Posts Tagged ‘Adeline Blondieau’

Une ex-femme de Johnny Hallyday perd son procès contre la star

novembre 3, 2015

Une des ex-femmes de Johnny Hallyday, Adeline Blondieau, qui reprochait au chanteur français de la présenter sous un jour peu favorable dans une autobiographie, a perdu mardi le procès en diffamation intenté à la star. La comédienne l’avait aussi accusé de viol.

Le procès, qui s’est tenu le 22 septembre, portait sur trois passages du livre « Dans mes yeux », coécrit par Johnny Hallyday et Amanda Sthers, paru en février 2013 chez l’éditeur Plon.

Dans le premier passage, Johnny raconte qu’Adeline, aujourd’hui comédienne, l’aurait piégé pour l’épouser, en 1990. « Quelle que soit l’appréciation qui puisse être portée sur une telle hypothèse, la personne ‘piégée' », Johnny Hallyday, étant alors un « adulte consentant alors âgé de 46 ans », quand Adeline en avait 18, le tribunal de Paris a estimé ces propos trop imprécis pour être considérés comme diffamatoires.

Prescription et immunité
Dans le deuxième passage, Adeline Blondieau est décrite comme colérique et invivable, des traits de caractère qui ne relèvent pas du « terrain de la diffamation », selon le tribunal. Quant à l’infidélité prêtée à Adeline qui, selon Johnny, le « trompait avec tous les petits mecs de Saint-Tropez », les juges soulignent que « l’évolution des moeurs (…) ne permet plus de considérer une telle attitude comme portant atteinte à l’honneur ou à la considération ».

Lors du procès en septembre, la comédienne avait accusé Johnny Hallyday de l’avoir violée quand elle était adolescente. Le chanteur avait, via son avocat, contesté « vigoureusement » des « allégations sans fondement ».

Les faits allégués ne peuvent pas donner lieu à des poursuites, car ils sont prescrits. Ses propos ne peuvent pas davantage faire l’objet de poursuites en diffamation car ils ont été tenus en audience et bénéficient d’une immunité.

Romandie.com

Adeline Blondieau accuse Johnny Hallyday de l’avoir violée alors qu’elle était mineure

septembre 23, 2015
Johnny Hallyday et Adeline Blondieau au festival de Cannes, quelques mois avant leur premier mariage.afp.com

Johnny Hallyday et Adeline Blondieau au festival de Cannes, quelques mois avant leur premier mariage.afp.com

La comédienne poursuit en diffamation le chanteur pour le portrait qu’il a fait d’elle dans son autobiographie, Dans mes yeux. Il aurait abusé d’elle quand elle était mineure, quelques années avant leur mariage.

C’est un vieux couple qui n’en finit pas de régler de vieux comptes. Devant le tribunal où elle poursuit Johnny en diffamation pour le portrait peu flatteur qu’il a fait d’elle dans son autobiographie, Dans mes yeux (Plon, 2013), Adeline Blondieau, qui a épousé le chanteur en 1990 à l’âge de 19 ans, l’a accusé de l’avoir violée quand elle était adolescente: « Il m’a violée quand j’avais 14 ans, 15 ans, chez mes parents », a-t-elle affirmé devant l’assistance médusée du tribunal correctionnel de Paris.

« Un secret très violent, qui nous liait d’une certaine façon »

Adeline a tenu ces propos alors que le tribunal se penchait sur un passage de la biographie de Johnny, dans lequel le chanteur affirme qu’elle « débarquait chaque nuit pour jouer avec le feu que j’étais », avant de lui demander de l’épouser une fois qu’elle était majeure. Selon sa propre version des faits, « il a abusé de moi. On n’en a jamais parlé lui et moi », a-t-elle poursuivi. Il s’agissait « d’un secret très violent, mais qui nous liait aussi d’une certaine façon ». Elle a précisé avoir fait dix ans d’analyse. « Aujourd’hui je vais bien », a-t-elle expliqué, regrettant l’absence de Johnny Hallyday à l’audience.

Adeline Blondieau a épousé une seconde fois Johnny en 1994 à Las Vegas, après un premier divorce. Alors qu’il la décrit dans son livre comme infidèle et « hystérique », ayant exercé un chantage pour qu’il lui cède l’appartement qu’il avait acheté pour eux deux, elle le décrit aussi comme infidèle, mais également « alcoolique et violent ».

L’avocat de Johnny Hallyday, Me Arnaud Albou, a estimé que « nous ne pourrons jamais savoir qui dit la vérité », soulignant qu’Adeline Blondieau n’a jamais déposé plainte pour ces viols, qu’elle n’avait jamais évoqués jusqu’alors non plus. Les faits dénoncés ne peuvent a priori pas donner lieu à des poursuites, en raison du délai de prescription. Les propos d’Adeline Blondieau ne peuvent pas faire l’objet d’éventuelles poursuites en diffamation de la part du chanteur car ils ont été tenus en audience devant le tribunal, qui a mis son jugement en délibéré au 3 novembre.

Lexpress.fr