Posts Tagged ‘aéroport’

Malaisie: saisie record de cornes de rhinocéros

août 20, 2018

Saisie record de cornes de rhinocéros pour une valeur estimée de 12 millions de dollars à l’aéroport de Kuala Lumpur / © AFP / Manan VATSYAYANA

Une saisie record de cornes de rhinocéros, d’une valeur estimée à 12 millions de dollars, a été faite à l’aéroport de Kuala Lumpur, ont annoncé lundi les autorités malaisiennes, selon lesquelles ce chargement était en route vers le Vietnam.

Les 50 cornes de l’animal pesaient 116 kilos et ont été découvertes le 13 août dans des boîtes en carton au terminal fret de l’aéroport, a précisé le responsable du département malaisien pour la faune sauvage, Abdul Kadir Abu Hashim.

Cette saisie « est la plus importante dans l’histoire (de la Malaisie) en ce qui concerne le nombre des cornes et leur valeur », a ajouté le responsable à l’AFP.

La corne de rhinocéros est très prisée au Vietnam, beaucoup lui attribuant des vertus médicinales dans la classe moyenne qui est en voie d’expansion.

Le trafic de cornes de rhinocéros a été interdit en 1977 au niveau mondial par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (Cites).

Mais les braconniers continuent de décimer les populations de rhinocéros pour répondre à une demande persistante en Asie de l’Est.

Beaucoup dans cette région du monde considèrent la corne de rhinocéros comme un moyen de lutter contre le cancer. Un seul kilo peut valoir jusqu’à plusieurs dizaines de milliers de dollars.

Toutes les espèces de rhinocéros sont menacées d’extinction, selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN).

Abdul Kadir Abu Hashim n’a pas été en mesure de fournir l’origine de ces cornes qui généralement, dans ce type d’affaire, proviennent d’Afrique.

Les responsables de l’aéroport de Kuala Lumpur ont découvert dans le même chargement une importante quantité d’os d’animaux, qui seraient ceux de tigres et de léopards.

Aucune arrestation n’a eu lieu pour l’instant das le cadre de cette affaire.

Elizabeth John, de Traffic, une organisation de défense de la faune sauvage, a qualifié la saisie d' »impressionnante » et a pressé les autorités de retrouver les responsables du réseau.

Romandie.com avec(©AFP / (20 août 2018 19h01)

Allemagne: 200 vols annulés après une intrusion dans un secteur sécurisé

juillet 28, 2018

Berlin – Quelque 200 vols ont dû être annulés et deux terminaux évacués samedi à l’aéroport de Munich, le deuxième d’Allemagne, après qu’une personne non identifiée eut pénétré dans un secteur sécurisé, ont annoncé la police et l’aéroport.

La personne, une femme, a pénétré tôt dans la matinée « sans avoir été contrôlée » dans une zone sécurisée du Terminal 2, a indiqué la police.

Elle a ensuite disparu pendant de longues heures, avant d’être identifiée en début de soirée, a indiqué un porte-parole de la police à l’agence de presse allemande DPA.

Il s’agit d’une femme âgée d’une quarantaine d’années qui n’a pas été interpellée, ont indiqué à DPA les autorités de l’Etat régional de Bavière et la police, sans autres précisions.

Auparavant, une source policière avait exclu qu’elle ait pu représenter un « danger extrême ».

Le secteur dans lequel elle a pénétré a été entièrement évacué et bouclé, mais rien de suspect n’a été découvert, a-t-on ajouté.

Plusieurs milliers de personnes présentes à l’aéroport en ce premier jour des vacances d’été en Bavière ont été évacuées.

Environ 200 vols ont dû être annulés et une soixantaine retardés, a indiqué l’aéroport.

Le trafic est revenu à la normale vers 14H00 GMT.

Deuxième aéroport allemand derrière celui de Francfort, l’aéroport de Munich a accueilli 44,6 millions de passagers en 2017.

Romandie.com avec(©AFP / 28 juillet 2018 19h32)                                                        

Une famille zimbabwéenne bloquée depuis deux mois à l’aéroport de Bangkok

décembre 28, 2017

Une famille zimbabwéenne est bloquée depuis deux mois à l’aéroport de Bangkok / © AFP/Archives / ROMEO GACAD

Une famille zimbabwéenne est bloquée depuis deux mois à l’aéroport de Bangkok, a annoncé jeudi la police, une situation qui a ému de nombreux Thaïlandais en cette période de fêtes de fin d’année.

Les quatre adultes et quatre enfants, âgés de deux à 11 ans, tentent depuis la fin octobre de quitter la Thaïlande. Mais ils ne disposent d’aucun visa pour se rendre dans un autre pays, ils ne veulent pas rentrer au Zimbabwe et la Thaïlande leur refuse un visa de rentrée car ils ont dépassé la date limite de leur séjour.

Leur situation a été rendue publique par un Thaïlandais qui a posté sur Facebook une photo où on le voit offrir un cadeau de Noël à l’un des enfants. Le message relatant l’histoire est devenu viral parmi les internautes qui se demandaient comment ils ont survécu tout ce temps dans le principal aéroport de Bangkok.

Des rapprochements ont été faits avec le film « The Terminal », sorti en 2004, où un homme joué par Tom Hanks se retrouve bloqué dans un aéroport de New York pour des raisons politico-administratives.

Selon la police thaïlandaise de l’immigration, la famille zimbabwéenne est entrée en mai dans le pays grâce à un visa touristique.

Le 23 octobre, ils ont essayé de gagner l’Espagne via l’Ukraine mais la compagnie aérienne les a refusés car ils n’avaient pas de visa pour l’Espagne. Comme leur visa pour la Thaïlande a expiré depuis plusieurs mois, ils ne peuvent plus entrer dans le pays.

Ils ont également refusé de rentrer chez eux, disant craindre pour leur sécurité en raison de troubles au Zimbabwe et sont restés coincés à l’aéroport de Bangkok où des compagnies aériennes leur donnent de quoi manger, a déclaré un responsable policier sous couvert de l’anonymat.

Le président Robert Mugabe a été chassé du pouvoir le mois dernier par un coup de force militaire après des décennies de régime autoritaire. Mais le Zimbabwe a depuis retrouvé le calme et le nouveau président a encouragé les Zimbabwéens qui avaient fui sous Mugabe à revenir chez eux.

La famille a fait une demande d’asile dans l’espoir d’être admise dans un autre pays que la Thaïlande.

Une porte-parole du Haut commissariat de l’ONU aux réfugiés, Vivian Tan, a déclaré que le HCR explorait différentes solutions possibles, sans donner de détails.

Avec sa politique de visa à l’arrivée pour les touristes, la Thaïlande est depuis longtemps une destination pour des gens fuyant la violence ou la pauvreté. Mais elle n’autorise pas l’installation de réfugiés sur son territoire.

Romandie.com avec(©AFP / 28 décembre 2017 14h12)

USA: un policier poignardé dans un aéroport, possible « acte terroriste » (médias)

juin 21, 2017

Chicago – Un policier a été poignardé mercredi à l’aéroport américain de Flint, dans le Michigan (nord), ont indiqué des sources officielles, les médias évoquant une possible piste « terroriste ».

Le policier a été poignardé à plusieurs reprises par un homme qui a crié « Allah Akbar » (« Dieu est le plus grand »), selon la chaîne américaine NBC News, qui a également indiqué que l’incident était traité comme « un acte de terrorisme ».

La police fédérale FBI a indiqué dans un communiqué qu’il était « encore trop tôt pour déterminer la nature des supposés propos (rapportés par les médias, ndlr) et s’il s’agit ou non d’un acte de terrorisme ».

« D’après les informations dont nous disposons à ce stade, nous pensons qu’il s’agit d’un incident isolé », a poursuivi le FBI.

Le policier blessé se trouve dans un état stable et l’aéroport Bishop International a été évacué, selon la police locale.

« Le suspect a été interpellé et est actuellement interrogé », ont précisé les responsables de l’aéroport dans un communiqué.

Selon des responsables policiers cités par NBC, le suspect est originaire du Québec et possède un passeport canadien.

L’aéroport de Flint a rapporté l’incident à 9H00 (13H00 GMT).

Romandie.com avec(©AFP / 21 juin 2017 20h22)

Venezuela: le chef de l’opposition bloqué à l’aéroport

mai 18, 2017

Le chef de l’opposition vénézuélienne Henrique Capriles pose pour un selfie à l’aéroport international Simon Bolivar de Maiquetia, à environ 30 km de Caracas, le 18 mai 2017 / © AFP / STR

Le chef de l’opposition vénézuélienne Henrique Capriles a accusé jeudi les autorités de l’empêcher de quitter le pays, où se poursuit la vague de manifestations émaillées de violences contre le gouvernement.

Cet ancien candidat à la présidentielle, qu’il avait perdue de peu contre le chef de l’Etat actuel Nicolas Maduro, devait se rendre à New York pour y rencontrer vendredi le Haut commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme, Zeid Ra’ad Al Hussein.

« Je ne vais pas pouvoir assister à la réunion avec le Haut commissaire aux droits de l’Homme », a affirmé M. Capriles dans une vidéo diffusée en direct sur internet depuis l’aéroport international de Maiquetia, à Caracas.

Sur d’autres images diffusées en ligne, il apparaît en train de réclamer son passeport dans un bureau de l’immigration de l’aéroport. « On m’a informé que mon passeport a été annulé », dit-il. « Mon passeport est valable jusqu’en 2020. Ce qu’ils veulent, c’est que je n’aille pas aux Nations unies », affirme-t-il, assurant être « retenu » par les autorités.

« J’espère que la confiscation du passeport d’Henrique Capriles n’est pas une mesure de représailles parce qu’il allait me rencontrer demain à l’ONU », a réagi sur Twitter le Haut commissaire.

M. Capriles avait indiqué sur le même réseau social qu’il comptait profiter de cette rencontre pour lui présenter les cas des manifestants « tombés (tués, ndlr), blessés, emprisonnés » ainsi que des preuves de la « répression » contre les manifestations hostiles au président socialiste.

Après cet épisode à l’aéroport, il a annoncé qu’il retournait à Caracas pour participer à une manifestation dans la capitale contre la « répression brutale ».

Pendant ce temps, dans la rue, les premiers manifestants criaient: « Qui sommes-nous? Le Venezuela! Que veut-on? La liberté! »

Des incidents ont éclatés entre les opposants et les forces de l’ordre lors d’un rassemblement à l’est de Caracas, alors que d’autres manifestations avaient lieu dans plusieurs villes du pays.

Honte pour l’humanité

Le Venezuela est secoué depuis le 1er avril par une vague de manifestations et de violences dont le bilan s’établit à 43 morts, autant que lors de la précédente grande série de protestations anti-Maduro entre février et mai 2014.

Déterminée à obtenir le départ du président via des élections générales anticipées, l’opposition, majoritaire au Parlement depuis fin 2015, ne faiblit pas et mobilise chaque jour des milliers de personnes.

« Nous n’allons pas cesser de dénoncer les violations des droits de l’Homme et d’exiger des élections. Nous allons continuer dans la rue », a déclaré à l’AFP Hasler Iglesias, l’un des leaders étudiants.

La colère populaire est alimentée par la profonde crise économique et sociale frappant ce pays pétrolier, ruiné par la chute des cours du brut et frappé par des pénuries d’aliments et de médicaments. L’inflation y est la plus élevée au monde et la criminalité incontrôlable.

« Ca, c’est de la résistance. On sait que l’on va être réprimés mais nous devons sortir pour protester, il y a des gens qui meurent de faim ou à cause du manque de médicaments », a confié à l’AFP un musicien de 45 ans se présentant comme Napolenrique.

Depuis le début du mouvement de protestation, les dirigeants de l’opposition dénoncent une « répression brutale » des autorités, tandis que le gouvernement accuse ses adversaires de promouvoir des « actes terroristes » en vue d’un « coup d’Etat ».

« Assassin Capriles! » a lancé M. Maduro dans la nuit de mercredi, l’accusant de diriger, avec le président de l’Assemblée nationale Julio Borges, « des bandes de terroristes ».

Dans ce climat d’extrême tension, le président a ordonné mercredi le déploiement de 2.600 militaires dans l’Etat de Tachira (ouest), près de la frontière colombienne, après des pillages et attaques contre des installations de la police et de l’armée.

La veille, il avait une nouvelle fois prolongé l’état d’urgence économique, en vigueur depuis janvier 2016, qui lui permet de restreindre les « garanties » constitutionnelles et de prendre des mesures spéciales d' »ordre social, économique, politique et juridique ».

Au niveau international, le président Donald Trump a qualifié jeudi la crise vénézuélienne de « honte pour l’humanité », tandis que la France a appelé à « l’arrêt des violences » et à une « médiation régionale ou internationale crédible ».

Romandie.com avec(©AFP / 18 mai 2017 23h49)

Fusillade dans un aéroport de Floride: plusieurs morts

janvier 6, 2017

Miami – Un individu a ouvert le feu vendredi dans l’aéroport international de Fort Lauderdale en Floride, faisant plusieurs morts avant d’être interpellé, a annoncé le shérif du comté de Broward.

La police a précisé avoir été alertée à 12H55 (17H55 GMT). Cet aéroport dans le sud-est des Etats-Unis voit transiter de nombreux touristes inscrits pour une croisière ou se rendant dans un pays des Caraïbes.

Par ailleurs, un certain nombre de personnes ont été évacuées à l’hôpital, a précisé le shérif dans un tweet.

Les faits se sont déroulés dans la zone de récupération des bagages, a indiqué l’aéroport sur son compte Twitter. Toute l’activité de l’aéroport est suspendue, a-t-il ajouté.

Les témoins ont décrit des voyageurs fuyant en courant et en criant. Des tirs viennent de retentir. Tout le monde court, a ainsi tweeté l’ancien porte-parole de George W. Bush, Ari Fleischer, qui se trouvait sur place.

D’autres passagers ont été regroupés sur le tarmac de l’aéroport, selon des images télévisées diffusées en direct, avant d’être conduits à nouveau à l’intérieur de l’édifice.

Le motif de l’attaque est pour l’heure inconnu, a souligné Barbara Sharief, une élue locale.

De nombreux véhicules de secours et de la police ont été déployés, selon des images diffusées par les chaînes d’information américaines.

Romandie.com avec(©AFP / 06 janvier 2017 20h10)             

GB: l’aéroport de Londres-City évacué, 26 personnes prises en charge

octobre 21, 2016

LONDRES (awp/afp) – L’aéroport de Londres-City a été évacué pendant plusieurs heures vendredi suite à des informations faisant état d’un « incident chimique », et 26 personnes ont été prises en charge par les secours, ont annoncé les pompiers londoniens.

« Deux inspections ont été menées conjointement par les policiers et les pompiers », à l’issue desquelles l’aéroport a été « déclaré sûr », ont indiqué les pompiers sur leur site internet.

Quelque 500 usagers et membres du personnel avaient auparavant été évacués, et « le Service des ambulances de Londres a pris en charge 26 personnes sur place pour des difficultés respiratoires, dont deux ont été transportées à l’hôpital », ont indiqué les pompiers de Londres.

L’aéroport a rouvert en début de soirée, a-t-il indiqué sur Twitter, précisant que le trafic aller allait toutefois demeurer « perturbé ».

« Nous faisions la queue pour l’enregistrement et j’ai commencé à tousser, à tel point que je n’arrivais plus à parler. J’ai commencé à me sentir mal et d’autres personnes se sont mises à tousser », a raconté David Morris, qui s’apprêtait à embarquer pour Edimbourg, précisant qu’aucune odeur n’était détectable dans le terminal.

« Les employés derrière le comptoir étaient ceux qui toussaient le plus. Moins de deux minutes après, ils ont crié pour que l’on évacue. Tout le monde criait en se ruant vers la sortie. »

Très apprécié des hommes d’affaires pour sa proximité du centre financier de la capitale britannique, l’aéroport a suspendu tous ses vols après l’évacuation. Plusieurs vols ont été retardés ou déroutés.

Au moins trois camions de pompiers et quatre ambulances ont été dépêchés sur place, selon les secours.

Desservant essentiellement l’Europe mais aussi New York, l’aéroport Londres-City a accueilli l’an dernier 4,3 millions de passagers.

Romandie.com avec(AWP / 21.10.2016 21h08)

Quatre blessés dans une explosion à l’aéroport de Shanghai

juin 12, 2016

Shanghai – Quatre personnes ont été blessées dimanche dans une explosion provoquée par un engin artisanal au principal aéroport international de Shanghai dont le périmètre a été bouclé par la police chinoise, ont annoncé son gestionnaire et les médias officiel.

L’explosion est survenue à l’aéroport de Pudong près du comptoir d’enregistrement du terminal 2 dans l’après-midi, a déclaré l’Autorité de l’aéroport de Shanghai sur son compte officiel de microblog.

L’agence officielle Chine Nouvelle, qui cite les autorités, a déclaré que la déflagration avait été apparemment provoquée par un engin explosif artisanal et qu’elle avait fait quatre blessés, dont une personne qui s’était auto-infligé des blessures, laissant entendre qu’elle avait actionné l’explosif.

L’agence avait rapporté auparavant que l’explosion avait été provoquée par des pétards.

D’après le journal local Xinmin Evening News, il a eu deux explosions survenues à quelques secondes l’une de l’autre. Elles émanaient de deux bagages placés à 15 mètres l’un de l’autre.

Des images vidéo publiées sur internet montrent une épaisse fumée noire qui monte jusqu’au plafond du terminal et des forces paramilitaires accourant dans le bâtiment.

Des photos postées sur les réseaux sociaux par des personnes affirmant être des témoins montraient la police tentant d’éloigner des gens de la scène et des bagages abandonnés sur le sol.

Cet incident survient alors au moment où les gens rentrent chez eux après des jours fériés, et à quelques jours de l’ouverture d’un parc Disney à Shanghai.

Plusieurs cas de personnes provoquant des explosions ou allumant des incendies pour se venger se sont produits récemment dans le pays.

En 2013, un homme en fauteuil roulant avait fait exploser une bombe de fabrication artisanale à l’aéroport international de Pékin, affirmant protester contre la brutalité de la police.

L’homme a été condamné à six ans de prison.

L’an dernier, un chômeur avait provoqué une explosion dans un parc de la province orientale de Shandong, se tuant et provoquant la mort d’une autre personne et en blessant 24 autres.

Romandie.com avec(©AFP / 12 juin 2016 13h15)

Un Français arrêté en possession d’une arme à l’aéroport londonien de Gatwick

novembre 14, 2015

  

Londres – Un Français a été arrêté samedi à l’aéroport londonien de Gatwick en possession d’une arme, au lendemain d’une série d’attentats sanglants à Paris, a annoncé la police locale dans un communiqué.

Ce qui semble être une arme à feu a été récupéré dans les effets de l’homme, a ajouté la police, en précisant qu’elle vérifiait l’état de fonctionnement de l’arme.

Soupçonné d’infraction liée à la possession d’une arme à feu, cet homme de 41 ans originaire de Vendôme (centre de la France) a été arrêté dans la zone de l’aéroport située avant les contrôles de sécurité, a précisé la police.

Il a été interpellé dans la matinée et le terminal nord avait alors été évacué suite à son comportement suspect. Il avait jeté un objet dans une poubelle.

Selon le commissaire Nick May, il est trop tôt pour savoir quelles étaient ses intentions, s’il en avait. Mais au vu des événements à Paris vendredi soir, nous sommes en état de vigilance accrue face à des incidents de ce type.

Le terminal a depuis été rouvert au public.

Les mesures de sécurité ont été renforcées dans toute l’Europe en particulier dans les aéroports, aux frontières et dans les gares, suite aux attentats à Paris revendiqués par le groupe Etat islamique qui ont fait au moins 128 morts.

La compagnie aérienne Easyjet, qui opère depuis ce terminal, a déclaré qu’elle travaillait avec l’aéroport et les autorités pour évaluer la situation et l’impact potentiel sur (ses) activités, demandant aux passagers de vérifier le statut des vols avant leur départ.

Gatwick est l’un des cinq grands aéroports londoniens, avec Heathrow, Stansted, City Airport et Luton.

Romandie.com avec(©AFP / 14 novembre 2015 17h45)

Tunisie : aéroport passoire

août 3, 2015
L'aéroport Tunis-Carthage. © Au service du développement depuis 1970/Flickr

L’aéroport Tunis-Carthage. © Au service du développement depuis 1970/Flickr

Il semblerait que Londres ait conseillé à ses ressortissants de quitter le pays, non pas en raison de l’attaque de Sousse mais plutôt suite à des manquements lors d’un contrôle à l’aéroport de Tunis-Carthage.

Estimant les risques d’attentat élevés, le Foreign Office avait conseillé, le 9 juillet, aux ressortissants britanniques présents en Tunisie de quitter le pays. Des sources proches des milieux sécuritaires tunisiens révèlent que ce n’est pas l’attaque de Sousse du 26 juin qui a suscité cette prise de position mais un autre incident, et non des moindres.

Une enquêtrice dépêchée par Londres a en effet pu franchir les contrôles de police et de douane de l’aéroport de Tunis-Carthage sans que son arme de service, qui se trouvait dans sa valise, ne soit détectée. Elle en avait aussitôt informé sa hiérarchie, déclenchant l’alerte lancée par les autorités britanniques.

Jeuneafrique.com