Posts Tagged ‘ADF’

RDC: 18 morts dans une nouvelle attaque à Beni

décembre 30, 2019

Dix-huit civils ont été tués dans la nuit de dimanche à lundi dans une attaque du groupe des Forces démocratiques alliées (ADF) à Beni dans l’est de la République démocratique du Congo, a appris l’AFP auprès de l’administrateur du territoire.

«Il y a eu incursion des ADF à Apetina-Sana dans la nuit de dimanche à lundi. Ces ADF ont tué à l’arme blanche dix-huit civils», a déclaré à l’AFP Donat Kibwana, administrateur du territoire de Beni.

Par Le Figaro avec AFP

RDC: une dizaine de personnes enlevées en Ituri par des miliciens ADF présumés

août 23, 2019

 

Une dizaine de personnes ont été enlevées et des magasins pillés en Ituri, dans le nord-est de la République démocratique du Congo, a appris l’AFP vendredi de sources concordantes, dont l’une pointe la responsabilité des rebelles ougandais musulmans des Forces démocratiques alliées (ADF).

Les faits se sont déroulés dans le territoire d’Irumu, dans le sud de l’Ituri près du Nord-Kivu, où sévissent les miliciens ougandais. «Le bilan provisoire fait état de deux rebelles et un militaire blessés pendant les combats et de dizaines de personnes prises en otages», a indiqué le lieutenant Jules Ngongo, porte-parole de l’armée dans la région. Les assaillants voulaient «piller l’hôpital général de Boga», a-t-il ajouté. Pour sa part, un chef local, Lorima Pay-Paul, a affirmé que les agresseurs étaient des miliciens ADF. «Un rebelle ADF a été capturé avec son arme par la population et remis aux autorités militaires», a-t-il assuré.

Historiquement opposés au président ougandais Yoweri Museveni, les rebelles musulmans ougandais des ADF, réfugiés dans l’est de la RDC depuis les années 1990, sont les responsables présumés du massacre de plusieurs centaines de civils dans la région de Beni depuis octobre 2014.

Par Le Figaro.fr avec AFP

RDC: au moins 18 morts dans une attaque attribué aux ADF

septembre 23, 2018

Beni (RD Congo) – Au moins 18 personnes ont été tuées samedi soir à Beni (est de la République démocratique du Congo) dans une attaque attribuée par l’armée au « terrorisme » du groupe Allied Democratic Forces (ADF) d’origine ougandaise.

L’attaque a tué 14 civils et quatre militaires, a indiqué un porte-parole de l’armée dans la région, Mak Hazukai, qui parle également de neuf blessés.

« Le territoire et la ville de Beni font face au terrorisme ADF dont la structure du commandement est tenue par les Ougandais », a-t-il ajouté.

Des humanitaires étrangers se trouvent depuis début août dans cette ville du Nord-Kivu en raison d’une épidémie d’Ebola.

En raison de l’attaque et de manifestations spontanées dimanche à Beni, « les activités de terrain contre l’épidémie d’Ebola ont été suspendues » dans cette zone, selon un communiqué du ministère congolais de la Santé.

Cette mesure sera levée « dès que le calme sera revenu dans la ville » de Beni, poursuit le communiqué.

Mystérieuse nébuleuse, les ADF sont tenus responsables du massacre de plus de 700 civils à Beni et sa région depuis octobre 2014, en plus de la mort de 15 Casques bleus tanzaniens en décembre.

Cette dernière attaque a suscité l’indignation sur les réseaux sociaux, où certains Congolais dénoncent l’impuissance de l’armée et de la force de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco) qui dispose d’une base à Beni.

« C’est une honte pour le gouvernement. C’est une honte pour la Monusco. lundi, nous avons décidé d’observer une ville morte à Beni. Il n’y aura aucune activité, même les écoles seront fermées pour manifester notre colère », a déclaré à l’AFP, Kizito Bin-Hangi, président de la société civile de Beni.

Des photos de victimes, dont une étudiante toute souriante, circulaient également, en plus de clichés montrant des flaques de sang frais.

« La population du Nord Kivu souffre trop. Ce week-end de nouveau beaucoup d’innocents sont morts », a twitté l’ambassadeur des Pays-Bas, Robert Schuddeboom.

Selon plusieurs témoignages, l’attaque a été lancée à la tombée de la nuit vers 18h30-19h00 (16h30-17h00 GMT) sur un quartier est de Beni, ville commerçante de plusieurs centaines de milliers d’habitants.

« Les assaillants étaient nombreux, ils ont lancé un cri de joie. Il y avait des femmes et des enfants. On a tiré sur une moto et les enfants des assaillants commençaient à crier. Les rebelles ont découpé les victimes à la machette », a relaté un témoin à l’AFPTV, Kasero Mumbi.

Début septembre après une précédente attaque attribuée aux ADF, un témoin avait déjà raconté à l’AFP que les assaillants venus de la forêt se déplaçaient avec femmes et enfants.

Des armes lourdes et légères ont été entendues jusqu’après minuit, d’après un médecin de l’hôpital général.

L’attaque a visé un quartier proche du centre-ville, contrairement aux autres qui se déroulent d’habitude dans le nord, sur la route de l’aéroport de Mavivi, à 10 km de là.

Les ADF vivent en communauté dans les forêts près de Beni, sans afficher ni leader ni revendication. Leur affiliation à l’islamisme radical n’a jamais été prouvée.

Historiquement, les ADF étaient un groupe d’Ougandais musulmans qui s’est replié à la fin des années 90 dans l’est du Congo pour lutter contre le président Yoweri Museveni.

Romandie.com avec(©AFP / 23 septembre 2018 20h56)                                                        

RDC: Une base de la Monusco attaquée dans le Nord-Kivu après des combats entre armée congolaise et rebelles ADF

octobre 9, 2017

Image mise à disposition par la Monusco présentant des Casques bleu du Guatemala en opération à Sake, dans le Nord-Kivu, le 5 juillet 2017. © Photo : MONUSCO

 

Un Casque bleu a été tué ce lundi dans l’attaque d’une base de la Monusco à Beni. L’attaque survient au lendemain de combats ayant opposé dimanche 8 octobre les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) aux Forces démocratiques alliés (Allied Democratic Forces, ADF), accusée par les autorités d’être à l’origine de la disparition, samedi, d’une vingtaine de civils.

Un Casque bleu a été tué et douze autres blessés ce lundi 9 octobre dans l’attaque par les ADF d’une base des Nations unies située dans le territoire de Beni, a fait savoir la Mission des nations unies pour la stabilisation en RDC (Monusco).

La veille, dimanche 8 octobre, des combats à l’arme lourde et légère ont opposé les Forces armées de la RDC aux Forces démocratiques alliés dans le même territoire de Beni, l’une des entités administratives du Nord-Kivu.

Rebelles islamistes ougandais présents dans l’est de la RDC depuis 1995, les ADF sont accusés par le gouvernement congolais et la Mission de l’ONU en RDC (Monusco) d’être responsables de tueries qui ont fait plus de 700 morts dans la région de Beni depuis octobre 2014.

Une vingtaine de disparus

Samedi 7 octobre, les ADF avaient attaqué une dizaine de taxis-motos sur la route entre les localités de Kamango et de Mbau. Une vingtaine de personnes sont depuis portées disparues sans que l’on sache si elles sont décédées ou toujours détenues par les ADF.

Un représentant de la société civile, Teddy Kataliko, évoque précisément le chiffre de 22 personnes portées disparues, plus dix rescapés dont sept femmes et trois hommes sur cet axe Mbau-Kamango. Selon RFI, ces vingt-deux personnes, parmi lesquelles une femme, auraient été égorgées par les ADF.

Jeuneafrique.com

 

RDC : violents combats entre Casques bleus et rebelles ougandais dans l’est

décembre 1, 2015

Kinshasa – De violents combats opposaient mardi après-midi des Casques bleus à des rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF) dans l’est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris de source militaire onusienne.

Nous avons suivi la piste des ADF qui ont attaqué la ville d’Eringeti dimanche, a déclaré à l’AFP le général de division Jean Baillaud, commandant par intérim de la Force militaire de la Mission de l’ONU au Congo (Monusco).

Nous avons décidé de les engager au lever du jour avec des hélicoptères d’attaque, a ajouté l’officier, indiquant que l’artillerie avait suivi et que les opérations (étaient) toujours en cours vers 13h30 (11h30 GMT).

Selon le général Baillaud, les combats ont lieu dans le nord de la province du Nord-Kivu, à quelques kilomètres au sud-est d’Eringeti, dans une zone maraîchère vidée de sa population.

C’est une opération qui se fait de manière conjointe avec les FARDC (Forces armées de la RDC), a précisé le colonel Félix-Prosper Basse, porte-parole de la Monusco, pour le moment, les troupes sont au sol, engagées.

Les deux officiers ont jugé prématuré de fournir un bilan des opérations alors que celles-ci étaient encore en cours.

Le général a néanmoins affirmé qu’en traquant les rebelles, les troupes avaient découvert un certain nombre de cadavres, ce qui laisse penser qu’il y a d’autres pertes parmi eux car les ADF ont pour habitude de se replier avec leurs morts quand c’est possible.

Située dans le territoire de Beni, à la lisière de la province de l’Ituri, Eringeti a été attaquée dimanche sur plusieurs fronts par des rebelles ADF. Après plusieurs heures de combats avec les Forces armées de la RDC (FARDC) et la Monusco, les rebelles ont fini par se retirer.

Selon l’ONU, 24 personnes, dont 12 assaillants, ont été tuées dans cette attaque et les affrontements qui ont permis de la repousser. L’attaque a provoqué un fort déplacement de population dans la ville et ses environs, selon des sources locales.

Selon le général Baillaud, les troupes de la Brigade d’intervention de l’ONU, corps de 3.000 hommes autorisé à recourir à la force de manière offensive, faisaient face lundi à plus de 200 combattants avec des femmes armées et des enfants soldats.

Interrogé sur la thèse de certaines ONG locales selon laquelle les ADF, milice musulmane historiquement opposée au président ougandais Yoweri Museveni, auraient été renforcées en éléments étrangers et auraient pris depuis quelques mois un virage jihadiste, le général français a répondu : Il faut prendre ces allégations extrêmement au sérieux. Il faut faire un travail de fond pour les vérifier, a-t-il ajouté.

On observe une agressivité nouvelle chez ces rebelles, a encore déclaré l’officier, joint par téléphone de Kinshasa alors qu’il quittait Eringeti.

Ils ont été renforcés en effectifs. Ils ont des armes lourdes, des mortiers, des mitrailleuses lourdes, ils ont beaucoup de munitions, ce qui n’était pas le cas il y a quelques mois, et cela pose la question de savoir qui les ravitaille, a-t-il dit.

Pour compliquer les choses, les combattants hommes portent des uniformes FARDC, a encore dit l’officier, notant que les femmes combattantes portent le foulard islamique.

Romandie.com avec(©AFP / 01 décembre 2015 14h02)

Attaque de rebelles ougandais dans l’est de la RDC : 24 morts

novembre 30, 2015

Kinshasa – Vingt-quatre personnes ont été tuées dans la nuit de dimanche à lundi dans une attaque de rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF) et les combats qui ont suivi, dans l’est de la République démocratique du Congo, selon un nouveau bilan donné par l’ONU.

Nous avons perdu un Casque bleu (…) quatre soldats (congolais) ont été tués (…) 12 ADF tués et 7 civils tués à la machette à l’hôpital d’Eringeti, dans le nord de la province du Nord-Kivu, a déclaré à l’AFP le colonel Félix-Prosper Basse, porte-parole de la Mission de l’ONU en RDC (Monusco).

Un bilan précédent donné de sources locales et onusienne faisait état d’au moins 13 morts dont un Casque bleu malawite.

Selon le colonel Basse, un autre Casque bleu et quatre soldats congolais ont été blessés.

Les combats ont cessé avec le jour. Depuis ce matin, ce sont des opérations de ratissage et de bouclage qui se font, a déclaré le porte-parole onusien, ajoutant que les Forces armées de la RDC (FARDC) avaient repris le contrôle de la ville.

Le secrétaire général de l’ONU (Ban Ki-moon) condamne l’attaque menée par les ADF, a déclaré son porte-parole, dans un communiqué publié à New York.

M. Ban est extrêmement préoccupé par la série d’attaques menées par les ADF au Nord-Kivu, qui ont déjà coûté la vie à plus de 500 civils identifiés depuis octobre 2014, ajoute ce communiqué.

Selon son porte-parole, le secrétaire-général plaide pour une action rapide afin de traduire en justice ceux qui ont perpétré ces attaques.

Romandie.com avec(©AFP / 30 novembre 2015 19h08)

RDC: deux assaillants brûlés vifs après une attaque contre la ville de Beni

décembre 20, 2014

GOMA (RDCongo) – Deux assaillants ont été brûlés vifs par la population après une attaque menée dans la nuit de vendredi à samedi contre la ville de Beni, dans l’est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris de sources officielle et militaire.

L’auditorat militaire a été attaqué vers 21h00 par des assaillants qui ne sont pas encore connus. Ils ont été repoussés par l’armée, a déclaré à l’AFP le maire de Beni, Bwanakawa Nyonyi.

Arrivé au petit matin, la population a brûlé deux de ces assaillants et trois sont entre les mains de l’armée. Les deux assaillants qui ont été brûlés ont été surpris dans le coin d’une parcelle par la population, a précisé le maire.

Le colonel Célestin Ngeleka, porte-parole de l’opération militaire Sokola (nettoyez, en lingala) – qui cible les groupes armés du territoire de Beni, dont les rebelles musulmans ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF) -, a confirmé l’attaque de la nuit.

Les ADF ont encore fait une incursion dans la ville de Beni en voulant libérer les leurs à la prison centrale de Kangway et à l’auditorat militaire. Ils ont été repoussés par nos forces et nous sommes à leur poursuite, a-t-il affirmé.

Selon lui, deux assaillants ont été brûlés vifs par des civils et un autre a été tué par balle par l’armée, qui compte dans ses rangs un militaire blessé par arme blanche. Par ailleurs, huit [rebelles ont été] capturés avec leurs armes blanches: flèches et machettes, a-t-il souligné.

Beni est le chef-lieu du territoire de Beni. Cette importante place commerciale pour la région de l’est se situe à environ 250 km au nord de Goma, capitale de la province du Nord-Kivu, où de nombreux groupes armés locaux et étrangers sévissent depuis parfois 20 ans.

Ce territoire a été le théâtre d’une série de massacres qui ont fait plus de 260 morts depuis octobre. Les tueries sont attribuées à l’ADF, hostile au président ougandais Yoweri Museveni et présente depuis 1995 dans une région montagneuse de l’est congolais frontalière de leur pays d’origine.

Samedi dernier, l’armée et la Mission de l’ONU (Monusco) ont lancé une grande offensive contre l’ADF. Depuis janvier, cette rébellion avait perdu ses grands bastions mais elle a repris l’initiative suite à un relâchement des attaques des soldats congolais et des Casques bleus.

Romandie.com avec(©AFP / 20 décembre 2014 12h15)

RDC: un soldat et un rebelle ougandais tués dans l’attaque d’une position militaire

octobre 29, 2014

RDC: un soldat et un rebelle ougandais tués dans l'attaque d'une position militaire
RDC: un soldat et un rebelle ougandais tués dans l’attaque d’une position militaire © AFP

Un soldat congolais et un rebelle ougandais ont été tués mardi soir dans l’attaque d’une position militaire dans la région de Beni, une ville de l’est de la République démocratique du Congo, théâtre d’un massacre courant octobre, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

« Il y a eu une attaque » d’une position de l’armée « par les ADF à Mayi-Moya », à une quarantaine de kilomètres au nord de Beni, dans la province instable du Nord-Kivu, et le bilan est de « un militaire tué et un rebelle ADF tué », a déclaré à l’AFP une source officielle sous couvert de l’anonymat.

Ce bilan a été confirmé par le président de la fédération d’associations Société civile de Beni, Teddy Kataliko.

La rébellion islamiste ougandaise des Forces démocratiques alliées (ADF) est active depuis 1995 dans le territoire de Beni, où elle se livre à de lucratifs trafics, notamment dans le bois, et commet de graves exactions (meurtres, enrôlement d’enfants, pillages. . . ) contre les civils.

Depuis janvier, l’armée et la Mission de l’ONU en RDC (Monusco) ont lancé plusieurs attaques contre l’ADF, qui en est sortie affaiblie mais qui a conservé une capacité de nuisance. En octobre, elle a été accusée d’une série de massacres qui a fait environ 80 morts en moins de quinze jours, dont une trentaine à Beni même.

Les attaques de la nuit de mardi surviennent alors que Beni s’apprête à accueillir le président Joseph Kabila, en tournée depuis quelques jours à Kisangani, capitale de la Province orientale (Nord-Est), et qui ne s’est pas exprimé publiquement depuis les massacres.

Jeuneafrique.com avec AFP

RDC: attaque rebelle sur la ville de Beni, 26 morts

octobre 16, 2014

 

RDC: attaque rebelle sur la ville de Beni, 26 morts
RDC: attaque rebelle sur la ville de Beni, 26 morts © AFP

Un groupe armé rebelle a attaqué dans la nuit de mercredi à jeudi la ville de Beni, important carrefour commercial de l’Est de la République démocratique du Congo (RDC), faisant 26 morts, selon l’armée.

Il y a eu « 26 morts exécutés à l’arme blanche », dans cette attaque nocturne perpétrée dans le quartier de Ngadi, à la périphérie nord de la ville, a indiqué à l’AFP le lieutenant-colonel Olivier Hamuli, porte-parole de l’armée pour la province du Nord-Kivu.

Selon la Société civile du Nord-Kivu, l’attaque est l??uvre des rebelles ougandais de l’Alliance des forces démocratiques (ADF), en pleine résurgence depuis quelques semaines.

« Je ne confirme pas que ce sont des ADF, mais les actes commis sont des actes de terroristes », a déclaré le colonel Hamuli, joint par téléphone depuis Goma, la capitale du Nord-Kivu.

Eric Katasomia, journaliste pour la chaîne Radio Télévision Rwanzururu (RTR) a déclaré à l’AFP avoir vu 24 corps sur les lieux de l’attaque en train d’être évacués vers la morgue. Parmi ceux-ci, il a pu identifier un militaire, un enfant et quatre femmes.

Plusieurs corps portaient des traces de blessures à l’arme blanche, a-t-il confirmé.

La Société civile du Nord-Kivu dénonce depuis plusieurs semaines une recrudescence d’attaques meurtrières des ADF, groupe rebelle contre lequel l’armée congolaise, soutenue par les Casques bleus de la Mission de l’ONU en RDC (Monusco), a engagé une opération importante au début de l’année et que les autorités congolaises présentent volontiers comme pratiquement défait.

Située dans la partie nord due la province du Nord-Kivu, la ville de Beni est un carrefour commercial important de la région des Grands Lacs.

Jeuneafrique.com avec AFP