Posts Tagged ‘Accrochages’

RDC-Kinshasa/Pétitions contre Mabunda : accrochages autour du Palais du peuple

décembre 7, 2020

Beaucoup de Kinois étaient quelque peu perplexes après le message du chef de l’Etat de dimanche 6 décembre. L’annonce de la nomination d’un informateur chargé d’identifier une nouvelle majorité avec, en sus, la fin de la coalition FCC-Cach, aura jeté un coup de froid dans le dos de certains kinois qui s’interrogeaient déjà sur les lendemains.

Indirectement, Félix Tshisekedi venait là d‘engager une épreuve de force avec ses anciens partenaires du Front commun pour le Congo qui, visiblement, ont du mal à digérer ses décisions d’après consultations des forces vives de la nation. Déjà, le dimanche soir, les rues étaient quasi désertes dans certains coins du Kinshasa pendant que, dans d’autres, la liesse populaire était au rendez-vous.   

Le deuxième acte de ce nouveau feuilleton s’est joué, le 7 décembre, au Palais du peuple où des députés nationaux étaient attendus pour une plénière convoquée la veille par le bureau de la chambre basse que dirige la très controversée Jeanine Mabunda. Cette plénière, à en croire le communiqué la convoquant, devrait examiner et adopter le rapport de la Commission suivi et évaluation de l’Assemblée nationale sur les auditions des directeurs généraux de la Société nationale d’électricité (Snél) et la Régie de distribution d’Eau (Régideso). Auditionnés au mois de juin dernier par la Commission suivi et évaluation sur les pénuries d’eau et d’électricité en RDC, particulièrement à Kinshasa, les deux mandataires étaient attendus à l’hémicycle pour apporter des éléments de réponses supplémentaires en rapport avec les préoccupations soulevées par les élus du peuple.

Cependant, cette plénière a donné lieu à une rixe entre les militants du PPRD, parti phare du FCC, et ceux de l’UDPS, parti présidentiel. Ces derniers composés en grande partie des motocyclistes pro Fatshi, les fameux « Wewa », ont pris d’assaut le site du Palais du peuple en barricadant presque toutes les entrées. Pour ces manifestants, aucune activité parlementaire ne devrait se tenir à l’hémicycle étant entendu que la coalition FCC-Cach a cessé d’exister. Bien plus, ont-ils allégué, le fait pour l’actuel bureau de l’Assemblée nationale d’être sous le coup des pétitions initiées par plus de deux cents députés le met en porte-à-faux vis-à-vis de ses prérogatives.

Ces inconditionnels de Félix Tshisekedi entendaient ainsi tourner la page de l’actuel bureau de l’Assemblée nationale qui, d’après eux, n’avait pas qualité de statuer sur lesdites motions les concernant. Ils se sont butés aux militants du PPRD qui, eux aussi, avaient des arguments pour soutenir le bureau dirigé par une des leurs, Jeanine Mabunda. Pour eux, la présidente de l’Assemblée est habilitée à convoquer et à présider les plénières au regard des textes sus évoqués et de la jurisprudence de la Cour constitutionnelle, faisant fi des fameuses pétitions non conformes à la procédure.   

Les deux camps se lançaient des invectives, prêts à en découdre, n’eût été le déploiement des policiers qui les ont vite dispersés à coups de gaz lacrymogène. Une forte présence policière était observée au croisement de l’avenue des Huileries et le boulevard Triomphal et même aux abords du site. Les militants de deux camps ont ainsi été repoussés à des distances réglementaires, tenus en respect par les forces de l’ordre. Autant dire que les prochains jours s’annoncent houleux et riches en rebondissements.    

Avec Adiac-Congo par Alain Diasso

Procès Moubarak: des accrochages ce lundi

septembre 5, 2011

Des accrochages entre plusieurs dizaines de partisans et adversaires de l’ancien président égyptien Hosni Moubarak ont eu lieu aux abords des locaux où son procès doit reprendre ce matin. La police anti-émeutes a dû intervenir pour mettre fin aux incidents près de l’école de police de la périphérie du Caire où siège le tribunal chargé de juger le président déchu.

Les manifestants pro-Moubarak scandaient « nous ne t’abandonnerons pas », tandis que ses adversaires lançaient « châtiment, châtiment, on a tué nos enfants avec des balles ». Le procès de l’ancien président devait reprendre plus tard dans la matinée, avec une troisième audience consacrée a définir les responsabilités dans les meurtres de manifestants par des tireurs embusqués lors de la révolte de janvier/février.

Ce procès historique s’est ouvert le 3 août dernier devant une cour pénale siégeant dans les locaux d’une école de police à la périphérie du Caire. Une deuxième audience avait eu lieu de 15 août.

Contrairement aux deux premières sessions, la séance d’aujourd’hui n’est pas retransmise en direct à la télévision. La répression de la révolte qui a abouti au départ d’Hosni Moubarak le 11 février a fait officiellement près de 850 morts.

Lefigaro.fr avec AFP