, une pointe d’insolence et un sens affirmé de la vulgarisation.

À côté de l’image de l’écrivain germanopratin qu’intronisa le jeune homme beau dans les années 70, et à celle de l’écrivain ambitieux qui échoua par trois fois ces dernières années à entrer à l’Académie française, on retiendra aussi l’image d’un homme secret sachant cacher ses failles. Il les avait dévoilées dans son livre le plus personnel, Les Vieillards de Brighton (Grasset), paru en 2002 pour lequel il avait reçu le prix Interallié. Il y racontait une enfance qui ne fut pas si heureuse que le laisse supposer le charmant tableau de la famille qui possède et gère toujours le Clos Lucé.

A l’âge de cinq ans, à la suite d’une dispute avec son frère, son père le punit en l’envoyant un an pensionnaire dans un asile de vieillards du sud de l’Angleterre. «Je pénétrai dès lors dans la race des enterrés», expliqua-t-il au moment de la sortie de cet ouvrage qui narre la plongée effarante du garçonnet dans un univers sombre et halluciné. En 2007, il déclarait au magazine VSD: «Ma mère a eu sept garçons et une fille, et moi je n’ai eu qu’un désir: être un enfant unique. Vous comprenez dès lors pourquoi je cherche tant à me singulariser».

L’aventure des radios libres

Gonzague Saint Bris fut aussi un journaliste et chroniqueur infatigable, débutant à la République du Centre Ouest d’abord avant de rejoindre la presse nationale dont Le Figaro mais il fut également chroniqueur pour Elle ou Paris Match et directeur du magazine Femmes dont il fit un succès. Volontiers touche à tout, cet autodidacte gourmand contribua à l’aventure des radios libres et certains se souviennent avec émotion de ses qualités d’animateur sur la radio Europe 1 à la fin des années 1970, en particulier de l’émission «La ligne ouverte», où il recueillait la parole des auditeurs dans une remarquable ambiance d’écoute fraternelle.

Son dernier livre, Les Aristocrates rebelles, paraîtra fin août aux Arènes. Il est dédié à ses grands-parents paternels, morts en déportation pour faits de résistance.

Madagascar: au moins 34 morts dans un accident d’autocar

août 1, 2017

Antananarivo – Au moins 34 personnes sont mortes dans l’accident d’un autocar qui transportait de jeunes fidèles protestants vers le nord de Madagascar dans la nuit de lundi à mardi, selon un bilan de la gendarmerie et des hôpitaux.

« Le bus a mal abordé une montée et est tombé dans un ravin d’environ 20 mètres. Il a pris feu après avoir fait plusieurs tonneaux », a expliqué à l’AFP le commandant Herilalatiana Andrianarisaona, responsable de la communication de la gendarmerie.

« Douze corps calcinés ont été sortis du véhicule », a-t-il ajouté.

L’hôpital central de la capitale Antananarivo a publié mardi un communiqué annonçant la mort de 18 autres personnes.

A ce bilan s’ajoutent quatre autres victimes décédées à l’hôpital d’Ankazobe proche du lieu de l’accident, portant le total à 34 décès.

Le car emmenait plus d’une centaine de passagers de Soavinandriana (centre) vers une réunion de jeunes fidèles protestants à Mahajanga (nord). L’accident a eu lieu à 72 kilomètres de la capitale malgache, Antananarivo.

Les accidents meurtriers ne sont pas rares à Madagascar où le réseau routier comme les véhicules sont extrêmement vétustes.

En janvier, au moins 47 personnes sont mortes et 22 blessées lors de la sortie de route d’un camion qui les ramenait d’un mariage.

Romandie.com avec(©AFP / 01 août 2017 16h56)                                            

Congo: Accident du cortège de Parfait Kolelas

juillet 15, 2017

BRAZZAVILLE : accident du cortège de Parfait KOLELAS.

Un accident de circulation du cortège de Parfait KOLELAS au quartier MADIBOU, à Brazzaville, a eu lieu hier, vers Faubourg. Un camion bélier dudit cortège de YUKI a fait un accident. Il revenait de la campagne législative.
Le bilan des blessés et des morts ne cesse de s’alourdir. On compte depuis ce matin près de huit morts.
L’hôpital de MAKELEKELE était envahi hier par les blessés et les morts. Des gens ou parents se frayaient un passage dans l’enceinte de l’hôpital pour partir à la reconnaissance des victimes: blessés et morts. Chacun voulait avoir la priorité de trouver un médecin qui prendrait soin d’un parent blessé.

2 BJ de la gendarmerie sont rentrés et gazaient les blessés et la foule. Les bombes lacrymogène ont été lancés, sans pitié, à l’hôpital Makélékélé sur les gardes-malade en fuite. L’hôpital s’est vidé.

Photo de BrazzaNews.Photo de BrazzaNews.
Photo de BrazzaNews.
Photo de BrazzaNews.Photo de BrazzaNews.
Photo de BrazzaNews.
Avec Brazzanews.fr

Centrafrique: 77 morts dans un accident de la route

juillet 5, 2017

Bangui – Au moins 77 personnes ont trouvé la mort dans l’accident d’un camion de marchandises qui transportait aussi des passagers, mardi, sur une route du centre de la Centrafrique, entre les agglomérations de Bambari et Ippy, a-t-on appris mercredi de sources hospitalière et sécuritaire.

« Cinquante-neuf corps ont été déposés à la morgue de l’hôpital préfectoral de Bambari et 18 [récupérés] par les proches pour inhumation », a déclaré à l’AFP Michel Zahandji, membre du personnel de l’hôpital de Bambari.

Une soixantaine de blessés ont été admis dans le même hôpital, selon Médecins sans frontières (MSF), ONG présente sur place.

« Il s’agit d’un véhicule de 10 roues, transportant des tonnes de marchandises et des personnes en partance pour le marché hebdomadaire de Maloum, qui est tombé à la renverse avec toute sa cargaison », a expliqué Abel Matchipata, maire de Bambari.

« On a dénombré en tout 77 morts, pour la plupart des hommes. Mais il y a de nombreux blessés dont certains sont dans un état grave », a confirmé un gendarme de Bambari, qui a ajouté qu’une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de l’accident.

L’accident pourrait être lié « à des défaillances techniques et à la surcharge », a-t-il estimé.

« Ce n’est pas la première fois qu’un tel accident survient [dans cette zone]. Il y a des éléments de la gendarmerie, des forces onusiennes [sur place], mais on laisse passer des véhicules sur lesquels des personnes sont perchées comme des oiseaux », s’est insurgé auprès de l’AFP Hubert Tchénebou, habitant de Bambari joint par téléphone depuis Bangui.

Faute de moyens de transport suffisants en Centrafrique, de nombreux voyageurs s’entassent régulièrement dans des camions surchargés et souvent en très mauvais état.

Romandie.com avec(©AFP / 05 juillet 2017 19h19)                   

Congo: Véhicule accidenté du ministre Leonidas Carel Mottom Mamoni, le 4 juillet 2017

juillet 4, 2017

Le véhicule du ministre Leonidas Carel Mottom Mamoni en épave totale suite à l’accident survenu aujourd’hui 4 juillet 2017 entre OWANDO et MAKOUA. L’accident serais plus grave que le précédent.

 

On dit qu’il va être évacué, mais l’avion médicalisé ne veut pas se poser à Ollombo.

Problème. Cet aéroport n’est pas répertorié dans IATTA.

Photo de BrazzaNews.
Photo de BrazzaNews.
Photo de BrazzaNews.

La trame fâcheuse de l’accident venue des sages-Makouas

Mécontents de ce qui se passe pour l’incarcération de leurs fils Jean-Marie Michel Mokoko et Jean Ngouabi, les sages-Makouas, à l’abri des regards indiscrets, ont décidé lundi 3 juillet au soir, qu’ils ne pouvaient pas permettre que le cortège du ministre de la culture Léonidas MOTTOM MAMONI traverse la ville de MAKOUA pour aller à Ouesso. Plusieurs « barrières », connus des initiés, ont été érigées autour de la ville de Makoua pour contrer cette traversée du ministre de la culture.

Cet accident qui survient à PAMBODZAKA dans l’agglomération de Makoua à quelques kilomètres de la ville de Makoua est une réussite du dispositif mis en place lundi soir. Il s’agit en fait d’un désaveu envers le pouvoir de Sassou Nguesso et envers les agissements zélés de monsieur Firmin AYESSA, beau-père et directeur du cabinet du dictateur. Les Makouas n’ont guère apprécié le traître F. AYESSA qui tente de diviser les Makouas mais aucun Makoua qu’il soit de la rive gauche ou de la rive droite(*), n’aime F. AYESSA.

En effet, depuis que F. AYESSA est à côté de Sassou Nguesso, il n’y a pas eu d’émergence d’une autre élite Makoua. Il a œuvré pour bloquer tous les dossiers des Makouas. Makoua est même devenu un village en ruine. Monsieur F. AYESSA est d’ailleurs le candidat unique de la circonscription de Makoua à toutes les élections depuis Sasou Nguesso 2 et 3.

Les résistants extérieurs à la dictature vous l’ont d’ailleurs déjà dit dans un article récent que la réaction des sages de Makoua, a toujours précédé et entrainé la chute des différents gouvernements du Congo: Sassou Nguesso le sait d’ailleurs. C’est la raison pour laquelle Sassou Nguesso a dépêché nuitamment ces conseillers occultes qui sont allés vers la Sangha.

Pourquoi F. AYESSA n’a-t-il pas prévenu son ami du gouvernement, monsieur le ministre de la culture Léonidas MOTTOM MAMONI, qu’il ne fallait pas traverser Makoua pendant ces temps de contestation du régime de Mpila ? Les faux-sages n’est-il pas une partie de combine entre F. AYESSA et SASSOU NGUESSO de sacrifier MOTTOM MAMONI ? « A malin, main et demi » : les vrais sages Makouas ont déjoué les faux-sages de F. AYESSA hier lundi 3 juillet 2017.

Avec Brazzanews.fr et Zenga-mambu.com

France: accident provoqué par un barrage de migrants, un mort

juin 20, 2017

Lille – Un chauffeur a été tué dans la nuit de lundi à mardi près de Calais (nord de la France) dans un accident provoqué par un barrage de migrants, une première depuis le début de la crise migratoire en 2014.

Vers 03H45 (01H45 GMT), un barrage de troncs d’arbres installé par des migrants sur l’autoroute a provoqué « le décès du conducteur d’une camionnette, immatriculée en Pologne », a annoncé la préfecture.

« La camionnette a percuté l’un des trois poids lourds bloqués par le barrage et s’est embrasée », a-t-elle précisé. L’identité du conducteur n’était pas connue à ce stade, « compte tenu de l’état du corps », a-t-elle ajouté.

Neuf migrants érythréens ont été interpellés dans l’un des poids lourds bloqués par le barrage et placés en garde à vue.

Selon une source policière, ils sont poursuivis pour « homicide involontaire », « entrave à la circulation » et « mise en danger de la vie d’autrui ».

L’installation de barrages de fortune dans la région, principalement la nuit, par des migrants désespérés, dans l’espoir de ralentir des camions allant en Grande-Bretagne et d’arriver à s’y cacher, était quasi-quotidienne lorsque le bidonville surnommé la « Jungle » existait encore.

Cette pratique avait cessé avec son démantèlement en octobre 2016, mais elle a repris depuis fin mai et le retour marqué des migrants dans la région.

Deux organisations de transporteurs routiers ont réclamé des mesures aux pouvoirs publics après cet accident.

« Il est nécessaire que les pouvoirs publics locaux et nationaux puissent immédiatement, en concertation avec la profession, prendre les mesures les plus adaptées pour traiter ces problématiques et éviter qu’un nouveau drame ne survienne », réclament dans un communiqué ces deux organisations, TLF et la FNTR.

« On avait averti que cela pouvait arriver et c’est arrivé! (…) aujourd’hui il est urgent de renforcer la présence policière », a estimé David Sagnard, responsable de la Fédération nationale des transports routiers (FNTR).

Un syndicat de policiers a également réagi: « Calais est devenue une zone d’anarchie soigneusement entretenue par divers acteurs associatifs et institutionnels (…) L’UNSA Police exige le démantèlement régulier des installations de migrants à Calais », a déclaré son secrétaire général Philippe Capon.

Entre 400 et 600 migrants vivent à Calais et dans ses environs dans des conditions précaires, toujours dans l’espoir de rallier l’Angleterre.

Romandie.com avec(©AFP / 20 juin 2017 12h57)                                            

Turquie: un bus s’écrase en contrebas d’une route, au moins 20 morts

mai 13, 2017

Un bus à Hatayhamani, le 7 avril 2017 en Turquie / © AFP/Archives / OZAN KOSE

Au moins 20 personnes ont été tuées et 11 grièvement blessées samedi lorsqu’un bus transportant des touristes locaux a raté un virage et s’est écrasé en contrebas d’une route dans le sud-ouest de la Turquie, selon les autorités locales.

« Malheureusement, nous avons 20 morts et 11 blessés graves », a déclaré Amir Ciçek sur la chaîne d’information NTV. « C’est un accident effroyable », a déclaré le gouverneur de la province de Mugla, en précisant que le véhicule transportait une quarantaine de passagers, dont de nombreuses femmes.

L’accident s’est produit dans le col de Sakar, à un niveau où la route est marquée par des virages serrés, dans une zone montagneuse proche de la station balnéaire de Marmaris, selon les médias turcs.

Le véhicule est sorti d’un virage, détruisant la barrière de sécurité, puis a plongé dans le vide avant de s’écraser sur une route située en contrebas, selon les images des chaînes de télévision qui montrent des secouristes s’affairer autour de l’épave du minibus.

« Une enquête sur les causes de l’accident est en cours. Les freins du bus ont peut-être lâché », a déclaré le gouverneur Ciçek sur NTV.

Cité par le quotidien Hürriyet, le maire de Marmaris, Ali Acar, a évoqué « une erreur du conducteur », sans autre précision.

« Aucun touriste étranger n’a été tué, toutes les victimes sont des concitoyens », a précisé le gouverneur de Mugla.

Marmaris est l’une des principales stations balnéaires de la côte méditerranéenne de la Turquie, et de nombreux Turcs profitent des températures qui grimpent pour y passer le week-end.

Certains médias turcs ont rapporté que ce bus qui était parti de la ville d’Izmir (ouest) transportait exclusivement des femmes et des enfants qui participaient à une excursion pour marquer la fête des mères, célébrée dimanche en Turquie.

Les blessés ont été transportés dans des hôpitaux de la province de Mugla, selon l’agence de presse Dogan.

La circulation a été interrompue dans les deux sens de circulation, ont indiqué les médias turcs.

Romandie.com avec(©AFP / 13 mai 2017 13h39)                

Accident de la route samedi en Guinée: au moins 21 morts (nouveau bilan)

mai 7, 2017

Conakry – Au moins 21 personnes ont péri samedi en Guinée dans la collision entre un camion et un minibus près de Dubréka, au nord de Conakry, selon un nouveau bilan communiqué dimanche par la police et un syndicat de transporteurs à l’AFP.

Le minibus, bondé, a été écrasé par le camion, dont la benne était remplie de sable au moment de l’accident, près de cette ville située à environ 50 km de Conakry, selon un journaliste de l’AFP et des témoins. Samedi, la gendarmerie avait annoncé à l’AFP une dizaine de morts.

« Le bilan de l’accident mortel survenu samedi près de Dubréka est d’au moins 21 morts, dont douze femmes », a déclaré le directeur central de la police routière, le commissaire Babacar Sarr, faisant également état de 33 blessés.

Le commissaire Sarr a expliqué que le minibus était « bondé », avec des passagers jusque « sur le porte-bagages ». Ces voyageurs se rendaient à un mariage à Fria (environ 150 km au nord de Conakry).

Le chauffeur du minibus « a effectué un dépassement dangereux près de Dubréka », son véhicule « s’est retrouvé nez-à-nez avec un camion qui transportait du sable et le pire s’est produit », a-t-il précisé.

Le même décompte de morts a été établi par le secrétaire général du Syndicat des transporteurs de la région, Balaké Diallo, joint au téléphone par l’AFP.

« Le bilan s’est malheureusement alourdi dans la nuit. Au-delà de la dizaine de morts sur le lieu de l’accident, nous avons enregistré d’autres cas de décès parmi les blessés, portant le nombre à 21 morts actuellement », a affirmé M. Diallo.

Il a précisé ne pas être en mesure d’indiquer le nombre de blessés, qui ont été évacués dans divers hôpitaux à Dubréka et Conakry.

Le directeur de l’hôpital de Dubréka, le Dr Sékouba Bakayoko, a indiqué à la radio nationale que son établissement avait accueilli plusieurs blessés graves, parmi lesquels « il y a assez de trauma, des cas de fracture graves ».

Dans un communiqué diffusé samedi soir, le gouvernement guinéen s’était ému de l’accident, sans fournir de bilan.

« Le gouvernement a appris, avec une vive émotion et une profonde affliction, l’accident de circulation survenu ce samedi 66 mai dans la préfecture de Dubréka et qui a provoqué de nombreuses pertes en vies humaines et des blessés », indiquait-il.

« Les autorités compétentes, à cet effet, mènent des investigations dans le but d’élucider les circonstances de cet accident et situer les responsabilités », affirmait-il.

Il a également « rappelé à tous les usagers de la route l’impérieuse nécessité d’observer les règles élémentaires de sécurité routière ».

Des accidents de la route meurtriers surviennent souvent en Guinée et sont généralement dus au mauvais état des routes et des véhicules, et à l’imprudence des conducteurs.

Romandie.com avec(©AFP / 07 mai 2017 14h23)                                            

Tanzanie : 29 enfants tués dans l’accident d’un car scolaire

mai 6, 2017

Fenêtre d’une école eà Kilolo, en Tanzanie, le 1er septembre 2008 / © AFP/Archives / TONY KARUMBA

Au moins 29 enfants sont morts samedi dans l’accident d’un car scolaire dans le nord de la Tanzanie, ainsi que deux professeurs et le chauffeur du car, a annoncé le directeur de l’école.

« Nous avons perdu 29 élèves, deux membres de notre personnel et le conducteur est mort aussi », a déclaré Innocent Mushi, directeur de l’école Lucky Vincent d’Arusha. Douze garçons et dix-sept filles sont morts, a-t-il précisé, déplorant « une grande tragédie ».

L’accident s’est produit samedi matin. Le bus est sorti de la route, et s’est écrasé dans la rivière Marera, dans le district de Karatu.

Les élèves, en dernière année de premier cycle, âgés de 12 à 14 ans, étaient en route pour passer des examens blancs, en vue de postuler à des écoles secondaires.

Le président John Magufuli a présenté ses condoléances aux familles.

« Cet accident anéantit le rêve de ces enfants qui se préparaient à servir la nation. C’est une douleur immense pour les familles et pour la nation entière », a déclaré le président tanzanien dans un communiqué.

Romandie.com avec(©AFP / 06 mai 2017 16h39)