Posts Tagged ‘activité physique’

Kim Kardashian désobéit formellement à son médecin

avril 11, 2013

Prise de risque contre prise de poids, elle a choisi

 
 
 
 
Kim Kardashian désobéit formellement à son médecinKim Kardashian désobéit formellement à son médecinKim Kardashian désobéit formellement à son médecinKim Kardashian désobéit formellement à son médecinKim Kardashian
 

Kim Kardashian se maintient en forme pour contenir ses formes, a priori rien de plus normal. Mais son médecin lui a interdit de se remettre au sport. 

 Déjà bien gâtée par la nature, Kim Kardashian savait dès le départ qu’elle se devait de faire très attention pendant sa grossesse si elle ne voulait pas ressembler à Jessica Simpson. Les fringales on évite (ça tombait plutôt bien, elle n’en a guère eu envie jusqu’à la semaine dernière) et on continue le sport. Un rythme de vie qui lui avait plutôt réussi jusqu’au mois dernier. 

Alors qu’elle revenait d’une semaine à Paris avec Kanye West, Kim Kardashian a senti de violentes contractions dans l’avion qui la ramenait à Los Angeles. Elle en était sûre, elle venait de faire une fausse couche. A peine l’engin s’était-il posé sur le tarmac que les ambulanciers l’ont conduite à l’hôpital pour faire tous les examens nécessaires. Heureusement, le bébé se portait bien, mais Kim se devait de prendre cette alerte au sérieux : on se repose un peu plus et on arrête le sport. Un programme qu’elle avait respecté à la lettre jusqu’à ce qu’elle prenne conscience qu’elle avait pris énormément de poids. 

Souhaitant absolument se reprendre en main, la socialite a enfilé leggings, basket et tee-shirt à moitié transparent pour reprendre un peu d’activité physique. Si ça se limite à un ou deux cours de yoga par semaine, ça va, mais guère plus. La santé de son bébé en dépend.

Voici.fr par M-A.K.

La famille la plus âgée du monde vit en Sardaigne

août 22, 2012
 
Consolata Melis, 104 ans, pose avec ses neuf enfants, 24 petits-enfants et 25 arrière-petits-enfants, près de sa maison dans le village de Perdasdefogu en Sardaigne, le 21 août 2012.
Consolata Melis, 104 ans, pose avec ses neuf enfants, 24 petits-enfants et 25 arrière-petits-enfants, près de sa maison dans le village de Perdasdefogu en Sardaigne, le 21 août 2012. Crédits photo : ETTORE LOI/AFP
 
Les neuf frères et sœurs Melis ont entre 104 et 78 ans. Un cas qui n’est pas rare sur l’île, qui détient un des records mondiaux pour la longévité. Le régime alimentaire et l’activité physique ininterrompue en seraient la cause.
Une famille pas comme les autres. Chez les Melis, qui résident en Sardaigne, le cumul des âges des neuf frères et sœurs aboutit au total exceptionnel de 818 années et 205 jours. Un chiffre certifié par le Livre Guinness des records qui fait de cette lignée la famille la plus ancienne du monde, rapportent mardi plusieurs médias italiens.

C’est en effet au terme de sept années d’enquête sur les cinq continents que les Melis, originaires de la ville de Perdasdefogu, située dans le centre-est de l’île méditerranéenne, ont obtenu «le record mondial de longévité». Au 1er juin 2012, Consolata, la plus âgée d’entre eux, avait atteint l’âge de 104 ans.

Âgée de 99 ans, Claudia va à la messe tous les matins

«De mon temps, les femmes devaient s’occuper des tâches ménagères et notamment aller à la rivière chercher de l’eau pour laver le linge. Mes petits-enfants ont maintenant une machine à laver, le lave-vaisselle et un aspirateur mais ils disent sans cesse qu’ils sont stressés. Je ne comprends pas», explique Consolata, encore très active et vive d’esprit, au journal italien Corriere della Sera .

Toujours en forme également, sa petite sœur Claudia, 99 ans, va, elle, à la messe tous les matins. Maria, 97 ans, aurait en revanche eu «quelques ennuis de santé» récemment, raconte le journal local L’Unione Sarda . Viennent ensuite Antonio, 93 ans, et Concetta, 91 ans. Adolfo, 89 ans, travaillerait, lui, toujours dans un bar de la ville, selon le journal local. On sait par ailleurs que Vitalio, 86 ans, Vitalia, 81 ans et Mafalda, 78 ans, la benjamine du clan appelée affectueusement «la petite» par ses frères et sœurs, vivent tous les trois à Cagliari, dans le sud de la Sardaigne.

Le secret de leur longévité? «Nous mangeons des aliments authentiques, c’est-à-dire beaucoup de minestrone (une soupe à base de légumes) et peu de viande. Et nous travaillons toujours», a déclaré au Guardian Alfonso Melis qui s’occupe de son potager et de ses vignes. Il faut dire que la Sardaigne, en particulier la zone de l’Ogliastra, détient le record italien et un des records mondiaux pour la longévité de ses habitants: on trouve ici en moyenne 22 centenaires pour 100.000 habitants contre 8 dans le reste de l’Italie. Au total, 2500 centenaires peuplent l’île de 1,6 million d’habitants.

«Un verre de rouge et un morceau de fromage»

«On respire en Sardaigne. L’île bénéficie d’un climat venteux et il n’y a pas de grands écarts de température. De plus, l’agriculture prédominante fait que les gens sont physiquement actifs», raconte au quotidien britannique Luca Deiana, professeur de biochimie clinique à l’université de Sassari, pour expliquer ce phénomène. Selon ce chercheur qui étudie depuis 1996 les centenaires de l’île, «la génétique, une longévité héritée…» de cette population est également un facteur à prendre en compte. Concernant leur nourriture, il affirme qu’«un verre de vin rouge et un morceau de fromage de brebis ou de ricotta (repas standard pour ces centenaires)» est le meilleur remède pour lutter contre le temps.

Reste l’impact bénéfique de la vie en communauté puisque «les anciens Sardes vivent avec leurs familles». «Ils respectent les traditions ce qui contribue à faire vivre davantage ces centenaires», explique encore Luca Deiana. «Nous sommes une famille unie. Tout le monde devrait être comme ça», conclut l’une des petites-filles Melis qui vit toujours avec sa mère à 79 ans.

Lefigaro.fr par Audrey Pelé

Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo demande à la CPI le report de son audience du 18 juin

juin 7, 2012

Pour appuyer sa demande de report de l’audience de confirmation des charges de Laurent Gbagbo devant la CPI, le 18 juin, l’avocat de l’ex-président ivoirien met en avant deux éléments. La détériroation de la santé de son client depuis sa détention à Korhogo et la nécessité d’avoir plus de temps pour étudier le dossier.

L’avocat principal de Laurent Gbagbo, Me Emmanuel Altit, a déposé le 7 juin devant la Chambre préliminaire I de la Cour pénale internationale (CPI) une demande de report de l’audience de confirmation des charges de son client, prévue au siège de la juridiction à La Haye à partir du 18 juin prochain.

Dans sa requête, Me Altit invoque la mauvaise santé de l’ex-président ivoirien, qui serait due à ses conditions d’assignation à résidence dans une pièce obscure à Korhogo, au nord de la Côte d’Ivoire, entre avril et novembre 2011.

Pour appuyer sa requête, l’avocat produit le témoignage du médecin expert qui a examiné le détenu à son arrivée à La Haye : « Laurent Gbagbo est en mauvaise santé, non pas en raison d’une pathologie particulière mais d’une absence d’activité physique et mentale qui peut être apparentée à de la torture ».

Audience équitable

Me Altit évoque aussi les besoins de la défense. Le bureau du procureur a produit 1 381 documents, 409 vidéos et 9 060 pages d’annexes, dont beaucoup ont été transmises ces dernières semaines. Il souhaite avoir un délai supplémentaire pour étudier au mieux toutes les pièces afin que l’audience se tienne de la manière la plus équitable qui soit.

Il rappelle « la nature particulière de l’affaire  et ses enjeux considérables » en soulevant les responsabilités des différents protagonistes de la crise politique ivoirienne lors de la dernière décennie. Il pose enfin la question de la légitimité de la prise du pouvoir par les ex-rebelles ivoiriens et celle de la légalité du soutien des pro-Ouattara par les Nations Unies et les grandes puissances dont la France.

Le bureau du procureur et les représentants des victimes apporteront les jours prochains leurs réponses à cette requête. La chambre préliminaire devra rendre sa décision avant l’ouverture de l’audience de confirmation des charges.

Jeuneafrique.com par Pascal Airault