Posts Tagged ‘Accident’

Congo-Makoua: six villageois qui ont dépouillé deux accidentés sur la RN2 ne bandent plus

janvier 19, 2023
 Makoua: six villageois qui ont dépouillé deux accidentés sur la RN2 ne bandent plus

Sur la route nationale 2 peu après Makoua à destination de la Sangha, six hommes d’un village n’ont plus d’érection et la cause serait selon plusieurs féticheurs deux accidentés qu’ils ont dépouillé au lieu de secourir. Deux hommes en provenance de Ouesso, à bord d’un véhicule qui a fait une sortie de route peu avant Makoua n’ont dû leur salut que grâce à un bus de voyageurs qui s’est arrêté pour les porter secours. Dans leur détresse, ils ont été dépouillé de leurs biens par six villageois, lesquels souffrent aujourd’hui d’un problème d’érection.

C’est la mode au Congo où les anti valeurs semblent prendre place chez les humains. Ils n’hésitent plus à dépouiller les personnes victimes d’un accident de circulation sur les routes congolaises. On voit souvent comment les riverains se jettent sur les produits que transportent des véhicules accidentés. Au lieu de porter secours au chauffeur, on vole les casiers de bière ou d’autres marchandises.

Un véhicule en provenance de Ouesso et à destination de Gamboma avec à son bord deux personnes, a été victime d’un accident après avoir percuté violemment un animal. Les deux occupants se sont retrouvés coincés dans le véhicule appelant à l’aide. Six villageois se sont précipités sur le lieu de l’accident et au lieu de porter secours aux victimes, ils les ont dépouillé de tous leurs biens. C’est un bus qui s’est arrêté pour les secourir.

Depuis, ces six villageois éprouvent des difficultés à avoir une érection et tous les féticheurs, guérisseurs consultés leurs demandent d’aller s’excuser auprès de leurs victimes qui vivent à Gamboma.

Avec Le Congolais.fr

Sénégal : un nouvel accident de la route met le gouvernement sous pression

janvier 16, 2023

DRAME. Cet accident, qui a fait 20 morts et des dizaines de blessés, intervient alors que l’État a annoncé des mesures pour renforcer la sécurité routière.

La collision entre un car et un camion a eu lieu pres de Sakal, dans le nord du Senegal, ce 16 janvier 2023.
La collision entre un car et un camion a eu lieu près de Sakal, dans le nord du Sénégal, ce 16 janvier 2023.© OUSSEYNOU DIOP / AFP

Une semaine après le terrible accident qui a fait 42 morts à Kaffrine (Centre-Ouest), un nouvel accident tragique s’est produit ce 16 janvier à Sakal, dans la région de Louga, dans le nord du Sénégal. Cette fois-ci, une collision entre un car et un camion a fait des morts. « Encore un autre accident mortel sur nos routes à l’entrée de Ngeun Sarr. Dix-neuf vies humaines perdues », a tweeté le président Macky Sall, avant que le gouvernement ne révise le bilan à la hausse pour le porter à 20 morts et 24 blessés, dont 19 graves.

L’insécurité routière, un fléau 

Un témoin interrogé par la radio privée RFM a rapporté que le car avait fait un écart pour éviter un âne, un de ces animaux nombreux à divaguer sur ou au bord des routes au Sénégal. Le choc est survenu près de la localité de Sakal (Nord), dans la région de Louga.

Le 8 janvier, c’est l’éclatement d’un pneu, selon l’enquête, qui avait provoqué le téléscopage de deux bus dans le centre du pays. Quarante-deux personnes étaient mortes, selon un nouveau bilan.

Ces accidents remettent en lumière les maux de la route bien connus au Sénégal comme dans de nombreux pays d’Afrique : vétusté et aménagement dangereux des véhicules, conduite inconsidérée, ou encore corruption répandue des agents chargés de faire respecter les lois ou passer le permis de conduire.

Le drame du 8 janvier, l’un des plus meurtriers au Sénégal ces dernières années, a suscité un flot de critiques contre les autorités pour leur incapacité à faire respecter les règles de conduite, mais aussi la réglementation sur l’état des véhicules.

Le gouvernement a annoncé dans la foulée une vingtaine de mesures. Nombre d’entre elles sont décriées comme étant inapplicables par les professionnels du transport, les principaux concernés. Le chef de l’État en a réaffirmé la nécessité sur Twitter. L’accident de lundi « met en évidence la nécessité de renforcer les mesures de sécurité routière », a-t-il dit.

Bras de fer entre l’État et les transporteurs

Nombre de professionnels ont jugé les mesures en déphasage avec les réalités économiques ou les modes de vie, par exemple l’interdiction faite aux bus et minibus de circuler la nuit, ou l’interdiction d’importer des pneus usagés.

Les bus convoyant des passagers aussi bien que des marchandises sont un moyen de transport essentiel entre localités, faute d’autres solutions. Les bus sont communément transformés pour accroître leur capacité et équipés de porte-bagages de toit souvent surchargés au point de menacer la tenue de route.

Non seulement les passagers emportent volontiers des effets volumineux, mais les porte-bagages sont une source de revenus supplémentaires pour les transporteurs.

Une partie des syndicats de transport a annoncé une grève illimitée à partir de mardi pour protester. « Régulation du secteur : l’État dans un gros bouchon », titrait lundi en première page le journal Le Quotidien. Les autorités ont vite fait marche arrière sur l’interdiction d’équiper les cars de porte-bagages et ont accordé un délai d’un an.

Le gouvernement aurait fait d’autres concessions. Une organisation syndicale a refusé de faire grève après avoir obtenu la révision de différentes mesures annoncées, par exemple sur l’âge maximum des véhicules autorisés à rouler, lors d’une rencontre au ministère la semaine passée, a dit un responsable cité dans la presse.

Autre motif de confrontation entre le gouvernement et les transporteurs, dans un contexte inflationniste : les prix. Des exploitants de minibus viennent d’annoncer une hausse de leurs tarifs dans la région de Dakar, arguant de la baisse récente par l’État des subventions aux carburants et de l’augmentation de 100 francs CFA (15 centimes d’euros) des prix du gazole et du super.

Le gouvernement a refusé cette augmentation qui serait illégale selon lui, faute d’avoir été validée par les autorités. Les accidents de la route tuent officiellement 700 personnes chaque année au Sénégal, pays de plus de 17 millions d’habitants. Le Sénégal accusait en 2019 une mortalité sur les routes de 24 pour 100 000 habitants, et l’Afrique subsaharienne de 27 pour 100 000, pour un taux de 6 pour 100 000 dans l’Union européenne et de 2 en Suisse, selon la Banque mondiale.

Par Le Point (Avec AFP)

Macky Sall décrète un deuil national après un accident de bus meurtrier au Sénégal

janvier 9, 2023

Le président sénégalais a annoncé un deuil national de trois jours et des mesures immédiates pour améliorer la sécurité routière, après la collision de deux bus qui a fait trente-neuf morts et une centaine de blessés.

La scène de l’accident de bus du 8 janvier à Kaffrine, au centre du Sénégal. © Cheikh Dieng / AFP

C’est l’accident le plus meurtrier de ces dernières années au Sénégal. Une collision entre deux bus a eu lieu autour de 3 heures locales (et GMT) dans la nuit de samedi à dimanche à Sikilo, près de la ville de Kaffrine, à environ 250 km au sud-est de Dakar. Selon les sapeurs-pompiers et les autorités locales, 39 personnes ont été tuées et une centaine blessées. Un drame qui a conduit le président Macky Sall à décréter un deuil national de trois jours et à annoncer des mesures immédiates pour améliorer la sécurité routière.

Le gouvernement a précisé que 53 personnes avaient été hospitalisées et 42 blessés plus légers traités dans des centres de santé locaux. « Les deux bus auraient contenu 139 voyageurs au moment de l’accident », a souligné le gouvernement dans un communiqué. Dix des blessés sont en « urgence vitale », a précisé le président Macky Sall après s’être rendu au chevet des blessés, à l’hôpital de Kaffrine, en compagnie de son Premier ministre, Amadou Ba. « Plus de 20 corps ont déjà été identifiés et bientôt pourront être remis à leur famille », a-t-il ajouté.

Le chef de l’État a promis des mesures rapides pour éviter la réédition d’une nouvelle « tragédie » de ce genre. « On ne peut pas exposer la vie de nos compatriotes dans un système de transport qui fait fi du respect de la vie humaine », a affirmé Macky Sall. Dès ce lundi, le Premier ministre devait réunir un conseil interministériel pour prendre des mesures portant sur l’état des véhicules, le contrôle technique, la délivrance du permis de conduire ou encore les horaires de transport. « Nous sommes prêts, bien entendu, en tant qu’État, à accompagner le secteur des transports pour le renouvellement du parc et la limitation des âges des véhicules de transport en commun qui nous viennent de l’étranger », a-t-il fait savoir, assurant que les mesures nécessaires seraient « prises dès demain ».

« Fléau » sur le continent

Le maire de Kaffrine, Abdoulaye Saydou Sow, par ailleurs ministre de l’Urbanisme et du Logement, et le procureur de la République de la ville voisine de Kaolack ont imputé la collision à l’éclatement d’un pneu d’un des deux bus, qui a alors dévié de sa trajectoire. Le principal opposant sénégalais, Ousmane Sonko, candidat à l’élection présidentielle de 2024, a indiqué sur Twitter reporter une opération de levée de fonds en raison de l’accident et appelé les autorités à « accorder une attention prioritaire » à l’insécurité routière, un « fléau aux conséquences humaines, sociales et économiques désastreuses pour le pays ».

Les accidents de bus sont fréquents sur le continent, en raison du mauvais entretien des véhicules, de routes en piteux état, mais aussi d’erreurs de conduite, de nombreux automobilistes étant détenteurs de permis achetés auprès d’inspecteurs corrompus, sans avoir jamais fréquenté d’auto-école. Vingt-et-une personnes ont ainsi péri samedi soir en Afrique de l’Est dans un accident de bus à la frontière entre le Kenya et l’Ouganda, a indiqué dimanche la police ougandaise. Selon la police, 49 personnes ont été blessées. Selon les premiers éléments de l’enquête, le chauffeur aurait perdu le contrôle du véhicule en raison d’une vitesse excessive.

Le gouvernement ougandais prépare lui aussi de nouvelles mesures pour améliorer la sécurité routière après une hausse des accidents mortels pendant la période des fêtes de fin d’année. Selon la police ougandaise, 104 accidents de la route ont été enregistrés en seulement trois jours, du 30 décembre au 1er janvier, faisant 35 morts et 114 blessés.

Par Jeune Afrique (Avec AFP)

Canada-Québec: Une femme est morte après avoir été coincée entre deux véhicules en Abitibi-Ouest

novembre 2, 2022
Des gyrophares d'une voiture de la Sûreté du Québec

L’accident a eu lieu à Macamic en Abitibi-Ouest. (archives) Photo : Sûreté du Québec/Olivier Leclerc

La femme qui s’est retrouvée coincée entre deux véhicules dans une cour privée ce matin à Macamic a succombé à ses blessures.

La victime était âgée d’une trentaine d’années selon la Sûreté du Québec.

Les policiers ont été contactés vers 6 heures mercredi pour lui venir en aide.

Elle a été transportée au centre hospitalier dans un état critique où malheureusement son décès a été constaté , rapporte Nancy Fournier, agente à l’information pour la Sûreté du Québec.

L’enquête se poursuit, mais la thèse accidentelle est privilégiée par les policiers pour le moment.

Selon nos informations, c’est une dame qui se trouvait dans une cour privée. Elle s’est malheureusement retrouvée coincée entre son véhicule et un autre véhicule qui était stationné, avait décrit Nancy Fournier tôt mercredi matin

Avec Radio-Canada

Inde: L’ancien président de Tata, Cyrus Mistry, est mort dans un accident de voiture

septembre 4, 2022

Le milliardaire Cyrus Mistry est mort alors qu’il se rendait à Mumbai. Une autre personne est morte, et deux passagers sont blessés, selon la BBC.

Cyrus Mistry, l'ancien patron de Tata, est mort dans un accident de la route en Inde dimanche.
Cyrus Mistry, l’ancien patron de Tata, est mort dans un accident de la route en Inde dimanche.© HARISH TYAGI / EPA

Le milliardaire et ancien patron de Tata, Cyrus Mistry, est mort dimanche dans un accident de voiture, selon la BBC. Il se rendait à Mumbai dans l’après-midi (heure locale) quand l’accident s’est produit à Palghar, au nord de sa destination, affirme la police locale. Le véhicule aurait heurté un diviseur alors qu’il traversait un pont. Une autre personne est décédée, et deux autres ont été transportées à l’hôpital. Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances de l’accident.

Le Premier ministre, Narendra Modi, a réagi sur Twitter : « La disparition prématurée de Shri Cyrus Mistry est choquante. C’était un chef d’entreprise prometteur qui croyait aux prouesses économiques de l’Inde. Son décès est une grande perte pour le monde du commerce et de l’industrie. Condoléances à sa famille et ses amis. Que son âme repose en paix. »

Cyrus Mistry avait été évincé de Tata, le plus gros groupe indien, en 2016, après avoir été critiqué sur les performances du conglomérat sous sa direction. Il avait été remplacé par Ratan Tata, qui avait été lui-même remplacé par Cyrus Mistry quatre ans plus tôt. Le licenciement du milliardaire avait secoué l’Inde et avait terminé au tribunal, qui avait statué en faveur de Tata. Cyrus Mistry est seulement le deuxième président du conglomérat à ne pas porter le nom du fondateur, éponyme du nom de l’entreprise.

Avec Le Point

Canada: La nutritionniste Cynthia Marcotte s’éteint après un accident de vélo

juillet 19, 2022
Cynthia Marcotte et son conjoint William, tout sourire, avec leur casque de vélo, devant un cours d'eau.

Cynthia Marcotte et son conjoint William, à vélo, avant l’accident. Photo :  Capture d’écran – Facebook/Cynthia Marcotte Nutritionniste

Cynthia Marcotte et son conjoint se promenaient à vélo samedi soir lorsqu’ils ont été happés par un véhicule, à Notre-Dame-de-Lourdes, dans le Centre-du-Québec.

L’accident s’est produit sur la route 265 vers 20 h 30. Les cyclistes roulaient en direction nord quand ils ont été heurtés par le véhicule qui circulait dans la même direction.

La femme de 29 ans a succombé à ses blessures quelques heures après son arrivée à l’hôpital, alors que l’homme a subi des blessures sérieuses, mais les autorités ne craignent plus pour sa vie.

Un reconstitutionniste de la Sûreté du Québec a été dépêché sur les lieux. L’enquête est toujours en cours.

Les causes de la collision ne sont pas connues pour le moment.

Les enquêteurs ont rencontré le conducteur du véhicule, âgé de 45 ans.

Vague d’amour sur les réseaux sociaux

Sur les réseaux sociaux, le décès de la nutritionniste et influenceuse québécoise a fait grand bruit. C’est le conjoint de Cynthia Marcotte, William, qui a annoncé la nouvelle aux internautes sur la page Facebook de sa conjointe.

Le nutritionniste Bernard Lavallée a offert ses condoléances à la famille. Il n’y a aucun mot assez fort pour exprimer à quel point je suis désolé. Cynthia était une rassembleuse dans la profession. Elle a toujours été très généreuse de ses connaissances et aidait tout le monde. Je peux affirmer que l’ensemble des nutritionnistes au Québec sont très affectés par la nouvelle, a-t-il écrit.

La docteure en nutrition Isabelle Huot a également commenté. Une perte énorme. On adorait tous Cynthia, une femme et une professionnelle d’exception. Bon courage dans cette épreuve si difficile, a-t-elle exprimé à la suite de la publication.

L’équipe de L’épicerie a tenu à réagir au décès de la blogueuse sur sa propre page. Cynthia Marcotte avait collaboré quelques fois à l’émission. «  Nous apprenons avec beaucoup de tristesse le décès tragique de la nutritionniste Cynthia Marcotte […] qui avait à cœur la santé physique et mentale des jeunes  », peut-on lire sur Facebook.

Un hommage à Cynthia Marcotte a aussi été fait par les Éditions La Presse, qui avaient publié son ouvrage La faim, en 2019. « Son livre reste un des éléments marquants de notre catalogue. Son œuvre ne s’achève pas ici, brutalement au bord d’une route. Elle se poursuit dans l’impact qu’elle a auprès de celles et ceux qui l’ont suivie à raison avec intérêt. Des Cynthia Marcotte, il n’y en a jamais assez. La perdre ainsi, si tôt dans la vie, est évidemment un drame humain. C’est aussi un appauvrissement social. », a écrit le directeur général de la maison d’édition, Jean-François Bouchard.

Avec Radio-Canada

Congo-Madingou : 1 mort et 43 blessés dans un accident d’Océan du Nord, le chauffeur dormait et ronflait

juin 26, 2022

Un bus de la société Ocean du Nord qui assurait la liaison entre Ouesso et Pointe-Noire a été victime d’un accident vers minuit entre Bouansa et Madingou. Le chauffeur qui s’est endormi au volant est l’auteur de ce grave accident qui a coûté la vie à un passager et causé 43 blessés dont 2 dans un état critique. Les blessés ont été acheminés aux hôpitaux de Madingou et Nkayi.

Après des mois de repos et respect à la vie de ses passagers, Océan du Nord a repris le chemin des accidents mortels sur la RN1. Un bus de cette société qui assurait la liaison entre Ouesso et Pointe-Noire est sorti de la voie entre Bouansa et Madingou à cause du chauffeur du dormait au volant.

On compte 43 blessés graves et 1 mort. La fatigue du chauffeur est la cause de cet accident qui vient une fois endeuillé les familles ayant fait confiance à cette société maléfique. Comment peut-on laisser un chauffeur conduire pendant plus de 12 heures sans le remplacer ?

36 des blessés ont été admis à l’hôpital de Nkayi et les 7 autres à celui de base de Madingou qui sont d’ailleurs très mal équipés. Des pertes tristes pour ces passagers qui comme toujours ne seront jamais dédommagés par Océan du Nord qui semble avoir fait de la mort son fond de commerce.

Avec Sacer-infos par Stany Frank

Gaspard Ulliel est mort des suites d’un accident de ski

janvier 19, 2022

L’acteur, âgé de 37 ans, avait été transporté par hélicoptère au CHU de Grenoble, mardi après-midi, après être entré en collision avec un autre skieur.

Gaspard Ulliel, lors du 17e Festival international du film de Marrakech, le 8 décembre 2018.
Gaspard Ulliel, lors du 17e Festival international du film de Marrakech, le 8 décembre 2018. MOSA’AB ELSHAMY / AP

L’acteur français Gaspard Ulliel est mort, mercredi 19 janvier, des suites d’un accident de ski survenu la veille à La Rosière (Savoie), a annoncé sa famille dans un communiqué transmis à l’Agence France-Presse (AFP) par son agent. Il avait 37 ans.

Mardi, peu avant 16 heures, Gaspard Ulliel avait été transporté par hélicoptère au centre hospitalier universitaire (CHU) de Grenoble après être entré en collision avec un autre skieur au croisement de deux pistes bleues, selon une porte-parole de la station. Selon la gendarmerie, l’état de l’acteur avait alors été jugé très critique. Une enquête a été ouverte et confiée à la compagnie républicaine de sécurité (CRS) des Alpes, a, par ailleurs, annoncé le parquet d’Albertville.

Le décès de Gaspard Ulliel a suscité un flot de réactions émues du distributeur Gaumont, de confrères comme de membres du gouvernement.

« Gaspard Ulliel a grandi avec le cinéma et le cinéma a grandi avec lui. Ils s’aimaient éperdument. C’est le cœur serré que nous reverrons désormais ses plus belles interprétations et croiserons ce certain regard. Nous perdons un acteur français », a immédiatement réagi le premier ministre, Jean Castex, sur Twitter.

« Sa sensibilité et l’intensité de son jeu faisaient de Gaspard Ulliel un acteur d’exception. Le cinéma perd aujourd’hui un immense talent. J’adresse mes condoléances à ses proches et mes pensées affectueuses à tous ceux qui le pleurent aujourd’hui », déclaré la ministre de la culture, Roselyne Bachelot.

Pierre Niney, qui avait lui aussi incarné Yves Saint Laurent à l’écran, et remporté pour ce rôle le César, s’est dit « le cœur brisé ». « Gaspard était la bienveillance et la gentillesse. La beauté et le talent », a-t-il confié sur Twitter.

César du meilleur acteur

Sa dernière apparition sur les écrans remonte à l’automne dernier où il partageait l’affiche de la comédie La Vengeance au triple galop, d’Alex Lutz, avec Leïla Bekhti et Audrey Lamy. Deux ans auparavant, il était à l’affiche du film Sibyl, de Justine Triet, avec Virginie Efira et Adèle Exarchopoulos. Le film avait été présenté en compétition au Festival de Cannes de 2019.

Devenu en quelques années un acteur phare du cinéma français, Gaspard Ulliel est au casting de la minisérie Marvel Moon Knight, prochainement diffusée sur Disney +.

Révélé à 19 ans dans Les Egarés (2003), d’André Téchiné, aux côtés d’Emmanuelle Béart, où il incarne Yvan, un garçon plutôt sauvage qui, pendant l’exode, traverse les routes de France avec deux enfants et leur mère, Gaspard Ulliel a ensuite interprété un soldat de la première guerre mondiale dans Un long dimanche de fiançailles (2004), réalisé par Jean-Pierre Jeunet, un rôle qui lui a valu le César du meilleur espoir masculin en 2005.

L’acteur avait impressionné en 2014 pour son interprétation du couturier Yves Saint Laurent dans le biopic de Bertrand Bonello. En 2017, il a décroché le César du meilleur acteur pour son rôle dans Juste la fin du monde, de Xavier Dolan. Il y incarnait un écrivain retrouvant sa famille après douze ans d’absence, à qui il venait annoncer sa mort prochaine.

« Un garçon étrange, difficile à percer »

Né le 25 novembre 1984 de parents stylistes, il a passé son enfance entre l’école et l’appartement familial, dans le centre de Paris, où il dessinait pendant des heures. C’est une amie de sa mère qui lui propose d’intégrer l’agence de comédiens qu’elle vient de créer. Il n’a que 11 ans mais obtient très vite un petit rôle dans un téléfilm.

Après quelques stages d’été au cours Florent, il s’inscrit après son bac à l’université de Saint-Denis pour des études de cinéma qu’il abandonnera d’autant plus vite que sa carrière va vite décoller. Il est remarqué par Michel Blanc qui lui offre en 2002 un rôle dans une comédie à succès, Embrassez qui vous voudrez.

En 2009, on le retrouve en fils d’Isabelle Huppert dans Un barrage contre le Pacifique, de Rithy Panh, mais aussi en rejeton de Jean Reno dans un thriller, Le Premier Cercle. En 2010, il joue Henri de Guise dans La Princesse de Montpensier, de Bertrand Tavernier.

Devenu un acteur de premier plan, il enchaîne les tournages, y compris aux Etats-Unis dans Hannibal Lecter : les origines du mal, qui conte les jeunes années du serial killer cannibale. Son premier rôle en anglais.

Un contrat signé avec la marque Chanel pour laquelle il devient l’égérie d’un parfum lui a fait dire :

« Tout à coup, j’ai eu un confort financier qui m’a permis de choisir, d’attendre, de ne pas inonder les écrans. »

Un de ses metteurs en scène, Rodolphe Marconi, qui l’a fait tourner dans Le Dernier Jour, dit de lui :

« Gaspard est un ciel bleu traversé de nuages qui n’éclatent jamais. Un garçon étrange, difficile à percer. Il a sûrement une fêlure, le jour où ça va s’ouvrir, ça va faire mal… »

L’acteur était père d’un petit garçon.

Le Monde avec AFP

Écrasement d’un avion en Russie: 15 parachutistes meurent

octobre 10, 2021

MOSCOU — Un avion transportant des parachutistes s’est écrasé dimanche peu après son décollage dans le centre de la Russie, tuant 15 des 22 personnes à bord.

© Fournis par La Presse Canadienne

Le L-410, un biturbopropulseur de fabrication tchèque, s’est écrasé près de la ville de Menzelinsk, à environ 960 kilomètres à l’est de Moscou.

Le ministère des Urgences a déclaré que sept personnes avaient été extraites vivantes de l’épave, dont au moins une qui est gravement blessée.

La cause de l’accident n’a pas été déterminée dans l’immédiat.

By The Associated Press

Canada-Québec: Un avion s’est écrasé dans le secteur Ville-Marie à Montréal

octobre 2, 2021

MONTRÉAL — Un appel aux services d’urgence a été lancé samedi soir vers 18h00 pour signaler un écrasement d’avion à Montréal près du pont de la Concorde, dans le secteur de Ville-Marie.

© Fournis par La Presse Canadienne

Selon un communiqué du Bureau de la sécurité des transports (BST), une équipe d’enquêteurs a été envoyée sur les lieux où l’appareil Cessna 172 qui remorquait une bannière s’est écrasé.

Les informations recueillies par les services d’urgence portent à croire que deux personnes se trouvaient à bord.

Selon la porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal Véronique Comtois, une personne est décédée et la seconde a été transportée en centre hospitalier où son état de santé n’a pas encore été confirmé.

Les pompiers de la ville et le SPVM sont sur place. Le Bureau de la sécurité des transports a pris en charge l’enquête afin d’établir les circonstances exactes qui auraient provoqué l’écrasement.

Avec La Presse Canadienne